Friedrich Adler

Friedrich Adler


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Friedrich Wolfgang Adler, fils de Victor Adler, est né le 9 juillet 1879. Il a étudié la chimie, la physique et les mathématiques à Zurich. Au cours de cette période, il est devenu un ami proche d'Albert Einstein.

Adler était membre du Parti social-démocrate des travailleurs (SDAP) et à partir de 1907 était rédacteur en chef du magazine Der Kampf. En 1911, il devient secrétaire général du SDAP.

Le 28 juin 1914, l'héritier du trône, l'archiduc François-Ferdinand, est assassiné à Sarajevo. L'empereur François-Joseph a accepté l'avis donné par son ministre des Affaires étrangères, Leopold von Berchtold, que l'Autriche-Hongrie devrait déclarer la guerre à la Serbie.

Au début de la Première Guerre mondiale, Josef a permis à l'armée de reprendre la direction du pays. Le président Karl von Stürgkh a imposé une censure stricte de la presse et restreint le droit de réunion et a montré son mépris pour la démocratie en transformant le Reichsrat en hôpital. Léon Trotsky explique la réponse des socialistes autrichiens à la guerre : « Quelle attitude vis-à-vis de la guerre ai-je trouvé dans les cercles dirigeants des sociaux-démocrates autrichiens ? le vernis d'une culture socialiste qui s'effilochait désormais au plus vite... D'autres, Victor Adler à leur tête, considéraient la guerre comme une catastrophe extérieure qu'ils devaient subir. n'a servi que de couverture à l'aile nationaliste active."

Friedrich Adler, contrairement à son père, Victor Adler, le leader du SDAP, n'a pas soutenu la guerre. Le 21 octobre 1916, Adler a abattu le président Karl von Stürgkh dans la salle à manger de l'hôtel Meißl und Schadn. Adler a été condamné à mort, une peine qui a été commuée en 18 ans d'emprisonnement par l'empereur Karl.

Selon Chris Harman, l'auteur de La révolution perdue (1982) : « Le 14 janvier, les ouvriers de l'usine Daimler de la ville autrichienne de Wiener Neustadt ont fait grève contre une réduction de la ration alimentaire... En deux jours, les usines de toute l'Autriche étaient paralysées. Les sociaux-démocrates autrichiens estimaient qu'un quart d'un million de travailleurs étaient en grève dans la seule région de Vienne... A Vienne, des conseils ouvriers ont été élus qui ont exigé l'abolition de la censure, la fin de la loi martiale, la journée de travail de huit heures et la libération du socialiste anti-guerre emprisonné Friedrich Adler."

Le 7 novembre 1918, Kurt Eisner, chef du Parti socialiste indépendant, déclare la Bavière République socialiste. Eisner a clairement indiqué que cette révolution était différente de la révolution bolchevique en Russie et a annoncé que toutes les propriétés privées seraient protégées par le nouveau gouvernement. Le roi de Bavière, Louis III, a décidé d'abdiquer et la Bavière a été déclarée République du Conseil. Leur programme était la démocratie, le pacifisme et l'antimilitarisme.

Le 9 novembre 1918, l'empereur Guillaume II abdique et le chancelier Max von Baden cède le pouvoir à Friedrich Ebert, chef du parti social-démocrate allemand. Cela est devenu connu comme la Révolution allemande. Les socialistes autrichiens ont demandé la libération d'Adler. Cela lui a été accordé et il a joué un rôle important en tant que leader des Arbeiterräte (Conseils des travailleurs) et en tant que membre du Conseil national d'Autriche.

Friedrich Ebert, le nouveau chancelier allemand, fit appel à l'armée allemande et aux corps francs pour mettre fin à la rébellion. Le 13 janvier 1919, la rébellion avait été écrasée et la plupart de ses chefs avaient été arrêtés. Cela comprenait Rosa Luxemburg, Karl Liebknecht et Wilhelm Pieck le 16 janvier. Paul Frölich, l'auteur de Rosa Luxemburg : sa vie et son œuvre (1940) a expliqué ce qui s'est passé ensuite : "Peu de temps après l'enlèvement de Liebknecht, Rosa Luxemburg a été conduite hors de l'hôtel par un premier lieutenant Vogel. L'attendait devant la porte était Runge, qui avait reçu un ordre des premiers lieutenants Vogel et Pflugk-Hartung pour la frapper au sol. Avec deux coups de crosse de fusil, il lui a fracassé le crâne. Son corps presque sans vie a été jeté dans une voiture en attente, et plusieurs officiers ont sauté dedans. L'un d'eux a frappé Rosa à la tête avec une crosse de revolver, et le premier lieutenant Vogel l'acheva d'une balle dans la tête. Le cadavre fut ensuite conduit au Tiergarten et, sur ordre de Vogel, jeté du pont de Liechtenstein dans le canal de Landwehr, où il n'a pas été rejeté. jusqu'au 31 mai 1919."

Adler se concentrait désormais sur son travail avec la Deuxième Internationale et en était le secrétaire général pendant plus de 15 ans. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il s'enfuit aux États-Unis.

Friedrich Adler est décédé à Zurich le 2 janvier 1960.

Le 24 juin, cela faisait soixante ans que Victor Adler avait vu le jour pour la première fois. Une étrange coïncidence donne à cette date une double signification pour moi. Car presque le même jour, je célèbre le 30e anniversaire de l'occasion où je suis entré dans cette relation personnelle avec Adler qui était destinée à mûrir en un lien d'amitié pour la vie.

Né dans la même ville – Prague; étudier dans la même ville – Vienne; vivant dans des milieux sociaux similaires, séparés seulement par une légère différence d'âge, animés de la même ferveur révolutionnaire, du même amour pour le prolétariat, il nous avait fallu encore trois décennies pour nous retrouver. Tous les deux Autrichiens, nous étions tous les deux des passionnés nationaux dans la même mesure, mais c'est justement cela qui nous a conduits dans des camps opposés : lui dans l'allemand, moi dans le tchèque. Et à partir de là, mon chemin vers le socialisme fut plus court que le sien, bien que l'intérêt pour le mouvement socialiste ait commencé à un âge plus précoce avec Adler qu'avec moi, et il s'est occupé plus tôt d'idées sociales...

Les temps difficiles des premières années de la loi antisocialiste constituent le moment décisif de la vie d'Adler. Lorsque je fis sa connaissance en 1882, il n'était pas encore un social-démocrate actif, bien que déjà plein d'intérêt théorique pour la social-démocratie.

Notre première rencontre n'a été que fortuite. Après la publication de mon livre sur l'accroissement de la population, j'avais été engagé à Zurich en 1880-1881, dans les entreprises du Hochberg et du « Soziall démocrate ». L'année suivante, j'ai conçu le projet de commencer la « Neue Zeit », et à cet effet je suis resté quelque temps à Vienne. Là, j'ai rencontré Adler et j'ai trouvé qu'il était un homme intelligent, riche en connaissances, avec une grande sympathie pour notre Cause, un homme avec qui j'ai eu plaisir à m'associer. Mais je n'ai fait aucune tentative pour l'amener à se rallier entièrement à nous. Je savais qu'il viendrait de lui-même s'il était vraiment d'une nature combative adaptée à notre mouvement, dès que ses études l'ont amené à une conception claire du socialisme. Et il est venu. Il serait probablement entré dans nos rangs encore plus tôt que si le socialisme autrichien du début des années 80 avait présenté une image plus attrayante. Jusqu'en 1866, l'Autriche n'était qu'une partie de l'Allemagne. Le mouvement ouvrier autrichien resta intellectuellement une partie de celui de l'Allemagne jusqu'en 1878. Et lorsque la social-démocratie allemande parut aux observateurs étrangers céder sans résistance aux ruses de la loi antisocialiste dans cet empire, les fondements intellectuels de la -La démocratie s'est également effondrée. La masse des prolétaires autrichiens, surtout à Vienne, a perdu confiance dans son ancien modèle, donc ceux qui le critiquaient gagnaient d'autant plus de respect et d'applaudissements que leur critique était la plus cinglante. Ils allaient de plus en plus loin avec Most et ses émissaires dans la direction de l'anarchisme. Cette évolution est accélérée par la montée des agents-provocateurs, qui ont rencontré un grand succès depuis l'inauguration de la loi antisocialiste en Allemagne. Avec l'augmentation du pouvoir de la police également, l'instigation policière du crime, d'abord politique et ensuite aussi du crime de droit commun... Nulle part ce système n'a trouvé un terreau plus favorable qu'en Autriche, prolétaires comme ses victimes. Une opposition s'est en effet manifestée dans le Parti, mais elle n'a été que suffisamment forte pour provoquer une scission dans les rangs, et non pour constituer une défense contre l'anarchisme et les agents-provocateurs. Les « modérés » constituaient une minorité face aux « radicaux ».

Dans ces conditions, il aurait été difficile pour Adler de travailler fructueusement dans notre Parti. Il a donc d'abord cherché à aider le prolétariat non pas en tant qu'homme politique mais en tant que médecin. À ce titre, il écrivait pour le Party Press. Lorsque j'ai publié la « Neue Zeit », en 1883, l'un de nos premiers articles était celui d'Adler sur les maladies industrielles. ..."

Les agents-provocateurs réussirent enfin à trouver des excuses à la destruction forcée de tout le mouvement ouvrier. A la suite des outrages de Kammerer, Stellmacher et autres, le gouvernement, en 1884, mit Vienne sous une loi d'exception, et les provinces, surtout la Bohême, sous les conditions russes, sans aucune véritable législation exceptionnelle. Certaines des organisations prolétariennes ont été dissoutes de force, d'autres se sont dissoutes volontairement, pour éviter la confiscation de leurs fonds. Les « modérés » et les « radicaux » ont été durement touchés. En 1885, il n'y avait plus d'organisation socialiste en Autriche.

Non seulement les organisations furent détruites, mais disparurent avec elles toutes les illusions qui avaient conduit à la scission – l'illusion qu'il ne fallait qu'un seul bouleversement forcé pour jeter la société capitaliste à la poubelle.

L'organisation social-démocrate devait non seulement être reconstituée, mais s'emplir d'un esprit nouveau qui abolirait la différence entre « radicaux » et « modérés ». Mais ils étaient encore divisés par le souvenir de querelles personnelles encore à peine surmontées, et trouver et devenir maîtres de la nouvelle pensée était une tâche difficile pour les masses théoriquement peu instruites.

Dans cette situation Victor Adler est entré sur le terrain. C'est au moment de la plus profonde dépression du prolétariat autrichien qu'il prit place dans leurs rangs en tant que médiateur neutre qui n'avait pris aucune part aux querelles internes, et dont le nom n'était donc lié à aucun souvenir amer ni pour l'un ni pour l'autre. côté; mais aussi en tant qu'enseignant. Si je suis entré dans le Parti dix ans avant lui, je l'ai fait, en tant que chercheur et apprenant. Il était déjà passé par cette étape, en dehors du Parti, et, lorsqu'il y arriva, il était déjà équipé de tout l'arsenal du marxisme. Dès le premier jour de son adhésion, il était théoriquement très en avance sur ses camarades.

Comme médiateur et comme professeur, il acquit bientôt une influence sur les deux sections, d'autant plus qu'il ne la sollicita pas, mais ne fit que mettre sa force à la disposition de ses camarades. A la fin de 1886, il était déjà parvenu à publier un hebdomadaire Gleichheit (Égalité), que les deux parties ont reconnu comme leur organe. Cette reconnaissance, en effet, n'eût pas, vu l'état déplorable du Parti à cette époque, suffire à faire marcher le journal, si Adler n'y avait pas donné sa fortune aussi bien que son service personnel.

Jamais auparavant les autorités n'avaient été attaquées avec autant d'audace et de vigueur par notre Parti en Autriche que maintenant par Adler. Jusque-là, la police et les tribunaux s'étaient arrogé le droit de déterminer les limites au-delà desquelles les droits de la presse et de réunion publique ne pouvaient aller. Adler s'est fixé, ainsi qu'au Parti, la tâche contraire – à savoir, éduquer la police et les tribunaux, et veiller à ce qu'ils ne dépassent pas leurs limites. Une tâche difficile. Mais son courage et sa persévérance réussirent enfin à donner au prolétariat, qui jusque-là était réellement sans aucun droit, un nouveau droit réel, qui non seulement remplissait le droit nominal, mais l'étendait même en pratique sur certains points.

Bientôt la confusion, la dépression, la méfiance mutuelle entre les membres du Parti disparurent. Avec une force renouvelée, ils se mirent au travail pour fonder une nouvelle organisation du parti. Un congrès du Parti fut convoqué, pour lequel Adler dressa un programme excellent à tous égards : le premier programme marxiste du Parti en langue allemande. C'est-à-dire à proprement parler; le premier était celui que j'ai présenté à la conférence de Brünner, et qu'elle a acceptée. Mais le mien n'était pas d'origine. L'organisateur de la Conférence avait, en effet, décidé que je devais élaborer un programme, mais il avait oublié de me le dire ! Je n'en ai entendu parler qu'au Congrès lui-même, juste avant de le présenter. Que fallait-il faire ? J'ai sauvé la situation en traduisant le programme français préparé, sous la surveillance de Marx en 1880, qui m'était familier, en y apportant quelques retouches pour l'adapter à la condition autrichienne. Ce programme était certes très marxiste, mais pas adapté à l'Allemagne. Le premier programme composé en langue allemande était celui écrit par Adler et accepté à Hainfeld en 1888 – trois ans avant le programme d'Erfurt.

La conférence de Hainfeld a été le point de départ de la nouvelle social-démocratie autrichienne. Elle a jeté les bases sur lesquelles elle s'est si magnifiquement développée. Personne n'a pris une plus grande part dans les préparatifs et les arrangements que Victor Adler.

Mais il ne se contentait pas d'être un enseignant théorique, un combattant théorique et un organisateur. Il voulait être chez lui et participer à toutes les branches du mouvement prolétarien. Non seulement il les a tous étudiés théoriquement, mais il a également pris une part active. Il a su les mettre tous dans leur juste connexion avec tout le développement social de notre temps, et s'intéresser à tous leurs détails...

L'activité d'Adler a été reconnue avec joie par la grande majorité des camarades dès le début - reconnue, mais en aucun cas prise avec joie, par nos adversaires. A leur manière, bien sûr. La grève des chauffeurs de tramway leur a donné la première occasion. Pour incitation, abus des autorités et louanges d'actions illégales, Adler et Bretschneider, l'éditeur responsable de "Gleichheit", ont été poursuivis le 7 mai 1880 et condamnés devant un tribunal d'exception pour aspirations anarchistes. Car, disait la cour, toutes les aspirations à un bouleversement violent sont anarchistes. Les buts de la social-démocratie ne pouvaient être atteints sans un violent bouleversement, c'est pourquoi leurs aspirations doivent être considérées comme synonymes de celles des anarchistes. Il est clair qu'un tribunal capable d'une telle logique n'hésiterait pas à prononcer une sentence. Le 27 juin 1880, Adler a été condamné à quatre mois d'arrestation sévère, intensifiée d'un jour de jeûne par mois - une mesure qui n'est utilisée que pour traiter les criminels les plus endurcis. Ce fut la vengeance la plus vaine contre Adler pour avoir profité du procès pour dénoncer la Cour d'exception de la justice - l'une des institutions les plus coquines que l'Autriche ait jamais produites.

L'appel d'Adler a été rejeté le 7 décembre. Avant d'entrer en détention, il a préparé la propagande pour le festival du 1er mai.

En juillet s'était tenu le Congrès international de Paris, qu'Adler attira aussitôt l'attention générale. Dès cette première rencontre de la Nouvelle Internationale, il fut compté parmi ses leaders reconnus. La décision du Congrès la plus lourde de résultats fut celle qui fixa une célébration internationale au 1er mai sans entrer dans les détails quant à la forme qu'elle devait prendre. Cela a été laissé à chaque pays pour décider pour lui-même.

Je me souviens bien d'une conversation avec Adler sur la forme que devait prendre la manifestation en Autriche. Il en vint à la conclusion qu'il fallait viser une abstention générale de travail, et à Vienne, une procession au Prater. J'ai secoué la tête avec scepticisme à ces plans ; le prolétariat de Vienne, asservi par la loi d'exception, et dont l'organisation n'en était qu'à ses premiers stades, ne me parut pas prêt pour cette épreuve de force. Mais enfin, moi aussi, j'ai été infecté par l'enthousiasme d'Adler, qui était généralement si sobre dans son jugement. Et il parvint à enflammer tout le Parti avec cet enthousiasme, et le succès prouva qu'il ne s'agissait pas d'une simple ivresse. Le 1er mai de Vienne fut la fête la plus brillante et la plus imposante parmi ceux du monde entier, et il l'est resté depuis. Tout à coup, l'estime de soi du prolétariat autrichien et sa réputation parmi ses opposants, ainsi que parmi les camarades d'autres pays, s'accrurent infiniment. La social-démocratie autrichienne, jusqu'alors naine pitoyable, apparaît désormais comme un géant redouté et respecté.

Et comme ce géant a grandi depuis !

Cela doit être attribué en grande partie à la compréhension que l'Autriche a montrée dans les premiers jours pour l'action de masse moderne.

L'exemple de la grève de masse belge de 1893 éveilla l'écho le plus vif en Autriche, alors en proie à la plus violente campagne électorale. L'idée de la grève de masse fit son chemin et mit le feu au Parti. Victor Adler fut l'un des premiers à étudier la nature de cette arme, et à déterminer les règles de son utilisation. Il n'appartenait pas aux camarades plus âgés, encore nombreux à l'époque, qui répudiaient purement et simplement la grève de masse ou refusaient même d'en discuter ; mais il gardait son sang-froid et ne se laissait pas emporter par les têtes brûlées facilement excitées qui, toujours prêtes à se battre, pensaient qu'une arme autrefois utilisée avec succès était également bonne partout et en toutes circonstances.

Lors de la Conférence de Vienne de 1894, il présenta une résolution qui énonce :

« La Conférence déclare qu'elle se battra pour le suffrage avec toutes les armes à la disposition de la classe ouvrière. A celles-ci appartiennent, ainsi que les méthodes déjà utilisées de propagande et d'organisation, aussi la grève de masse. Les représentants du Parti et les représentants des groupes d'organisation sont chargés de prendre toutes les dispositions pour que, si la persistance du gouvernement et des partis bourgeois pousse le prolétariat à l'extrême, la grève de masse puisse être ordonnée à un moment opportun, comme le dernier moyen.

C'est ainsi qu'il a formulé la base sur laquelle la lutte pour le suffrage s'est poursuivie depuis lors. L'idée de la grève de masse, la conscience de ne pas devoir rester sans défense si le pire devait arriver, mais d'être en possession d'une arme tranchante, a vivifié et renforcé la confiance et l'esprit combatif des masses à un niveau élevé. degré. Mais en même temps, les dirigeants du Parti ont pris soin que cette dernière arme, la plus extrême, ne soit pas utilisée prématurément ou au mauvais moment, et ont empêché toute agitation qui pourrait avoir pour effet d'obliger d'avance le Parti à utiliser l'arme à un moment donné. moment. Ils déterminèrent le but et les principes tactiques, mais eurent soin de se réserver la plus grande liberté d'employer en toute situation les mesures qui lui convenaient le mieux.

Par un usage sage et déterminé de ces tactiques, la social-démocratie autrichienne a remporté ses énormes triomphes dans la lutte pour le suffrage, s'est emparée du suffrage général et égal des hommes dans un combat qui a décuplé son nombre. Ce n'était pas en effet pris d'assaut, comme l'espéraient les têtes brûlées de 1894, mais dans une lutte longue et persistante, qui dura plus d'une décennie.

Cela n'était pas possible sans qu'Adler soit souvent obligé de freiner, pour faire comprendre à ceux qui se précipitaient la nécessité d'une enquête sérieuse sur les conditions. Une tâche difficile et ingrate. Dans de nombreux cas, Adler a réussi à résoudre la difficulté avec succès sans en payer l'amour et le respect. Cela n'était possible que parce que tout le monde dans le Parti savait que s'il mettait le frein ce n'était pas par timidité. En période de danger, Victor Adler n'a jamais été retrouvé aux premiers rangs. Tout le monde a estimé que c'était seulement sa connaissance approfondie et sobre de la force des divers facteurs qui déterminait Adler dans certaines situations à jouer le rôle d'une voix d'avertissement, au lieu d'aller de l'avant.

Lui, et nous avec lui, pouvons maintenant considérer son travail avec satisfaction et avec une joyeuse attente vers l'avenir, même si, au jour de son triomphe, tombe l'ombre sombre d'un phénomène qui inflige de graves blessures à notre Parti, qui, pendant un certain temps, sembla même la menacer à ses racines, et menaça de détruire précisément ce qui avait toujours été la chose la plus précieuse pour Victor Adler, pour laquelle il avait particulièrement soigné et travaillé – l'unité du Parti.

Le grand danger était celui d'une lutte nationale entre le prolétariat tchèque et allemand. Cela aurait complètement ruiné la social-démocratie autrichienne pour les années à venir. Ce danger peut maintenant être considéré comme surmonté. Jamais parmi le prolétariat allemand il n'y a eu de lutte contre les prolétaires tchèques en tant que tels. Le prolétariat tchèque dans son ensemble n'a pas non plus engagé le combat contre la social-démocratie allemande... Ainsi Victor Adler peut-il avoir bon espoir de voir son plus grand désir - pour l'unité de l'armée prolétarienne - se réaliser à nouveau dans une pleine mesure.

Cela sera dû en grande partie au fait que tous les prolétaires autrichiens conscients et internationaux voient en lui leur chef, en qui ils ont le plus confiance - tous les prolétaires, Tchèques, Polonais, Italiens, pas moins de Allemands.

Rares sont ceux qui sont aussi capables de s'adapter aux particularités des nations étrangères, et de les comprendre, que Victor Adler. Qualité particulièrement importante pour un homme politique d'Autriche, et peu commune là-bas, où chaque nation veille jalousement à la conservation de ses particularités.

Cette compréhension internationale d'Adler est due à une qualité qui, à d'autres égards, augmente considérablement son utilité dans le domaine. Fête : son don de comprendre les gens et de s'adapter à eux. Peu de gens comprennent comme lui comment travailler sur l'âme des masses, comme sur l'individu. C'est en grande partie à cela que l'on doit le caractère particulier de l'influence.

Il est aussi maître de la plume que de la parole, et ses connaissances scientifiques lui permettraient d'élaborer ses idées dans des livres savants. Mais cette façon d'atteindre le monde ne l'a jamais attiré ; jusqu'à présent, il est l'un des rares penseurs de notre ère du papier à n'avoir publié aucun livre. Il préfère la vieille méthode socratique d'influence personnelle directe sur ceux qui pour l'une ou l'autre raison lui paraissent avoir du poids. Cette influence est plus profonde que la plupart des livres. Et c'est, comme le deviennent les intérêts multiples d'Adler, des plus variés. Si l'on regarde n'importe lequel des plus jeunes dirigeants de notre Parti en Autriche, ils sont presque tous passés par l'école d'Adler : les théoriciens et les journalistes, les parlementaires et les syndicalistes, ainsi que ceux à la tête des coopératives . Il s'est donné à chacun d'eux, encouragé chacun, aidé chacun à commencer son travail, et donc il est lié à la masse des camarades qui sont actifs au service du Parti, non seulement par un objectif commun et la camaraderie d'armes. , mais aussi par l'amitié personnelle la plus affectueuse.,

Cela se voit clairement à l'occasion de son soixantième anniversaire. Sa vie pendant des décennies a été consacrée à la vie du Parti. La célébration de son œuvre est en même temps une célébration des conquêtes et des triomphes de la social-démocratie. Mais elle a aussi le caractère d'une fête familiale – une fête de la grande famille du Parti autrichien, dont le patriarche Victor Adler est devenu ; non pas en raison de ses années de loin, mais depuis longtemps en vertu de la confiance et de l'amour que tous ceux qui ont ressenti le souffle de son esprit éprouvent pour lui.


Les théories d'Alfred Adler sur la psychologie individuelle et la thérapie adlérienne

L'école de psychologie individuelle d'Alfred Adler a créé un gouffre dans le domaine de la psychologie, qui avait été dominé par la psychanalyse de Freud.

Alors que Freud se concentrait uniquement sur les processus internes - principalement les conflits sexuels - qui affectent la psychologie d'une personne, Adler était catégorique sur le fait que pour bien comprendre une personne, un psychologue doit également prendre en compte d'autres facteurs internes ainsi que des facteurs externes.

C'est pourquoi il a nommé son école de psychologie individu, le mot étant destiné à évoquer un sens d'indivisibilité, dérivé du latin individuum (Mosak et al., 1999, p. 6).

Table des matières

Compensation, surcompensation et complexes

Compensation, surcompensation et complexes
Compensation des faiblesses

Selon Adler (2013b), tous les nourrissons ont un sentiment d'infériorité et d'insuffisance dès qu'ils commencent à découvrir le monde.

Ces premières expériences, telles que le besoin d’attirer l’attention des parents, façonnent les objectifs inconscients et fictifs de l’enfant. Ils donnent à l'enfant un besoin de s'efforcer de rectifier cette infériorité - un besoin de compenser sa faiblesse en développant d'autres forces.

Plusieurs conséquences peuvent survenir dans la demande d'indemnisation d'un enfant. Premièrement, si l'enfant reçoit des soins et des soins adéquats, il peut accepter ses défis et apprendre qu'ils peuvent être surmontés par un travail acharné. Ainsi, l'enfant se développe « normalement » et développe le « courage d'être imparfait » (Lazarsfeld, 1966, pp. 163-165).

Surcompensation

Cependant, parfois, le processus d'indemnisation tourne mal. Une façon dont cela se produit est que les sentiments d'infériorité deviennent trop intenses et que l'enfant commence à se sentir comme s'il n'avait aucun contrôle sur son environnement. Il s'efforcera d'obtenir une indemnisation avec acharnement, au point que l'indemnisation n'est plus satisfaisante.

Cela culmine dans un état de surcompensation, où l'attention de l'enfant à atteindre son objectif est exagérée et devient pathologique. Par exemple, Adler (1917) utilise la figure du grec ancien Démosthène, qui a eu un terrible bégaiement mais a fini par devenir le « plus grand orateur de Grèce » (p. 22).

Ici, Démosthène a commencé avec une infériorité due à son bégaiement, et a surcompensé non seulement en surmontant son bégaiement, mais en prenant une profession qui serait normalement impossible pour un bègue.

Complexe d'infériorité

La surcompensation peut conduire au développement d'un complexe d'infériorité. Il s'agit d'un manque d'estime de soi où la personne est incapable de rectifier ses sentiments d'infériorité.

Selon Adler (2013a), la marque d'un complexe d'infériorité est que « les personnes s'efforcent toujours de trouver une situation dans laquelle elles excellent » (p. 74). Cette motivation est due à leur sentiment accablant d'infériorité.

Il y a deux composantes de ces sentiments d'infériorité : primaire et secondaire. L'infériorité primaire est le « sentiment original et normal » d'infériorité entretenu par un nourrisson (Stein et Edwards, 2002, p. 23). Ce sentiment est productif, car il motive l'enfant à se développer.

L'infériorité secondaire, d'autre part, est le sentiment d'infériorité chez l'adulte qui se produit lorsque l'enfant développe un sentiment exagéré d'infériorité (p. 23). Ce sont ces sentiments chez l'adulte qui sont nuisibles, et ils constituent le complexe d'infériorité.

Complexe de supériorité

Le complexe de supériorité se produit lorsqu'une personne a besoin de prouver qu'elle est plus supérieure qu'elle ne l'est vraiment. Adler (2013a) donne l'exemple d'un enfant présentant un complexe de supériorité, « impertinent, arrogant et pugnace » (p. 82).

Lorsque cet enfant est traité par psychothérapie, il est révélé que l'enfant se comporte de cette manière impatiente parce qu'il se sent inférieur.

Adler (2013a) affirme que les complexes de supériorité naissent des complexes d'infériorité, ils sont « l'un des moyens par lesquels une personne avec un complexe d'infériorité peut utiliser une méthode pour échapper à ses difficultés » (p. 97).

Typologie de personnalité ou styles de vie

Typologie de personnalité ou styles de vie

Adler n'approuvait pas le concept de types de personnalité, il pensait que cette pratique pouvait conduire à négliger le caractère unique de chaque individu.

Cependant, il a reconnu des modèles qui se sont souvent formés dans l'enfance et pourraient être utiles pour traiter les patients qui s'y adaptent. Il a appelé ces modèles des styles de vie.

Adler (2013a) a affirmé qu'une fois qu'un psychologue connaît le style de vie d'une personne, « il est possible de prédire son avenir parfois simplement en lui parlant et en lui faisant répondre à des questions » (p. 100). le style de vie d'une personne en le comparant à « l'être humain socialement adapté » (p. 101).

Ordre de naissance

>Ordre de naissance

Le terme ordre de naissance fait référence à l'ordre dans lequel les enfants d'une famille sont nés. Adler (2013b, pp. 150-155) croyait que le rang de naissance avait un impact significatif et prévisible sur la personnalité d'un enfant :

Premier-né

Les premiers-nés ont des avantages inhérents du fait que leurs parents les reconnaissent comme «les plus grands, les plus forts, les plus âgés».

Cela donne aux premiers-nés les traits d'un « gardien de la loi et de l'ordre ». Ces enfants ont un grand pouvoir personnel et ils valorisent le concept de pouvoir avec révérence.

Deuxième-né

Les seconds-nés sont constamment dans l'ombre de leurs frères et sœurs aînés. Ils « luttent sans cesse pour la supériorité sous pression », poussés par l'existence de leur frère aîné et plus puissant.

Si le deuxième-né est encouragé et soutenu, il pourra également atteindre le pouvoir, et lui et le premier-né travailleront ensemble.

Cadet

Les plus jeunes enfants opèrent dans un état constant d'infériorité. Ils essaient constamment de faire leurs preuves, en raison de leurs perceptions d'infériorité par rapport au reste de leur famille. Selon Adler, il existe deux types de plus jeunes enfants.

Le type le plus réussi « excelle tous les autres membres de la famille et devient le membre le plus capable de la famille ».

Un autre type de plus jeune, plus malheureux, n'excelle pas parce qu'il manque de la confiance en soi nécessaire. Cet enfant devient évasif et évitant envers le reste de la famille.

Fils unique

Seuls les enfants, selon Adler, sont également un cas malheureux.

Parce qu'il est l'unique objet de l'attention de ses parents, l'enfant unique devient « à un degré élevé dépendant, attend constamment que quelqu'un lui montre le chemin et cherche à tout moment un soutien ».

Ils en viennent aussi à voir le monde comme un endroit hostile en raison de la vigilance constante de leurs parents.


Célébration du Mois de l'histoire des femmes aux États-Unis

Au cours du Mois de l'histoire des femmes aux États-Unis, l'Université Adler célèbre la vie et les réalisations de toutes les femmes et reconnaît la lutte continue pour l'égalité. Reconnaître les expériences et les réalisations des femmes nous permet de mieux comprendre l'histoire de notre pays. Nous pouvons également mieux comprendre les changements systémiques que nous devons encore apporter pour garantir que les droits civils de chacun soient valorisés, indépendamment de l'identité de genre, de la race, de l'origine ethnique, de l'orientation sexuelle ou des capacités.

Nous encourageons la communauté Adler et le public à découvrir et à célébrer les contributions des femmes et à prendre des mesures pour l'égalité des sexes et le bien-être de toutes les femmes.

Mois de l'histoire des femmes

Le Mois de l'histoire des femmes est une célébration des contributions des femmes à la société, à l'histoire et à la culture des États-Unis. En 1980, le National Women's History Project a été fondé par Molly Murphy MacGregor, Mary Ruthsdotter, Maria Cuevas, Paula Hammett et Bette Morgan pour « diffuser les réalisations historiques des femmes » et lutter contre le fait que les femmes manquaient dans de nombreux livres d'histoire. Ils ont réussi à faire pression sur le Congrès pour reconnaître le mois de mars comme le Mois de l'histoire des femmes en 1987.

Le Mois de l'histoire des femmes s'aligne sur la Journée internationale de la femme le 8 mars, une journée célébrant les réalisations sociales, économiques, culturelles et politiques des femmes du monde entier. Il a été reconnu pour la première fois en 1911 et est parrainé par les Nations Unies depuis 1975.

Reconnaître

Célébrer toutes les femmes

Les femmes transgenres et les personnes non binaires ont souvent été délibérément exclues des célébrations du Mois de l'histoire des femmes et de la Journée internationale de la femme. Il est important de reconnaître le rôle que le féminisme trans-exclusionniste a joué à cet égard et le mal que les féministes radicales trans-exclusionnistes (TERF) ont causé en rendant cette journée moins que festive pour de nombreuses femmes. Apprenez-en plus sur Gender Justice, l'Iowa State Daily et Vox.

Nous reconnaissons également que les termes womxn et womyn sont controversés mais peuvent être des signifiants valides de l'identité de genre pour certains lorsqu'ils sont utilisés pour inclure les personnes trans et non binaires.

Nous croyons que tous les individus ont le droit de vivre comme eux-mêmes et doivent être célébrés.

Droit de vote pour toutes les femmes

Le thème du Mois de l'histoire des femmes cette année est « Femmes vaillantes du vote : refuser de se faire taire ». Le thème poursuit la célébration du centenaire du 19e amendement pour « honorer les femmes du mouvement de suffrage original ainsi que les femmes des 20e et 21e siècles qui ont poursuivi la lutte ».

La ratification du 19 e amendement en 1920 a été une réalisation monumentale. Mais il n'accordait pas le droit de vote à toutes les femmes, car de nombreux États avaient leurs propres lois électorales. Ces lois ont empêché les femmes du BIPOC de voter jusqu'à l'adoption du Voting Rights Act de 1965. Apprenez-en plus sur WHYY News et Harper's Bazaar.

La suppression des électeurs continue à ce jour. Découvrez ces organisations qui luttent pour les droits des électeurs : Let America Vote , Fair Fight et l'ACLU .

Célébrer

Nous célébrons les femmes dans l'histoire et la façon dont leurs contributions et leur impact ont façonné les domaines de la justice sociale, de la psychologie et de la santé mentale.

Ida B. Wells-Barnett (1862-1931)

Journaliste, féministe, enseignante et militante des droits civiques de premier plan, Wells-Barnett a utilisé ses compétences en matière d'enquête et d'écriture pour partager les conditions et les expériences des Noirs américains dans le Sud et pour lutter contre le lynchage. Elle a également joué un rôle déterminant dans la fondation de plusieurs groupes faisant avancer la justice pour les Noirs américains.

Wells-Barnett est né en esclavage dans le Mississippi pendant la guerre civile et a été décrété libre par la proclamation d'émancipation à l'âge de six mois, mais était toujours confronté à une immense discrimination et restrictions raciales. Elle a grandi pour écrire sur la race et la politique et est finalement devenue copropriétaire et éditrice du Libre d'expression et phare de Memphis un journal. Elle a enquêté sur des cas de lynchage à Memphis et a publié des conclusions dans le journal et des brochures, provoquant la colère des habitants et la forçant à déménager à Chicago.

Wells-Barnett a co-fondé la National Association for Colored Women en 1896 pour traiter des questions relatives aux droits civiques et au droit de vote des femmes et a été membre fondateur de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). Poursuivant la lutte pour le droit de vote des femmes noires, Wells-Barnett a formé l'Alpha Suffrage Club à Chicago en 1913 en réponse à l'exclusion des femmes noires de la National American Women Suffrage Association. Apprenez-en plus sur Biography , Brittanica et The National Women's History Museum .

Monica Roberts (1962 – 2020)

Roberts était un militant des droits humains trans et un journaliste révolutionnaire qui a fait de grands progrès pour changer la façon dont les personnes transgenres sont représentées dans les médias. Elle a rapporté avec empathie, sensibilité et urgence, en utilisant ses plateformes en tant que journaliste et blogueuse primée, pour sensibiliser à la violence et à l'injustice contre les personnes transgenres à travers le pays.

Roberts est née dans une partie isolée de Houston, au Texas, où elle a été confrontée au racisme, à la transphobie et à la misogynie. Elle a cofondé la National Transgender Advocacy Coalition en 1999 et elle a fait pression pour les droits des transgenres au Texas et au Kentucky. C'est à travers ce travail et en tant que journaliste pour un journal local LGBTQ qu'elle s'est rendu compte du manque de ressources et de couverture des problèmes des personnes trans noires. En 2006, elle a créé TransGriot, un blog pour créer une communauté et une fierté pour les personnes trans noires. Elle a utilisé le blog pour suivre les meurtres de personnes transgenres et corriger les reportages inexacts des médias et des services de police. Son travail a contribué à attirer l'attention nationale sur ce problème, qui est maintenant qualifié d'épidémie.

Roberts, qui s'est décrite comme « une fière femme trans noire sans vergogne qui dit la vérité au pouvoir », continue d'être une source d'inspiration pour les militants des droits des trans et les journalistes. En savoir plus sur Le Washington Post et CNN.

Sadie "Tee" Dreikurs (1900 - 1996)

Dreikurs est connue pour son travail de pionnière en tant que thérapeute, artiste et travailleuse sociale. Souvent considérée comme la « matriarche de l'art-thérapie », elle a défendu la création artistique collective pour aider les individus à guérir et à trouver une communauté.

Enfant, elle s'est inscrite à la Jane Addams Hull House pour des cours d'art, où elle est venue vivre et travailler avec Jane Addams. Beaucoup plus tard, grâce à Hull House, elle a rencontré son futur mari Rudolf Dreikurs, un psychologue adlérien de renommée internationale. Elle a commencé à explorer la psychologie adlérienne et a créé des méthodes d'art-thérapie basées sur les principes adlériens, telles que la «peinture de groupe», une technique qu'elle a créée pendant son temps en tant que professeur d'art à Hull House.

"L'un des événements les plus influents de ma vie a été l'étude de la psychologie adlérienne, car ce n'est pas seulement une psychologie, c'est une philosophie de la vie, et cela m'a beaucoup changé", a-t-elle déclaré. "Cela a certainement fait de moi une personne plus courageuse."

En 1952, elle aida Rudolf à fonder l'Institut Alfred Adler de Chicago, aujourd'hui l'Université Adler. Dix ans plus tard, elle a commencé sa carrière en tant qu'art-thérapeute et, en 1974, elle a formé le programme d'art-thérapie de l'institut. Son héritage se perpétue aujourd'hui à travers les étudiants et les professeurs d'art-thérapie de l'Université Adler, et dans le domaine de l'art-thérapie. Regarder Sadie “Tee” Dreikurs : partenaire dans l'histoire Un documentaire vidéo et apprenez-en plus sur AdlerPedia, le Tribune de Chicago, et Hull House Museum

Découvrez d'autres femmes leaders en matière d'égalité des sexes et de santé mentale.

Apprendre et Soutien

Événements et ressources :

Passer à l'action:

    à l'administration Biden-Harris pour soutenir les travailleuses de couleur. fournir des protections cohérentes et explicites contre la discrimination aux personnes LGBTQ par le biais du mouvement Me Too

Liste de lecture:

Organisations à suivre et à soutenir :

    – Organisation de Chicago qui s'attaque aux défis auxquels les femmes sont confrontées chaque jour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes à travers le monde - Bâtit une communauté socialement juste avec les filles, les jeunes transgenres et les jeunes au genre non conforme en développant le leadership, en favorisant l'estime de soi et en encourageant l'expression créative à travers la musique - Mouvement de jeunes femmes qui sont prêtes et désireux de devenir la prochaine génération de dirigeants politiques – Autonomise et soutient l'avancement des femmes noires et des survivantes de violences sexuelles – Mouvement dédié à garantir que chaque femme et fille puisse atteindre son plein potentiel, être à l'abri de la violence et vivre ses rêves

Tome II 1918

Tome II Janvier-Février 1918 N°1

La lutte des classes
Consacré au socialisme international. Publié par la Socialist Publication Society, New York City

Tome II Mars-Avril 1918 N°2

La lutte des classes
Consacré au socialisme international. Publié par la Socialist Publication Society, New York City

Editeurs : Louis B. Boudin, Louis C. Fraina, Ludwig Lore

Conditions de travail changeantes en temps de guerre. Par Florence Kelley 129
La question foncière dans la révolution russe par W. D 143
Former une psychose de guerre par le Dr John J. Kallen 161
L'avenir de la révolution russe Par Santeri Nuorteva 171
La tragédie de la révolution russe
Deuxième acte. Par L.B. Boudin 186
Autodétermination des nations et autodéfense Par Karl Liebknecht 193
L'Allemagne, le Libérateur. Par Ludwig Lore 204
L'État en Russie – Ancien et Nouveau Par Leon Trotzky 213
Affaires en cours:

Le nouveau danger : la paix par la négociation par B
Rappel Berger par B
Stratégie et Conscience By B
Documents pour la future histoire socialiste 237
Le soulèvement des bolcheviks par Karl Kautsky
Les mineurs britanniques et la guerre par Robert Smillie


Tome II mai-juin 1918 n° 3

La lutte des classes
Consacré au socialisme international. Publié par la Socialist Publication Society, New York City

Tome II Septembre-Octobre 1918 N°4

La lutte des classes
Consacré au socialisme international. Publié par la Socialist Publication Society, New York City

Editeurs : Louis C. Fraina et Ludwig Lore

Le procès I. W. W. Par Ludwig Lore 377 – 383
La Russie soviétique parle à la Grande-Bretagne Par Maxim Litvinoff 384 – 387
La paix armée dans le Pacifique Par Sen Katayama 388 – 404
La tâche principale de nos jours Par N. Lénine 405 – 409
Laborisme et socialisme Par Louis C. Fraina 410 – 431
Une lettre ouverte aux libéraux américains par Santeri Nuorteva 432 – 454
Reconstruction en Russie 455 – 491
Éditoriaux 492 – 520

Les perspectives de paix par F
Spargo, Simons et le soldat Kopelin par L
L'A.F. de L. Labour Mission Par F
Progrès en arrière par L
L'impérialisme en action par F


Tome II décembre 1918 n°5

La lutte des classes
Consacré au socialisme international. Publié par la Socialist Publication Society, New York City

Editeurs : Louis C. Fraina et Ludwig Lore

Une lettre aux ouvriers américains par N. Lénine 521-533
Combler le fossé du socialisme d'État Par william J. Fielding 534-541
En captivité britannique par Léon Trotzky 542-555
Un document finlandais par Z. Hoglund (Stockholm) 556-559
Le réveil de l'Autriche Le dernier discours de Victor Adler 560-572
Lettre aux socialistes polonais (27 septembre 1880) 573-575
Par Karl Marx, Friedrich Engles, Paul LaFargue, F. Lessner
Nouvelle Allemagne par Ludwig Lore 576-591
Le torrent de la révolution par Maxim Gorki 592-599
Une interprétation japonaise des récentes émeutes alimentaires par Sen Katayama 600-606
Déterminisme économique et menchevik Par Maurice Blumlein 607-616
Éditoriaux :

La bulle a éclaté par L 617
Eugène V. Debs Par L 622
Le drapeau rouge par L 622
Une mesure pour tous par L 628
"Nos" Délégués de la Paix Par L 630
Victor Adler Par L 632

Documents

Une protestation du Parti travailliste indépendant d'Angleterre 634
Un appel du gouvernement soviétique 636
Abrogation du traité de Brest entre la Russie et la Turquie Note 637 de Chicherin



Référent [ redigera | wikitexte redigera ]

Noter [ redigera | wikitexte redigera ]

  1. ^ [uneb] Bibliothèque nationale de France, data.bnf.fr  : öppen dataplattform , en ligne, le: 10 octobre 2015, licences: öppen licens, (Källa från Wikidata)
  2. ^ [uneb] SNAC, SNAC Ark-ID : w63n27cw, omnämnd som : Friedrich Adler (assassin), en ligne, le 9 octobre 2017, (Källa de Wikidata)Walter Schellenberg & Schutzstaffel, Sonderfahndungsliste G.B. , Schutzstaffel, omnämnd som: Doctor Friedrich Adler, The Black Book ID : 729, läst: 9 octobre 2017, (Källa de Wikidata)Aleksandr M. Prochorov (red.), "Адлер Фридрих", ольшая советская нциклопедия  : [в 30 т.] , tredje utgåvan, Большая Российская энциклопедия, 1969, dernier: 27 septembre 2015, (Källa från Wikidata)est en ligne, www.parlament.gv.at, (Källa från Wikidata)Svensk uppslagsbokArkiverad 14 juillet 2014 hämtat de la Wayback Machine.

Tryckta källor [ redigera | wikitexte redigera ]


Histoires-Entreprises.com

Entreprise publique
Incorporation : 1896 sous le nom de Deutsche Triumph Fahrradwerke AG
Employés : 4 509
Ventes : 702,6 millions d'euros (528 millions de dollars) (2001)
Bourses : Francfort
Symbole boursier : TWN
NAIC : 421420 Grossistes en matériel de bureau 233310 Fabrication et construction de bâtiments industriels 335999 Fabrication de tous les autres équipements et composants électriques divers 339992 Fabrication d'instruments de musique 339931 Fabrication de poupées et de jouets en peluche 339932 Fabrication de jeux, de jouets et de véhicules pour enfants


Perspectives de l'entreprise :
Impression, copie, télécopie et présentation. Triumph-Adler : Nous sommes des Experts@Output, profitant de la croissance dynamique des marchés de la communication numérique. En tant que leader du marché allemand de la vente et de l'entretien de solutions de production, notre objectif est de poursuivre notre croissance en Allemagne et en Europe, en tirant parti des opportunités supplémentaires offertes par notre forte marque Triumph-Adler.


Dates clés:
1896 : La Deutsche Triumph Fahrradwerke AG est fondée à Nuremberg.
1909 : Triumph se lance dans la fabrication de machines à écrire.
1953 : Triumph est repris par Max Grundig, fusionné avec Adlerwerke, et rebaptisé Triumph-Adler.
1968 : Litton Industries Inc. devient le nouvel actionnaire majoritaire de l'entreprise.
1979 : Triumph-Adler est racheté par Volkswagen AG.
1985 : La société est renommée TA Triumph-Adler AG.
1986 : Le groupe italien Olivetti reprend l'entreprise.
1994 : Olivetti cède à un groupe d'investisseurs allemands Triumph-Adler devient une holding de gestion.
1997 : La production de machines à écrire à Francfort-sur-le-Main est fermée.
2000 : Triumph-Adler déclare que les solutions d'imagerie et de sortie sont son cœur de métier.

TA Triumph-Adler AG est le premier fournisseur allemand de services de distribution d'équipements d'impression, de copie et de présentation. La division Experts@output de la société distribue et entretient des imprimantes laser et des copieurs pour plus de 22 000 clients dans plus de 80 sites. À l'origine fabricant de vélos, l'entreprise envisage son avenir comme des solutions de sortie sur Internet pour les documents et les données sous forme électronique. L'autre pilier de l'entreprise est la société holding TA Beteiligung, qui supervise plusieurs entreprises de taille moyenne dans des domaines aussi divers que les jouets et les loisirs, la technologie de la construction et l'électronique. TA Beteiligung devrait entrer en bourse en 2003.

Fabrication de vélos, de motos et de machines à écrire : 1896-1913

Au tournant du XIXe siècle, le monde est balayé par un flot d'innovations techniques qui ouvre la voie à l'industrialisation. L'un d'eux était le vélo. Dans les années 1890, le nouveau véhicule a pris d'assaut le public. Le prédécesseur du vélo moderne, le Vélocipède, était équipé d'une roue avant géante et ne convenait qu'aux acrobates. En 1884, cependant, deux Anglais inventèrent une version avec des roues beaucoup plus petites qui devint de plus en plus populaire. À peu près à la même époque, deux entrepreneurs allemands - Siegfried Bettmann et M. Schulte - ont fondé une entreprise de bicyclettes à Coventry, en Angleterre, la Triumph Cycle Company Ltd. En juillet 1896, ils ont créé une filiale à Nuremberg, en Allemagne - la Deutsche Triumph Fahrradwerke AG.

Six mois après sa création, Deutsche Triumph a ouvert le Velodrom, une école de conduite pour cyclistes. Le Velodrom se composait d'un terrain d'entraînement en plein air et d'une piste cyclable couverte où les clients Triumph pouvaient apprendre à maîtriser leurs nouveaux véhicules. Le dimanche après-midi, une foule de spectateurs curieux a regardé les cyclistes en herbe démontrer leur progression, tout en sirotant un café et en écoutant de la musique live. L'effort de promotion créative a porté ses fruits. Deutsche Triumph a réalisé un bénéfice de 10 % sur un million de reichsmarks de ventes au cours de la première année commerciale complète de l'entreprise.

Cependant, la vente de vélos était un commerce saisonnier et l'entreprise cherchait de nouvelles opportunités commerciales. Lorsque la demande de vélos s'est tarie pendant la saison froide, Deutsche Triumph a utilisé ses capacités de production pour fabriquer des machines à cigarettes, des tables d'opération, des ascenseurs et des sommiers à ressorts. Au début du 20e siècle, l'automobile attira l'attention du public. Cependant, l'intérêt public intense ne s'est pas immédiatement traduit en achats, en raison du coût immense. Ce fut l'occasion pour un autre nouveau véhicule qui offrait la commodité de la puissance motrice mais à un prix beaucoup plus bas : la moto. Après que l'ingénieur allemand Gottlieb Daimler ait inventé la première moto au monde en 1885, un certain nombre de constructeurs ont sauté sur l'occasion. L'un d'eux était Deutsche Triumph, qui présenta son premier modèle de moto en 1903. L'entreprise se rendit vite compte que le marché allemand était encore très limité et décida en 1907 d'abandonner les motos et de se concentrer uniquement sur les vélos.

Seulement deux ans plus tard, Deutsche Triumph s'est aventuré dans un autre nouveau domaine en reprenant la production d'un fabricant de machines à écrire en faillite à Nuremberg. La machine à écrire Norica est devenue le deuxième produit clé de l'entreprise et, en 1911, Deutsche Triumph a été rebaptisée Triumph-Werke Nüumlrnberg AG Nürnberg. Deux ans plus tard, Triumph-Werke devenait indépendante de sa maison mère anglaise.

Pendant la Première Guerre mondiale, de 1914 à 1919, Triumph-Werke a fourni des fournitures cruciales pour la guerre : des lits et des tables pour les hôpitaux de campagne, des fusibles et des munitions. Après la guerre, l'entreprise a repris la production de motos et a lancé Knirps, la première moto allemande avec un moteur à deux temps. La popularité des motos a augmenté au cours des années 1920, renforçant les ventes de Triumph-Werke. Au cours de l'exercice 1923-24, la production de l'entreprise s'élevait à 1 600 motos. Cinq ans plus tard, il était passé à plus de 13 500. Triumph-Werke a également continué à fabriquer des vélos, atteignant presque la production d'avant-guerre d'environ 16 000 en 1921. Cependant, la demande de vélos a commencé à décliner en 1927 et Triumph-Werke a réuni les divisions vélo et moto sous un même toit organisationnel. En 1928, la société a lancé une nouvelle moto, la K9 Supra, qui était si petite qu'un permis de conduire n'était pas nécessaire pour la conduire. Pendant une courte période, Triumph-Werke a également fabriqué des motos à quatre temps, mais les a abandonnées à la fin des années 1930.

En 1920, Triumph-Werke a également recommencé à fabriquer des machines à écrire, continuant avec le modèle d'avant-guerre Triumph 2. En 1925, la société a reçu une commande de 600 machines à écrire de la division des services télégraphiques de la poste allemande, la Deutsche Reichspost. Trois ans plus tard, une machine à écrire Triumph a été expédiée au Vatican et la société a reçu l'aval du pape lui-même. Les machines à écrire de Triumph ont été continuellement améliorées tout au long des années 1920. En 1928, la société a introduit trois modèles de machines à écrire plus petits : Durabel, Norm 6 et Perfect. Au milieu des années 1930, Triumph-Werke a érigé un tout nouveau bâtiment pour la production en grande série de sa machine à écrire standard. De plus, l'entreprise a élargi sa gamme de produits dans le secteur des équipements de bureau et a commencé à fabriquer des machines à additionner. En 1938, Triumph-Werke employait environ 1 800 personnes et gagnait 15 millions de Reichsmark par an.

En 1939, l'Allemagne entra à nouveau en guerre et l'économie du pays fut administrée par le gouvernement national-socialiste. Le pilier de Triumph-Werke à cette époque était sa moto BD 250, que l'armée allemande commandait par milliers. En 1940, la production de machines à écrire à usage civil a été restreinte et a complètement cessé à la fin de 1942.

La Seconde Guerre mondiale a laissé les bureaux et les installations de production de l'entreprise pratiquement intacts. Triumph-Werke a ensuite obtenu un permis de production et a commencé à fabriquer des machines à écrire, des vélos et des remorques de vélo, des brouettes et des chariots tirés à la main. En 1948, la société a également repris la fabrication de motos et en 1953 a lancé une nouvelle gamme de cyclomoteurs et de scooters. Le milieu des années 50 a également vu une nouvelle machine à écrire Triumph, appelée Matura, équipée d'un mécanisme de retour de chariot breveté.

Perte de terrain et indépendance : 1956-93

En 1953, le rachat de Triumph-Werke par l'entrepreneur allemand Max Grundig, dont le cœur de métier était l'électronique grand public, mit fin à l'indépendance de l'entreprise. Grundig a réorganisé l'entreprise pour se concentrer sur les machines de bureau et a arrêté la production de véhicules. Les efforts de recherche et développement (R&D) ont été orientés vers de meilleures machines à écrire électriques qui devenaient de plus en plus populaires pour leurs caractéristiques plus confortables. Avec le développement du traitement électronique des données, Triumph-Werke a introduit un perforateur de type télex en 1956. La nouvelle machine à écrire familiale de Triumph - un nom inspiré par la petite-fille de Grundig Gabriele - a suivi un an plus tard. Autre nouveauté, la machine à facturer automatisée F3, équipée d'un connecteur pour perforer les cartes, a marqué le début de l'ère de l'informatique de bureau. La nouvelle machine à écrire électrique de la société Electric 20 est devenue son modèle standard des années 1960. Il a été utilisé par le champion du monde de dactylographie à Vienne en 1961, qui a marqué 647 coups par minute, établissant un nouveau record du monde.

En 1957, Triumph-Werke a acquis une part minoritaire dans le fabricant de machines à écrire Adler basé à Francfort/Main. Ensemble, les deux sociétés contrôlaient plus de 50 % du marché allemand des machines à écrire. En 1968, Triumph-Werke détenait une participation de 82 pour cent dans Adler, et cette dernière a fusionné avec Triumph et la société a été renommée Triumph-Adler. Juste au moment où l'intégration des deux sociétés a été achevée, Grundig a vendu Triumph-Adler à Litton Industries Inc, basée à Beverly Hills.

Soutenue par la nouvelle maison mère, Triumph-Adler part à la conquête du marché en pleine croissance des micro-ordinateurs. En 1969, la société a introduit la nouvelle série d'ordinateurs TA 100. La division micro-ordinateurs de Triumph-Adler - comprenant la R&D, la fabrication, le marketing et la distribution - était basée au siège de Nuremberg. En 1971, la société a lancé le TA 10, surnommé "l'ordinateur du peuple". Elle avait la taille d'une valise et était proposée à un prix compétitif. Seulement deux ans plus tard, Triumph-Adler avait vendu plus de 10 000 ordinateurs. Pourtant, les machines à écrire représentaient plus de 60 pour cent des ventes totales de l'entreprise. En 1977, Triumph-Adler a acquis le groupe Royal basé aux États-Unis, utilisant les usines de production et le réseau de distribution de l'entreprise pour pénétrer le marché américain. Dix ans après le rachat de Litton, les ventes de Triumph-Adler avaient décuplé. Les micro-ordinateurs professionnels de l'entreprise détenaient une part de marché de 19 % en Allemagne, une part supérieure à celle de tout autre concurrent.

En mars 1979, le constructeur automobile allemand Volkswagen AG a acheté 55 % du capital social de Triumph-Adler, en rachetant 43 % supplémentaires à Litton et German Diehl GmbH en 1980. La société, qui comptait en 1980 plus de 17 000 employés, a été rebaptisée Triumph-Adler. AG für Büro- und Informationstechnik.

Cette année-là a marqué le début d'une ère difficile pour Triumph-Adler, la société faisant état d'une perte de 50 millions de DM. Au cours des années suivantes, la haute direction s'est concentrée sur la réduction des effectifs et la restructuration. Les effectifs de l'entreprise ont été réduits de moitié et la distribution a été étendue aux grands magasins. Aucune de ces mesures n'a cependant empêché l'entreprise de prendre du retard sur la concurrence. En 1986, Triumph-Adler n'était que le numéro cinq sur le marché allemand des micro-ordinateurs professionnels, sa part de marché s'étant réduite à 6,4 %. Cette année-là, Volkswagen a vendu la plupart de ses participations dans Triumph-Adler au groupe italien Olivetti, l'un des principaux concurrents européens de l'entreprise.

La nouvelle société mère, cependant, n'a pas été en mesure de sauver l'entreprise de sa chute, causée par les ordinateurs personnels IBM de plus en plus populaires qui ont rapidement remplacé l'ancienne technologie de micro-ordinateur. En 1988, le nombre d'employés ainsi que les revenus de l'entreprise avaient diminué à moins de la moitié des chiffres de 1984. Seule la division des machines à écrire de l'entreprise a réalisé un bénéfice.

Au début des années 90, Triumph-Adler est devenu le siège d'Olivetti pour les machines de bureau et un fabricant d'équipement d'origine pour d'autres fabricants d'ordinateurs. En 1991, la société a lancé un ordinateur portable auto-développé. Cependant, la baisse rapide des prix des composants matériels informatiques et le coût de développement du nouvel ordinateur portable TA ont fortement poussé l'entreprise dans le rouge. De plus, la société mère Olivetti était également en difficulté, réduisant d'un tiers les commandes de Triumph-Adler. Toutes les installations de production de la société à Nuremberg, Fürth et Schwandorf ont été fermées tandis que la production a été déplacée hors du pays. La plupart des actifs de la société, tels que des biens immobiliers et des machines, ont été vendus pour couvrir une partie des 160 millions de DM de pertes subies par Olivetti en 1992 seulement.

En 1993, la Triumph-Adler était réduite au quart de sa taille précédente. Il ne restait en fait qu'à l'entreprise de production de machines à écrire à Francfort-sur-le-Main. Cette année-là, Olivetti a décidé de se débarrasser de l'entreprise déficitaire et a annulé l'accord avec Triumph-Adler qui garantissait que la société mère italienne serait responsable de compenser les pertes de Triumph-Adler. Olivetti a ensuite intégré la filiale de distribution de machines de bureau de Triumph-Adler, Triumph-Adler Vertriebs GmbH, dans sa propre entreprise.

Nouveau départ en tant que société de gestion en 1994

En 1994, un groupe d'investisseurs, comprenant deux banques, une compagnie d'assurance et des investisseurs privés, a acheté ce qui restait de l'ancien fabricant international de machines à écrire de marque. En quelques mois, ils ont transformé l'ancienne entreprise manufacturière en une holding de gestion pour les entreprises de taille moyenne.Ces entreprises - l'épine dorsale de l'économie allemande - étaient aux prises avec plusieurs problèmes, notamment le défi de trouver des successeurs pour leur entreprise si leurs propres enfants n'étaient pas disponibles pour l'entreprise familiale en finançant des efforts de recherche et de développement ou des investissements plus importants et en organisant et en gérant leur plus efficacement sur des marchés de plus en plus concurrentiels. La nouvelle direction de Triumph-Adler a offert un cadre sous lequel ces entreprises de taille moyenne pourraient mieux relever ces défis. L'idée derrière le modèle de holding de gestion était de réaliser des bénéfices plus élevés en regroupant les ressources et le savoir-faire de plusieurs entreprises de taille moyenne dans le même secteur ou le même marché, tout en gardant intacte leur organisation plate et plus flexible.

Equipée de plusieurs centaines de millions de cash provenant des impayés d'Olivetti, la nouvelle holding Triumph-Adler s'est lancée dans une virée shopping. En plus de la participation déjà existante dans les produits de bureau, Triumph-Adler a acquis une grande variété d'entreprises, des fabricants de jouets aux produits de santé, et les a organisées en quatre grandes divisions commerciales : TA Office, TA Toys & Leisure, TA Health et TA BauTech. Ces derniers comprenaient un certain nombre de fabricants et de prestataires de services de l'industrie de la construction.

En 1997, Triumph-Adler a fermé son usine de machines à écrire à Francfort-sur-le-Main. Au milieu des années 90, le marché des machines à écrire avait considérablement diminué, d'environ 30 % en 1996 seulement. Les ordinateurs personnels avaient gagné la course contre les capacités plus limitées de la machine à écrire. Bien qu'en 2001, l'entreprise vendait encore des machines à écrire Triumph-Adler pour 12,7 millions d'euros, l'entreprise n'était plus rentable.

Pendant la plus grande partie de la fin des années 90, Triumph-Adler a semblé ajouter ou céder au hasard ses diverses filiales. En 1997, l'entreprise a vendu sa division santé qu'elle avait acquise deux ans plus tôt. En 1998, le holding de gestion a ajouté une nouvelle division commerciale dans le domaine de l'électronique après l'acquisition du groupe Hueco, un fabricant de composants électriques et électroniques pour l'industrie automobile. En 1999, Triumph-Adler a organisé une offre publique d'achat pour sa filiale Zapf, un fabricant de poupées basé à Rödental près de Cobourg avec une longue tradition. Il a été créé à la bourse de Francfort sous le nom de Zapf Creation AG. La même année, la société a acquis les sociétés Bell-Hermetics, Concord, Migua, PPE et UTAX, dont certaines ont été revendues peu de temps après.

Cependant, le concept du Mittelstandsholding n'a pas semblé apporter les bénéfices attendus par la direction et les investisseurs. Le portefeuille de l'entreprise s'était diversifié dans de nombreux domaines qui n'étaient liés d'aucune façon. En 2000, la haute direction de Triumph-Adler a décidé de rationaliser son portefeuille et de se concentrer sur les technologies d'impression, d'imagerie et de présentation de bureau. La nouvelle division principale a été rebaptisée Triumph-Adler Experts @ Output. La nouvelle stratégie de la société comprenait la cession de filiales non liées au cœur de métier et l'acquisition de nouvelles participations dans la zone définie. En mai 2001, Triumph-Adler a vendu ses actions restantes dans Zapf Creation. L'entrée de trésorerie de 30 millions d'euros a évité à l'entreprise d'avoir à déclarer une perte au cours de l'exercice 2001. Pour l'avenir, Triumph-Adler prévoyait de céder ses participations dans les domaines des jouets et loisirs, de la technologie de la construction et de l'électronique d'ici 2003 .

Filiales principales : Experts Triumph-Adler @ Output GmbH Triumph-Adler Output Solutions GmbH TA Leasing GmbH Triumph-Adler Ost GmbH Triumph-Adler NordWest GmbH Triumph-Adler SüdOst GmbH UTAX GmbH UTAX (UK) Ltd. Triumph-Adler A-Vi -Tec Präsentations- und Medientechnik GmbH (97%) Présentation Produits Europe Holding BV (Pays-Bas 85%) TA electronic Holding GmbH TA BauTech Holding GmbH Concord Kinderautositze GmbH & Co. KG Tectro Spielwaren GmbH Triumph-Adler SüdWest GmbH.

Concurrents principaux : Buhrmann NV Guilbert S.A. Staples, Inc.

  • 100 Jahre Triumph-Adler, Nuremberg, Allemagne : Triumph-Adler AG, 1996, 31 p.
  • « In wenigen Wochen das Unternehmensprogramm weit aufgefächert », Frankfurter Allgemeine Zeitung , 26 septembre 1994, p. 22.
  • "Kein Lichtblick für Triumph-Adler", Süddeutsche Zeitung, 25 mai 1993.
  • "Olivetti kündigt Beherrschung mit Triumph-Adler", Süddeutsche Zeitung, 13 octobre 1993.
  • « TA will keine neuen Geschäftsfelder mehr », Frankfurter Allgemeine Zeitung , 16 novembre 1999, p. 25.
  • « Triumph-Adler gibt eigene Fertigung von Schreibmaschinen auf », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 25 septembre 1997, p. 28.
  • « Triumph Adler kauft weiter Unternehmen », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 4 mars 1995, p. 20.
  • « Triumph-Adler will durch internetgesteuerte Drucksysteme wachsen », dpa, 12 mai 2000.
  • "Unternehmensverkauf muss nicht völlige Trennung bedeuten", Frankfurter Allgemeine Zeitung, 28 décembre 1998, p. 22.
  • "Verkäufe verhindern Verlust bei Triumph-Adler", Frankfurter Allgemeine Zeitung , 22 mars 2002, p. 21.

Source : Répertoire international des histoires d'entreprises, Vol. 48. St. James Press, 2003.


Friedrich Adler

Né le 9 juillet 1879, décédé le 2 janvier 1960. Chef du Parti social-démocrate autrichien et théoricien de l'austro-marxisme, fils de Viktor Adler.

Entre 1907 et 1911, Adler était professeur privé à l'université de Zurich à la faculté de physique théorique. Il rejoint alors le mouvement social-démocrate. Adepte de la philosophie de Machásquos, de 1911 à 1916, il fut secrétaire du Parti social-démocrate autrichien. V. I. Lénine a critiqué le point de vue d'Adler dans son travail Matérialisme et empiriocriticisme. De 1914 à 1916, Adler était membre de la soi-disant Gauche marxiste, un groupe centriste du Parti social-démocrate autrichien. Il privilégiait la « neutralité » du prolétariat par rapport à la guerre impérialiste et niait la nécessité d'une lutte révolutionnaire de masse contre la bourgeoisie impérialiste dans son pays. Le 21 octobre 1916, il a abattu Stürgkh, le chef du gouvernement. V. I. Lénine a appelé cet acte de terreur individuelle " acte de désespoir kautskiste " (Poln. sobr. soch., 5e éd., vol. 49, p. 313). Adler a été condamné à mort, mais la peine a été commuée en une peine d'emprisonnement de longue durée. Après sa libération par un acte d'amnistie (1er novembre 1918), Adler reprit un travail actif dans le parti et devint ouvertement réformiste. Il était l'un des dirigeants de la Deuxième Internationale et Demi (1921-23), devenant plus tard secrétaire du comité exécutif de la soi-disant Internationale Socialiste Ouvrière (1923-40). Dans les dernières années de sa vie, Adler était lié à la direction de l'Internationale socialiste. Il luttait contre le mouvement communiste et rejetait toute tentative d'unification des travailleurs. Niant l'existence d'une nation autrichienne, Adler s'est félicité de la Anschluss. A partir de 1946, il a vécu à Zurich.


Friedrich Adler - Histoire

L'Université Adler célèbre les réalisations des Noirs aux États-Unis et au Canada, reconnaissant leurs capacités à naviguer dans des structures qui n'ont pas été construites pour leur succès. Nous reconnaissons également les communautés qui ont façonné ces personnes hautement accomplies, créé des avenues pour leurs réalisations et soutenu leur succès. Nous étudions l'histoire des Noirs pour combler les lacunes dans notre compréhension de l'histoire de nos nations, qui comprend la vie, les contributions et les luttes des Noirs.

Reconnaître l'histoire des Noirs n'est pas seulement une étude du passé, mais aussi de notre présent et de notre avenir. L'histoire continue d'être écrite, comme nous l'avons vu le 20 janvier lorsque Kamala Harris est devenue la première femme noire à prêter serment en tant que vice-président des États-Unis.

Nous encourageons la communauté de l'Université Adler à travers les campus et le public à se joindre à nous en ce Mois de l'histoire des Noirs pour apprendre, participer et célébrer.

Le noir Mois de l'histoire

Le Mois de l'histoire des Noirs est une célébration annuelle, originaire des États-Unis, pour reconnaître les contributions et les réalisations des Noirs.

L'éminent historien noir Carter G. Woodson, Ph.D. a été inspiré pour promouvoir l'étude de l'histoire des Noirs après avoir participé à une célébration nationale du 50e anniversaire de l'émancipation à Chicago en 1915. En février 1926, le Dr Woodson a lancé une semaine de célébration de l'histoire des Noirs. Il a consacré sa carrière à l'étude et au partage de la vie afro-américaine. Apprenez-en plus auprès de l'Association pour l'étude de la vie et de l'histoire afro-américaines.

Certaines communautés américaines ont commencé à étendre la semaine en une célébration d'un mois dans les années 1940. Le Mois de l'histoire des Noirs a été officiellement reconnu par le gouvernement américain en 1976 et par le Canada en 1995.

"Si la race n'a pas d'histoire, elle n'a pas de tradition valable, elle devient un facteur négligeable dans la pensée du monde et elle risque d'être exterminée." – Dr Carter G. Woodson.

Participer

Rejoignez-nous pour les nombreux événements du Mois de l'histoire des Noirs qui se déroulent à l'Université Adler.

Célébrer

Nous reconnaissons et sommes reconnaissants envers les nombreux psychologues, dirigeants et défenseurs noirs qui ont façonné nos domaines de la psychologie, de la santé mentale et de la justice sociale. Voici quelques-uns:

Drs. Kenneth B. et Mamie Phipps Clark

Apprenez-en davantage sur les pionniers noirs en santé mentale de Mental Health America et lisez des histoires sur les Canadiens noirs de la BC Black History Awareness Society.

Apprendre et Soutien

Organisations à suivre et à soutenir :

    – Défend et défend les droits des personnes opprimées à Chicago – Organisé par la conseillère en santé mentale de Chicago Cicely Green – Travaille à faire avancer les intérêts sociaux, économiques, politiques et culturels des Canadiens noirs – Organisation dirigée par la communauté qui cherche à améliorer le bien-être être des communautés noires au Canada - à but non lucratif basée à Chicago qui permet aux jeunes artistes et militants de lutter contre le racisme et la violence sexiste contre les filles et les femmes. – Offre du mentorat et du développement communautaire pour améliorer la qualité de vie et les opportunités éducatives pour les hommes noirs dans la région du Grand Chicago - Conçoit des campagnes pour mettre fin aux pratiques qui freinent injustement les Noirs - Travaille avec les Noirs pour transformer les communautés, renforcer le pouvoir politique des Noirs , et changer la façon dont le pouvoir fonctionne - Favorise le bien-être social, politique, économique et culturel des personnes d'ascendance africaine à Vancouver et en Colombie-Britannique - Une communauté internationale croissante de professionnels et d'étudiants noirs dans le domaine de l'art-thérapie - S'efforce de combler l'écart d'espérance de vie de 20 ans entre les communautés mal desservies et les communautés à revenu élevé à Chicago – Travaille avec les adolescents et les familles du BIPOC pour réduire la stigmatisation liée à la santé mentale et fournir des recherches pour une santé mentale optimale des adolescents - Cherche à soutenir et à mettre en valeur les contributions de Artistes noirs au Canada et à l'étranger
  • Entreprises appartenant à des Noirs à Chicago et à Vancouver

Friedrich Adler - Histoire

Adler avait crié « A bas l'absolutisme ! Nous voulons la paix ! » alors qu'il tirait sur Stürgkh. Franz Joseph a été choqué qu'un jeune intellectuel bien connu ait ressenti le besoin de tuer un ministre sans grande importance personnelle. Il a été assuré par ses ministres survivants que l'assassinat avait été une protestation contre l'utilisation du tristement célèbre article XIV de la constitution de 1867, autorisant le gouvernement par décret. Le refus de Stürgkh de rappeler le Parlement en session n'avait laissé aucun moyen de protester. Franz Joseph a nommé Ernst von Koerber, un habile négociateur, comme nouveau ministre-président. Koerber a rapidement rappelé le parlement en session.

Le meurtre a-t-il eu un impact sur la politique ?
Une critique courante des assassinats est qu'ils ont rarement un impact - ou en fait se retournent contre eux.

Adler avait été saisi immédiatement après l'assassinat par un autre des convives : Franz von Aerhenthal, frère du défunt ministre des Affaires étrangères, Alois von Aerhenthal. Adler espérait obtenir la plus large publicité possible pour son opinion selon laquelle la guerre devait prendre fin. La guerre continua. Au palais de Schönbrunn, François-Joseph s'est penché sur des cartes et des récits de la fin de l'offensive de Brusilov en Galicie et a travaillé sur les plans d'un nouveau royaume polonais, sous la direction, espérons-le, de l'archiduc Karl Stephen, un archiduc relativement polonais. Deux semaines de consultations avec les chefs de parti du Reichsrat élus en 1911 ont été nécessaires pour que le nouveau ministre-président, Ernst von Koerber, forme le nouveau gouvernement. , le 21 novembre 1916, François-Joseph mourut d'une pneumonie et le nouvel empereur, Karl Ier, prit la relève.


Friedrich Adler - Histoire

Le procès de sorcellerie à Moscou

Source : Cette brochure a été publiée par la Commission d'enquête sur les conditions des prisonniers politiques, et en Grande-Bretagne, elle a été publiée en 1936 sous l'empreinte de Labor Publications, Transport House, Smith Square, Londres SW1.

Transcrit : Scanné, préparé et annoté pour le Marxist Internet Archive par Paul Flewers.

Friedrich Adler (1879-1960) était un social-démocrate autrichien de longue date, et était surtout connu pour son assassinat du Premier ministre autrichien le comte Karl von St&# 252rgkh à Vienne en octobre 1916 pour protester contre la Première Guerre mondiale. Il était le fils de Viktor Adler, l'un des fondateurs du Parti social-démocrate autrichien (SPÖ). Il rejoint le SP&# 214 en 1897, devient le rédacteur en chef de son journal Der Kampf en 1907, et a été secrétaire général du parti en 1911-14 et 1918-23. Condamné à mort pour avoir tiré sur von St&# 252rgkh, sa peine a été commuée en réclusion à perpétuité, et il a été libéré lorsque l'Empire austro-hongrois s'effondrait en 1918. Il a présidé le Conseil autrichien des travailleurs et des soldats après sa libération, était le secrétaire de l'Internationale ouvrière et socialiste en 1923-46, et a dirigé l'organisation d'exil des socialistes autrichiens qui a été fondée en 1938. Il s'est opposé à la restauration d'une Autriche indépendante après la Seconde Guerre mondiale et a vécu à Zurich jusqu'à sa mort.

Le récit officiel en anglais du premier procès de Moscou s'intitule Le cas du centre terroriste trotskiste-zinovievite, publié par le Commissariat du Peuple à la Justice de l'URSS, Moscou, 1936. Il s'agit, comme le note Adler, d'une version abrégée de la procédure. La liste complète des accusés était Grigori Zinoviev, Lev Kamenev, Grigori Yevdokimov, Ivan Smirnov, Ivan Bakayev, Vagarshak Ter-Vaganyan, Sergei Mrachkovsky, Yefim Dreitzer, Eduard Holtzman, Isak Reingold, Richard Pickel, Valentin Olberg, Konon Berman-Yurin Fritz David (Ilya Kruglyansky), Moissei Lurye et Nathan Lurye.

En raison de la vague d'indignation qui a traversé l'opinion publique en Europe et en Amérique à la suite du procès de Zinoviev, Kamenev et de quatorze autres accusés, le Commissariat du Peuple à la Justice de l'URSS a décidé de publier les rapports des procédures judiciaires, dans la mesure où ils avaient été publiés par la presse gouvernementale russe, en tant que brochure de propagande en anglais, français et allemand. Autant que l'on sache, le texte de la brochure ne diffère que verbalement de celui publié dans le Communist Correspondance presse internationale.

Comme le matériel est maintenant généralement disponible, dans la mesure où le Gouvernement soviétique est disposé à en permettre l'utilisation, le moment d'un examen définitif est venu.

Tentative d'entente avec Georgi Dimitrov

Il est impossible de lire, sans un sentiment d'indignation la plus profonde, le télégramme envoyé en toute hâte au gouvernement soviétique concernant le procès du centre terroriste Trotsky-Zinoviev, par les représentants officiels de l'Internationale ouvrière et socialiste et de la Fédération internationale du commerce. Unions, signées de Brouckère, Adler, Citrine et Schevenels. [1]

C'est par ces mots que Georgi Dimitrov, [2] Secrétaire de l'Internationale communiste, a commencé son article, dans lequel il a déversé un véritable flot d'insultes et de fausses déclarations contre les « dirigeants réactionnaires » qui ont signé le télégramme au gouvernement soviétique. Au ton adopté par Dimitrov, on peut voir la gêne qu'éprouvent tous ceux qui sont obligés de couvrir les dommages causés à Moscou, gêne d'autant plus grande qu'on connaît les effets dévastateurs qu'elle devait produire dans Europe de l'Ouest.

Rien ne serait plus facile que de frapper Dimitrov avec ses propres armes et d'exprimer l'exaspération et l'indignation que nous sommes bien plus en droit d'éprouver que les porte-parole officieux de Moscou.

Mais je n'ai pas l'intention de suivre la ligne de Georgi Dimitrov's. Le temps est trop grave pour la guerre verbale, pour permettre à la colère de s'épancher en insultes. Je vais essayer de rendre intelligible le problème auquel nous sommes confrontés, un problème dont l'importance ne sera sous-estimée par personne qui ne mène pas une politique de l'autruche par rapport au grave recul du mouvement ouvrier international qui a été un conséquence du procès de Moscou.

J'adresse ces déclarations à Georgi Dimitrov parce que dans son cas certaines conditions sont réunies qui me permettent d'espérer qu'il est plus sensible à ma façon de penser que les autres dirigeants de Moscou. Dimitrov, comme moi, a fait l'expérience personnelle d'un procès qui était une question de vie ou de mort.

Lors du procès de l'incendie du Reichstag, il était évident pour lui, tout comme pour moi lorsque j'étais devant le Tribunal spécial, de faire valoir ses propres convictions de manière agressive et sans concession, jusqu'au bout. Et il a donc le même sentiment que moi à l'égard de la pitié de l'espèce humaine qui s'est révélée d'une manière si révoltante chez les accusés au procès de Moscou.

J'ai donc un peu d'espoir que Dimitrov puisse comprendre le vrai noyau du problème au-delà de la masse d'accusations insoutenables qu'il produit dans le chœur de la presse gouvernementale de Moscou, même s'il n'ose pas l'admettre ouvertement, compte tenu de la psychose qui prévaut actuellement à Moscou. Mais je ne me préoccupe pas d'aujourd'hui — le mal est fait — mais de créer les conditions pour l'avenir. À cette fin, chacun peut apporter sa contribution, qui comprend de quoi il s'agit réellement.

Manifestation internationale du travail

Le télégramme que nous avons envoyé de Paris le 21 août était le suivant :

Au président du Conseil des commissaires du peuple à Moscou !

Au moment où la classe ouvrière mondiale soutient solidairement les ouvriers espagnols dans la défense de leur république démocratique, nous regrettons l'ouverture à Moscou d'un grand procès politique.

Bien que l'accusé Zinoviev et ses associés aient toujours été des ennemis acharnés de l'Internationale ouvrière et socialiste et de la Fédération syndicale internationale, nous exigeons néanmoins que toutes les garanties légales soient données et que l'accusé soit autorisé à avoir un défenseur absolument indépendant du gouvernement.Et qu'aucune condamnation à mort ne sera promulguée et en aucun cas qu'aucune procédure excluant le droit d'appel ne sera appliquée.

De Broucké, président, Adler, secrétaire, de l'Internationale travailliste et socialiste.

Citrine, président, Schevenels, secrétaire, de la Fédération syndicale internationale.

Nous avons reproduit ici le texte de notre télégramme, car il suffit de le lire pour l'intégralité de l'accusation fantastique selon laquelle ses signataires auraient manifesté une quelconque solidarité avec les « complices du fascisme, les alliés de la Gestapo » à dissoudre. dans le néant.

Le travail international et les accusés

Personne qui connaît quoi que ce soit de l'histoire du mouvement ouvrier depuis la guerre ne peut nourrir le soupçon que nous avons une sympathie particulière pour Zinoviev, Kamenev ou Trotsky, qu'elle soit politique ou personnelle. Je n'ai jamais connu personnellement aucun des 16 accusés et les noms d'une douzaine d'entre eux, je n'en lis que pour la première fois dans l'Acte d'accusation.

Mon inimitié envers Zinoviev est un peu plus ancienne que celle de Dimitrov. Je le reconnaissais comme l'un des principaux responsables de la scission dans les rangs de la classe ouvrière à une époque où Dimitrov devait encore l'honorer en tant que président de l'Internationale communiste. Nous avons condamné Zinoviev lorsqu'il a fait adopter les tristement célèbres « Vingt et une Conditions » au deuxième congrès de l'Internationale communiste en 1920 et est venu à Halle quelques mois plus tard afin de diviser le Parti social-démocrate indépendant d'Allemagne sur leur base. Nous avons condamné Zinoviev lorsqu'au même congrès de l'Internationale communiste il a appelé à une scission du mouvement syndical international et lorsque, après l'échec de cette « attaque frontale », il a dégradé le grave problème de l'unité de la classe ouvrière en les tactiques trompeuses de la manœuvre du front unique au quatrième congrès de l'Internationale communiste en 1922. Nous avons vu l'inventeur de la manœuvre du front unique comme un « double marchand » et nous nous sommes opposés à lui une douzaine d'années avant que ce mot vraiment approprié ne soit lui a été lancé à Moscou.

Et Trotski ? Le contact personnel que j'ai eu avec lui avant et pendant la guerre a été brutalement interrompu par Trotsky lui-même en novembre 1919, lorsqu'il a jugé nécessaire de faire personnellement la proposition de me retirer de mon statut de membre honoraire de l'Union soviétique de Russie. Congrès. Nous n'avons jamais été trotskystes, pas lorsque les communistes de tous les pays ont dû marcher avec admiration devant le chef suprême de l'Armée rouge, ni lorsque six mois après la mort de Lénine, Staline a présidé conjointement avec Trotsky le cinquième congrès de l'Internationale communiste (1924). ), ni plus tard lorsque la lutte pour la succession avait conduit à la proscription de Trotsky.

Les accusés au procès de Moscou et leur présumé ‘spiritus recteur’, [3] Trotsky, n'étaient pas nos amis lorsqu'ils étaient de grands dirigeants de l'Union soviétique, ni lorsqu'ils sont entrés dans l'opposition pour remplacer la dictature de Staline par la leur. Nous n'avions aucune raison d'attendre de Trotsky ou de Zinoviev que le développement de l'Union soviétique vers la démocratie socialiste que nous espérons s'accélérerait s'ils revenaient au pouvoir.

Toute tentative d'expliquer notre télégramme par quelque solidarité ou sympathie que ce soit avec les accusés, ou par quelque relation qu'ils soient avec eux, est un pur non-sens, qui ne pourrait que tromper les plus abominablement ignorants. Le problème n'est pas avec les accusés mais avec les accusateurs, avec les méthodes de justice politique en Union soviétique.

Ces atrocités judiciaires doivent cesser

Nous n'avons aucune envie d'introduire "le vieil air de l'humanité hypocrite" (Correspondance presse internationale, p 1042), qui est traité par la presse communiste avec tant de dédain. Nous admettrons ouvertement qu'en comparaison avec les milliers de victimes des généraux rebelles en Espagne, avec les innombrables victimes que le fascisme hitlérien a sur sa conscience, et même avec ceux qui ont perdu la vie dans les premières vagues de terreur de la dictature de Staline, les 16 qui ont été fusillés à Moscou sont un nombre relativement faible.

Nous n'avons pas non plus l'intention de soulever les problèmes liés au principe de la peine de mort en tant que tel, ou les problèmes du terrorisme sous une dictature, ou d'entrer dans la question de savoir si c'est vraiment un fait que dans le dix-neuvième année de la dictature bolchevique, le régime est toujours incapable de se maintenir sans un massacre à grande échelle. À cet égard, nous n'avons pas l'intention de discuter de ces problèmes mais simplement de ce que Léon Blum [4] a fustigé comme « L'odieux procès de Moscou » dans une série d'articles dévastateurs dans le Populaire dès 1931. Aucune attention n'a été prêtée à lui ou à tous les autres qui ont protesté à l'époque, et cinq ans plus tard, les mêmes méthodes d'atrocités judiciaires détestables ont été employées.

Ce n'est pas par hasard que les socialistes mêmes qui reconnaissent le plus clairement la nécessité de rallier toutes les forces du prolétariat dans la grande lutte de classe que l'avenir proche apportera, sont ceux qui protestent le plus vigoureusement. Ils sont déterminés à défendre l'Union soviétique de toute leur énergie, mais ils ne peuvent supporter d'avoir honte de l'Union soviétique à cause de ces méthodes de jugement. De tels procès ne doivent plus se reproduire : cela doit enfin être réalisé par les dirigeants de Moscou.

Et puisque cette prise de conscience est si urgente, nous souhaitons réexpliquer le point essentiel de manière complète et objective, bien que nous soyons positivement remplis de colère d'être obligés de clarifier les choses aux dirigeants ataviques de Moscou alors que toutes nos pensées et sentiments sont avec le défenseurs de la liberté en Espagne.

Épreuves de sorcellerie

J'avoue au "préjugé libéral" que les procès de sorcellerie qui ont eu lieu pendant pratiquement trois siècles, appartenaient aux aberrations les plus terribles de l'histoire de l'humanité. A cette époque, des milliers d'aveux furent solennellement faits devant les tribunaux, dans lesquels l'accusé affirmait qu'il avait rencontré le diable en personne, qu'il avait conclu un pacte avec lui et que sur la base de ce pacte il avait pratiqué toutes sortes de sorcellerie. Des milliers de personnes sont mortes par le feu en raison de leur aveu que par leur magie, ils avaient causé des maladies chez les êtres humains et les animaux, l'échec des récoltes, des tempêtes de grêle et d'autres dommages de toutes sortes.

Le pape Innocent VIII proclamé solennellement dans sa bulle Summis Desiderantis en 1484, cette sorcellerie était quelque chose qui existait réellement, et ses deux inquisiteurs ont publié le tristement célèbre ‘malleus maleficarum’, qui instruit les tribunaux sur la procédure de condamnation des sorciers et des sorciers. La sorcellerie était traitée comme un crime contre la religion au même titre que l'hérésie, avec les mêmes peines et la même procédure d'inquisition, qui visait à obtenir à tout prix une « confession ».

Le succès le plus célèbre obtenu par cette méthode est connu de tous : après la quatrième ‘audience’ le grand Galilée était déjà mûr pour la procédure finale en public devant le tribunal de l'Inquisition à Rome, qui a eu lieu le lendemain de cette audience. A cette étape finale, il a lu et signé la confession de ses péchés en présence des cardinaux et des prélats du Saint-Office, dans laquelle se trouve le passage suivant :

J'abjure d'un cœur sincère et d'une foi non feinte, je maudis et déteste lesdites erreurs et hérésies. c'est-à-dire d'avoir soutenu et cru que le Soleil est le centre de l'univers et qu'il est immobile, et que la Terre n'en est pas le centre, et qu'elle bouge.

C'était en 1633, au cours d'un siècle qui commença par l'incendie de l'hérétique Giordano Bruno, et produisit la plus grande récolte d'incendies de sorcières. Il existe une abondante littérature sur la question de savoir si Galilée a été soumis à la torture physique par l'Inquisition, ou s'ils ont pu se contenter de torture psychique. Ce dernier est plus probable. La peur de la torture physique et la peur d'une mort violente sur le bûcher étaient probablement suffisantes pour soumettre Galilée, à une complète «confession» de ses péchés.

Le dernier incendie de sorcières en public a eu lieu en Allemagne en 1729, et ce fut le cas de la prieure du couvent d'Unterzell, qui a été brûlée vive à Würzburg après avoir ‘avoué’ qu'elle était possédée du diable . Mais les condamnations à mort pour sorcellerie ont été exécutées pendant un demi-siècle de plus, la dernière en 1782 contre une servante à Glaris en Suisse et ce n'est qu'en 1834, il y a à peine plus de cent ans, que l'Inquisition a finalement été abolie. dans son dernier refuge en Espagne.

Retour à l'Inquisition

Et maintenant nous voyons le fait stupéfiant que le siècle actuel a produit de graves rechutes dans les méthodes des tribunaux de l'Inquisition.

La torture physique est devenue un événement quotidien sous la barbarie du fascisme. Les bestialités dans les camps de concentration et les casernes des troupes d'assaut d'Hitler sont une question de connaissance générale. Des condamnations à mort ont été prononcées en Allemagne hitlérienne après des aveux fictifs extorqués sous la torture. Même en Espagne, le pays où l'Inquisition a continué d'exister le plus longtemps, elle a fait son apparition une fois de plus. Les socialistes, vaincus en octobre 1934, subissent de terribles tortures dans les prisons.

Mais plus surprenant encore est le paradoxe que la Révolution russe, qui a déployé des efforts extraordinaires pour lutter contre la superstition, est revenue sous Staline aux méthodes des procès en sorcellerie à des fins politiques. Il y a cinq ans, il était indiqué dans la brochure publiée par le Secrétariat de l'Internationale ouvrière et socialiste [5], qui est malheureusement redevenue d'un grand intérêt immédiat, que :

C'est un trait caractéristique de toutes les grandes épreuves qui ont été engagées par Krylenko [6] depuis Shakhty que non les documents et pièces justificatives matérielles y figurent. Tout est prouvé simplement par confessions volontaires et auto-accusations des ‘accusés pénitents’ et rien par des documents. Ils ne fonctionnent qu'avec la garantie de véritables « confessions sincères » qui, par une merveilleuse « harmonie prédestinée », correspondent toujours exactement aux dernières lignes directrices du « Politbureau » du Parti communiste.

L'image, vue de l'extérieur, est toujours la même. L'acte d'accusation qui reproduit les « aveux » de l'accusé faits au cours de l'enquête préliminaire, est repris lors de l'audience publique où les prévenus renouvellent leurs « aveux ». Le seul changement est dans le rôle des producteurs. AY Vychinsky, [7], est cependant toujours présent. Aux procès jusqu'en 1931, il ne se fait pas remarquer dans son apparente objectivité en tant que « Président de la Cour », mais aux procès depuis 1931, il succède à Krylenko le rôle de procureur d'État qui présente les accusés formés à la procédure principale. en public. La chose la plus importante, le forage des accusés à l'enquête préliminaire, c'est-à-dire ce qui se passe dans les coulisses, est entre les mains de l'OGPU. Son puissant chef, Yagoda [8] — qui tomba subitement en disgrâce après le procès et fut muté au poste peu influent de ministre des Postes — et son assistant, Jacob Agranov, [9] sont considérés comme le chef maîtres des bolcheviks ‘malleus maleficarum’.

Système soviétique de justice politique

Le procès de Zinoviev, Kamenev et consorts en août 1936 est pour l'instant le dernier des quatre procès qui ont été mis en relation avec l'assassinat de Kirov, secrétaire du Parti communiste à Léningrad, le 1er décembre 1934. [10] Mais avant même à cette date ont eu lieu les quatre procès indiqués ci-dessous, qui sont de la plus haute importance pour la compréhension du système de justice politique en Union soviétique, car ils ont été menés « publiquement » à des fins de propagande, à la même grande échelle et par exactement les mêmes méthodes que le dernier essai.

1. En juin 1928, 53 accusés, pour la plupart des ingénieurs et des techniciens, dans le district de Shakhty du bassin du Donets, étaient jugés pour « contre-révolution économique ». Ils étaient censés avoir formé « l'Organisation contre-révolutionnaire des ingénieurs de l'industrie houillère de l'Union soviétique » avec un « centre de Kharkov » et un « centre de Moscou » 8217. Onze condamnations à mort ont été prononcées, cinq d'entre elles ont été exécutées et plus de 130 ans d'emprisonnement ont été prononcés.

2. En novembre et décembre 1930, huit hauts responsables économiques, dirigés par le professeur Ramzin, ont été inculpés d'« activité de sabotage ». Ils étaient censés avoir fondé une ‘Union of Engineers’ Organisations’ qui a été décrite par l'acte d'accusation comme un ‘Parti industriel’. Cinq condamnations à mort ont été prononcées et les autres accusés ont chacun été condamnés à 10 ans d'emprisonnement. Les peines de mort ont été commuées en peines d'emprisonnement.

3. En mars 1931, le soi-disant « Procès menchevik » a eu lieu. Il y avait 14 accusés, et ils ont été accusés d'avoir formé un ‘All-Union Bureau’. Ils ont été condamnés à un total de 53 ans d'emprisonnement.

4. En avril 1933, il y a eu un « Procès de sabotage et d'espionnage » d'ingénieurs et de techniciens employés dans diverses usines techniques de l'Union soviétique. Parmi les accusés, 11 étaient des citoyens soviétiques et six de nationalité britannique. Ils auraient organisé un bureau de sabotage et d'espionnage. Huit des accusés russes soviétiques ont été condamnés à un total de 61 ans d'emprisonnement et deux des Britanniques à un total de cinq ans.

Le procès menchevik

En 1931, je dus faire une étude approfondie de l'un de ces procès, celui du « Bureau de l'Union menchevik » dans tous ses détails. De ma connaissance de ce procès découle ma certitude absolue que les procureurs politiques de Moscou extorquent systématiquement et délibérément des aveux fictifs aux accusés. Je n'exprimerai pas d'opinion sur les autres essais. Peut-être y avait-il dans ces cas des aveux qui concordaient avec les faits. Mais en ce qui concerne le procès menchevik, il n'y a aucun doute sur le fait des faux aveux.

Lors de ce procès, une prétendue visite de notre camarade Abramovitch [11] vers la Russie était l'élément central des « preuves ».

Les accusés ont fait des aveux complets sur les détails de leurs réunions et conversations avec Abramovitch en Russie au cours de l'été 1928, mais pour moi, il est absolument certain que toutes ces déclarations ont été faites contre leur meilleure connaissance.

Nous l'avons prouvé dans notre brochure pour chaque phase, et de la manière la plus radicale de toutes par la photographie qui montre Abramovitch avec les délégués du Congrès socialiste international à Bruxelles au moment même où, selon les "confessions" il est censé avoir été en Russie. [12]

L'oubli de ce congrès fut l'une des "erreurs de mise en scène" dont souffrent continuellement les procès de Moscou malgré la préparation la plus minutieuse. Dans notre brochure sur le procès de Moscou de 1931, nous sommes arrivés à la conclusion que le « verdict » qui a donné le point culminant de la farce judiciaire était une pure invention dans son ensemble et dans tous ses détails. Nous avons clairement déclaré (p 35) « qu'aucun point d'importance politique essentielle dans le tissu de mensonges du procès de Moscou ne peut être maintenu ».

Une question de hâte

Nos expériences inébranlables à l'occasion du procès de 1931 devaient nécessairement éveiller notre plus grande méfiance dès que l'agence télégraphique russe annonça qu'une fois de plus un grand procès se préparait contre Zinoviev, Kamenev et d'autres, qui avaient déjà été condamnés à 18 mois de prison. avant et avait depuis été en prison.

Dimitrov ose dire que nous avons envoyé notre télégramme au gouvernement soviétique « dans une telle précipitation ». Les faits doivent être gardés à l'esprit pour apprécier pleinement le caractère de ce reproche. L'acte d'accusation est daté du 14 août. L'accusé devait comparaître devant le tribunal le 19 août, soit cinq jours plus tard. Dans la nuit du 23 au 24 août, la sentence est prononcée et, le 25 août, l'agence télégraphique annonce qu'elle a déjà été exécutée.

En vérité, nous n'avons pas envoyé notre télégramme le 21 août trop tôt, mais trop tard.

Personne à l'époque n'imaginait que les 16 prévenus seraient déjà fusillés quatre jours plus tard. Ce n'est que le gouvernement soviétique qui a agi avec une telle précipitation et a donné au procès le caractère d'une attaque surprise, une attaque surprise contre l'accusé et contre l'opinion publique mondiale.

Rapports officiels du procès de Moscou

Après nos expériences de 1931, il était de notre droit et de notre devoir d'exiger immédiatement toutes les garanties légales pour les accusés. Avant de nous faire une opinion sur le procès, cependant, nous voulions attendre que les rapports complets soient disponibles. Ils sont pleins. La brochure publiée par le Commissariat du Peuple à la Justice fait 180 pages. Mais malgré sa longueur relativement importante, ce rapport n'est malheureusement pas du tout textuel, et il laisse place à toutes sortes de doutes. C'est le pire en ce qui concerne les discours de clôture.

Le discours final du procureur d'État Vychinski, qui a duré plus de quatre heures, est prononcé en entier sur 49 pages. Mais à tous les derniers plaidoyers des prévenus réunis, qui ont pris trois séances complètes du tribunal et auraient duré 14 heures, il n'est donné que 10 pages, alors qu'il aurait dû y en avoir au moins 17 fois plus si le dernier les plaidoyers des accusés avaient été donnés aussi complètement que le discours final du procureur de la République. Il manque des éléments importants qui auraient peut-être permis de faire d'autres inférences sérieuses quant à la véracité des "aveux" de l'accusé. Ainsi, tout ce que nous apprenons du plaidoyer final du défendeur Holtzman sont les trois lignes suivantes. « Ici, dit Holtzman, sur le quai à côté de moi, il y a une bande de meurtriers, pas seulement des meurtriers, mais des meurtriers fascistes. Je ne demande pas pitié.’ (p 172)

Et pourtant, il aurait été important d'apprendre quelque chose de plus du dernier plaidoyer de Holtzman, car dans son très important « aveu » il y a une des « erreurs de mise en scène » qui peut être pleinement démontrée.

Faux témoin manifestement

Holtzman est un accusé très important. Il est dit de lui dans l'acte d'accusation, ainsi que dans le rapport de son interrogatoire (p 98) que : « En 1932, il reçut personnellement de L Trotsky des instructions concernant la préparation d'actes terroristes contre les dirigeants du PCUS et du gouvernement soviétique. ’

Holtzman a expliqué dans son examen comment il a rencontré le fils de Trotsky, Sedov, et comment ce dernier l'a emmené à L Trotsky à Copenhague pour cette conversation au cours de laquelle Trotsky lui a clairement dit que la tâche fondamentale maintenant [c'est-à-dire, à l'automne 1932, « FA] devait assassiner le camarade Staline (p 101). Dans cette ‘confession’ décisive de Holtzman, le passage suivant s'est produit (p 100) :

Je me suis arrangé avec Sedov pour être à Copenhague dans deux ou trois jours, pour m'installer à l'hôtel Bristol et le rencontrer là-bas. Je suis allé à l'hôtel directement de la gare et dans le salon, j'ai rencontré Sedov. Vers 10 heures du matin, nous sommes allés à Trotsky.

Cette Hôtel Bristol, au cours de laquelle Holtzman a rencontré le fils de Trotsky en 1932, selon ses aveux, est en fait donné la première place parmi les hôtels de Copenhague dans une édition d'avant-guerre de Baedeker's Denmark. Mais il ne se trouve pas dans les guides d'après-guerre, car il a été démoli en 1917 et n'a pas été reconstruit.

Ce fait insignifiant, qui révèle pleinement la valeur de véracité des "confessions" n'a été constaté que lorsque Holtzman a été abattu sans avoir eu l'occasion de faire appel.

Mais cela n'épuise en aucun cas le nombre de "confessions" de Holtzman qui sont manifestement fausses. Sedov, le fils de Trotsky, que Holtzman prétend avoir rencontré « dans le salon de l'hôtel Bristol, et qui l'aurait emmené dans l'appartement de Trotsky à Copenhague, peut prouver de manière convaincante qu'il n'était pas à Copenhague. pendant que Trotsky y séjournait. En effet, la vérité est plus radicale encore : Sedov n'a jamais été à Copenhague de sa vie !

De l'inexistant Hôtel Bristol, Sedov, qui n'a jamais été à Copenhague, a emmené Holtzman à Trotsky ! Tels sont les « faits » qui sont censés prouver que Trotsky avait « personnellement » donné des « instructions concernant les préparatifs d'actes terroristes » !

Il existe également un certain nombre d'autres faits qui prouvent que des aveux fictifs ont également été extorqués aux accusés dans ce procès. Ainsi, il existe des preuves que les aveux de l'accusé VP Olberg sont en contradiction avec les faits sur des points importants. Mais ici, il n'est pas nécessaire de multiplier les preuves, ce qui a déjà été dit suffit à lever tout doute sur le fait que ce procès aussi a été construit sur des « aveux fictifs » extorqués, et que les mêmes méthodes ont été employées que dans le cas du procès menchevik. en 1931.

La technique OGPU

A chacun des grands procès politiques à sensation, le procureur de la République a attaché une importance particulière à l'obtention des aveux des prévenus quant à l'existence d'un tribunal spécial organisation.Il doit y avoir les doutes les plus forts quant à l'existence réelle d'un seul des centres d'organisation sur lesquels les histoires ont été inventées lors des procès. En ce qui concerne l'un d'eux, à savoir le Bureau de l'Union menchévique, il n'y a pas de doute, car nous savons qu'il n'existait pas. Mais de chacun des actes d'accusation, on voit que la fiction d'une ‘organisation’ est nécessaire pour la production d'un amalgame d'accusations, afin de mettre les gens en relation avec l'affaire, alors qu'il n'y a par ailleurs aucune indication qu'ils sont connecté avec elle. Nous avons précisé les détails de ce système dans notre brochure de 1931, lorsque l'OGPU se préoccupait de mettre l'Internationale Travailliste et Socialiste en relation avec le mythique « Bureau de l'ensemble de l'Union ». Et lorsque nous étudions les comptes rendus du procès de 1936, nous constatons que le but de toutes les constructions et aveux improbables est de mettre Trotsky à portée de l'accusation. La chose la plus importante pour le procureur de la République, ce qu'il exigeait des prévenus, c'étaient des aveux qui rendraient crédible ce lien. Mais si les rapports sont suivis sur ce point, l'impression d'un tissu insoutenable de mensonges se renforce encore. Selon toute vraisemblance, le « Centre terroriste uni trotskiste-zinovievite » était en réalité aussi inexistant que le « Bureau de l'Union menchévique » de 1931.

Dimitrov déclare pathétiquement :

N'est-il pas prouvé que Trotsky, que les dirigeants socialistes réactionnaires portaient autrefois sur leurs boucliers, est l'organisateur du terrorisme individuel en Union soviétique ? Cela a été prouvé.

Oui, cela a été ‘prouvé’, prouvé ‘par le catégorique les aveux des accusés eux-mêmes, comme Dimitrov les décrit de manière si instructive. Et tous les ‘admissions’ ont le même pouvoir de conviction écrasant, comme l'admission concernant la réunion dans le Hôtel Bristol, d'où l'intermédiaire serait passé à Léon Trotsky.

Parmi les accusés, il y avait peut-être des individus qui jouaient réellement avec des idées terroristes. Le rapport de la procédure judiciaire ne permet d'obtenir aucune preuve concluante ni pour ni contre cette hypothèse. Et c'est la chose terrible à propos de ce procès, que les mots de conclusion du procureur de l'État Vychinski : « J'exige que les chiens devenus fous soient abattus » chacun d'eux ! » (p 164) est devenu une réalité, bien que aucune procédure n'a été engagée qui pourrait éclairer les faits réels, bien qu'aucun deuxième tribunal n'ait été autorisé à enquêter sur l'affaire, et bien qu'il soit certain dans le cas d'un certain nombre d'aveux décisifs qu'ils sont faux. De plus, le délai de 72 heures pour faire appel n'a même pas pu s'écouler, mais les coups de feu ont eu lieu dans la nuit suivant le verdict. Il n'y avait aucune raison à cette précipitation dans une situation particulièrement critique du régime, mais la simple raison en était la mauvaise conscience de ceux qui appliquent le ‘malleus maleficarum’ en Union soviétique. L'OGPU voulait s'assurer de ses victimes au plus vite.

Dimitrov et avocat indépendant

Dans notre télégramme, nous avons demandé que « l'accusé soit autorisé à avoir un défenseur absolument indépendant du gouvernement ». Les porte-parole officieux à Moscou se sont indignés de cette demande. Dimitrov considère cela comme « ridicule et pitoyable » car, comme il le dit, les accusés « ont obtenu le droit de choisir leur défenseur. mais ils ont renoncé au droit de choisir l'avocat de la défense’.

Mais quant à la nécessité d'avoir étranger l'avocat de la défense lors d'un procès dans un pays de dictature, ainsi que les motifs de rejet des avocats de la défense qui dépendent du gouvernement de la dictature, nous avons un bon témoin qui a dit tout ce qu'il fallait dire, à savoir Georgi Dimitrov lui-même . Il a commencé son discours final au procès de l'incendie du Reichstag par la déclaration suivante, que nous prenons du parti communiste Correspondance presse internationale du 29 décembre 1933 (p 1296). [13]

J'ai proposé les noms d'un certain nombre d'avocats dont je voulais assurer ma défense : Moro Giafferi, Torrès, Campinchi, Willard, Grigorov et quatre autres, mais toutes mes propositions ont été rejetées. Je n'ai pas de méfiance particulière envers Teichert, mais dans la situation présente en Allemagne, je ne puis avoir la confiance nécessaire en sa défense. Je vous adresse maintenant la demande que vous permettez à Willard d'assumer ma défense conjointement avec Teichert. Si vous n'êtes pas prêt à accepter cela, alors je me défendrai du mieux que je pourrai seul.

(Le tribunal a ensuite rejeté cette dernière demande de Dimitrov.)

Maintenant que vous avez rejeté cette proposition, j'ai décidé de me défendre. Je ne veux ni le miel ni le poison d'une défense qui m'est imposée. Je ne me sens aucunement lié par le discours de défense prononcé par Teichert. Décisif pour ma position est exclusivement ce que je dis moi-même. Je ne veux pas offenser mon camarade de parti, Torgler, d'autant plus que, à mon avis, son avocat défenseur l'a déjà suffisamment offensé, mais en ce qui me concerne, je préférerais être condamné à mort en tant qu'innocent par ce tribunal plutôt que d'accepter le type de défense avancé par le Dr Sack. [Nos italiques — FA]

Ce que Dimitrov a dit à propos de l'Allemagne, à savoir qu'on ne pouvait pas faire confiance aux avocats de la défense du pays lui-même, car l'indépendance nécessaire à une telle défense faisait défaut, s'applique malheureusement pleinement dans le cas de l'Union soviétique également. Quel avocat de la défense aurait pu oser sérieusement s'opposer au procureur général Vychinski et tenter de révéler la vérité ?

Et que se serait-il passé si l'un des accusés avait fait ce que Dimitrov a fait à plusieurs reprises dans le procès de l'incendie du Reichstag, à savoir demander un défenseur à l'étranger ? Nous ne pouvons que trop bien nous en représenter, pour le Pravda condamné cette demande, que nous avons présentée aux accusés dans notre télégramme, comme une tentative de diffamation de la Cour soviétique (Traduit de Rundschau, p 1678).

Les accusés en Union soviétique peuvent ne pas oser exprimer leur véritable opinion en ce qui concerne le système politique des procédures judiciaires. Mais nous déclarons ouvertement que tant que ces méthodes de procès pour sorcellerie seront appliquées, nous considérons la justice politique sous Staline comme tout aussi détestable que la justice politique sous Hitler.

Défense de Moscou par DN Pritt

AY Vychinsky a trouvé un avocat, un avocat célèbre, en Europe occidentale. Toute la presse bolchevique respire devant le fait que face à la tempête d'indignation et de désespoir provoquée par le dernier procès de Moscou, elle peut se rabattre sur une autorité comme DN Pritt. [14] Cet avocat britannique est l'un des ornements du barreau britannique et porte le titre de ‘King’s Counsel’. Il a été élu député travailliste lors de la dernière élection générale, et son nom est devenu connu bien au-delà des limites de la Grande-Bretagne lorsqu'il a pris la présidence du "contre-procès" qui s'est tenu à Londres et à Paris afin de dénoncer le tissu de mensonges national-socialiste en rapport avec le procès du Reichstag. A cette occasion, Pritt a rendu un service inestimable à Dimitrov, Torgler et les deux autres accusés communistes, et a mérité à juste titre les remerciements de tous les antifascistes. Ce qu'il a à dire est remarquable, non seulement parce qu'il est un grand avocat, mais aussi en raison de ses opinions politiques.

Pritt était à Moscou pendant le procès — que ce soit par hasard ou spécialement dans le but que nous n'avons pas appris — et il a télégraphié au libéral Chronique de l'actualité (27 août) de Crimée, où il s'est rendu immédiatement après le procès, et a écrit plus tard un long article pour le même journal (publié le 3 septembre), en accordant en même temps une interview au Parti communiste Travailleur de tous les jours. Il a ensuite écrit une préface à une brochure sur le procès de Moscou, publiée par la « Commission parlementaire anglo-russe » dirigée par WP Coates [15] conformément aux souhaits du gouvernement soviétique. Cette brochure reproduit également l'article de la Chronique de nouvelles, qui se termine par les mots suivants :

Les autorités exécutives de l'URSS ont peut-être fait, grâce à la poursuite fructueuse de cette affaire, un très grand pas vers l'éradication des activités contre-révolutionnaires.

Mais il est tout aussi clair que la magistrature et le procureur de l'URSS ont fait un pas au moins aussi important vers l'établissement de leur réputation parmi les systèmes juridiques du monde moderne.

L'attitude de Pritt a été fortement critiquée en Angleterre, et il a maintenant fait une deuxième série de déclarations publiques dans lesquelles il tente de se défendre contre ses détracteurs. Ainsi, il a envoyé deux lettres au Gardien de Manchester (21 septembre et 9 octobre) et, comme sa déclaration la plus importante, a écrit une brochure de 39 pages, intitulée Le procès Zinoviev (publié par Victor Gollancz). Il a également pris la tête d'un débat organisé à Londres par la Société des amis de l'Union soviétique, dont un compte rendu est paru dans le Gardien de Manchester du 1er octobre.

Le contraste total entre le point de vue de Pritt et le nôtre, appelle évidemment un examen attentif des arguments de Pritt.

Distinction vitale entre la procédure anglaise et russe

Pritt souligne son autorité en tant qu'expert en droit pénal, ses études comparatives sur les procédures pénales dans de nombreux pays, et en particulier ses études sur la Russie soviétique parues en 1933. Je suis tout à fait prêt à croire que d'énormes progrès ont été accomplis en matière pénale. procès et procédures pénales en Union soviétique et qu'à bien des égards, des innovations exemplaires ont été réalisées. Mais, peu importe ce que cela peut s'appliquer dans criminel cas, cela ne prouve rien du tout en ce qui concerne le caractère de justice politique.

La première série de déclarations de Pritt devait produire le plus grand étonnement, puisqu'il tirait toutes ses conclusions uniquement de ce que le spectateur voit au tribunal et ne faisait pas la moindre référence au fait qu'il pouvait aussi y avoir des problèmes qui se cachent derrière le scènes — dans l'enquête préliminaire. Ce n'est qu'après avoir été poussé sur la défensive par ses critiques qu'il aborda les vrais problèmes dans son dernier pamphlet. Il faut donc considérer séparément les deux phases de la défense par Pritt de ce qui s'est passé à Moscou.

Au cours de la première phase, Pritt répète inlassablement à quel point le président du tribunal et le procureur général ont été « courtois » dans leur traitement des accusés. Ils ne sont pas interrompus, même lorsqu'ils parlent longuement, la seule chose qui semble étrange à l'esprit anglais, c'est que le public applaudit le discours du procureur d'État Vychinski, et qu'aucune tentative n'est faite pour empêcher les applaudissements. Mais ‘où il n'y a pas de jury’ cela ‘ne peut pas faire beaucoup de mal’.

Ces premières déclarations de Pritt’ sont basées sur la tactique consistant à considérer le procès de Moscou comme s'il s'était déroulé devant un tribunal anglais normal. En Angleterre, l'accent dans les procédures judiciaires est vraiment placé sur les procédures principales en audience publique, ici tout doit apparaître. La procédure pénale sur le continent est très différente, et la juridiction inquisitoriale est positivement à l'extrême opposé d'un procès pénal anglais. Ici, l'accent est mis sur l'enquête préliminaire lors de la procédure en audience publique, seuls les résultats de cette enquête, les aveux achevés, sont connus.

Tout cela est bien entendu bien connu de Pritt, qui a étudié les différents systèmes juridiques, et il était donc extrêmement surprenant qu'il écrive et se prononce sur un procès mené sur les principes de la juridiction inquisitoriale comme si les aveux avaient été fait devant des juges anglais. [16] Ainsi il annonce à la suite de ses observations qu'un « procès équitable » avait eu lieu, de même qu'un Pritt du XVIIe siècle en visite à Rome, en spectateur au tribunal de l'Inquisition en République dominicaine. Couvent de Sante Maria sopra Minerva, aurait pu observer le procès absolument équitable lorsque Galilée a publiquement abjuré ses erreurs.

Confessions fictives et fausses admissions

La thèse de Pritt est que si les accusés plaident coupables, le tribunal n'est pas obligé de produire d'autres preuves par des documents ou des témoins. Le plaidoyer de culpabilité suffit comme fondement du verdict. Certes, de nombreux juristes, mais pas tous, [17] accepteront ce point de vue dans Ordinaire cas. Cela devient une absurdité, cependant, lorsqu'il y a un soupçon que le plaidoyer de culpabilité est fictif. Il y a eu à maintes reprises de tels faux plaidoyers de culpabilité au cours de procédures judiciaires absolument irrécusables, mais ils sont dus à des aberrations mentales chez le défendeur, ou bien leur motif était l'abnégation de la part du défendeur, qui souhaitait protéger le vrai coupable. Il s'agissait d'exceptions individuelles, mais dans le cas des tribunaux de l'Inquisition, elles existaient à la plus grande échelle au point d'être une erreur inhérente au système.

Devant l'opposition que Pritt a rencontrée, il se trouve maintenant obligé d'exprimer une opinion sur les vrais problèmes en cause. Dans son dernier pamphlet, il examine ainsi en détail les possibilités qui pourraient suggérer que « des aveux ont pu être extorqués par la brutalité, par des menaces ou par des promesses ». Il se réfère aux nombreux exemples d'une telle procédure pénale dans d'autres pays et demande : « , pour un certain nombre de raisons différentes, que tout ce qui ressemble à des aveux forcés est intrinsèquement impossible’. Pritt considère tous ces différents motifs et montre avec une grande habileté médico-légale que les probabilités sont contre les aveux forcés. Quelque long qu'il y ait à dire sur cette démonstration de Pritt’s, on peut néanmoins s'épargner cette discussion. Car il y a un point où il n'y a pas besoin d'équilibrer les possibilités mais où l'affaire repose sur la certitude. Ce point est le fait qu'un aveu fictif peut être prouvé. Il est surprenant que Pritt, qui traite à fond toutes sortes d'indications plus ou moins farfelues, n'accorde aucune considération aux possibilités d'aveux qui se révèlent objectivement fictifs.

Une répression importante

Pourtant, il est clair que si la fausseté d'un seul aveu est démontrée, toute la structure artificielle des probabilités avec laquelle Pritt opère s'effondre. Comme nous l'avons déjà montré, il y a eu des aveux manifestement faux dans le procès menchevik de 1931 sur le voyage d'Abramovich en Russie, et dans le dernier procès, il y a eu des aveux manifestement faux sur ce qui s'est passé dans l'inexistant Hôtel Bristol à Copenhague. . Pritt ne fait aucune mention de ces faits, mais il écrit une préface à une édition du rapport de la procédure judiciaire dans laquelle le public britannique se garde d'apprendre quoi que ce soit du témoignage qui peut facilement être prouvé être un faux aveu. Dans ce rapport, le passage de la confession de Holtzman concernant l'hôtel Bristol est tout simplement omis. Quiconque souhaite se convaincre de l'« exactitude » de l'édition du procès-verbal publié sous les auspices de Pritt, qu'il préface en recommandant que sa lecture permet à quiconque de s'informer adéquatement du déroulement du procès, doit comparer la page 49 de son édition avec la page 100 de l'édition anglaise publiée par le Commissariat du Peuple à la Justice de l'URSS. Nous sommes bien convaincus que Pritt n'a pas supprimé ce passage lui-même, et qu'il a assumé de bonne foi la responsabilité des coupures faites par l'éditeur de cette édition.Mais la suppression est si frappante que nous sommes malheureusement obligés de supposer que l'éditeur de ce rapport du procès était au courant des affaires de l'hôtel Bristol, qui entre-temps était devenu largement connu à la suite d'informations publiées dans le Copenhague Social-Demokraten.

Pritt se sent vraiment le défenseur de Vychinski, dont il dit qu'il « avait l'air d'un homme d'affaires anglais très intelligent et plutôt doux ». Il suffit de se demander ce qui se serait passé si Pritt avait défendu les accusés, s'il avait pu leur parler en privé, et s'il avait pu voir les documents de l'enquête préliminaire. Se serait-il alors borné à déclarer que « quant au degré précis de culpabilité de Smirnov et Holtzman, il y avait beaucoup de choses intéressantes et importantes » ? Ou bien aurait-il réussi avec son esprit pénétrant à découvrir avant même le verdict la valeur de véracité des aveux de Holtzman à propos de sa rencontre à l'hôtel Bristol à Copenhague ? Mais Pritt n'était pas l'avocat des accusés.

Un défi pour DN Pritt

Pritt conclut sa dernière brochure par une référence au contre-procès de 1933 au cours duquel certaines personnes, « au lieu de publier des critiques à moitié informées sur l'accusation et la procédure, passèrent quelques jours à Londres, enquêtant publiquement sur les faits avec l'aide de témoins matériels, afin que la critique puisse être bien informée’. Les partisans de Trotsky en Europe occidentale ont tout mis en œuvre afin d'organiser un "contre-procès" pour prouver l'innocence de Léon Trotsky et de ses partisans.

Nous sommes tellement convaincus que des aveux fictifs constituaient la base de l'accusation que la grande dépense de temps et d'argent nécessaire à l'organisation d'un contre-procès nous semble superflue. Mais comme Pritt le signale au contre-procès de 1933 comme modèle, nous nous sentons obligés de lui demander s'il serait disposé à participer à l'examen d'un complexe de faits très facilement vérifiables d'une importance décisive pour la valeur de véracité des aveux, à savoir, dans l'interrogatoire de Léon Sedov, Trotsky&# 8217s, qui vit à Paris, et que l'acte d'accusation et les «aveux» ont transformé, de manière positivement grotesque, en l'une des principales figures des prétendus plans terroristes.

La certitude que Sedov n'a jamais pu se trouver à l'hôtel Bristol nous suffit pour juger de la valeur de véracité des « aveux » faits par les défendeurs. Mais si Pritt se sentait disposé à soutenir que dans ce détail il peut y avoir une erreur dans le nom de l'hôtel, bien que cette déclaration particulière de Holtzman ait été faite avec la plus grande précision, il peut se convaincre par une telle interrogation que l'autre hypothèse pour cette élément de preuve important, à savoir la présence de Sedov à Copenhague, est également infondée et que tout l'ensemble de l'acte d'accusation qui repose sur l'activité de Holtzman, est donc basé sur un aveu fictif.

Lorsque l'on soupçonne que le plaidoyer de culpabilité est fictif, un avocat est nécessaire même dans le cas des meilleurs tribunaux, ne serait-ce que pour protéger l'accusé de lui-même. Ceci s'applique d'autant plus lorsque l'on soupçonne que les méthodes des tribunaux de l'Inquisition sont appliquées.

Les 16 prévenus sont morts. La manière dont leurs "confessions" ont été sécurisées est recouverte du manteau du secret. Nous ne parlerons ici que de faits vérifiables et non d'hypothèses. Nous ne discuterons donc pas de ce qui a pu se passer au cours de l'enquête préliminaire, il nous suffit de dire que des choses doivent s'être produites lors de l'enquête préliminaire qu'il est urgent d'expliquer, et que de même que dans le cas de tous les procès antérieurs de ce genre, un La confession collective a été organisée, ce qui est grotesque dans son ensemble et repose dans ses détails sur de fausses auto-accusations. Précisément parce que ce qui s'est passé lors de l'enquête préliminaire est tenu secret et parce que seuls les avocats des accusés pouvaient demander à voir les documents de l'enquête préliminaire, la demande de convocation d'un avocat réellement indépendant du gouvernement soviétique était-elle pleinement justifiée. Pritt télégraphia au Chronique de l'actualité de Crimée qu'il a été « choqué » par notre télégramme qui contenait cette demande, et dans sa dernière brochure il consacre plusieurs pages à une polémique contre le télégramme.

Pritt répète le refrain des porte-parole officieux de Moscou : « Les prisonniers ont volontairement renoncé à un avocat, ils auraient pu avoir un avocat sans frais s'ils l'avaient souhaité, mais ils ont préféré s'en passer. » Pritt évite sérieusement de se demander pourquoi tout cela. les défendeurs ont volontairement renoncé à l'avocat. Son explication est extrêmement simple : ils voulaient faire un aveu de culpabilité et ils étaient eux-mêmes de bons orateurs. Et il soutient qu'ils n'ont probablement pas souffert de leur décision, ajoutant l'hommage, "aussi possible que le sont certains de mes collègues moscovites".

Tel est le niveau d'argumentation auquel Pritt descend. Il agit comme s'il ne savait pas que ses "collègues moscovites" sont inutiles dans un procès politique de cette importance, car s'ils voulaient conduire sérieusement l'affaire des accusés, ils devraient craindre la vengeance des dirigeants. Pourtant Pritt sait en réalité mieux que beaucoup d'autres quels efforts ont été faits par les amis de Dimitrov et les autres accusés communistes dans le procès de l'incendie du Reichstag pour obtenir l'admission d'avocats étrangers et en particulier l'admission de Pritt. Il a lui-même pris une part prépondérante à ces efforts !

Malheureusement, Pritt n'a pas été admis comme avocat au procès de l'incendie du Reichstag à Leipzig et donc l'expédient du contre-procès était nécessaire. Nous sommes convaincus que si Pritt pouvait s'émanciper de sa fonction de défenseur de Vychinski, il serait déjà obligé, à la lumière de ce que l'on sait des faux aveux du procès de Moscou, d'exprimer le même jugement [18] qu'il a prononcé au fin du contre-procès à Londres en ce qui concerne le procès de l'incendie du Reichstag à Leipzig à savoir que : Rundschau, 1933, p. 1869)

Suite de l'assassinat de Kirov

A la mi-décembre 1934, nous écrivions dans le Communications sur les conditions des prisonniers politiques (no 25) que :

Le 1er décembre, Sergius Kirov, secrétaire du Comité central du Parti bolchevique, est assassiné à Leningrad. Chacun comprend la profonde indignation et la consternation qui ont rempli ses amis et camarades du Parti, qui le considéraient comme l'une des forces les plus précieuses de l'Union soviétique. Personne ne serait surpris si la dictature bolchevique poursuivait le ou les coupables avec toute la rigueur de la loi. Celui qui prend l'épée doit s'attendre à périr par l'épée. Mais ce qui s'est passé en Union soviétique après cet assassinat était quelque chose de très différent. Douze jours après l'assassinat, l'assassin n'avait pas encore été jugé, rien n'était connu du public quant à ses motifs, ni même s'il s'agissait d'un acte commis pour des raisons politiques ou d'un acte personnel de vengeance. Mais alors que l'enquête contre le meurtrier Nikolaïev était toujours en cours, des exécutions massives ont eu lieu à Léningrad et à Moscou le 6 décembre. Trente-sept condamnations à mort ont été exécutées à Léningrad et 29 à Moscou, et la vague de terreur passe de ville en ville.

Aujourd'hui, 18 mois plus tard, nous avons une idée de ce qui peut être considéré comme une expiation pour l'assassinat de Kirov. Il y a eu des rapports de quatre essais:

1. Le communiste Rundschau (1934, n° 63, p 2846) rapporte ce qui suit : « Le Collège de la Cour suprême de l'URSS a procédé le 5 décembre 1934 à l'encontre de 71 gardes blancs accusés d'avoir préparé et organisé des actes terroristes contre des fonctionnaires de l'État soviétique. . Le tribunal a constaté que la majorité des accusés s'étaient infiltrés par la Pologne, la Lettonie et la Finlande. Ils se sont vu confier des tâches précises dans l'organisation d'actes terroristes. Soixante-six gardes blancs accusés ont été condamnés à être abattus. L'enquête contre cinq prévenus est poursuivie par décision de justice.’ (Ce passage est traduit de l'allemand Rundschau. Le rapport n'a apparemment pas paru dans la version anglaise Correspondance presse internationale.) Outre les noms des défendeurs, qui ont été publiés dans le Pravda les 4 et 6 décembre 1934, c'est-à-dire au début de la procédure, et dans le verdict, on n'a jamais entendu parler des détails de l'accusation ou du déroulement du procès. Les condamnations à mort, 37 à Léningrad et 29 à Moscou, ont été immédiatement exécutées.

2. Les 28 et 29 décembre 1934, eut lieu le procès de Nikolaïev, qui avait tiré sur Kirov, et de 11 autres accusés. Les 12 accusés, qui auraient appartenu à un centre de Leningrad, ont été condamnés à mort et immédiatement abattus. En ce qui concerne ce procès, seul un extrait de l'acte d'accusation, d'une page et demie (Rundschau, 1934, p 3101, et Correspondance presse internationale, 1935, p 31), et le verdict (Rundschau, 1935, p 49) sont connus.

3. Du 15 au 18 janvier 1935, le premier procès de Zinoviev et Kamenev a eu lieu. Au total, il y avait 19 accusés devant le Collège militaire de la Cour suprême. Ils auraient organisé un ‘Moscow Centre’. Les 19 accusés ont écopé d'un total de 137 ans d'emprisonnement, dont Zinoviev et trois autres ont écopé de 10 ans chacun. En outre, le Commissariat du Peuple à l'Intérieur a condamné 49 personnes impliquées dans l'affaire du groupe Zinoviev à l'internement dans des camps pour criminels pour une période de quatre à cinq ans, et 29 autres personnes à être transférées dans divers endroits du pays. pour une durée de deux à cinq ans. Les comptes rendus du procès devant le Collège militaire, qui s'est tenu au secret, ont été exceptionnellement brefs. Hormis un extrait de l'acte d'accusation et du verdict, seule la déclaration de l'un des accusés (Evdokimov) a été publiée. L'ensemble du matériel publié dans le Correspondance presse internationale n'occupe que deux pages et demie (pp 109-11).

4. Du 19 au 24 août 1936, le seconde [19] le procès de Zinoviev et Kamenev a eu lieu. Lors de ce procès, 16 accusés au total ont comparu devant le tribunal. Tous ont été condamnés à mort et fusillés.

On verra que, selon les rapports officiels de la presse bolchevique, 94 condamnations à mort ont été exécutées depuis l'assassinat de Kirov. Mais il ne fait aucun doute que le nombre de victimes exécutées sans condamnation légale est beaucoup plus important.

Sécurité juridique abolie

Le 1er décembre 1934, au lendemain de l'assassinat de Kirov, le Comité exécutif central de l'URSS met en vigueur des décrets contenant les terribles dispositions suivantes :

Les appels contre les peines prononcées et les demandes de grâce ne seront pas pris en considération.

Les peines les plus lourdes doivent être exécutées immédiatement après la promulgation de la peine.

Contre cette barbarie, cette « destruction complète d'un trait de plume du morceau de sécurité juridique qui réside dans le délai d'appel entre la condamnation à mort et l'exécution », nous avons vigoureusement protesté dans l'article précité, et nous continuera à protester contre elle. Mais nous admettons que nous n'avons pas cru possible que ce qui a été proclamé au moment de la panique suite à l'assassinat de Kirov soit considéré comme la loi en vigueur 18 mois plus tard et littéralement exécuté.

À cette occasion, le 5 décembre 1934, les « Gardiens blancs accusés » ont été condamnés à être abattus conformément au « verdict » de la Cour suprême. Le seul point concret que le monde ait appris à propos de leur crime était que « la majorité des accusés s'étaient glissés par la Pologne, la Lettonie et la Finlande ». La fusillade était l'application de la procédure accélérée de la peine de mort sans aucun répit, qui avait été proclamée cinq jours auparavant. Ce qui s'est réellement passé ressort clairement de la déclaration officielle dans le Pravda du 4 décembre, dont la première partie annonce quels membres du Commissariat du Peuple à l'Intérieur de la région de Léningrad ont été licenciés et livrés à la justice, tandis que la seconde partie donne les noms des 71 "Gardiens blancs" qui ont été remis au Collegium de la Cour suprême de l'URSS le 2 décembre pour être jugés selon une procédure rapide. C'était une mesure terroriste produite par l'échec de la police dans l'affaire de l'assassinat de Kirov.

Ce qui s'est passé à ce moment-là, s'est produit à un moment de panique. Mais maintenant, 18 mois plus tard, 16 autres hommes sont abattus sans que leur procès ait pu être reconsidéré par un deuxième tribunal, et la fusillade a eu lieu dans la nuit suivant le verdict.

Dans notre télégramme du 21 août au gouvernement soviétique, nous demandions qu'en aucun cas aucune procédure n'excluant le droit d'appel doit être appliqué’. Le réexamen d'un verdict par une seconde juridiction est l'une des conditions évidentes de la sécurité juridique, et n'a vraiment pas besoin d'explications supplémentaires. [20] Parce que nous avons exigé des garanties juridiques pour le procès de Moscou, le Pravda décrit de Brouckère, Citrine, Schevenels et moi-même comme un « quatuor d'avocats méprisables pour les meurtriers trotskistes » et nous a reproché « d'avoir tenté de diffamer la Cour soviétique, de restreindre ses droits, de modifier la procédure et le ton du tribunal. les lois soviétiques en faveur des terroristes’ (Traduit de l'allemand Rundschau, pp 1677-78).

Oui, nous avouons que nous prônerons toujours avec toute notre énergie la ‘modification’ de cette ‘procédure judiciaire’, cette procédure en vertu de laquelle le réexamen des verdicts par une deuxième juridiction est exclu et la peine de mort exécutée sans aucune répit.

L'OGPU ‘Frames’ Trotsky

Les 16 prévenus ont ‘avoué’ — mais le prévenu principal, le vrai ‘spiritus recteur’ de toutes les conspirations, Léo Trotsky, a ne pas avoué. Au contraire, il nie avec le plus d'énergie que l'une des accusations portées contre lui, que les accusés ont portées dans leurs « aveux », soit fondée sur la vérité. [21] Pourtant, après avoir condamné les 16 à être fusillés, le verdict du Collège militaire de la Cour suprême se termine par l'ordonnance suivante :

Leo Davidovich Trotsky et son fils Leo Leovich Sedov, actuellement à l'étranger, condamnés par les dépositions des accusés IN Smirnov, ES Holtzman, Dreitzer, V Olberg, Fritz David (II Kruglyansky) et Berman-Yurin, ainsi que par les documents de la présente affaire comme ayant directement préparé et personnellement dirigé l'organisation en URSS d'actes terroristes contre les dirigeants du PCUS et de l'État soviétique, sont passibles, en cas de découverte sur le territoire de l'URSS, d'une arrestation et d'un jugement immédiats par le Collège militaire de la Cour suprême de l'URSS. (p 180)

La qualité des "preuves contre Trotsky" est connue par les aveux de Holtzman, qui est censé avoir transmis un message verbal de Trotsky, et par le document le plus important publié dans l'acte d'accusation (p 22) qui représente une lettre prétendument avoir été écrit par Trotsky personnellement. Le tribunal a appris le «texte» de cette lettre par les aveux de l'accusé Dreitzer, qui a pu réciter la lettre textuellement, bien que deux ans plus tôt, elle ait été brûlée. (Que la lettre n'ait pas été brûlée, parce qu'elle n'avait jamais existé, n'a pas grande importance par rapport à l'exploit de l'accusé Dreitzer.)

Après ce que l'on sait concernant les preuves manifestement fausses de l'accusé, personne ne peut croire toutes ces "preuves contre Trotsky" qui sont apportées dans les aveux.

Mais à une occasion Trotsky a vraiment écrit sur la terreur individuelle en Union soviétique, une expression d'opinion très caractéristique, la seule qui existe vraiment sous forme documentaire, mais pas un mot n'a été dit à ce sujet au procès, car c'était &# 8212 contre terreur individuelle en Union soviétique !

Cette expression d'opinion de Trotsky n'était que trop connue à Moscou, et le rôle qu'elle a joué dans les préparatifs pour amener Trotsky dans l'"amalgame d'accusations" est l'un des éclairages secondaires les plus éclairants sur les méthodes par lesquelles le procès a été réalisée.

L'opinion de Trotsky a été exprimée dans un très long article, « La nouvelle Constitution de l'URSS », qui est daté du 16 avril 1936, et a été publié dans les organes trotskystes à cette époque en russe, français, allemand et anglais. Au cours d'une polémique contre une déclaration de Molotov que ce dernier avait faite au rédacteur en chef du Paris Temps, Trotsky a déclaré que :

A l'aube du pouvoir soviétique, les actes terroristes ont été perpétrés par les SR et les Blancs dans l'atmosphère de la guerre civile encore inachevée. Lorsque les anciennes classes dirigeantes ont abandonné tous leurs espoirs, le terrorisme a également disparu. La terreur koulak, dont on observe encore aujourd'hui des traces, a toujours eu un caractère local et a accompagné la guerre des partisans contre le régime soviétique. Ce n'est pas ce que Molotov avait en tête. La nouvelle terreur ne s'appuie ni sur les anciennes classes dirigeantes ni sur les Koulaks. Les terroristes de ces dernières années se recrutent exclusivement parmi la jeunesse soviétique, dans les rangs de la YCL et du Parti. Tout en étant totalement impuissant à résoudre les tâches qu'il se fixe, la terreur individuelle est cependant de la plus grande importance symptomatique, car elle caractérise l'acuité de l'antagonisme entre la bureaucratie et les larges masses populaires, en particulier la jeune génération. Le terrorisme est l'accompagnement tragique du bonapartisme.

L'article se termine par ces mots :

Le bonapartisme a peur des jeunes, c'est pourquoi ils doivent être regroupés sous la bannière de Marx et de Lénine. Des aventures de la terreur individuelle, de la méthode des désespérés, l'avant-garde de la jeune génération doit être conduite sur le large chemin de la révolution mondiale. De nouveaux cadres bolcheviques doivent être formés pour remplacer le régime bureaucratique en décomposition.

Quelle conclusion la propagande communiste tire-t-elle de cette citation, dont elle supprime prudemment entièrement les phrases finales ? Un incroyable ! « Toute personne honnête qui lit cette citation ne peut s'empêcher de voir que Trotsky incite à la terreur individuelle. Correspondance presse internationale du 1er août 1936, publié pour la première fois dans le journal allemand Rundschau du 23 juillet 1936, passé inaperçu à l'époque, trois semaines avant le procès de Moscou. L'article porte le titre ‘Les rêves du traître Trotsky’ dans l'édition allemande, et dans l'édition anglaise le titre ‘Trotsky Replies to Stalinist Constitution by Praise of Individual Terrorism’. Il devient d'un intérêt inhabituel dans le cadre de la préparation du procès, car il contient ce qui est en réalité un programme de ce qui s'est passé plus tard. L'article est signé de P Lang (dans l'édition allemande, mais pas dans l'anglaise), nom ou pseudonyme dont nous ne nous souvenons pas avoir rencontré auparavant, mais sous lequel la partie la plus perfide de la campagne de fausses déclarations, notamment contre le Internationale travailliste et socialiste, s'est poursuivie pendant le procès. La partie la plus intéressante de cet article est la date de sa parution. C'est la date à laquelle, comme il ressort de l'acte d'accusation, la plus grande pression a été exercée afin d'obtenir des « aveux » de l'accusé concernant l'appel de Trotsky au terrorisme.

Moscou et le droit d'asile de Trotsky

Nous souhaitons dire très clairement que nous n'acceptons pas les idées révolutionnaires mondiales erronées de la secte trotskyste, nous ne voulons aucune responsabilité pour la politique complètement erronée des trotskystes, mais il est de notre devoir de souligner que l'inclusion de Trotsky dans le « amalgame » du procès est l'une des actions les plus dévergondées et les plus ridicules qui aient jamais été rencontrées dans les procès criminels de sorcellerie. L'objet pratique de cette action est le chapitre le plus ignominieux de toute l'affaire. C'est une tentative de priver Trotsky du droit d'asile en Norvège et d'organiser un tollé contre lui qui ne lui laisserait aucun endroit au monde où il pourrait vivre.

Sur la base des "résultats" du procès, qui sont censés "prouver que" Trotsky, qui vit en Norvège, est l'organisateur et le directeur des actes terroristes, dont l'objet est la assassinat de membres du gouvernement soviétique et de dirigeants du peuple soviétique, le gouvernement soviétique adressa le 30 août 1936 au gouvernement norvégien une note dont le texte éhonté peut être lu dans le journal communiste. Rundschau (n° 40, p 1682). La note se termine par les mots suivants :

Le Gouvernement soviétique espère que le Gouvernement norvégien ne manquera pas de prendre les mesures nécessaires pour retirer à Trotsky le droit d'asile supplémentaire sur le sol norvégien.

Le gouvernement soviétique exige ouvertement le retrait du droit d'asile d'un réfugié politique, et il exige indirectement encore plus, à savoir la reddition de Trotsky au gouvernement soviétique, en signalant les négociations qui sont menées à Genève et sont même pas conclu — selon lequel ‘Les membres de la Société des Nations doivent se soutenir mutuellement dans la lutte contre le terrorisme’.

Moscou et la persécution politique

Nous luttons pour la sécurité juridique dans les procès politiques, nous luttons pour la libération des prisonniers dans les pays fascistes, nous luttons contre la barbarie de la Gestapo, nous luttons contre la peine de mort, et nous luttons pour le droit d'asile dans les pays démocratiques. Et dans chacun de ces domaines de combat, Staline nous tombe dessus par derrière, dans chacun de ces domaines il fournit à la réaction des armes splendides : le fascisme est toujours capable d'opposer nos exigences à ce qui se passe en Union soviétique. Par conséquent, notre lutte au nom des prisonniers politiques dans les pays fascistes n'est possible que si nous nous opposons ouvertement et fermement aux infractions contre la justice en Union soviétique également. De cette triste nécessité naissent les difficultés de coopération avec les organisations auxiliaires communistes. De telles organisations peuvent ne pas oser formuler la moindre objection aux atrocités judiciaires en Union soviétique.

Ces organisations auxiliaires communistes pouvaient bien entendu adopter l'attitude d'une pure lutte pour le pouvoir : force contre force, injustice contre injustice. Mais ils ne le font pas. Ils font appel au sens de la justice de l'opinion publique européenne et aux sentiments d'humanité des peuples civilisés. Ainsi, l'«Aide rouge» et toutes les institutions créées par elle deviennent des organisations «à double jeu» qui subissent un échec après l'autre. Au cours de cet été, les faits de ce double jeu sont apparus avec une force positivement dramatique.

Le 21 juin 1936, une « Conférence pour le droit d'asile », initiée par les communistes, à la suite d'une idée vraiment géniale, adoptée à Paris (voir Rundschau, no 29, p 1176) un projet mûrement réfléchi d'une loi pour les fugitifs politiques qui contenait les deux paragraphes suivants :

Article 4 : Le réfugié politique est admis dans le pays où il demande l'asile et ne peut en être expulsé.

Article 5 : Si les autorités d'un pays dans lequel le réfugié politique a résidé demandent son extradition, il ne peut leur être donné satisfaction quels que soient les motifs officiels de la demande, si elle est judiciairement établie de manière irréfragable, après avoir entendu un représentant du organe de coordination, comprenant les représentants des réfugiés et les organisations nationales s'occupant des réfugiés, que la demande n'est ni directement ni indirectement motivée par l'activité politique du réfugié.

Deux mois après que la Conférence de Paris a formulé ces demandes, c'est-à-dire le 30 août, Staline donne un coup de marteau au droit d'asile en exigeant du gouvernement norvégien le retrait du droit d'asile à Trotsky.

Le 5 juillet 1936, une « Conférence européenne d'amnistie pour les prisonniers antifascistes en Allemagne » se réunit à Bruxelles à l'initiative des communistes et, comme le rapporte le Correspondance presse internationale (n° 33, p 889), a voté à l'unanimité un Manifeste pour une amnistie complète pour les prisonniers politiques du Troisième Reich, et a rédigé une pétition judiciaire comme base de la demande d'amnistie. Six semaines plus tard, le 24 août, le principe proclamé par le gouvernement soviétique selon lequel « les appels contre les condamnations prononcées et les demandes de grâce ne seront pas pris en compte » est à nouveau appliqué à Moscou.

La conférence d'amnistie avait devant elle des mémorandums bien documentés sur les atrocités de la Gestapo, mais le procès de Moscou perturbe la conscience de toutes les personnes sensées avec la question : « Et l'OGPU ? »

Les communistes ont tout à fait raison quand ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour sauver les prisonniers politiques du bourreau, mais malheureusement leurs actions prennent un aspect positivement grotesque quand en même temps ils passent sous silence les fusillades à Moscou ou sont même obligés d'applaudir eux.

Les organisations auxiliaires communistes possèdent de bonnes idées, une habileté d'organisation et d'abondantes ressources financières. La seule chose qui leur manque est l'unité de base morale. C'est pourtant plus important que toute autre chose pour ceux qui veulent combattre efficacement la honte de la barbarie fasciste. Ainsi des nécessités de la lutte contre le fascisme surgit la question qui se pose encore et encore sous tous les aspects possibles.

Pourquoi les dirigeants de Moscou sont-ils incapables de se passer des procès pour sorcellerie, pourquoi sont-ils incapables d'introduire ces formes de procès pénaux politiques que nous exigeons sans relâche des dirigeants fascistes ?

Conclusions personnelles de l'auteur

Ce que j'ai exposé jusqu'à présent aurait pu être écrit par n'importe quel autre socialiste, et je suppose qu'il rencontrera l'approbation de toutes les personnes honnêtes qui peuvent librement d'exprimer leurs convictions. Dans mes conclusions je suis obligé de parler personnellement car mon attitude face aux problèmes soulevés par le procès de Moscou n'est pas aussi simple que celle de ceux qui rejettent la terreur individuelle par principe.

Dans ma défense devant le Tribunal spécial [22] il y a deux décennies, j'ai déclaré que seulement :

. la tenue de tels procès comme ceux d'aujourd'hui justifie tout acte de violence contre les dirigeants en Autriche. Ce procès seul — et de tels procès en général — est pour moi une justification morale. Et je tiens à souligner que c'est le état de justice en Autriche qui m'a pesé le plus gravement depuis le début de la guerre, et qui m'a maintes fois réveillé un sentiment d'honneur offensé, un sentiment de honte d'être Autrichien.

De ces quelques mots, on comprendra que la lutte contre le destruction de la sécurité juridique que j'ai inlassablement mené contre l'absolutisme des Habsbourg, m'impose le devoir évident de protester de toute mon énergie contre les atrocités judiciaires dans le pays qui revendique le nom honorable de « socialiste ». Car la sécurité juridique était et reste pour moi autant un attribut de l'ordre socialiste de la société que la sécurité de l'existence matérielle.

Dans mon discours devant le Tribunal spécial, j'ai clairement souligné le danger que la terreur individuelle peut engendrer pour le mouvement ouvrier, mais en opposition à l'axiome de son rejet total, j'ai toujours fermement maintenu la conviction que les questions de terreur individuelle doivent être tranchées dans le cadre d'un double aspect : s'ils correspondent à un conscience naturelle de la justice de la part du peuple et si, dans les circonstances données, ils constituent un méthode appropriée dans la lutte prolétarienne pour l'émancipation.

La violence en Russie soviétique rejetée

À cette occasion, j'ai dit que la « tenue de tels procès, à savoir des procès dont les fondements de la justice sont absents, justifie « tout acte de violence contre les gouvernants ». Je suis toujours du même avis aujourd'hui. Mais bien que je comprenne que tous ceux dont la capacité de réagir contre l'injustice n'est pas entièrement émoussée doivent être remplis de la plus profonde indignation face aux assassinats judiciaires en Union soviétique, je tiens à dire avec la même clarté que Je ne considère pas la terreur individuelle en Union soviétique comme une méthode appropriée. Et cela à partir d'une considération beaucoup plus générale.

À mon avis, la terreur individuelle — même si elle ne convient que dans des cas rares et exceptionnels — est un expédient dans le révolutionnaire lutter. Mais je rejette résolument toutes les formes de lutte révolutionnaire contre le régime en Union soviétique, et pas seulement les formes individuelles, mais aussi les luttes de masse. Il y a quatre ans, alors que les perspectives de succès économique de l'expérience stalinienne étaient beaucoup plus défavorables, j'ai fermement estimé que le Parti social-démocrate russe : [23]

. doit accepter le grand sacrifice de se confesser ouvertement à un politique de tolérance envers le régime bolchevique. Car la raison décisive de toute politique de tolérance, que seul quelque chose de pire peut suivre, est malheureusement présente en Russie soviétique aujourd'hui. La politique du Parti social-démocrate russe aujourd'hui ne peut être dirigée contre le système de gouvernement bolchevique en tant que tel, pendant cette période, il est contraint d'adopter des objectifs beaucoup plus modestes, il doit s'adapter à la sauvegarde des intérêts vitaux des travailleurs dans le système en vigueur. [24]

Et aujourd'hui — quatre ans plus tard — maintenant que l'expérience de Staline a réussi dans de vastes sphères — même si je ne suis pas l'un des optimistes les plus enthousiastes qui annoncent que tous les dangers économiques ont déjà été négociés avec succès, et même bien que je ne néglige en aucun cas les ombres des injustices et des difficultés économiques à côté des brillantes réalisations économiques — il me semble de plus en plus nécessaire que le parti social-démocrate russe continue dans la voie qu'il a jusqu'à présent toujours suivie, et de ne pas s'en laisser détourner, quelque grandes que soient les provocations du régime despotique de Staline.

L'Union soviétique a en grande partie aboli le capitalisme, ses ouvriers et ses paysans ont accompli un immense travail de construction, et nous désirons l'aider de toute notre énergie dans sa défense contre ses ennemis à l'intérieur comme à l'extérieur. Mais en ce qui concerne ce qui est mauvais en Union Soviétique, nous ne nous laisserons jamais obliger à jouer le rôle d'idiots ou de blanchisseurs menteurs. En cela, nous nous distinguons des marionnettes des partis communistes.

Nous nous opposons à toute intervention forcée dans les développements en Union soviétique, mais nous ne pouvons renoncer au droit de critique, critique indispensable, non au détriment mais en faveur d'un développement pacifique et évolutif de l'Union soviétique vers l'établissement de les droits et libertés du peuple.

Il est loin de mon intention de nier qu'à une époque où Hitler et Mussolini, Pilsudski et Dollfuss, les petits potentats des États frontaliers et des Balkans, ont détruit la base légale dans une grande partie de l'Europe et adopté la base de la force, la classe ouvrière est obligée de combattre les usurpateurs fascistes et les tyrans réactionnaires du capitalisme en déclin sur le terrain qu'ils ont eux-mêmes choisi : sur la base de la force. Nous connaissons et reconnaissons le rôle historique de la dictature dans les grandes périodes historiques de la révolution. Une dictature est affreuse et éveille l'horreur lorsqu'elle prend la forme d'une terreur violente et sanguinaire, mais elle peut même alors être une terreur de bonne foi. Une dictature devient un grave danger lorsqu'elle prend exemple sur les caprices de potentats sadiques qui méprisent la vie humaine et frappent cruellement et sans remords des têtes précieuses. Mais une dictature devient méprisable lorsqu'elle sombre dans une terreur à double jeu. Notre question à Dimitrov est la suivante : La terreur la plus méprisable, une terreur sous prétextes légaux, est-elle vraiment une condition nécessaire à la construction socialiste ? N'était-il pas possible pendant toute la période de la dictature sous Lénine, et même toute la première décennie après la Révolution d'Octobre, de se passer de la disgrâce de tels procès de sorcellerie, sans procédure d'enquête avec aveux fictifs extorqués ?

L'Église catholique a aujourd'hui honte des procès de sorcellerie et de sorcellerie qu'elle a menés avec le plus grand aplomb il y a trois cents ans. Il tente d'éradiquer leur mémoire. Quand viendra le moment où l'Union soviétique aura elle aussi honte des procès de sorcellerie ? Pour les opposants à l'action commune dans la sphère internationale, le procès de Moscou était un argument des plus efficaces. A la suite de cette épreuve, les tendances à l'unité ont subi un sérieux revers. L'Union soviétique a semblé faire un grand pas vers la création des conditions d'une entente entre les travailleurs dans leur ensemble en publiant les plans de la Constitution, mais elle a fait deux pas en arrière en organisant le procès de Moscou.

Néanmoins, la classe ouvrière des grands pays industriels de l'Occident doit mener la lutte conjointement avec la classe ouvrière de l'Union soviétique si elle veut être capable de faire face aux grands dangers qu'apportera la nouvelle guerre mondiale qui approche. Dans cette guerre, l'Union soviétique sera la forteresse la plus importante et la plus puissante de la classe ouvrière internationale. Face à cette guerre, les ouvriers de tous les pays doivent s'unir, toute opposition doit être surmontée, tous ceux qui considèrent cette guerre future comme le grand conflit entre la classe ouvrière et la bourgeoisie doivent coopérer, tous ceux pour qui il ne peut y avoir qu'une seule attitude dans cette guerre : sur les fronts de la lutte des classes.

Remarques

Les notes sont de l'auteur, sauf indication contraire.

1. Louis de Brouckère (1870-1951) a été président du Parti socialiste belge et président de l'Internationale socialiste Walther Schevenels (1894-1966) était un métallurgiste belge et secrétaire général de la Fédération syndicale internationale de 1930 à 1945 et de la Confédération internationale des syndicats libres de 1945 à 1949. Walter Citrine (1887-1983) était électricien et secrétaire général du TUC britannique et président de la FSI dans les années 1930 [note MIA].

2. Georgi Dimitrov (1882-1949) était un communiste bulgare qui, alors qu'il vivait en Allemagne, a été accusé par le gouvernement nazi de l'incendie du Reichstag en 1933. Il s'est vigoureusement défendu lors de son procès et a été acquitté. Il devint secrétaire de l'Internationale communiste en 1934, et fut premier ministre de Bulgarie de 1946 à 1949 [note MIA].

4. Léon Blum (1872-1950) fut le Premier ministre socialiste de France de juin 1936 à juin 1937, de mars à avril 1938 et de décembre 1946 à janvier 1947 [note MIA].

5. Le procès de Moscou et l'Internationale travailliste et socialiste, publié par le Secrétariat de l'Internationale travailliste et socialiste, avec des contributions de Friedrich Adler, Rafael Abramovich, Léon Blum et Emile Vandervelde (Parti travailliste, Londres, 1930, p 26).

6. Nikolai Krylenko (1885-1940 ?) était un vieux bolchevik qui fut commissaire à la justice de 1931 jusqu'à son arrestation en 1937 [note MIA].

7. Andrei Vychinsky (1883-1954) était un menchevik qui a rejoint les bolcheviks en 1920. Il est devenu procureur général de l'Union soviétique en 1935 et a présidé les trois procès de Moscou. Il a ensuite occupé de nombreux postes de direction, dont celui de ministre des Affaires étrangères de 1949 à 1953 [note MIA].

8. Genrikh Yagoda (1891-1938) a rejoint les bolcheviks en 1907. Il est devenu commissaire aux affaires intérieures en 1934, a aidé à organiser le premier procès de Moscou, mais a été démis de ses fonctions un mois après, a été arrêté en mars 1937, et était un défendeur au troisième procès de Moscou en mars 1938 [note MIA].

9. Yakov Agranov (1893-1938) était un vieux bolchevik et un membre clé de la police secrète à partir de 1919. Il a supervisé l'interrogatoire de Zinoviev, Kamenev, Boukharine, Rykov et Toukhatchevski, mais a été dénoncé comme un ‘ennemi du peuple& #8217 en 1938 [note MIA].

10. Sergueï Kirov (1886-1934) a rejoint les bolcheviks en 1905 et est devenu secrétaire du Parti à Léningrad en 1926. Son assassinat par Leonid Nikolayev a déclenché la Grande Terreur. Les historiens contestent si Staline a réellement organisé l'assassinat ou s'il en a simplement profité [note MIA].

11. Rafael Abramovich (1880-1963) était à l'origine dans le Bund juif et était par la suite un menchevik de premier plan. Quittant l'Union soviétique en 1920, il édita les Mencheviks’ Héraut socialiste de 1921 jusqu'à sa mort [note MIA].

12. À ce stade de la brochure, une partie d'une photographie est reproduite des délégués au Congrès socialiste international à Bruxelles en août 1928, avec la présence d'Abramovitch clairement indiquée [note MIA].

13. Nous donnons la version de l'édition anglaise de Correspondance presse internationale. Le premier texte publié dans l'édition allemande (Rundschau, p 1881) est encore plus frappante.Par exemple, au lieu des mots « 8216mais dans la situation actuelle en Allemagne, je ne peux pas avoir la confiance nécessaire en sa défense », il contient la phrase suivante : « Les conditions politiques actuelles en Allemagne ne me permettent pas d'avoir toute confiance en lui en tant que mon défenseur, car il n'a pas l'indépendance nécessaire pour une telle défense.’

14. DN Pritt (1887-1972) était avocat et député travailliste de Hammersmith North de 1935 à 1940. Expulsé du parti travailliste en 1940, il fut réélu en 1945 comme indépendant travailliste, mais perdit son siège au élection en 1950. Jamais membre du Parti communiste de Grande-Bretagne, il était néanmoins connu pour être un apologiste sans critique du stalinisme. En 1937, Moscou a ordonné au CPGB de charger Pritt d'écrire une défense du deuxième procès de Moscou pour la presse britannique, voir William Chase, Des ennemis à l'intérieur des portes ? : Le Komintern et la répression stalinienne, 1934-1939 (New Haven, 2001), p 195 [note MIA].

15. William Peyton Coates (1883-1963) a été successivement membre de la Social Democratic Federation, du British Socialist Party et du CPGB. Il a été secrétaire de la commission parlementaire anglo-soviétique de 1924 jusqu'à sa mort, et a écrit divers livres non critiques sur la politique étrangère soviétique [note MIA].

16. Dans un livre, Le procès de Moscou (Victor Gollancz, Londres, 1933), qui concerne le ‘Metropolitan Vickers Trial’ dans lequel des accusés britanniques figuraient parmi ceux qui se sont présentés devant le tribunal de Moscou pour ‘sabotage’, AJ Cummings a indiqué la différence entre les deux systèmes dans les termes suivants : ‘La méthode narrative est efficace et impressionnante car les détenus sont autorisés à raconter virtuellement l'histoire eux-mêmes. Nous sommes autorisés à savoir presque tout ce qui concerne les accusations qu'ils portent à leurs interrogateurs. Tout ce qu'il nous est interdit de savoir, c'est ce que les interrogateurs leur disent.’ (pp 76-77, nos italiques)

17. Dans l'étude intéressante sur les bases juridiques du procès de Moscou rédigée par Egon Schwelb pour le Kampf (Édition tchécoslovaque, n° 10), il est démontré de manière convaincante que les grands juristes ont un point de vue tout à fait différent de Pritt sur cette question.

18. L'"Association juridique internationale" de Paris, qui est sous direction communiste mais apparaît normalement comme une organisation "sans parti" a jugé bon de déclarer à propos du procès de Moscou que la justice politique en Union soviétique est "une justice vraiment populaire" et, après avoir donné le texte du premier télégramme de Pritt au Chronique de l'actualité, c'est-à-dire sans tenir compte de toutes les déclarations ultérieures publiées par Pritt, déclarer que l'Association juridique internationale adopte ‘les conclusions de. son éminent collaborateur, DN Pritt, KC’ (Bulletin de l'Association Juridique Internationale, 15 septembre 1936). Cette procédure est caractéristique de la manière dont sont traités les membres de ces organisations auxiliaires communistes. Les socialistes bien connus dont les noms figurent en tête de ce Bulletin, donnant ainsi au lecteur l'impression qu'il porte une part de responsabilité dans cette publication, devra sérieusement réfléchir aux conséquences à tirer de cet incident.

19. Entre ces deux procès, il y a eu un autre procès de Zinoviev et Kamenev qui a jusqu'à présent été tenu secret et au sujet duquel seules des informations privées étaient disponibles. Salomon Schwarz, qui a étudié avec une grande minutie l'ensemble des documents relatifs au procès de Moscou et aux événements qui l'ont précédé, a maintenant découvert qu'il y a des références à ce procès secret dans le rapport du procès de Moscou d'août de cette année . Tout d'abord, cette circonstance confirme les propos de Kamenev, qui a dit que : ‘C'est le troisième fois que je suis confronté à un tribunal prolétarien pour intentions, desseins et actions terroristes. » (p 169) Ensuite, il est indiqué dans le verdict, en vertu des peines précédentes, que Kamenev a été à nouveau condamné le 27 juillet 1935 à une peine de prison pendant 10 ans, conformément aux articles 17 et 588 du Code pénal de la RSFSR’. Selon des informations privées, 38 accusés se sont présentés devant le tribunal lors de ce procès et deux d'entre eux ont été condamnés à mort et abattus. [Robert Conquest mentionne ce procès ultérieur dans La Grande Terreur : une réévaluation (Londres, 1990), p 78, mais ne mentionne pas Zinoviev à son propos. Kamenev, ainsi que 13 autres accusés, ont plaidé non coupable, et seuls six accusés ont plaidé coupable d'intentions terroristes envers Staline — MIA.]

20. Même sur ce point, Pritt décide de défendre la justice politique en Union soviétique (Le procès Zinoviev, pages 34-35). Il n'hésite pas à dire que cette absence de droit d'appel s'explique par un énorme avantage pour les accusés, puisqu'ils ont la chance de comparaître devant le plus haut tribunal immediatement. Et logiquement, bien sûr, il ne peut y avoir de juridiction supérieure à la plus haute. En conséquence, le droit d'appel doit tomber ! Pourtant, ce plus haut tribunal, que Pritt décrit "sans vouloir être ironique" comme "le tribunal le plus hautement qualifié" pour de tels cas, est "littéralement" un collège de trois juges militaires. Nous ne discuterons pas de cet ‘argument’ jusqu'à ce que Pritt suggère d'introduire cet avantage du tribunal unique, dans le cas d'infractions impliquant la peine de mort, pour les accusés en Angleterre également.

21. Dans le Bulletin de l'Opposition (Bolcheviks-Léninistes), n° 52-53 (Paris, octobre 1936) les trotskistes de l'étranger ont publié un exposé volumineux et extrêmement documenté, de 52 pages, sur les faits du procès. Ce n'est pas arrivé avant la conclusion du présent article.

22. Ce procès a eu lieu à Vienne pendant la guerre (18-19 mai 1917) — Adler a été condamné à mort cette peine a été commuée en 18 ans’ d'emprisonnement en octobre 1917, et une amnistie complète a été accordée par l'empereur le 31 octobre 1918.

23. C'est-à-dire les mencheviks [note MIA].

24. Friedrich Adler, Das Stalin’sche Experiment et der Sozialismus (Vienne, 1932, également publié dans le Kampf, janvier 1932).


Voir la vidéo: Friedrich Adler


Commentaires:

  1. Dagoberto

    Au cours de la première année, elle étudie dur pendant les premières années, alors ce sera plus facile! Toutes les cavités sont soumises à l'amour! Une baguette magique d'un conte de fées russe: vous saluez trois fois - et tout désir disparaît ... la prostituée ne prend pas de l'argent non pas parce qu'elle dort avec vous, mais parce que malgré cela, elle ne dérange pas vos nerfs. Vous ne pouvez pas le mettre là sans effort! Le serpent spectaclé est un ver.

  2. Gorman

    Je peux recommander de venir sur un site sur lequel il y a beaucoup d'informations sur cette question.

  3. Tyrel

    Je m'excuse, mais cette variante ne m'approche pas. Peut-être existe-t-il encore des variantes ?



Écrire un message