Georges Guynemer

Georges Guynemer


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

George Guynemer est né en France le 24 décembre 1894. Au début de la Première Guerre mondiale, il s'engage dans l'aviation française.

A Verdun, il est abattu et grièvement blessé. Il est retourné sur le front occidental au cours de l'été 1916 et pilotant un Nieuport II lors de la bataille de la Somme, il s'est imposé comme le pilote le plus remarquable de France.

Guynemer a remporté 53 victoires avant d'être abattu et tué le 11 septembre 1917.

Nous nous sommes rencontrés à la même altitude. Alors que le soleil l'attrapait, j'ai vu la machine de l'autre homme peinte en brun clair. Bientôt, nous avons circulé l'un autour de l'autre en jouant pour une ouverture. Ci-dessous, nous ressemblions probablement à deux grands oiseaux de proie se livrant à des ébats printaniers, mais nous savions que c'était un jeu de mort. Le premier homme à se mettre dans le dos de l'autre a été le vainqueur. Dans les chasseurs monoplaces, vous ne pouviez tirer que vers l'avant, et si votre adversaire vous suivait, vous étiez perdu.

Parfois, nous passions si près l'un de l'autre que je pouvais voir chaque détail du visage de mon adversaire, c'est-à-dire tout ce qui était visible sous son casque. Du côté de la machine, il y avait une cigogne et deux mots peints en blanc. La cinquième fois qu'il est passé devant moi, j'ai réussi à épeler le mot, Vieux. Et Vieux Charles était l'insigne de Guynemar. Georges Guynemar avait une trentaine de victoires à son actif et je savais que j'allais mener le combat de ma vie.

J'ai essayé tous les tours que je connaissais - virages, boucles, tonneaux, dérapages - mais il suivait chaque mouvement avec une vitesse fulgurante et peu à peu j'ai commencé à réaliser qu'il était plus qu'un match pour moi. Mais je devais me battre, ou me détourner. Se détourner serait fatal.

Depuis huit minutes, nous tournions en rond. Soudain, Guynemer fit une boucle et vola sur le dos au-dessus de ma tête. A ce moment, j'abandonnai le bâton et frappai des deux mains sur la mitrailleuse. Il me manqua et il passa de nouveau au-dessus de ma tête, volant presque sur le dos. Guynemer savait maintenant que j'étais sa victime impuissante. Et puis, à ma grande surprise, il a levé le bras et m'a fait un signe de la main. Guynemer a prouvé que même dans la guerre moderne, il reste quelque chose de la chevalerie chevaleresque d'autrefois.

Pilote d'une grande galanterie, un modèle de dévouement au devoir et de courage. Au cours des six derniers mois, il (Georges Guynemer) a rempli deux missions d'une nature particulière exigeant le plus grand esprit d'abnégation, et a engagé treize combats aériens, dont deux se sont soldés par la destruction par les flammes de l'ennemi. avion

Officier d'élite, pilote de combat aussi adroit qu'audacieux, il (Georges Guynemer) a rendu de brillants services à son pays, tant par le nombre de ses victoires, que par son acuité quotidienne et sa maîtrise toujours croissante. Insouciant du danger, il est devenu pour l'ennemi, par la sûreté de ses méthodes et par la précision de ses manœuvres, le plus redoutable adversaire de tous. Le 25 mai 1917, il accomplit l'un de ses plus brillants exploits en abattant, en une minute, deux avions ennemis et en remportant le même jour deux autres victoires. Par tous ses exploits, il contribue à l'excitation, au courage et à l'enthousiasme de ceux qui, dans les tranchées, sont les témoins de ses triomphes. Quarante cinq avions abattus, vingt citations, deux blessures.


Histoire des Pilotes – Tome 9 : Georges Guynemer

Découvrez le tome 9 de la série Histoire des Pilotes, une bande dessinée des Éditions IDEES PLUS.

Découvrez le tome neuf dans le Histoire des pilotes série, une bande dessinée que vous propose les Éditions IDEES PLUS.

L'histoire débute le 2 août 1914, et retrace la biographie de Georges Guynemer, véritable légende parmi les pilotes de guerre français. Son destin s'est joué pendant la Première Guerre mondiale… Portant fièrement le drapeau de l'Armée de l'Air française, il est devenu l'un des plus grands héros de la nation, avec 53 victoires reconnues à son actif.

Plongez dans les débuts de l'aviation pendant la Première Guerre mondiale et suivez l'histoire passionnante de cet homme au destin remarquable.

« Histoires de Pilotes » – Tome 9 : Georges Guynemer – Stoffel Éric (Auteur), Ratera Mike, Allali Frédéric (Illustration), Parada Diego (Couleurs) Éditions IDEES PLUS, collection Plein Vol, 54 pages, ISBN : 9782916795997


Arbre généalogique de Georges GUYNEMER

Guynemer est né dans une famille aisée de Compiègne et a connu une enfance souvent maladive. Néanmoins, il a réussi en tant qu'aviateur grâce à son énorme dynamisme et sa confiance en soi. Il a été initialement rejeté pour le service militaire, mais a été accepté pour une formation de mécanicien à la fin de 1914. Avec détermination, il a été accepté à la formation de pilote, rejoignant l'Escadrille MS.3 le 8 juin 1915. Il est resté dans la même unité pendant tout son service. . Il connaît à la fois la victoire et la défaite sur le premier avion qui lui est attribué, un monoplan Morane-Saulnier L précédemment piloté par Charles Bonnard, et ainsi nommé Vieux Charles. Guynemer a conservé le nom et a continué à l'utiliser pour la plupart de ses avions ultérieurs.


© Copyright Wikipédia auteurs - Cet article est sous licence CC BY-SA 3.0 .

Origines géographiques

La carte ci-dessous montre les endroits où vivaient les ancêtres de la personne célèbre.


Héritage[modifier | modifier la source]

Ornement de capuchon de cigogne Hispano-Suiza inspiré de l'emblème de l'escadron de Guynemer.

Guynemer a été plébiscité par la presse française et est devenu un héros national. Le gouvernement français a encouragé la publicité pour remonter le moral et détourner l'attention du peuple des terribles pertes dans les tranchées. Guynemer était gêné par l'attention, mais sa timidité n'a fait qu'augmenter l'appétit du public pour tout savoir de lui. Ce fut tout à fait différent plus tard en 1918 avec le top as français René Fonck, qui malgré ses 75 victoires confirmées, a eu une mauvaise publicité pour son arrogance et son autopromotion éhontée. La mort de Guynemer a été un choc profond pour la France néanmoins, il est resté une icône pendant toute la durée de la guerre. À 22 ans seulement à sa mort, il continue d'inspirer la nation par ses conseils : « Tant qu'on n'a pas tout donné, on n'a rien donné.

La rue parisienne rue Guynemer porte son nom ainsi qu'une école à Compiègne, l'Institution Guynemer. Une statue est érigée à Poelcapelle en commémoration de Georges Guynemer.


Mercredi guerrier : Georges Guynemer

“Mort au champ d'honneur, le 11 septembre 1917. Héros légendaire tombé du ciel dans la gloire après trois ans de lutte acharnée et incessante, il restera le plus pur symbole des idéaux nationaux par son indomptable ténacité, sa férocité verve et sublime galanterie. Animé d'une foi invincible dans la victoire, il a légué au soldat français un héritage impérissable qui consacre l'esprit de sacrifice et inspirera sûrement la plus noble émulation.

-Plaque commémorative de Georges Guynemer au Panthéon de Paris.

L'armée française a finalement autorisé Georges Marie Ludovic Guynemer à s'enrôler comme mécanicien de l'air lors de sa cinquième tentative d'entrée dans l'armée pendant la Première Guerre mondiale.

Guynemer a grandi léger et maladif. Après avoir tenté de rejoindre l'Army Air Service à l'âge de 20 ans, il a été rapidement rejeté. Pourtant, Guynemer savait depuis son premier vol dans un avion Farman à l'adolescence, que son destin ne pouvait s'accomplir que dans les cieux.

Guynemer, malgré ses maux, fait preuve d'une détermination sans faille. Il est retourné à l'armée à trois reprises, seulement pour être rejeté encore et encore.

Ce n'est qu'à sa cinquième tentative que l'armée le nomme apprenti mécanicien aérien. Après avoir été affecté à l'aérodrome de Pau, Guynemer cherche à nouveau à entrer dans l'Air Service et après des années à poursuivre son rêve de devenir aviateur, il obtient ses ailes de pilote le 10 mars 1915.

Quelques mois plus tard, en juillet 1915, Guynemer abattit son premier avion ennemi, entamant une folie qui ne se terminera qu'en février 1916 lorsque Guynemer a subi des blessures au bras et au visage l'obligeant à se rétablir temporairement. Quand Guynemer guérit, il retourna dans le ciel.

Au fur et à mesure que sa carrière se poursuivait, son nombre d'avions ennemis abattus augmenta considérablement, dépassant les 50 en août 1917, un peu plus de deux ans après avoir rejoint l'armée de l'air. Guynemer avait acquis la réputation de rechercher un combat loyal. Au fur et à mesure que la technologie de l'aviation progressait et qu'il commençait à piloter des avions supérieurs à ceux de son adversaire, Guynemer a développé une aversion pour attaquer des avions de qualité inférieure et ne l'a fait que par nécessité.

L'aviateur allemand Ernst Udet a décrit sa rencontre avec Guynemer lors d'un combat aérien. Udet, luttant pour sa vie, a soudainement subi un bourrage dans son arme. Incapable de tirer sur Guynemer, il était certain d'avoir atteint sa fin. Du moins, jusqu'à ce que Guynemer, reconnaissant l'équipement défectueux d'Udet, survole le pilote allemand et lui fasse signe, avant de s'envoler.

En juin 1917, lors d'une visite à domicile pour voir sa famille, le père de Guynemer encourage son fils à prendre sa retraite, remarquant qu'il y a une « limite à l'endurance humaine ». Ce à quoi Guynemer a répondu : « Une limite ! Une limite à dépasser. Si on n'a pas tout donné, on n'a rien donné.

Le commentaire de Guynemer est exemplaire de sa mentalité de guerrier et de son esprit indomptable. Et, peut-être, la nature même de cet esprit l'a poussé au-delà du retour. Atteint de tuberculose, Guynemer tomba malade et fatigué à l'automne 1917. Malgré ce qui devenait une dépression croissante et une nervosité aiguë, il reprit son envol. Le 11 septembre 1917, Guynemer plonge après un avion allemand, hors de vue de son ailier. Et quand son ailier a fait demi-tour pour le trouver, le pilote avait disparu. Son avion et son corps perdus pour l'histoire.

Georges Guynemer poursuit ses rêves sans relâche. Et quand il a fait de ces rêves une réalité, il a abordé la vie avec le genre de vigueur audacieuse qui ne peut être décrite que comme légendaire. Bien que Guynemer soit mort à l'âge de 22 ans, sa légende a continué à vivre dans le cœur des Français.

Guynemer chargea les ennemis de front. Il a osé tester les limites de l'endurance humaine à une époque où le combat air-air n'en était qu'à ses balbutiements. Une époque où les aviateurs étaient confrontés à un danger indéniable et à une mort presque certaine à chaque fois qu'ils démarraient leurs moteurs. Mais il vivait selon ses croyances. Que si on n'a pas tout donné, on n'a rien donné. Et sous la bannière de son pays et des forces alliées de la Première Guerre mondiale, Guynemer, l'as guerrier, a tout donné.

Pour un compte rendu complet de la vie héroïque de Guynemer, consultez le livre Guynemer Chevalier de l'Air.


Porté disparu

Au matin du 11 septembre 1917, le capitaine Georges Guynemer, commandant de l'Escadrille N.3, décolle à bord d'un Spad XIII. Il ne retourne pas à l'aérodrome de l'escadron à Dunkerque, et est porté disparu au combat dans les environs de Poelkapelle.

L'extrait suivant est tiré d'un livre sur Guynemer, écrit en 1918 par Henry Bordeaux et traduit par Louise Morgan Sill. Il décrit les événements des dernières heures de Georges Guynemer :

“III Le dernier vol

Le mardi 11 septembre, le temps était de nouveau incertain. Mais les brouillards matinaux au bord de la mer ne durent pas et le soleil se mit bientôt à briller. Guynemer avait passé une nuit agitée après ses échecs, et avait ruminé, comme le font les gens irritables, les choses mêmes qui l'inquiétaient. Poursuivre sans son nouvel avion, la machine enchanteresse qu'il avait gardée en tête tant de mois, comme une femme porte son enfant, et qu'il avait enfin senti planer sous lui, n'était pas un plaisir. Cela lui manqua tellement que ce sentiment devint une obsession, jusqu'à ce qu'il se décide à partir pour Buc avant la fin de la journée. En effet, il l'aurait fait plus tôt s'il n'avait pas été hanté par l'idée qu'il devait d'abord abattre son Boche. Mais depuis le Boche ne semblait pas vouloir. Maintenant il est résolu, et plus calme il ira à Paris ce soir même. Il n'a qu'à passer le temps jusqu'à l'arrivée du train. La perspective en elle-même s'apaise, et d'ailleurs le major du Peuty, l'un des chefs de l'aviation à l'état-major, et le major Brocard, récemment nommé attaché auprès du ministre de l'aéronautique, descendaient par le premier train. Ils étaient sûrs d'arriver au camp entre neuf et dix heures, et une conversation avec eux ne pouvait qu'être instructive et éclairante alors, mieux vaut les attendre.

Mais, malgré ces pensées tranquillisantes, Guynemer était agité, et son visage avait la couleur jaunâtre qui présageait toujours ses rechutes physiques. Sa décision n'était pas vraiment prise, et il allait et venait, se promenant de sa tente aux hangars et des hangars à sa tente. Il n'était pas fâché, seulement nerveux. Soudain, il regagna la remise et examina son Vieux-Charles. Eh bien, la machine n'était pas si mauvaise après que tout le moteur et les canons aient été réparés, et l'accident d'hier n'était pas susceptible de se reproduire. Si oui, pourquoi ne pas voler ? En l'absence d'Heurtaux, Guynemer commandait, et une fois de plus la nécessité de donner le bon exemple s'imposait à lui. Plusieurs aviateurs avaient commencé le travail de repérage déjà le brouillard se levait rapidement, la journée allait bientôt être resplendissante, et la notion de devoir l'éblouissait trop vite, comme le soleil. Car le devoir avait toujours été son moteur, il l'avait toujours anticipé, depuis le jour où il se battait pour s'enrôler à Biarritz jusqu'à ce 11 septembre 1917. Ce n'était ni la passion de la gloire ni l'engouement pour être aviateur qui l'avaient causé lui à se joindre, mais son désir d'être utile et de la même manière ses derniers vols ont été faits en obéissance à sa volonté de servir.

Tout à coup, il était vraiment résolu. Le sous-lieutenant Bozon-Verduraz est prié de l'accompagner et les mécaniciens font sortir les machines. L'un de ses camarades lui demanda avec une négligence assumée : "N'allez-vous pas attendre l'arrivée du Major du Peuty et du Major Brocard ?" La seule réponse de Guynemer fut de saluer le ciel puis de se libérer de ses voiles de brume comme lui-même secouait son hésitation, et son ami sentit qu'il ne devait pas être pressé. Tout le monde avait remarqué sa nervosité ces derniers temps, et Guynemer le savait et regrettait que le tact soit plus nécessaire que jamais avec lui. Qu'on se souvienne qu'il était le chouchou, presque l'enfant gâté, de son service, et qu'il n'avait jamais été facile de l'approcher.

Pendant ce temps, les deux majors, qui avaient été rencontrés à la gare, ont été informés de son état nerveux et se sont dépêchés de lui parler. Ils pensaient arriver au camp à neuf heures et l'enverraient aussitôt chercher. Mais Guynemer et Bozon-Verduraz étaient partis à huit heures vingt-cinq.

Ils avaient laissé la mer derrière eux, volant vers le sud-est. Ils avaient atteint les lignes, les suivant sur Bixchoote et la taverne Korteker que les troupes françaises avaient pris le 31 juillet, sur la route Bixchoote-Langemarck, et enfin sur Langemarck même, capturé par les Britanniques le 16 août. des routes, qui leur étaient familières d'en haut, se croisaient et se recroisent sous eux, et ils apercevaient au nord de la route de Langemarck la voie ferrée, ou ce qui était autrefois la voie ferrée, entre Ypres et Thourout et la route Saint-Julien-Poelkapelle. Aucune patrouille allemande n'apparut au-dessus des lignes françaises ou britanniques, que Guynemer et son compagnon perdirent de vue au-dessus de la Maison Blanche, et ils suivirent les lignes allemandes sur les faibles vestiges de Poelkapelle.

L'œil vif et longtemps exercé de Guynemer vit alors un avion ennemi biplace voler seul plus bas que lui, et un signal fut fait pour attirer l'attention de Bozon-Verduraz. Un combat était certain, et ce combat était celui que le destin avait décidé depuis longtemps. L'attaque d'un biplace survolant ses propres lignes, et par conséquent jouissant d'une liberté de mouvement sans restriction, est connue pour être une affaire délicate, car le pilote peut tirer à travers l'hélice et le passager dans sa tourelle ratisse tout le champ de vision avec à l'exception de deux angles, l'un devant, l'autre derrière lui sous le fuselage et la queue. Faire face à l'ennemi et tirer directement sur lui, que ce soit en haut ou en bas, était la méthode de Guynemer mais elle n'est pas facile à cause des vitesses variables des deux machines, et parce que le pilote comme le passager sont abrités par le moteur. Il est donc préférable de se placer en retrait et un peu plus bas que la queue de l'avion ennemi.

Guynemer avait fréquemment utilisé cette manœuvre, mais il préférait une attaque frontale, pensant qu'en cas d'échec, il pourrait facilement recourir à l'autre, soit en tournant, soit par une rapide vrille arrière. Il tenta donc de s'interposer entre le soleil et l'ennemi mais par malheur, le ciel s'assombrit, et Guynemer dut plonger à hauteur de son adversaire, pour ne lui montrer que les fines arêtes des avions, à peine visible. Mais à ce moment-là, l'Allemand l'avait remarqué et s'efforçait d'obtenir sa portée. La prudence conseillait de zigzaguer, car un artilleur à la tête froide a toutes les chances de toucher un avion en ligne droite, l'ennemi devrait être amené à déplacer son objectif en virant de bord rapide, et l'attaque devrait être faite d'en haut avec une volée complète, avec la possibilité d'esquiver au cas où l'ennemi ne serait pas abattu immédiatement. Mais Guynemer, indépendamment des règles et des stratagèmes, s'est simplement abattu sur son ennemi comme un boulet de canon. Il aurait pu dire, comme Alexandre refusant de profiter de l'obscurité contre Darius, qu'il ne voulait pas voler la victoire. Il ne comptait que sur sa manière foudroyante de charger, qui lui avait valu tant de victoires, et sur son adresse au tir. Mais il a raté l'Allemand, qui a procédé à la vrille arrière, et a de nouveau été raté par Bozon-Verduraz, qui l'attendait en dessous.

Que doit faire Guynemer ? S'abstenir, sans aucun doute. Mais, ayant été imprudent dans son attaque directe, il redevint imprudent sur son nouveau bord, et son obstination habituelle, aggravée par l'irritation, lui conseilla une voie dangereuse. Alors qu'il plongeait de plus en plus bas dans l'espoir de pouvoir faire demi-tour et d'avoir un autre coup, Bozon-Verduraz a aperçu une chaîne de huit monoplaces allemandes au-dessus des lignes britanniques. Il fut convenu entre lui et son chef qu'en de telles occasions il s'offrirait aux nouveaux venus, les séduirait, les attirait et les jetterait hors de la piste, laissant à Guynemer le temps d'obtenir son cinquante-quatrième succès, après quoi il volerait de nouveau pour où se déroulait le combat. Il ne s'inquiétait pas de Guynemer, avec qui il avait fréquemment attaqué des escadrons ennemis de cinq, six, voire dix ou douze monoplaces. Le biplace pourrait, sans aucun doute, être plus dangereux, et Guynemer avait récemment semblé nerveux et en dessous de la moyenne, mais dans un combat, sa présence d'esprit, son infaillibilité de mouvement et sa rapidité d'œil revenaient à coup sûr, et le biplace pouvait difficilement échapper à sa perte.

La dernière image imprimée sur les yeux de Bozon-Verduraz était celle de Guynemer et de l'Allemand qui filaient tous les deux, Guynemer à la recherche d'une chance de tirer, l'autre espérant être aidé d'en bas. Puis Bozon-Verduraz s'était envolé en direction des huit monoplaces, et le groupe s'était effondré à sa poursuite. Avec le temps, les huit engins devinrent de simples taches dans le ciel illimité, et Bozon-Verduraz, voyant qu'il avait atteint son but, retourna là où son chef l'attendait sans doute. Mais il n'y avait personne dans l'espace vide. Se pourrait-il que l'Allemand se soit échappé ? Avec une angoisse mortelle l'oppressant, l'aviateur est descendu plus près du sol pour avoir une vue plus proche. En bas, rien, aucun signe, rien de l'agitation qui suit toujours la chute d'un avion. Rassuré, il remonta et se mit à tourner en rond, attendant son camarade. Guynemer revenait, ne pouvait que revenir, et la cause de son retard était probablement l'excitation de la chasse. Il était si imprudent ! Comme Dorme — qui, un beau matin de mai, sur l'Aisne, est sorti et on n'en a jamais entendu parler par la suite — il n'a pas peur de parcourir de longues distances en pays ennemi. Il doit revenir. Il est impossible qu'il ne revienne pas il était hors de portée des accidents communs, invincible, immortel ! C'était une certitude, la foi même des Cigognes, un principe qui n'a jamais été remis en question. L'idée de Guynemer tombant aux mains d'un Allemand semblait à peine un sacrilège.

Alors Bozon-Verduraz attendit, se décidant à attendre aussi longtemps qu'il le faudrait. Mais une heure passa et personne n'apparut. Puis l'aviateur élargit ses cercles et chercha plus loin, sans toutefois s'écarter du point de ralliement. Il a fouillé l'air comme Nisus la forêt dans sa quête d'Euryalus, et son esprit a commencé à s'égarer.

Au bout de deux heures, il attendait toujours, seul, constatant avec consternation que son niveau d'huile s'épuisait. Encore un cercle ! Comme le moteur lui parut mou ! Encore un cercle ! Désormais, il était impossible d'attendre plus : il devait rentrer seul.

A l'atterrissage, son premier mot fut de s'enquérir de Guynemer.

“Pas encore de retour !”

Bozon-Verduraz le savait. Il savait que Guynemer lui avait été enlevé.

Le téléphone et la radio envoyaient leurs appels, les avions se lançaient dans des croisières anxieuses. L'heure succéda à l'heure, et le soir vint, une de ces soirées de fin d'été où l'horizon prend des teintes de fleurs, les ombres s'approfondissent, et aucune nouvelle n'arrive de Guynemer. Des camps voisins arrivent des camarades français, britanniques ou belges, avides de nouvelles. Partout les derniers oiseaux étaient rentrés, et l'on osait à peine poser des questions aux aviateurs.

Mais la routine quotidienne devait être expédiée, comme s'il n'y avait pas eu de deuil dans le camp. Tous les jeunes gens là-bas étaient habitués à la mort, et à s'en amuser ils n'aimaient pas montrer leur peine mais elle était profonde en eux, maussade et féroce.

Au dîner, une lourde mélancolie pesait sur eux. Le siège de Guynemer était vide et personne ne songeait à le prendre. Un officier a tenté de dissiper le nuage en suggérant des hypothèses. Guynemer avait de la chance, il l'avait toujours été, probablement il était vivant, prisonnier.

Guynemer prisonnier. Il avait dit un jour en riant : « Les Boches ne me feront jamais vivre », mais son rire était terrible. Non, Guynemer n'a pas pu être fait prisonnier. Où était-il alors ?

Sur le journal de bord, le sous-lieutenant Bozon-Verduraz écrit ce soir-là :

Mardi 11 septembre 1917. Patrouillé. Le capitaine Guynemer a commencé à 8h25 avec le sous-lieutenant Bozon-Verduraz. Trouvé disparu après un engagement avec un biplan au-dessus de Poelkapelle (Belgique).

Le compte allemand

Le pilote allemand Leutnant Kurt Wisseman de l'escadron Jasta 3 l'aurait abattu derrière les lignes allemandes. Wisseman a lui-même été abattu et tué 17 jours plus tard.

La disparition de Guynemer et de sa machine a été un choc considérable pour les Français et ils l'ont pleuré. Des histoires selon lesquelles il avait été trouvé par les Allemands et enterré ont été racontées, mais son avion n'apparaissait pas sur une liste publiée par le ministère allemand de la guerre des avions alliés qui avaient été abattus derrière les lignes allemandes. Le 9 octobre, l'armée britannique a capturé Poelkapelle après un combat acharné, mais aucun lieu de sépulture marqué n'a pu être trouvé.

Le 8 novembre 1917, une réponse officielle du ministère allemand des Affaires étrangères à l'ambassadeur d'Espagne était la suivante :

Le capitaine Guynemer est tombé au cours d'un combat aérien le 11 septembre à dix heures du matin près du cimetière d'honneur n°2 au sud de Poelkapelle. Un chirurgien a découvert qu'il avait reçu une balle dans la tête et que l'index de sa main gauche avait été touché par une balle. Le corps ne pouvait être ni enterré ni enlevé, car l'endroit avait été depuis la veille sous un feu constant et nourri, et pendant les jours suivants il était impossible de s'en approcher. Les autorités du secteur communiquent que les bombardements avaient rasé tout le quartier, et qu'aucune trace n'a pu être retrouvée le 12 septembre ni du corps ni de l'engin. De nouvelles enquêtes, qui ont été faites pour répondre à la question de l'ambassade d'Espagne, ont également été infructueuses, car l'endroit où est tombé le capitaine Guynemer est maintenant en possession des Britanniques.

Les aviateurs allemands expriment leur regret de n'avoir pu rendre les derniers honneurs à un vaillant ennemi.

Il faut ajouter que l'enquête dans cette affaire n'a été menée qu'avec la plus grande difficulté, car l'ennemi attaquait constamment, des troupes fraîches étaient fréquemment amenées ou relevées, et des témoins oculaires avaient été soit tués, soit blessés, soit transférés. Nos troupes continuellement engagées n'ont pas été en mesure de donner les informations susmentionnées plus tôt.” (4)

Le Mémorial de Poelkapelle

La sculpture de la cigogne Guynemer sur le mémorial, avec ses ailes baissées comme dans l'emblème de la cigogne de l'Escadrille N.3, vole en direction nord-est. Guynemer a été vu pour la dernière fois par le sous-lieutenant Bozon-Verduraz volant dans cette direction avant de disparaître.


Georges Guynemer

Par Stephen Sherman, août 2001. Mis à jour le 15 avril 2012.

"D ead sur le champ d'honneur, le 11 septembre 1917. Héros légendaire tombé du ciel dans la gloire après trois ans de lutte acharnée et incessante, il restera le symbole le plus pur des idéaux nationaux pour sa ténacité indomptable, sa verve féroce et sublime galanterie. Animé d'une foi invincible dans la victoire, il a légué au soldat français un héritage impérissable qui consacre l'esprit de sacrifice et inspirera sûrement la plus noble émulation."

Ainsi se lit l'inscription de Guynemer au Panthéon de Paris.

Jeunesse

C'était un enfant maladif, choyé par sa mère et ses sœurs. Né Georges Marie Ludovic Guynemer en 1894, il était si maigre et peu impressionnant à 20 ans, que les médecins de l'armée française ne l'accepteront pas pour le service en 1914. L'influence de son père le place au service de l'Aviation comme apprenti mécanicien, à l'aérodrome de Pau.

Il persuada le capitaine Bernard Thierry de l'aider à s'enrôler comme pilote stagiaire en mars 1915.

Mars 1915

Comme d'autres grands as de la Première Guerre mondiale, les circonstances de sa formation ont été perdues dans les mythes, les légendes et les ouï-dire. Des amis se sont souvenus de sa persévérance, travaillant les instruments pendant des heures, s'entraînant aux décollages et aux atterrissages et faisant du show-boating au-dessus de son village natal.

Juin 1915

Il est affecté à l'Escadrille M.S. (Morane-Saulnier) 3, en poste à Vauciennes, comme caporal-pilote. Un jeune homme irrépressible, lors d'une patrouille qu'il a volée directement sur l'artillerie allemande, a demandé à son observateur de photographier les obus qui explosaient et, à l'atterrissage, a montré avec enthousiasme à son commandant les trous dans son avion.

Sa première victoire aérienne est survenue le 19 juillet 1915, alors qu'il pilotait un biplace. Comme il l'a décrit, lui et son artilleur, Guerder, ont aperçu un Allemand au-dessus de Coeuvres. Il a donné la chasse mais le Boche s'est envolé dans son avion plus rapide. Soudain, un autre point apparut au loin et Guynemer vola vers lui. A environ deux milles, il a vu qu'il s'agissait d'un Aviatik (probablement un B-I), son pilote occupé à ses fonctions d'observation. Au-dessus de Soissons, Guynemer engage le combat avec l'Aviatik pendant une dizaine de minutes. Il est resté en dessous et derrière sa carrière tordue, tandis que Guerder a tiré avec sa mitrailleuse Hotchkiss, qui s'est bloquée à plusieurs reprises. À un moment donné, l'Allemand a frappé Guerder à la main. Au « 115e tir » de Guerder, Guynemer fut ravi de voir le pilote ennemi s'effondrer, frapper, et l'observateur lève les mains de désespoir. L'Aviatik a flambé et s'est écrasé dans le no man's land.

Guynemer et Guerder ont tous deux été décorés de la Médaille Militaire.

Et peu de temps après, Guynemer a été transféré à les Cigognes, les Cigognes, Escadrille N.3 (Escadron 3 de Nieuport). Les Cigognes ont été équipées du nouveau Nieuport 11 Bébé qui comportait une mitrailleuse montée sur l'aile supérieure qui tirait au-dessus de l'hélice. Rapide (97 MPH) et maniable, le Nieuport 11 pouvait résister aux monoplans Fokker.

Guynemer n'a plus marqué pendant près de six mois. Le 8 décembre 1915, aux commandes d'un Nieuport, il attrapa quelques avions allemands au-dessus de Compiégravegne, tira sur le premier à 50 mètres, se rapprocha à seulement 15 mètres et tira à nouveau, mettant l'avion ennemi en vrille. Puis le jeune aviateur français a tourné son attention vers le deuxième avion, qui s'est échappé, mais à cet instant, il a perdu la trace de sa première victime. Il tourna en vain à la recherche de l'épave qui prouverait son exploit. En panne d'essence et en retard pour retrouver ses parents (pour la messe dominicale), il se pose à son aérodrome. Il s'est précipité chez ses parents.

« Papa, j'ai perdu mon Boche, s'écria-t-il, j'ai abattu un avion et je ne veux pas le perdre. Je dois me présenter à l'escadron. Bois Carré." Guynemer a dûment signalé et son père a fouillé et a trouvé le corps de l'aviateur allemand. Pour ce succès aérien, Georges est promu sergent.

Au cours des deux semaines suivantes, il a abattu deux autres avions, un Fokker biplace et un modèle à canon fixe. Il part en congé de Noël avec quatre victoires et porte la médaille de la Légion d'honneur.

Il devenait un as qualifié. Son adresse au tir s'était améliorée, tout comme sa connaissance de son avion. Avant chaque patrouille, il l'inspectait en détail, chaque hauban, chaque boulon, chaque morceau de tissu et l'alignement de son canon Lewis. Son style de vol a également mûri. Il a volé droit sur ses ennemis, ne s'engageant dans la voltige qu'en dernier recours.

"Ma méthode consiste à attaquer presque à bout portant." il a dit. "C'est plus risqué, mais tout réside dans la manoeuvre pour rester dans l'angle mort du tir."

Mars 1916

En mars, Georges était l'un des meilleurs as de France, il avait huit victoires, il avait été promu sous-lieutenant. Et il pilotait le dernier avion de reconnaissance, un Nieuport 17, équipé d'une mitrailleuse synchronisée et propulsé par un moteur rotatif Le Rhône de 120 CV. Son escadrille est affectée à Verdun, pour la grande bataille qui s'y déroule.

Le 12, le nouvel avion a failli l'atteindre. Il poursuivait une paire de biplaces et en a fait fuir un "avec du plomb dans ses ailes". Puis, attaquant le second, son puissant Nieuport le dépasse. L'Allemand a tiré et Guynemer a reçu deux balles dans le bras gauche et une autre lui a coupé le visage. Coulant du sang et volant d'une main, il a plongé à 1 000 pieds, se retirant juste au-dessus du sol. Il a atterri brutalement, détruisant pratiquement son avion et sans autre blessure. Mais il était hors de combat pendant trois mois.

De retour en juin, sur le champ de bataille de la Somme, il porte son score à 18 en septembre.

Octobre 1916

Fin octobre, le nouveau Spad S.VII a été présenté. Conçu autour d'un moteur Hispano-Suiza V-8 de 150 CV, monté dans un radiateur avant rond, le Spad était un avion attrayant et profilé, capable de 122 MPH et pouvait atteindre 3 000 mètres en seulement 15 minutes. Le S.VII portait une seule mitrailleuse Vickers synchronisée.

Guynemer a obtenu un succès rapide dans le Spad, abattant deux chasseurs Albatros, deux Albatros biplace, deux L.V.G. et un Fokker entre le 9 et le 27 novembre. Les Cigognes a remporté une deuxième citation d'escadrille. Ses pilotes menaient les as français à la fin de l'année, Guynemer en avait 25, Nungesser 21, Dorme 15 et Heurteaux également 15. Il a réalisé un exploit rare en forçant un bombardier bimoteur Gotha intact. Les Russes lui décernent la Croix de Saint-Georges et il est de nouveau promu.

Son surnommé son Spad personnel "Vieux Charles", qu'il vola un matin de mars 1917 pour abattre quelques Albatros biplaces. Cet après-midi-là, il remonta, démontrant à deux pilotes de Nieuport comment abattre un éclaireur Albatros D-II. En utilisant seulement dix balles, il leur montra comment faire.Le D-II s'est écrasé, son pilote s'est avéré être le lieutenant von Hausen, neveu d'un général allemand.

Mai 1917

He had his best day this month, bagging four German planes, bringing his score to 45. He went on leave and refused his father's advice to move to a training assignment. "It will be said that I ceased to fight because I have won all the awards."

July, 1917

He returned to combat, flying Spads, which were still troublesome. In one experiment, a 37 millimeter cannon was mounted through Vieux Charles's propeller shaft (anticipating the American P-39 Airacobra of WWII). Guynemer tried this weapon out on July 16. He encountered an Albatros D-III and blew it apart with the Spad's cannon. But the recoil was tremendous and the shells' fumes were poisonous thus the experiment was given up.

By August, Guynemer was suffering, in part from tuberculosis but also from the fighter pilot's malaise, a cafard, the French called it. (Perhaps today it would be called "post-traumatic stress syndrome.") Nothing seemed to go right. His personal Spad was being worked on. Its replacement was a "lemon." Guynemer's guns jammed. The poor weather limited his flying time. He complained about his bad luck, and snarled at his comrades. His disease showed in his complexion and twice caused him to faint while aloft. When a doctor prescribed rest at a nearby villa, Georges left after a few days and began working on airplanes.

By August 20, he had reached fifty-three victories.

September, 1917

The morning of September 11 was foggy. Two big shots from French aviation headquarters were expected: Majors du Peuty and Brocard (the former CO of les Cigognes). Despite their impending arrival, at 8:30 AM Guynemer took off with Lieutenants Bozon-Verduraz and Deullin. He flew Vieux Charles, which had been tuned and its guns checked. The three fliers were seen over the Langemarck Road and then above the Saint-Julien-Poelcapelle Road. From there they crossed the lines and picked up a German two-seater. Guynemer and Bozon-Verduraz jockeyed around to out-maneuver the Boche, but its pilot put the plane into a spin and eluded them. Bozon-Verduraz noticed a flight of German scouts (Fokker D-V's or Albatros D-III's?) approaching. He flew straight into them, scattering them. He circled and returned, only to find empty sky. Rien. He criss-crossed the area, staying aloft as long as he could, but no Guynemer. On landing, Bozon-Verdurqaz asked about Guynemer, but he had not landed.

Two days later the French announced that their great ace was missing. Conflicting reports came in from the German side: according to one, Guynemer had been shot down on the day before he had gone up. Then the Germans announced that Lt. Kurt Wisseman, a two-seater pilot, had downed Guynemer. Three weeks later the British launched a ground attack in the Poelcapelle area, preceeded by the usual artillery barrage then the Germans counter-attacked and regained the area. Perhaps the wreckage of Guynemer's Spad was blasted into oblivion in the fought-over ground. Or perhaps, as a French journalist explained to the schoolchildren, "Captain Guynemer flew so high he could not come down again."

Another of the Osprey Aircraft of the Aces series, the second World War One topic. Forty colorful profile plates. Wonderful original period photos, including two of Albert Ball that I have never seen elsewhere. Two lengthy chapters on British and French aces. The book covers many aces with fewer than 15 kills, so it goes beyond the famous aces like Ball, Nungesser, Guynemer, and Rickenbacker.

It covers the varieties of the Nieuport (11, 17, 28, etc.) in detail, down to the machine gun on the Type 11: a Lewis gun, of .303 caliber, carrying 476 rounds in its drum, and was mounted on the upper wing by a "Foster" mount, so named for the RFC sergeant who invented it.


Capt. Georges Guynemer. Portrait, from the life, by Henri Farré. The famous French Ace of Aces, who, before his death in action over the German lines, fought 800 battles and brought down 74 Boche airplanes, of which 54 are officially recorded.

There are restrictions for re-using this media. For more information, visit the Smithsonian's Terms of Use page.

IIIF provides researchers rich metadata and image viewing options for comparison of works across cultural heritage collections. More - https://iiif.si.edu

Print, Capitaine Georges Guynemer, CAPT. GEORGES GUYNEMER. PORTRAIT, FROM THE LIFE, BY HENRI FARRÉ. THE FAMOUS FRENCH ACE OF ACES, WHO, BEFORE HIS DEATH IN ACTION OVER THE GERMAN LINES, FOUGHT 800 BATTLES AND BROUGHT DOWN 74 BOCHE AIRPLANES, OF WHICH 54 ARE OFFICIALLY RECORDED.

Uncolored lithograph of a portrait of Captain Georges Guynemer. This print is after a painting by Henri Farré. The print is adhered to a stiff paper backing. Information about the print and Guynemer is printed on the backing below where the print has been attached.

Usage Conditions Apply

There are restrictions for re-using this media. For more information, visit the Smithsonian's Terms of Use page.

IIIF provides researchers rich metadata and image viewing options for comparison of works across cultural heritage collections. More - https://iiif.si.edu

Print, Capitaine Georges Guynemer, CAPT. GEORGES GUYNEMER. PORTRAIT, FROM THE LIFE, BY HENRI FARRÉ. THE FAMOUS FRENCH ACE OF ACES, WHO, BEFORE HIS DEATH IN ACTION OVER THE GERMAN LINES, FOUGHT 800 BATTLES AND BROUGHT DOWN 74 BOCHE AIRPLANES, OF WHICH 54 ARE OFFICIALLY RECORDED.

Uncolored lithograph of a portrait of Captain Georges Guynemer. This print is after a painting by Henri Farré. The print is adhered to a stiff paper backing. Information about the print and Guynemer is printed on the backing below where the print has been attached.

See more items in

National Air and Space Museum Collection

Inventory Number

Description physique

Uncolored lithograph of a portrait of Captain Georges Guynemer. This print is after a painting by Henri Farré. The print is adhered to a stiff paper backing. Information about the print and Guynemer is printed on the backing below where the print has been attached.


Georges Guynemer

Georges Marie Ludovic Jules Guynemer syntyi Pariisissa 24. joulukuuta 1894. Hänen isänsä oli eläkkeelle oleva armeijan upseeri Paul Guynemer. Suku oli nk. sotilassuku.

George kävi koulunsa kotona kunnes joutui Lycee d' Compiegneen, jossa ei pärjännyt. Hänet siirrettiin Stanislasin lukioon. Hän ei panostanut koulunkäyntiin, oli häirikkö ja tappelija. Teini-ikäisenä hän harrasti rullaluistelua, miekkailua ja kivääriammuntaa. Näillä on voinut olla hävittäjälentäjän taitoja kehittävää vaikutusta.

Hän tutustui tuolloin Jean Krebsiin, joka oli Panhard Motor Companyn johtajan poika, ja yhdessä he alkoivat rakennella mm. polttomoottoria. Kiinnostus lentämiseen alkoi tästä. I maailmansodassa Krebs kuoli maahansyöksyssä.

17-vuotiaana vuonna 1911 Guynemer näki osan Circuit of Europe Air Race-lentokilvasta. Samana vuonna hän lensi Farman-koneen kyydissä. Päästyään koulusta vuonna 1912 hän pyrki l'Ecole Polytechniqueen. Huonon terveyden takia hän lopetti opiskelun kesällä 1914. Hän vetäytyi perheen huvilalle Biarritziin.

Sodan sytyttyä Guynemer pyrki lentäjäksi viisi kertaa muttei tullut valituksi. Hän matkasi Pau’hun, jossa sai suhteilla pääsyn kapteeni Bernard-Thierryn haastatteluun. Täten hän pääsi mekaanikkokoulutukseen. Tätä seurasi menestyksellinen pyrkiminen lentäjäksi, jossa isän kirjeet päättäjille olivat avainasemassa.

Hän lensi ensi kertaa 26. tammikuuta 1915 Bleriot "Pingouin"-koneella. Hän sai lentoluvan (numero 1832) huhtikuussa 1915, jolloin hänet ylennettiin korpraaliks (Caporal). Hänet siirrettiin lentäjäreserviin, joka toimi Le Bourget’ssa.

8. kesäkuuta 1915 hänet siirrettiin Escadrille MS3-rintamayksikköön, joka oli tuolloin Vauciennes’ssä. Yksikkö lensi Morane type L (yksitasoinen) koneilla. Guynemerin nimikkokone periytyi Charles Bonnardilta, joka oli nimennyt sen "Vieux Charles". Guynemer säilytti ”Vanha Jaakko”-nimen tällä ja useimmilla muilla koneillaan.

Ensimmäinen ilmavoitto tuli 19. heinäkuuta 1915 5 km Soissonsin yläpuolella. Ilmataistelu kesti 10 minuuttia. Koneen ampui alas kk-ampuja, Mecanician Gueder. Alasammuttu kone oli Aviatik, josta Guynemer haki palan muistoksi. Kaksi päivää myöhemmin hänet ylennettiin kersantiksi ja hän sai kunniamaininnan (Palme). 4. elokuuta hän ja Gueder saivat Medaille Militairen.

Syyskuussa lentoura oli loppua – hän teki pakkolaskun ei-kenenkään maalle. 29. syyskuuta ja 10. lokakuuta 1915 hän osallistui eritystehtäviin vieden Ranskan agentteja Saksan rintaman taakse.

Joulukuussa 1915 Escadrille MS3 sai uuden nimen N3. Hän sai yksipaikkaisen Nieuport 10-koneen. 14. joulukuuta hänen koneensa vaurioitui pahasti ilmataistelussa. Jouluna hän sai Legion d'Honneur’in. Hänestä oli tullut kersantti ja yksi Ranskan palkituimmista lentäjistä.

Hän pääsi sous-lieutenant’iksi 4. maaliskuuta 1916. Tällöin hänellä oli kahdeksan ilmavoittoa. Verdunin yläpuolella hän haavoittui. Palatessaan puolikuntoisena rintamalle hän kärsi myös hermostollisista vaivoista. Hänet pakotettiin lomalle. Palatessaan hän sai Nieuport 17-koneen. Yksikkö, jota käytettiin kuten ilma-asetta yleensä I maailmansodassa propagandassa, oli saanut komeamman nimen: Eskadrille N3 oli eliittiyksikön, Groupe de Combat 12, osa (lesCigognes – haikarat). Capitaine Brocard, Esc N3:n komentaja, kuvasi Guynemeriä "..loistavimmaksia haikarakseni". 23. syyskuuta 1916 Guynemer ampui kolme konetta alas yhdessä päivässä. Hän lensi tässä vaiheessa SPAD 7-hävittäjällä.

Hän sai 30. ilmavoittonsa tammikuun 1917 loppuun mennessä. Hän lensi parhaiten yksittäishyökkääjänä ilman siipimiehen tukea. SPADilla hän lensi parimuodostelmassa ja ammuntaa nopeassa syöksyssä, joka oli pikemminkin toisen maailmansodan taktiikkaa. 6. kesäkuuta 1917 Guynemer taisteli Ernst Udetia vastaan. Hän jätti Udetin ampumatta, koska Udetin koneen konekiväärit eivät toimineet.

Hänet ylennettiin Capitaine’ksi 18. helmikuuta 1917 ja hänen vilkkain toimintansa alkoi. Hän sai kolme ilmavoittoa 16. maaliskuuta ja 25. toukokuuta. Hän ampui kaksi konetta alas 5. kesäkuuta ja sai viikkoa myöhemmin Officier de la Legion d'Honneur –mitalin. Georges Guynemer lensi yli 600 sotalentoa. Hänet ammuttiin alas seitsemän kertaa. Hän haavoittui kahdesti ja sai 26 kunniamainintaa. Hän saavutti 53 vahvistettua ilmavoittoa, mutta todennäköisesti ilmavoittoja oli noin 100. Täten hän oli kenties I maailmansodan paras hävittäjälentäjä. Hänellä oli hermojen kanssa vaikeuksia pitkin sotaa. Hän kaatui sodan lopussa Jasta 3:n luutnantti Kurt Wissemanin ampumana.

Guynemerin muistomerkki on Pariisissa (26 Boulevard Victor HQ Armee de l'Air) ja Pantheonin kryptassa on marmoritaulu, jossa on Georges Guynemerin nimi ja Legion d'Honneur teksti.


George Guynemer - History

I had a discussion/debate on a private Xfire chat with three other friends of mine the other day, and we were talking about the Great War. Well, as the night wore on, one of them mentioned Guynemer and what happened to him. It's gotten me more and more interested in the man (and I'm not much of a fanboy of the French pilots. save for Nungesser) since he's one of the few famous aces whose status was never accounted for during the war.

As it stands, can anyone tell me EXACTLY what happened the date Guynemer was last seen? I know that he was last seen attacking an Aviatik, but does anyone have any other information (rumors, claims, etc.)?

Guynemer was never found and neither was his plane. Does anyone else think that the body might have been destroyed, along with the plane, by bombing or shelling? I've somewhat come to that conclusion, and I know I'm not the first one, either, but does anyone else think it could very well be true? As I said, I'm not extremely fond of the French aces or their history. I stick to the Germans and British ones.


Voir la vidéo: Georges Guynemer - The Flying Icon of France I WHO DID WHAT IN WW1?