Althea Gibson devient la première afro-américaine à remporter Wimbledon

Althea Gibson devient la première afro-américaine à remporter Wimbledon



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le 6 juillet 1957, Althea Gibson remporte le titre de tennis en simple féminin à Wimbledon et devient la première Afro-américaine à remporter un championnat au All England Lawn Tennis and Croquet Club de Londres.

Gibson est né le 25 août 1927 à Silver, en Caroline du Sud, et a grandi dans le quartier Harlem de New York. Elle a commencé à jouer au tennis à l'adolescence et a remporté deux fois le championnat national des femmes noires. À une époque où le tennis était largement ségrégué, la quadruple vainqueur des championnats nationaux des États-Unis, Alice Marble, a plaidé en faveur de Gibson et la joueuse de 5'11" a été invitée à faire ses débuts aux championnats nationaux des États-Unis (maintenant connus sous le nom d'US Open) en 1950. Dans 1956, la carrière de tennis de Gibson a décollé et elle a remporté le titre en simple aux Championnats de France (maintenant connus sous le nom de Roland-Garros) - le premier Afro-Américain à le faire - ainsi que le titre en double là-bas. En juillet 1957, Gibson a remporté Wimbledon, battant Darlene Hard, 6-3, 6-2. (En 1975, Arthur Ashe est devenu le premier homme afro-américain à remporter le titre masculin à Wimbledon, lorsqu'il a battu Jimmy Connors.) En septembre 1957, elle a remporté l'US Open et l'Associated Press l'a nommée athlète féminine de l'année en 1957 et 1958. Au cours des années 1950, Gibson a remporté 56 titres en simple et en double, dont 11 titres majeurs.

LIRE LA SUITE: Les femmes noires pionnières dans le sport

Après avoir remporté à nouveau Wimbledon et l'US Open en 1958, Gibson a pris sa retraite du tennis amateur. En 1960, elle fait une tournée avec l'équipe de basket-ball des Harlem Globetrotters, jouant des matchs de tennis d'exhibition avant leurs matchs. En 1964, Gibson a rejoint le Ladies Professional Golf Association Tour, la première femme noire à le faire. L'athlète pionnière a joué au golf professionnel jusqu'en 1971, la même année où elle a été élue au Temple de la renommée de la National Lawn Tennis Association.

Après avoir été commissaire à l'athlétisme du New Jersey de 1975 à 1985, Althea Gibson est décédée à l'âge de 76 ans d'une insuffisance respiratoire le 28 septembre 2003, dans un hôpital d'East Orange, New Jersey.


Althea Gibson : la femme qui a changé Wimbledon

«Martina ne pouvait pas la toucher. Je pense qu'elle aurait battu les sœurs Williams. Ces mots, du légendaire entraîneur de tennis américain Bob Ryland, faisaient référence à la femme qui a brisé la barrière de la course au tennis et est devenue la première personne noire à gagner Wimbledon. Elle a été décrite par Billie Jean King comme "l'une de mes chevreuils", et a été une inspiration directe pour Vénus et Serena. Elle s'appelait Althea Gibson et elle a tout changé.

Lire la suite de : Sport

Quand le football féminin était plus important que celui des hommes

Née en 1927, originaire de Caroline du Sud, elle a grandi à Harlem à New York, un épicentre de la vie et de la culture afro-américaines. Son enfance a été une période difficile pour la nation, alors que la Grande Dépression a détruit des vies d'un océan à l'autre. Son père était aussi un sévère disciplinaire. "Papa me fouetterait", se souvient-elle plus tard, "et je ne parle pas de fessées."

Elle a trouvé du réconfort en prenant le métro de New York jusque tard dans la nuit. Et aussi en se plongeant dans le sport – en particulier une variante new-yorkaise du tennis appelée paddle tennis, que les enfants locaux jouaient dans un terrain de jeu créé par la police en utilisant des barricades dans une rue ordinaire de Harlem. Son talent a attiré l'attention d'amis et de voisins, qui se sont regroupés pour acheter ses raquettes et adhérer à un club de tennis. Comme elle l'a dit elle-même, elle était «agressive, dynamique et méchante» – une grande puissance terrifiante sur les courts. Et quand elle a remporté sa première victoire dans un championnat de l'État de New York, ce fut un moment décisif. "La fille que j'ai battue en finale était une fille blanche", a déclaré Gibson. "Je ne peux pas nier que cela a rendu la victoire encore plus douce pour moi."

Comme elle le dit elle-même, elle était «agressive, dynamique et méchante».


Althea Gibson devient la première afro-américaine à remporter Wimbledon - HISTOIRE

Aujourd'hui, nous tenons pour acquis de voir des champions de tennis afro-américains comme Venus et Serena Williams. Mais il a fallu quelqu'un comme Althea Gibson, qui a été la première Afro-Américaine à remporter le All-England Tennis Championships à Wimbledon, le 6 juillet 1957, pour ouvrir la voie à d'autres Noirs dans le tennis. Gibson, qui est né en 1927 en Caroline du Sud, a grandi dans le quartier Harlem de New York. Elle a commencé à prendre des cours de tennis à 14 ans. Elle a lutté contre la ségrégation tout au long de sa carrière et s'est souvent vu refuser l'entrée dans les hôtels et les restaurants pendant ses tournées. Sa persévérance a permis à d'autres Afro-Américains, comme le grand tennisman Arthur Ashe, de suivre.

La même force de caractère et le même objectif de Gibson étaient partagés par d'autres athlètes afro-américains révolutionnaires, dont Jesse Owens, qui a remporté quatre médailles d'or aux Jeux olympiques de Berlin de 1936 au plus fort de la propagation par Hitler de la « suprématie » aryenne et Jackie Robinson, qui a franchi la barrière des couleurs. dans les ligues majeures de baseball en 1947. Vous pouvez lire sur la vie de pionnier de Jackie Robinson dans "By Popular Demand: Jackie Robinson and Other Baseball Highlights, 1860s - 1960s". Au sein de la collection Robinson se trouve la présentation spéciale "Baseball, the Color Line et Jackie Robinson".

Les photographies de Gibson sont dans "Creative Americans: Portraits by Carl Van Vechten, 1932-1964." Si vous recherchez sur Althea Gibson, vous trouverez neuf portraits.

A. "[Althea Gibson, de New York, atteignant haut pour un tir lors du match de demi-finale du simple dames contre Christine Truman, d'Angleterre, aux championnats All England de tennis sur gazon à Wimbledon, Angleterre, le 4 juillet 1957]." New York World-Telegram et la division Sun Collection, Prints and Photographs. N° de reproduction : LC-USZ62-113282 DLC (copie de film n&b nég.) : N° d'appel : NYWTS - BIOG--Gibson, Althea--Tennis [article].

B. Carl Van Vechten, photographe. [Portrait d'Althea Gibson en tenue de soirée], 1958. Division des estampes et photographies. N° de reproduction : LC-USZ62-105579 DLC (copie de film n&b nég.) : N° d'appel : LOT 12735, no. 419.


Althea Gibson devient la première afro-américaine à remporter Wimbledon - HISTOIRE

Jackie Robinson a joué dans les ligues majeures (1947) avant qu'un Noir ne soit autorisé à jouer au tennis aux championnats nationaux américains. Mais des fissures se sont rapidement développées dans le sport du lys blanc. Et enfin, en 1950, alors que Gibson avait 23 ans, elle a été autorisée à jouer aux championnats nationaux américains, devenant ainsi la première noire à participer au tournoi.

En plus de marquer l'histoire comme Jackie Robinson, Althea Gibson a ressenti le même sentiment de racisme que la pionnière du baseball quelques années avant elle.
Plus tard, elle a également franchi la barrière des couleurs à Wimbledon.

En 1956, Gibson entre dans l'histoire en devenant le premier Noir à remporter les championnats de France. L'année suivante, elle a marqué plus l'histoire en remportant Wimbledon et les ressortissants américains, le premier noir à gagner l'un ou l'autre. Elle a dû aussi aimer gagner les deux tournois les plus prestigieux du monde, car elle a répété les exploits en 1958.

Le droitier de 5 pieds 11 pouces avait un service solide et préférait jouer un jeu offensif. Femme athlétique, elle avait une bonne vitesse du pied, ce qui lui a permis de couvrir le court. Au fil des années, elle est devenue plus cohérente par rapport à la ligne de base. Y compris six titres en double, elle a remporté un total de 11 événements du Grand Chelem sur son chemin vers l'International Tennis Hall of Fame et l'International Women's Sports Hall of Fame.

Gibson est née le 25 août 1927 dans la petite ville de Silver, en Caroline du Sud. La famille a déménagé à Harlem à New York quand elle avait 3 ans.

"Papa me fouetterait", a-t-elle dit, "et je ne parle pas de fessées." Mais elle n'a pas blâmé son père pour les coups de fouet, disant qu'elle les méritait. Mis à part une bagarre occasionnelle, elle n'a jamais eu de réel problème.

Ce que Gibson aimait faire, c'était faire du sport. Au début, le basket-ball était son préféré. Ensuite, elle est devenue très compétente en paddle-tennis. Puis un sympathique musicien lui a offert une raquette de tennis et elle s'est immédiatement mise au jeu.

Elle a quitté le lycée - pas à cause du tennis mais parce qu'elle ne supportait pas les cours - et a commencé à participer à des tournois féminins sous les auspices de l'American Tennis Association, qui était presque entièrement noire. En 1946, elle a attiré l'attention de deux médecins du tennis, Hubert Eaton de Caroline du Nord et Robert W. Johnson de Virginie, qui étaient actifs dans la communauté noire du tennis.

Le futur champion des poids welters Sugar Ray Robinson et sa femme, qui s'était lié d'amitié avec Gibson, lui ont conseillé d'aller dans le Sud. Elle l'a fait. Chaque médecin l'a emmenée dans sa famille -- Eaton pendant l'année scolaire, Johnson pendant l'été. Non seulement ils lui ont donné des cours de tennis, mais ils l'ont également redressée sur le plan scolaire. Elle est retournée au lycée pour ses trois dernières années et a obtenu son diplôme en 1949 à Wilmington, N.C.

"Si Althea Gibson représente un défi pour la génération actuelle de joueurs, alors il n'est que juste qu'ils relèvent ce défi sur les courts", a écrit Marble.

Finalement, la U.S. Lawn Tennis Association a abandonné et l'a invitée. Lors de ses débuts historiques aux championnats nationaux des États-Unis de 1950, Gibson a battu Barbara Knapp en deux sets. Son match de deuxième tour sur l'herbe de Forest Hills était contre Louise Brough, qui avait remporté les trois précédents Wimbledon. Après avoir été mis en déroute 6-1 dans le premier set, Gibson a récupéré pour remporter le deuxième set 6-3 et menait 7-6 dans le troisième lorsqu'un orage a frappé, arrêtant le match. Quand il a repris le lendemain, Gibson a perdu trois matchs consécutifs pour perdre le match.

Il a fallu un certain temps à Gibson pour s'adapter à la concurrence plus forte. Elle est également restée mal accueillie dans certains clubs où se tenaient des tournois. Elle a été classée n ° 9 parmi les femmes américaines en 1952, mais ce n'est que quatre ans plus tard que Gibson a affiché le jeu d'une joueuse prête à passer au premier échelon.

Elle a remporté son premier tournoi majeur en 1956, les championnats de France, en battant la championne en titre Angela Mortimer 6-0, 12-10 sur la terre battue de Paris. Ce fut sa seule apparition aux Français. Elle a fait équipe avec l'Anglaise Angela Buxton pour remporter le titre du double féminin aux Français, ainsi qu'à Wimbledon. Cette année-là, elle a également remporté des tournois en simple aux championnats italien, sud-ouest du Pacifique, Nouvelle-Galles du Sud, panaméricain, sud-australien et asiatique à Ceylan.

La tête de série numéro 2 aux championnats nationaux des États-Unis, Gibson a atteint la finale. Son adversaire était la tête de série Shirley Fry, qui a joué un match plus stable et a remporté le championnat avec une décision de 6-3, 6-4.

En 1957, Gibson a pris le contrôle du football féminin. Tout d'abord, elle a battu Darlene Hard 6-3, 6-2 pour remporter Wimbledon. Puis, le 8 septembre, elle est entrée dans l'histoire de son propre pays, battant Brough par le même score pour le championnat américain. Elle a également fait partie de l'équipe gagnante du double féminin avec Hard à Wimbledon et a remporté le titre du double mixte avec Kurt Nielsen à Forest Hills.

Même en remportant des tournois, elle s'est vu refuser des chambres dans des hôtels. L'une a refusé de réserver des réservations pour un déjeuner en son honneur. Elle a dit qu'elle s'en fichait. "J'ai essayé de me sentir responsable envers les Noirs, mais c'était un fardeau pour mes épaules", a-t-elle déclaré en 1957. "Maintenant, je joue au tennis pour me faire plaisir, pas pour eux."

Elle s'est fait plaisir - et aux Noirs - en 1958 en battant Mortimer 8-6, 6-2 lors de la finale de Wimbledon et en se ralliant pour battre Hard 3-6, 6-1, 6-2 pour le titre américain. Son troisième titre consécutif en double féminin à Wimbledon a également été remporté, cette fois avec Maria Bueno.

Son record en simple aux tournois du Grand Chelem était un impressionnant 53-9 – 16-1 à Wimbledon, 27-7 aux États-Unis, 6-0 aux Français et 4-1 à l'Australie.

En tant que membre des équipes américaines de la Coupe Wightman de 1957 et 1958, elle a obtenu une fiche de 5-1 – 3-1 en simple et 2-0 en double – contre la Grande-Bretagne.

En 1957, elle a été la première noire à être élue athlète féminine de l'année par l'Associated Press. Elle remporte à nouveau cet honneur en 1958.

Après avoir remporté son deuxième championnat des États-Unis, elle est devenue professionnelle. Un an, elle a gagné 100 000 $ en jouant une série de matchs avant les matchs de basket-ball des Harlem Globetrotter.

Il n'y avait pas de tournée de tennis professionnel à cette époque. Gibson s'est tournée vers le circuit de golf professionnel pendant quelques années, mais elle ne s'est pas distinguée. Elle a essayé de jouer quelques événements après le début du tennis ouvert en 1968, mais à ce moment-là, elle était dans la quarantaine et trop vieille pour battre ses plus jeunes adversaires. Elle a travaillé comme pro de l'enseignement du tennis après avoir arrêté la compétition.

Gibson est devenue une recluse dans son appartement de jardin bien entretenu à East Orange, N.J., selon Time en septembre dernier. Le magazine a déclaré qu'elle souffrait en silence d'une série d'accidents vasculaires cérébraux et de maladies provoquées par une maladie qu'elle aurait simplement décrite comme "terminale".

Le titre de son autobiographie, écrite en 1958, est « J'ai toujours voulu être quelqu'un ». Pour les fans de tennis, elle le sera toujours. Bien qu'elle n'ait pas cherché le rôle de pionnière, elle en était une.

"S'il n'y avait pas eu d'elle", déclare Billie Jean King, vainqueur de 12 titres en simple du Grand Chelem, "cela n'aurait pas été si facile pour Arthur (Ashe) ou ceux qui ont suivi".


Althea Gibson devient la première afro-américaine à remporter Wimbledon - HISTOIRE

Ce jour-là en 1957, Althea Gibson a remporté le titre de tennis en simple féminin à Wimbledon et est devenue la première Afro-américaine à remporter un championnat au All England Lawn Tennis and Croquet Club de Londres. Gibson a également remporté le championnat du double féminin plus tard dans la journée.

Althea Gibson, née en 1927 en Caroline du Sud, a grandi dans le quartier Harlem de New York. Les capacités athlétiques de Gibson la distinguaient de ses pairs et elle attira encore plus l'attention sur elle-même lorsqu'elle remporta les compétitions de paddle-tennis de la Police Athletic League et du Parks Department. Le directeur des loisirs et musicien Buddy Walker a reconnu son talent, acheté des raquettes et l'a emmenée aux courts de tennis de Harlem River. Peu de temps après, le célèbre Harlem Cosmopolitan Tennis Club a créé une collection pour offrir à Gibson un abonnement et des cours de tennis.

La grande rupture de Gibson s'est produite lorsque deux médecins afro-américains lui ont offert une maison, des études secondaires, des cours de tennis, ainsi que les encouragements et le soutien financier pour réaliser son potentiel. Gibson a vécu avec l'une des familles de Wilmington, en Caroline du Nord, pendant l'année scolaire et a passé l'été à perfectionner son jeu de tennis sur l'autre court de tennis dans l'arrière-cour de Lynchburg, en Virginie. Elle a ensuite remporté le simple féminin entièrement noir de l'American Tennis Association (ATA) dix années de suite (1947 - 1956), s'imposant comme la meilleure joueuse de tennis noire.

En 1950, alors qu'elle était dans sa première année en tant qu'étudiante en basket-ball et en tennis à l'Université agricole et mécanique de Floride, elle a atteint la finale avant d'être battue. Mais elle n'a été invitée à aucun tournoi national dans des installations séparées jusqu'à ce que la championne de tennis Alice Marble déclare en Tennis sur gazon américain magazine:

« [Gibson] n'est pas jugée à l'aune de ses capacités, mais au fait que sa pigmentation est quelque peu différente. »

1950 – Althea Gibson et Alice Marble se dirigent vers le court extérieur de Forest Hills où le premier match de Gibson était prévu.

En grande partie grâce à l'influence de Marble, les invitations ont commencé à arriver et elle est entrée à Wimbledon en 1951, devenant ainsi la première Afro-américaine à y jouer. Elle s'est qualifiée pour les quarts de finale avant de perdre. Le jeu de tennis de Gibson a continué à mûrir. En 1956, elle a remporté seize des dix-huit tournois internationaux auxquels elle a participé, dont l'un était un événement du Grand Chelem, l'Open de France. Avec cette victoire, Gibson est devenu le premier Noir à remporter un titre majeur de tennis en simple.

Althea Gibson a battu Darlene Hard en 1957 pour remporter le premier de ses deux titres consécutifs à Wimbledon

Sept ans après avoir franchi la barrière des couleurs en 1950, elle s'est imposée comme championne en remportant à la fois Wimbledon et le championnat des États-Unis en 1957 et 1958. En 1959, elle a pris sa retraite du tennis amateur, a joué au tennis d'exposition, est apparue dans des films, a enregistré un album et publié sa biographie, J'ai toujours voulu être quelqu'un.

En 1964, à l'âge de 37 ans, elle devient golfeuse professionnelle. Gibson a été la première femme noire à détenir une carte de joueur de la Ladies Professional Golf Association (LPGA), brisant ainsi la barrière des couleurs dans deux des sports les plus élitistes de la société. Cependant, elle luttait toujours contre le racisme. Par exemple, le Beaumont Country Club au Texas a accepté de la laisser jouer le parcours, mais ne lui a pas permis d'utiliser le club-house ou les toilettes.

Althea Gibson pourrait parcourir plus de 300 mètres

Gibson s'est mariée en 1965. Plus tard, elle a été professeur et entraîneur de tennis professionnel, ainsi que directrice de programme pour un club de raquette et commissaire des sports pour l'État du New Jersey. En 1994, Gibson a subi un accident vasculaire cérébral qui l'a laissée confinée chez elle. Elle est décédée en 2003 dans sa ville natale d'East Orange, New Jersey.

Parmi les nombreux honneurs d'Althea Gibson, mentionnons l'Associated Press Woman Athlete of the Year (1957 - 1958), le National Tennis Hall of Fame (1971), le Black Athletes Hall of Fame, l'International Tennis Hall of Fame (1971) et l'International Women& Temple de la renommée des sports des années #8217 (1980). Gibson a servi d'inspiration à d'autres comme Zina Garrison, Venus Williams et Serena Williams. La voie était également ouverte aux hommes noirs. Arthur Ashe a estimé que Gibson a préparé le terrain pour ses propres triomphes ultérieurs sur le terrain.


Ce jour-là en 1957, Althea Gibson a remporté le titre de tennis en simple féminin à Wimbledon et est devenue la première Afro-américaine à remporter un championnat au All England Lawn Tennis and Croquet Club de Londres. Gibson a également remporté le championnat du double féminin plus tard dans la journée.

Althea Gibson, née en 1927 en Caroline du Sud, a grandi dans le quartier Harlem de New York. Les capacités athlétiques de Gibson la distinguaient de ses pairs et elle attira encore plus l'attention sur elle-même lorsqu'elle remporta les compétitions de paddle-tennis de la Police Athletic League et du Parks Department. Le directeur des loisirs et musicien Buddy Walker a reconnu son talent, acheté des raquettes et l'a emmenée aux courts de tennis de Harlem River. Peu de temps après, le célèbre Harlem Cosmopolitan Tennis Club a créé une collection pour offrir à Gibson un abonnement et des cours de tennis.

La grande rupture de Gibson s'est produite lorsque deux médecins afro-américains lui ont offert une maison, des études secondaires, des cours de tennis, ainsi que les encouragements et le soutien financier pour réaliser son potentiel. Gibson a vécu avec l'une des familles de Wilmington, en Caroline du Nord, pendant l'année scolaire et a passé l'été à perfectionner son jeu de tennis sur l'autre court de tennis dans l'arrière-cour de Lynchburg, en Virginie. Elle a ensuite remporté le simple féminin entièrement noir de l'American Tennis Association (ATA) dix années de suite (1947 - 1956), s'imposant comme la meilleure joueuse de tennis noire.

En 1950, alors qu'elle était dans sa première année en tant qu'étudiante en basket-ball et en tennis à l'Université agricole et mécanique de Floride, elle a atteint la finale avant d'être battue. Mais elle n'a été invitée à aucun tournoi national dans des installations séparées jusqu'à ce que la championne de tennis Alice Marble déclare en Tennis sur gazon américain magazine:

« [Gibson] n'est pas jugée à l'aune de ses capacités, mais au fait que sa pigmentation est quelque peu différente. »

1950 – Althea Gibson et Alice Marble se dirigent vers le court extérieur de Forest Hills où le premier match de Gibson était prévu.

En grande partie grâce à l'influence de Marble, les invitations ont commencé à arriver et elle est entrée à Wimbledon en 1951, devenant ainsi la première Afro-américaine à y jouer. Elle s'est qualifiée pour les quarts de finale avant de perdre. Le jeu de tennis de Gibson a continué à mûrir. En 1956, elle a remporté seize des dix-huit tournois internationaux auxquels elle a participé, dont l'un était un événement du Grand Chelem, l'Open de France. Avec cette victoire, Gibson est devenu le premier Noir à remporter un titre majeur de tennis en simple.

Althea Gibson a battu Darlene Hard en 1957 pour remporter le premier de ses deux titres consécutifs à Wimbledon

Sept ans après avoir franchi la barrière des couleurs en 1950, elle s'est imposée comme championne en remportant à la fois Wimbledon et le championnat des États-Unis en 1957 et 1958. En 1959, elle a pris sa retraite du tennis amateur, a joué au tennis d'exposition, est apparue dans des films, a enregistré un album et publié sa biographie, J'ai toujours voulu être quelqu'un.

En 1964, à l'âge de 37 ans, elle devient golfeuse professionnelle. Gibson a été la première femme noire à détenir une carte de joueur de la Ladies Professional Golf Association (LPGA), brisant ainsi la barrière des couleurs dans deux des sports les plus élitistes de la société. Cependant, elle luttait toujours contre le racisme. Par exemple, le Beaumont Country Club au Texas a accepté de la laisser jouer le parcours, mais ne lui a pas permis d'utiliser le club-house ou les toilettes.

Althea Gibson pourrait parcourir plus de 300 mètres

Gibson s'est mariée en 1965. Plus tard, elle a été professeur et entraîneur de tennis professionnel, ainsi que directrice de programme pour un club de raquette et commissaire des sports pour l'État du New Jersey. En 1994, Gibson a subi un accident vasculaire cérébral qui l'a laissée confinée chez elle. Elle est décédée en 2003 dans sa ville natale d'East Orange, New Jersey.

Parmi les nombreux honneurs d'Althea Gibson, mentionnons l'Associated Press Woman Athlete of the Year (1957 - 1958), le National Tennis Hall of Fame (1971), le Black Athletes Hall of Fame, l'International Tennis Hall of Fame (1971) et l'International Women& Temple de la renommée des sports des années #8217 (1980). Gibson a servi d'inspiration à d'autres comme Zina Garrison, Venus Williams et Serena Williams. La voie était également ouverte aux hommes noirs. Arthur Ashe a estimé que Gibson a préparé le terrain pour ses propres triomphes ultérieurs sur le terrain.


Que s'est-il passé ce jour-là

Ce jour-là, le 26 mai 1956, à Roland-Garros, Althea Gibson devient la première athlète noire à triompher dans un tournoi du Grand Chelem. Plus qu'un simple jalon, la victoire de Gibson représentait une nouvelle possibilité : elle était instantanément le symbole de la capacité d'une femme afro-américaine à s'élever au-dessus du racisme et des préjugés. Elle est devenue - et est toujours - une lueur d'espoir pour l'égalité dans la société et dans le sport. Gibson a dû faire face à une discrimination pure et simple avant même d'être autorisée à participer à des événements majeurs de tennis. Son succès a marqué un grand pas en faveur de la déségrégation dans le tennis. C'était également la première d'un total de cinq couronnes du Grand Chelem remportées par la première star du tennis afro-américaine en seulement trois ans.


Jeton Femelle

Althea Gibson, la première championne afro-américaine de Wimbledon de l'histoire. Elle a gagné en 1957 et 1958.

Au cours de la dernière décennie, il n'y a eu que deux noms synonymes de victoire au tennis américain. Et ces deux noms appartiennent à des femmes afro-américaines :

Vénus et Serena Williams

Deux Américains depuis Chris Evert et Billie Jean King ont-ils fait plus pour révolutionner le jeu vierge et souvent étouffant ? Quand je jouais au tennis dans les années 70, le décorum d'un tournoi de tennis était presque le même que la messe du dimanche. Calmer. Des protestations polies si vous n'êtes pas d'accord avec un appel. Grâce.

Ma pro de tennis locale, la regrettée Nancy Dillon, une légende de la communauté d'Oak Park-River Forest, nous a appris à tous, au River Forest Park District, à attaquer le filet, à être agressif. Je ne me souviens pas que la politesse soit l'élément clé de son jeu. Elle était l'antithèse de ce que j'ai vu à la télévision. Quand j'ai regardé le petit-déjeuner à Wimbledon et les matchs de l'US Open, je ne me souviens vraiment pas d'arguments de choc avec les juges du côté féminin de Wimbledon. Juste les pitreries loufoques, enfantines et bruyantes de John McEnroe et Jimmy Connors, qui ont en fait fait des matchs de cinq heures un régal à regarder. En dehors de cela, il s'agissait de jeux "Pong" en gros à cette époque.

Lentement, le tournoi féminin a révolutionné avec le physique et la volonté de fer de Martina Navratilova, le revers à une main de Steffi Graf, les grognements de Monica Seles. Lentement, le jeu féminin est devenu plus bruyant et plus bruyant. Et, au détriment des femmes américaines partout, dominées par les européennes. Lindsay Davenport, où es-tu ?

Les sœurs Williams ont adopté leur style de jeu offensif et agressif qui a fait de Serena une championne de Wimbledon samedi matin sur le court central pour la cinquième fois, après avoir battu la Pologne Agieszka (Aggie) Radwanska 6-1, 5-7, 6-2. Venus a lutté contre le syndrome de Sjogren, une maladie liée à la fatigue, qui a limité sa carrière ultérieure, mais a toujours mis les sœurs Williams sur la carte lorsqu'elle a remporté Wimbledon en 2000. Serena a suivi avec son premier titre à Wimbledon l'année suivante.

Les redoutables sœurs Williams s'uniront en finale du double, à la recherche de leur cinquième titre. En demi-finale, les sœurs Williams ont eu du mal avec leurs services dans le premier set, mais ont récupéré pour battre le duo américain Liezel Huber et Lisa Raymond 2-6, 6-1, 6-2. Venus et Serena joueront le duo tchèque d'Andrea Hlavackova et Lucie Hradecka.

Alors que Serena traverse un samedi terriblement long, il convient de rappeler que Venus et Serena Williams n'étaient pas les seules joueuses afro-américaines de toute l'histoire du tennis. Le regretté et grand Arthur Ashe, qui est mort bien trop jeune du sida après l'avoir contracté à la suite d'une transfusion sanguine, était un de mes héros personnels. Il s'est fait un nom en tant que vainqueur de l'US Open en 1968 et de Wimbledon en 1975, le premier homme afro-américain à franchir la ligne de couleur.

Mais même Ashe, aussi grand soit-il, n'était pas le premier champion afro-américain de Wimbledon. Je ne sais pas combien de personnes se souviennent de feu Althea Gibson, la "Jackie Robinson" du tennis féminin, comme on l'appelle parfois. Elle a remporté Wimbledon en 1957 et 1958, au milieu de l'ère des droits civiques – après Plessy contre Ferguson de 1954, mais avant la loi sur les droits civiques de 1965. Aussi, avant le titre IX. Et un héros oublié de la communauté au sens large.

Seigneur, comment est-elle arrivée là ?

Selon son site Web, altheagibson.com, Gibson est née à Silver, en Caroline du Sud, le 25 août 1927. Elle a grandi dans une famille pauvre de Harlem mais a attiré l'attention d'un médecin de Lynchburg, en Virginie, Walter Johnson, qui était actif dans la communauté du tennis afro-américain.

Le Dr Johnson est devenu le patron d'Althea et était plus tard connu pour avoir mentoré Ashe. Grâce à sa connexion avec Johnson, Althea a eu accès à une meilleure instruction et à de meilleures compétitions. Il l'a également reliée à la United States Tennis Association (USTA), l'ouvrant à la scène du tennis. Elle a commencé à jouer au tennis au Harlem Tennis Club en 1941, remportant son premier match en 1942 à l'âge de 15 ans. Plus tard, elle a concouru à la Florida A&M University.

Elle a été la première afro-américaine à être nommée athlète féminine de l'année par l'Associated Press en 1957. Elle a de nouveau reçu cet honneur l'année suivante. Lorsqu'elle a remporté son deuxième championnat des États-Unis, elle est devenue professionnelle.

Gibson a été le premier Afro-Américain, homme ou femme, à remporter les championnats de l'Open de France, de l'Open des États-Unis, du Double australien et de Wimbledon dans les années 1950. Même si elle était soumise à la ségrégation qui affligeait les Afro-Américains à l'époque, elle a ouvert la voie à la scène du tennis.

En tout, elle a remporté onze titres majeurs, dont trois doubles consécutifs à Roland-Garros en 1956, 1957 et 1958. Elle a remporté Roland-Garros en 1956, Wimbledon en 1957 et 1958 et l'US Open en 1957 et 1958. Au à la fin, elle a obtenu une renommée internationale pour avoir remporté 56 doubles et simples.

Le tennis était un jeu très différent dans les années 󈧶’. Il n'y avait pas de prix en argent (les champions de Wimbledon gagnent maintenant 1 000 000 $ sur les tournois masculins et féminins). Il n'y avait pas d'accords de parrainage et pas de tournées professionnelles pour les femmes. Ceux-ci sont venus plus tard, après la United States Tennis Association (USTA), les tournées professionnelles Virginia Slims et Lipton, et d'autres ont été créés dans les années 1970. Et contrairement à Vénus et Serena, pas de lignes de vêtements ou d'entreprises personnelles pour compléter leurs revenus.

Cependant, ils pourraient bien considérer Gibson comme un modèle. Gibson était clairement une aventurière et n'avait pas peur de risquer tout ce qu'elle pensait avoir à offrir au monde. Juste après avoir pris sa retraite du tennis, elle s'est aventurée dans le monde du divertissement, sortant un album, "Althea Gibson Sings" en 1959, et apparaissant dans un film de John Ford "The Horse Soldiers" la même année. Dans le film, mettant en vedette John Wayne, William Holden et la future star du feuilleton Constance Towers, elle incarnait Lukey, la fidèle servante de Mme Towers.

Il y avait une association sportive professionnelle accessible aux femmes à l'époque : la Ladies Professional Golf Association (LPGA). Après avoir pris sa retraite du tennis en 1958, Gibson a décidé de devenir un pro du golf. Elle est devenue le premier membre afro-américain de la LPGA en 1964. Bien qu'elle ait concouru jusqu'en 1970, selon des sources Wikipédia, elle ne s'est pas vraiment établie sur le circuit de golf professionnel et a essayé de jouer quelques événements après 1968 lors de l'open tennis. commencé. À ce moment-là, elle était dans la quarantaine et était trop vieille pour battre les plus jeunes. Quand elle a arrêté la compétition, elle a travaillé comme instructrice de tennis.”

Sa cinquantaine lui a offert de nouvelles opportunités alors qu'elle se lançait dans une carrière dans la fonction publique. Elle est devenue commissaire de l'État du New Jersey à l'athlétisme en 1975 et a occupé plusieurs autres postes au sein de la législature du New Jersey, notamment une nomination au Conseil du gouverneur sur la condition physique.

Mariée et divorcée deux fois, elle n'a pas eu d'enfants.

Ses dernières années lui ont apporté une mauvaise santé. Gibson a subi deux hémorragies cérébrales et en 1992, un accident vasculaire cérébral. En panne, vivant de l'aide sociale et incapable de payer un loyer ou des médicaments, elle a contacté l'ancienne partenaire de double Angela Buxton pour lui dire qu'elle envisageait de se suicider. Buxton, selon des sources Wikipédia, s'est arrangé pour qu'une lettre soit publiée dans un magazine de tennis. La campagne de financement a rapporté plus d'un million de dollars.

Gibson est décédée de causes naturelles en septembre 2003, après l'effondrement de son système circulatoire.

On se souvient d'elle dans le monde entier. Gibson a été intronisé au Temple de la renommée du tennis international et au Temple de la renommée du New Jersey. À Wilmington, en Caroline du Nord, le nouveau centre de tennis s'appelait le complexe sportif Althea Gibson. Et en 2012, une statue de Gibson a été consacrée dans un parc du New Jersey.

Le centre de tennis de Caroline du Nord doit être considéré comme une revanche particulièrement douce pour Gibson, qui a un jour remarqué avec ironie que « serrer la main de la reine d'Angleterre était loin d'être obligé de s'asseoir dans la section colorée à l'arrière du bus en Wilmington, Caroline du Nord”


Histoire du tennis noir

La riche histoire des Noirs et du tennis aux États-Unis remonte à près de 110 ans. Il comprend des noms tels qu'Althea Gibson, Arthur Ashe, Zina Garrison et Venus et Serena Williams. Il comprend également quelques friandises peu connues.

Pour la Semaine du tennis, The Undefeated a parcouru l'histoire du tennis noir pour fournir une chronologie qui prouve que lorsque des Noirs entrent sur le terrain, nous parlons de cette action.

The first interstate tournament for blacks is created by Rev. W.W. Walker. The Philadelphia event was won by Thomas Jefferson of Lincoln University.

Rev. W.W. Walker goes on to win the following year&rsquos tournament by defeating Henry Freeman of Washington, D.C.

Even with a change of scenery and playing on his opponent&rsquos home court, Rev. W.W. Walker manages to beat Howard University&rsquos Charles Cook.

Booker T. Washington&rsquos son, E. Davidson, and C.G. Kelly help create the first faculty tennis club at Tuskegee Institute.

The Chicago Prairie Tennis Club is formed by Mrs. Maude Lawrence, Madelyn Baptist McCall, Ruth Shockey and Mrs. C.O. &ldquoMother&rdquo Seames.

The seven women preparing to play in the New York State Negro Tennis Championships that took place at the Cosmopolitan Tennis Club in Harlem.

Harlem&rsquos Colonial Tennis Club, later known as the Cosmopolitan Club in Harlem, is founded.

Plans for national tennis organization for African-Americans are discussed by members of the Association Tennis Club in Washington, D.C., and the Monumental Tennis Club of Baltimore. The American Tennis Association (ATA) was founded on Thanksgiving Day in Washington, D.C., at a YMCA and H. Stanton McCard is elected as the organization&rsquos first leader.

By winning the ATA women&rsquos singles tournament, Lucy Diggs Slowe becomes the first African-American female national champion in any sport.

New York Tennis Association is founded.

The first private grounds for a black tennis club in the United States are built by &ldquoMother&rdquo Mary Ann Seames and her husband, who purchased property on the South Side of Chicago to build the four tennis courts.

Dwight Davis, the donor of the Davis Cup, serves as an umpire at ATA national semifinals.

The first black-owned-and-operated country club in the United States is founded by the Progressive Realty Group, a group of African-American businessmen who purchased and opened the Shady Rest Golf and Tennis Club in Scotch Plains, New Jersey.

The Springfield (Massachusetts) Tennis Club and New Jersey Tennis Association are created.

New England Tennis Association and St. Louis Tennis Association are formed.

Reginald Weir and Gerald Norman Jr. are denied entry into the U.S. Lawn Tennis Association (USLTA) Junior Indoor Championship because of their race, even after paying the entry fee. Support from the NAACP resulted in a formal grievance after Norman&rsquos father filed a complaint.

University of Illinois tennis player Douglas Turner is the runner-up in the Big Ten championships.

The Colored Intercollegiate Athletic Association (CIAA) and the Southern Intercollegiate Athletic Association (SIAA) receive the Williams Trophy after it was donated by members of the Grand Central Station staff.

Jimmie McDaniels returns a shot during the New York State Negro Tennis Championships in 1940

On the anniversary of the ATA&rsquos Silver Jubilee, USLTA president Holcombe Ward extends his warmest regards to the organization &hellip without allowing a single person of color to participate in his league. In the letter, he states, &ldquoI extend most cordial greetings and sincere wishes for the success of the American Tennis Association in its further development, work and efforts to maintain the high standards of the game of tennis wherever played.&rdquo

Althea Gibson becomes the first African-American to participate in the U.S. Nationals. In the first round, she defeats Barbara Knapp, but would then fall to Louise Brough in the second round, 1-6, 6-3, 7-9. Before a thunderstorm descended on the court, Gibson was actually beating Brough. When the players came back the next day, Gibson lost three straight games and the match.

Victor Miller and Roosevelt Megginson become the first African-Americans to play in the USLTA Interscholastic Championships.

Two years after Miller and Megginson, Lorraine Williams wins the USLTA National Girls&rsquo 15 Singles, becoming the first African-American to win a USLTA national championship.

Althea Gibson walks through a cheering crowd while preparing to play in the 1957 Wimbledon Tournament.

Althea Gibson wins the French Championships women&rsquos singles tournament, becoming the first African-American to win a Grand Slam title. She also left the French Championships with the women&rsquos doubles title. Gibson&rsquos success continued into the women&rsquos doubles final at Wimbledon, as well, where she left London victorious.

Althea Gibson becomes the first black to win a major U.S. tennis championship when she defeats Darlene Hard in straight sets, 6-2, 6-3, to capture the U.S. Clay Court singles title in River Forest, Illinois. The match lasted only 47 minutes.

Later that year, Gibson wins the U.S. National Championships (now known as the US Open), becoming the first African-American to do so. Gibson was also the first African-American to play in the Australian Open championship, although she lost to Shirley Fry in straight sets, 6-3, 6-4. This would be the only Grand Slam championship she would not win in singles. However, Gibson would win the Australian Open women&rsquos doubles championship in 1957.

Gibson lost the U.S. National Championships women&rsquos doubles championship. That was the only doubles Grand Slam title she didn&rsquot win. She won the mixed doubles championship.

For her wins in the French Open, Wimbledon and the U.S. National Championships, Althea Gibson was named the Associated Press Woman Athlete of the Year.

Althea Gibson repeats as both U.S. National and Wimbledon champion. For a third consecutive year, Gibson wins the women&rsquos doubles title match at Wimbledon. She also repeats as the AP Woman Athlete of the Year. It&rsquos during this year that she also announces her retirement from amateur tennis.

Bob Ryland breaks the color barrier for black men, participating in Jack Marsh&rsquos World Pro Championships in Cleveland and thus becoming the first African-American male tennis professional.

Arthur Ashe Jr. wins the National Indoor Junior Tennis Championship.

Arthur Ashe Jr. continues that momentum by repeating as the National Indoor Junior Tennis champion and also winning the USTA Interscholastic Singles Championship.

The Davis Cup team welcomes Arthur Ashe Jr., and he becomes the first African-American to make the unit. He wins the U.S. Hard Court Championships.

Playing in the U.S. Nationals at Forest Hills, New York, at age 15, Lenward Simpson becomes the youngest male to do so.

Arthur Ashe eyes up a shot while playing in the semifinals of the U.S. National Tennis Championships in 1965.

While attending UCLA, Arthur Ashe Jr. wins the NCAA singles championship and doubles championship with Ian Crookenden.

Arthur Ashe Jr. takes home the U.S. Clay Court Championship and the U.S. Indoor Doubles with teammate Charlie Pasarell.

Arthur Ashe Jr. becomes the first (and remains the only) black man to win the US Open. It was the first US Open in the Open era. That same year, Ashe defeated Davis Cup teammate Bob Lutz to win the U.S. Amateur Championships. To this day, he remains the only player to win the amateur and national championships in the same year.

Arthur Ashe Jr. becomes the first (and is still the only) black man to win the Australian Open.

Juan Farrow wins the U.S. Boys&rsquo 12 Singles Championship and also wins the doubles title with teammate Lawrence &ldquoChip&rdquo Hooper.

Arthur Ashe Jr. teams up with Marty Riessen to win the French Open men&rsquos doubles title.

That same year, Althea Gibson is elected to the International Tennis Hall of Fame.

Two years after winning his first U.S. Boys&rsquo 12 Singles title, Juan Farrow takes home his second championship in the U.S. Boys&rsquo 14 Singles.

In the National Public Parks Girls 16U Singles Championship, Diane Morrison comes out victorious.

Juan Farrow wins the National Boys Indoor 16 Singles Championship.

Lenward Simpson signs with the Detroit Loves and in the process becomes the first black player in World Team Tennis.

Arthur Ashe Jr. wins the Wimbledon men&rsquos singles title by defeating Jimmy Connors. In doing so, he becomes the first (and still the only) black man to win the event.

The NCAA Division II doubles are won by Hampton University&rsquos Bruce Foxworth and Roger Guedes. Hampton becomes the first historically black college or university to win the Division II title.

Andrea Whitmore wins the National Public Parks singles, doubles and mixed doubles titles. She is the first African-American to win a championship and only the second woman to win three major events in the tournament&rsquos 52-year history.

The U.S. Girls 14 Indoor Doubles is won by Kathy Foxworth and Lori Kosten.

Leslie Allen plays during the final match at the Avon Tennis Championship in 1980.

AP Photo/Richard Sheinwald

The U.S. Girls 16 Hard Court Doubles, U.S. Girls 18 Indoor Doubles, and the U.S. Girls 18 Clay Court Doubles are won by Houston duo Zina Garrison and Lori McNeil.

Leslie Allen is the first African-American woman to play in the main draw of a professional tournament in Open era history.

When Leslie Allen wins the Avon Championships of Detroit, she becomes the first black woman since Althea Gibson to win a major title.

Yannick Noah becomes the first black man to win the French Open when he defeats defending champion Mats Wilander, 6-2, 7-5, 7-6. The 23-year-old dropped only a single set during the tournament and became the first Frenchman to win the French Open singles championship since 1946. He is also the last Frenchman to win that event. The victory was his first and last Grand Slam singles title.

Camille Benjamin makes it to the French Open semifinals.

Lloyd Bourne, a two-time All-American at Stanford, reaches the round of 16 at the Australian Open.

Todd Nelson makes it to the round of 32 of the US Open.

Pepperdine University&rsquos Jerome Jones and Kelly Jones (no relation) win the NCAA doubles championship.

Lori McNeil and Zina Garrison face off in the Eckerd Tennis Open, which is the first time two black players meet in a major professional tennis championship. McNeil defeats Garrison, 2-6, 7-5, 6-2.

Northwestern University&rsquos Katrina Adams becomes the first African-American woman to win an NCAA doubles title, teaming with Diane Donnelly to beat Stanford&rsquos Patty Fendick and Stephanie Savides, 6-2, 6-4.

Zina Garrison and Pam Shriver win the Olympic gold medal for women&rsquos doubles in Seoul, South Korea. Garrison also takes home bronze in the women&rsquos singles tournament.

U.S. national team names MaliVai Washington to its squad.

Zina Garrison defeats Monica Seles, ending her 36-match winning streak, and then stuns Steffi Graf in the Wimbledon semifinals to advance to her first Grand Slam championship. Garrison would go on to lose to Martina Navratilova in the title bout, but by playing in the championship, Garrison becomes the first black woman to reach a Grand Slam final since Althea Gibson in 1958.

The USTA National Indoor 18 Singles is won by Mashona Washington.

MaliVai Washington serves during a first round match of the U.S. Open.

Photo by Simon Bruty/Getty Images

MaliVai Washington reaches the Wimbledon singles final, where he falls to Dutchman Richard Krajicek in straight sets. Washington becomes the first black man to reach the title game since Arthur Ashe Jr. During this year, Washington is named to the U.S. Olympic tennis team, becoming the first African-American to receive the honor.

Chanda Rubin and partner Arantxa Sanchez-Vicario win the Australian Open doubles title, and Rubin fights her way to the semifinals of the Australian Open, where she loses to eventual champion Monica Seles in three sets.

Venus Williams hits a 125 mph serve at Wimbledon, becoming the first woman to do so.

The Wimbledon and US Open mixed doubles championships are won by Serena Williams and Max Mirnyi.

The Australian Open and French Open mixed doubles finals are won by Venus Williams and Justin Gimelstob.

Steve Campbell reaches the Australian Open&rsquos round of 32.

Serena Williams becomes the first black woman to reach a Grand Slam singles championship since her sister Venus made the US Open final two years before and, in winning the US Open, becomes the first black woman since Althea Gibson to win a Grand Slam singles title.

Venus Williams (R) returns a ball during the Women&rsquos Doubles final match alongside her sister, Serena, at Wimbledon in 2000.

GERRY PENNY/AFP/Getty Images

Both the Wimbledon and US Open women&rsquos singles championships are won by Venus Williams.

Serena and Venus Williams win the Wimbledon women&rsquos doubles title and take home the gold in the Olympic women&rsquos doubles. Venus Williams captures gold in the women&rsquos singles championship too.

Sports Illustrated for Women honors Venus Williams with its Sportswoman of the Year accolade.

Serena Williams wins three of the four Grand Slam women&rsquos singles championships: French Open, Wimbledon and the US Open.

She and Venus Williams team up to win the Wimbledon women&rsquos doubles title too. Serena and Venus Williams flip-flopped between No. 1 and No. 2 in the world. This is the first and only time in history that siblings have accomplished that feat.

Serena Williams accomplishes two major feats: The Serena Slam, by winning every Grand Slam singles title consecutively (though not in the same calendar year), and she also becomes the first black woman to win the Australian Open.

Scoville Jenkins, 18, wins the USTA National Open Hard Court title, becoming the first African-American to do so.

James Blake achieves the highest world ranking for a black man since Arthur Ashe Jr. in 1979. Blake&rsquos five ATP titles propel him to No. 4 in the world.

Venus and Serena Williams win their second women&rsquos doubles Olympic gold medal at the Beijing Summer Games.

Frenchman Jo-Wilfried Tsonga reaches the Australian Open final as an unseeded player, having defeated four seeded players to reach the championship. His ascent to the title match includes a straight-sets win over Rafael Nadal, the No. 2 player in the world, in the semifinals. Ultimately, Tsonga loses in four sets to world No. 3 Novak Djokovic. Tsonga&rsquos first-set victory was the only set Djokovic dropped the entire tournament. Tsonga became the second black man to reach the final and would&rsquove become the second to win the event (Arthur Ashe Jr.).

Tsonga was actually the first and one of only three players (Tomas Berdych and Stan Wawrinka) to garner Grand Slam victories against the Big Four: Novak Djokovic, Roger Federer, Andy Murray and Rafael Nadal.

The Australian Open Girls Junior Singles title is won by Taylor Townsend.

At the London Olympics, Serena Williams captures her first gold medal in the women&rsquos singles event.

Madison Keys takes home her first WTA title.

Donald Young and Taylor Townsend reach the semifinals of the US Open mixed doubles.

Sloane Stephens wins her first Women&rsquos Tennis Association tour-level tournament in 84 tries, defeating Anastasia Pavlyuchenkova in straight sets, 6-1, 6-2. The 22-year-old becomes the first African-American woman to win the Citi Open since the tournament started featuring women&rsquos events in 2011.

Katrina Adams becomes the first African-American, first former professional player and youngest person elected president of the United States Tennis Association.

Serena Williams waves to the crowd as she leaves the court with the Daphne Akhurst Trophy after defeating her sister Venus during the Austrialian Open.

Scott Barbour/Getty Images

With her win at the Australian Open this January, Serena Williams sets the record for most Grand Slam wins (23) by a tennis player in the Open era. She is now only one behind Margaret Court, who holds the all-time record (24).

Michigan&rsquos Brienne Minor becomes the first black woman to win the NCAA&rsquos Division I singles championship, defeating Florida&rsquos Belinda Woolcock, 3-6. 6-3, 6-3, to become the first African-American to win an NCAA tennis singles championship since Arthur Ashe Jr. in 1965.


Making history

Gibson's success at those ATA tournaments paved the way for her to attend Florida A&M University on a sports scholarship. Elle est diplômée de l'école en 1953, mais ce fut une lutte pour elle de s'en sortir.

At one point, she even thought of leaving sports altogether to join the U.S. Army. A good deal of her frustration had to do with the fact that so much of the tennis world was closed off to her. The white-dominated, white-managed sport was segregated in the United States, as was the world around it.

The breaking point came in 1950, when Alice Marble, a former tennis No. 1 herself, wrote a piece in American Lawn Tennis magazine lambasting her sport for denying a player of Gibson's caliber to compete in the world's best tournaments.

Marble's article caught notice, and by 1952 &mdash just one year after becoming the first Black player to compete at Wimbledon &mdash Gibson was a Top 10 player in the United States. She went on to climb even higher, to No. 7 by 1953.

En 1955, Gibson et son jeu ont été parrainés par la United States Lawn Tennis Association, qui l'a envoyée dans le monde entier pour une tournée du département d'État qui l'a vue concourir dans des endroits comme l'Inde, le Pakistan et la Birmanie.

Measuring 5 feet, 11 inches, and possessing superb power and athletic skill, Gibson seemed destined for bigger victories. In 1956, it all came together when she won the French Open.

Wimbledon and U.S. Open titles followed in both 1957 and 1958. (She won both the women's singles and doubles at Wimbledon in 1957, which was celebrated by a ticker-tape parade when she returned home to New York City.) In all, Gibson powered her way to 56 singles and doubles championships before turning pro in 1959.

Pour sa part, cependant, Gibson a minimisé son rôle de pionnière.

"I have never regarded myself as a crusader," she states in her 1958 autobiography, "I Always Wanted to Be Somebody."

"I don't consciously beat the drums for any cause, not even the negro in the United States."


July 6, 1957: 10 Black Athletic “Firsts” (Althea Gibson Wins Wimbledon)

On July 6, 1957, women’s tennis star Althea Gibson of Harlem, New York (born in South Carolina) became the first ever person of African ancestry to win the prestigious Wimbledon tennis tournament in England. Today we list 10 such achievements by Black (African heritage) athletes of a notable nature. (There is no importance to the order listed.)

Creuser plus profond

1. 1 st Wimbledon Champion, Althea Gibson, 1957.

Not only did Althea achieve this notable “first,” but she also had become the first Black tennis player to win a “Grand Slam” event by winning the 1956 French Open as well. Top that with being the first person “of color” to have won the US Nationals (that would become the US Open) in 1957, and winning Wimbledon and the US Nationals again in 1958! Gibson compiled 11 Grand Slam wins (6 doubles), was the AP Female Athlete of the Year in 1957 and 1958, and of course, is in the International Tennis Hall of Fame and the International Women’s Sports Hall of Fame. Achieving these firsts is all the more impressive when you consider the 1950’s was still the era of segregation and rampant racism. Plus, it would not be until Evonne Goolagong (Australian Aborigine) would become the next woman of color to win a Grand Slam event in 1971! It would be another 42 years from Gibson’s victory at Wimbledon for another African American woman to win at Wimbledon, when Serena Williams won the event in 1999 (and would go on to win 5 more at Wimbledon as of 2017).

2. 1 st Sisters to Dominate Tennis, Williams Sisters, 2002.

Venus and Serena Williams are two of the greatest tennis players of all time, not just women and not just African American! Both have been ranked #1 in the World (a first for sisters), and Serena has won an incredible 72 singles tournaments, while Venus has triumphed in 49. Between the girls they have 18 Grand Slam wins, and have been an incredible doubles team, winning 3 Olympic Gold Medals and 14 Grand Slam doubles titles to go with 22 other doubles wins. Venus was #1 for 11 weeks, while Serena had a run of 319 weeks at the top! In 2002-2003 they became the only women to play each other in the final of 4 Grand Slam events in a row. (We used 2002 as the year because that was the first year both were ranked #1.)

3. 1 st to Win Men’s Grand Slam Tennis Event, Arthur Ashe, 1968.

This Virginian born in 1943 was raised by his father when his mom died at the age of 27. Young Arthur was discovered and mentored by the same coach that coached Althea Gibson. Barred from playing against White kids while growing up, Ashe developed into a player that would win 3 Grand Slam titles and become #1 in the world in 1968, the first African American man to do so. Ashe was the first African American man placed on the US Davis Cup team, and remains the only Black man to have won the French Open, Australian Open, and Wimbledon championships. Of course, he is in the International Tennis Hall of Fame. Unfortunately, he died of AIDS at the age of 49, contracted from a blood transfusion during surgery. Ashe was active in the Civil Rights Movement and was an advocate for young African Americans to seek higher education.

4. 1 st Major League Baseball Manager, Frank Robinson, 1975.

A superb player, Robinson had won the batting Triple Crown in 1966 playing for the Orioles, leading the league in homers, RBI’s and batting average. The Cleveland Indians made history when they made Robinson the first African American to lead a major sports franchise as manager or head coach. Frank also has a “first” of any race, that of winning the MVP award in both the National and American Leagues as a baseball player. When he retired he ranked #4 all time on the home run list and obviously is in the Hall of Fame. He went on to manage 3 other major league teams. In his rookie season (1956) he set the major league record for home runs by a rookie (38), later broken by Mark McGwire. He was the 1966 Hickock Belt winner as the best professional athlete in the world that year.

5. 1 st Black Player in the American League, Larry Doby, 1947.

Just 3 months after Jackie Robinson broke the “color barrier” in major league baseball, Doby joined the Cleveland Indians. In 1948, Doby along with Satchel Paige became the first African American players to win a World Series title, and Doby became the first Black player to hit a World Series home run. Doby led the league in homers in 1952 and 1954, and led the league in RBI’s in 1954. He was a 7 time All-Star and in 1998 was elected to the Baseball Hall of Fame. Doby served as manager of the Chicago White Sox in 1978.

6. 1 st Hickock Belt winner, Willie Mays, 1954.

The ‘Say hey’ kid as he was called, is considered by many to be the best all-around baseball player of all time. Mays won a record (tied) 12 Gold Glove Awards (they were created in 1957, or he may have won more) and was a 2 time MVP, as well as playing in 24 All-Star Games, a record he shares with Hank Aaron and Stan Musial. Mays was elected to the Baseball Hall of Fame in 1978, his first year of eligibility, and was selected as the greatest athlete in the world for the year of 1954 by being presented the Hickock Belt, the first man of African ancestry to earn the award.

7. 1 st Major Leaguer to Steal 100 Bases in a Season, Maury Wills, 1962.

Maury Wills broke the coveted major league season stolen base record of 96, set by Ty Cobb back in 1915, when Maury stole 104 bases during the 1962 season for the Los Angeles Dodgers. Wills had an excellent major league career, with leading the league in stolen bases 6 consecutive years, earning an MVP award, earning an All-Star Game MVP award, playing in 7 All-Star Games (in 5 seasons), winning 2 Gold Gloves, leading the league in triples (once) and leading the league in singles 4 times. He remains the Dodgers all-time leader in stolen bases and single season at bats (695 in 1962). Wills also was awarded the Hickock Belt in 1962, but curiously is not in the Hall of Fame. Wills’ son, Bump Wills, was a major league baseball manager.

8. 1 st Quarterback to Win Super Bowl, Doug Williams, 1988.

Williams played college football at Grambling State and earned a degree in education before becoming a pro football player in the NFL in 1978. Doug switched to the USFL for the 1984 season and led that league in passing, and then did considerably better during the 1985 season. In 1986, it was back to the NFL, and in the 1987 season Williams was the #2 quarterback for the Washington Redskins. At the end of the 1987 season Williams was chosen to start in Super Bowl XXII on January 31, 1988 against the Denver Broncos. Williams led the ‘Skins to a 42-10 victory and earned the game’s MVP award, becoming the first African American quarterback to lead his team to a Super Bowl victory. Williams is in the College Football Hall of Fame.

9. 1 st African American Individual Champion in Any Sport, Marshall Taylor, 1899.

Nicknamed “Major,” Taylor won the World Championship in the Sprint event at the Track Cycling Championships held in Montreal in 1899. Taylor held many world records and was only the second Black male athlete to win a World Championship in any sport, second to Canadian George Dixon who won the Bantam Weight Boxing Championship in 1888. (Dixon also won the Feather Weight title in 1890.)

10. 1 st Black Woman to Win Olympic Gold Medal, Alice Coachman, 1948.

Born into poverty in 1923 in Albany, Georgia, Alice faced discrimination in her efforts to become an athlete both for being female and for being African American. She went to the Tuskegee Preparatory School and then the Tuskegee Institute (graduating with a degree in dressmaking in 1946), but made her mark on history when she became the Women’s Running High Jump Olympic Gold Medalist at the 1948 Olympic Games in London. Not a one trick pony so to speak, Alice won the US AAU National Championship in the High Jump 10 years in a row (!) from 1939 to 1948, but also won National Championships in the 50 meter and 100 meter dashes, as well as the 400 meter relay. She also played on the 3 time conference winning basketball team at Tuskegee. Her winning Olympic high jump was 5’6 ½”. On retiring from Track, Alice worked as an educator and for the Job Corps. She died in 2014 at the age of 90.

Question pour les étudiants (et abonnés) : What other achievements would you add to the list? There are so many to pick from! S'il vous plaît laissez-nous savoir dans la section commentaires sous cet article.

Si vous avez aimé cet article et souhaitez recevoir une notification des nouveaux articles, n'hésitez pas à vous abonner à Histoire et titres en nous aimant sur Facebook et devenir l'un de nos mécènes !


Voir la vidéo: Althea Gibson Snapchat Story