Statue de Bouddha, Grotte de Seokguram

Statue de Bouddha, Grotte de Seokguram


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Temples coréens vus d'en haut | Temple Bulguksa et grotte Seokguram sur le mont Tohamsan __ Shin Byeong-mun

Incarnation de la croyance et de l'art bouddhistes, Seokgatap (Trésor national n° 21)
et les pagodes Dabotap (Trésor national n° 20) transforment l'enceinte du temple
dans une terre de Bouddha.

Le temple rupestre de Seokguram se compose d'une antichambre rectangulaire et d'un
chambre principale ronde. Le dôme a été créé avec des pierres naturelles taillées,
puis le toit était recouvert de terre, lui donnant l'apparence d'une grotte.

Situé à la pointe sud de la chaîne de montagnes Taeback, tout le mont Tohamsan est considéré comme un site bouddhiste sacré. Dans les contreforts sud-ouest de la montagne se trouve le temple Bulguksa, ancré dans plus de mille ans d'histoire, et près de son sommet se trouve la grotte Seokguram, souvent considérée comme le sommet de l'art et de l'architecture bouddhistes.

Selon Samguk yusa (Légendes et histoire des trois royaumes de Corée), le grand projet de construction de Bulguksa a été lancé en 751 par Kim Dae-seong, alors ministre en chef de Silla, par décret royal du roi Gyeongdeok. Et après la mort de Kim en 774, l'État a mené le projet à son terme. Cependant, une histoire différente est racontée dans le Bulguksa gogeum changgi (Chroniques de Bulguksa), en disant : « En 528, l'année après le martyre du moine bouddhiste Yi Cha-don, Bulguksa a été officiellement établie par Lady Yeongje, la mère de l'époque. le roi Beopheung. En 574, Dame Jiso, la mère du roi Jinheung d'alors, fit reconstruire le temple et y consacra le Bouddha Amitabha. Plus tard, en 751, le temple semble avoir été rénové par Kim Dae-seong, qui fit construire des pagodes et des ponts en pierre, élevant ainsi sa stature de temple majeur.

Le VIIIe siècle, lorsque Bulguksa atteignit l'apogée de sa prospérité, correspond aux années de pointe de Silla en termes de pouvoir national et de culture. Les grandes œuvres d'art de Silla, comme l'image du Bouddha de la médecine au temple Bunhwangsa et la cloche sacrée du roi Seongdeok, ont également été réalisées à cette époque. Bulguksa est une structure qui incarne ces années de gloire. Cependant, le temple ne put échapper au désastre de l'invasion japonaise. En 1593, l'armée japonaise a mis le feu au temple après avoir découvert des armes qui y étaient cachées, détruisant la plupart des bâtiments. Sa reconstruction a commencé en 1604 et s'est poursuivie pendant un siècle jusqu'à ce que Bulguksa soit finalement restaurée à son ancienne stature dans les années 1700. A l'époque moderne, un projet de restauration à grande échelle est lancé en 1973.

Depuis lors, des travaux de rénovation ont également été effectués sur deux salles du Bouddha, Daeungjeon (salle principale du Bouddha) et Geungnakjeon (salle du paradis), et sur deux portes, Jahamun et Anyangmun. Un autre projet de restauration a rétabli quatre structures sur leurs sites d'origine : le pavillon Beomyeongnu et trois salles de Bouddha, Museoljeon, Birojeon et Gwaneumjeon. L'enceinte du temple Bulguksa se compose en grande partie de quatre zones indépendantes : la zone de la salle principale du Bouddha, la zone de la salle du paradis, la zone de la salle Vairocana et la zone de la salle Avalokitesvara. Chaque zone symbolise une terre de bouddha indépendante dédiée à un système de culte différent, et les limites sont clairement délimitées par des murs ou des couloirs dans un souci de différenciation doctrinale.

Village de Yangdong à Gyeongju. Si la Corée
le célèbre village de Hahoe peut être appelé un village fluvial
parce que la rivière Nakdong coule autour, le village de Yangdong est une montagne
village car il se trouve dans les contreforts d'une montagne.

En montant le long du sentier de montagne depuis le temple Bulguksa, on trouve la grotte de Seokguram près du sommet, le trésor national n ° 24. Samguk yusa dit que Seokguram s'appelait à l'origine le temple Seokbulsa, mais à partir des années 1910, les colonialistes japonais ont commencé à l'appeler Seokguram. Samguk yusa dit que Seokguram a été inauguré par Kim Dae-seong, comme Bulguksa, par décret royal, mais son achèvement a été entrepris par l'État. Comme on peut le deviner, Bulguksa et Seokguram ont commencé comme des projets bouddhistes majeurs basés sur les désirs de tout le peuple Silla et des familles royales de manifester la terre de Bouddha sur Terre.

Incarnant la foi dévote et la sophistication artistique du peuple Silla, Seokguram est un chef-d'œuvre d'architecture de classe mondiale. Au centre de la grotte de Seokguram est enchâssée une statue en pierre du Bouddha Sakyamuni (3,48 m de haut), et sur les murs de l'antichambre et de l'entrée de la grotte sont sculptées des images debout de huit divinités gardiennes, des guerriers Vajra et des quatre rois célestes. Les murs entourant le Bouddha Sakyamuni assis sont sculptés d'images debout d'êtres célestes, de bodhisattvas, d'arhats et d'un bodhisattva Avalokitesvara. Dix niches sont creusées dans le plafond en dôme de la rotonde.

Padosori-gil (« son du sentier de surf ») près du Yangnam de Gyeongju est un sentier côtier qui s'étend sur 1,7 km de rivage
qui présente des formations rocheuses spectaculaires de joints colonnaires. Diverses formes de telles formations comprennent le couché à plat,
incliné, saillant et en éventail. Ils sont à couper le souffle à voir.

L'orientation directionnelle de Seokguram correspond à Donghaegu, un site sacré de tombes communales pour le clan royal Kim de la dynastie Silla. Donghaegu fait référence à la zone où se trouve Daewangam, la tombe sous-marine du roi Munmu qui a unifié les Trois Royaumes. Le roi Munmu a déclaré qu'il défendrait Silla en devenant un dragon de la mer de l'Est même après sa mort. Son esprit patriotique s'incarne non seulement à Daewangam, mais aussi au temple Gameunsa et à Igyeondae Lookout. Considérant que le Bouddha Sakyamuni à Seokguram regarde vers Donghaegu, l'établissement de Bulguksa et Seokbulsa (Seokguram) était un projet à l'échelle nationale tout comme Gameunsa et Igyeondae.

Bulguksa et Seokguram, l'incarnation de l'aspiration de Silla à protéger la nation, ont été inscrites sur la liste du patrimoine mondial en 1995 et continuent d'attirer les fidèles bouddhistes ainsi que les touristes nationaux et étrangers.

Devant la salle principale du Bouddha de Bulguksa se dressent une lanterne en pierre et deux pagodes appelées Seokgatap et Dabotap. Derrière ces pagodes se trouvent deux pavillons (Beomyeongnu et Jwagyeongnu) qui dégagent une sensation de tension serrée créée par leur symétrie bilatérale. L'espace devant la salle principale du Bouddha dégage une énergie harmonieuse car le placement de ces structures en pierre est bien planifié et équilibré.

Auteur | Lee Min (écrivain indépendant), Photo | Shin Byeong-mun (photographe aérien)


Statue de Bouddha, Grotte de Seokguram - Histoire

Seokguram (ermitage de la grotte de pierre)

Situé à une certaine distance du mont T'oham de Bulguksa lui-même, Seokguram est à juste titre célèbre dans le monde entier. Il a été désigné trésor national n°24. Plus récemment, en décembre 1995, avec Bulguksa, il a été ajouté à la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Seokguram a été sculpté à peu près en même temps que Bulguksa a été construit à l'origine, au milieu du 8ème siècle sous le règne du roi Silla Kyongdok. Sa grandeur, en effet, a été liée par certains chercheurs au déploiement croissant du bouddhisme en tant qu'idéologie dominante à l'époque. Légendairement, c'était l'œuvre du Premier ministre Kim Taesong, qui a également planifié Bulguksa, et a été construit pour honorer les parents de son ancienne vie (voir la section Bulguksa). Cependant, certains détails, en particulier l'emplacement de la statue centrale de Bouddha de telle sorte qu'elle regarde précisément en direction de la tombe sous-marine du roi Munmu située juste au large des côtes de la mer de l'Est, suggèrent que les sculptures peuvent avoir été exécutées pour glorifier le roi. ou la lignée royale à la place.

Pendant la période Choson, ou du moins pendant certaines parties de celle-ci, le bouddhisme a été officiellement découragé et Bulguksa et Seokguram sont tombés en ruine. On raconte parfois que Seokguram a été redécouvert par un facteur japonais se réfugiant sur la montagne T'oham en 1909. Il est cependant probablement exagéré de dire qu'il avait été complètement oublié par la population locale jusqu'à ce moment-là. La « redécouverte » pourrait être plus précisément décrite comme une « découverte pour les autorités japonaises », qui à ce moment-là, juste avant l'annexion formelle, s'intéressaient beaucoup aux antiquités coréennes, et ce depuis quelques années.

*Restauration et conservation

Les diverses tentatives de réparation et de rénovation de Seokguram au cours du vingtième siècle forment en elles-mêmes un récit complexe et font l'objet de nombreuses controverses. L'une des raisons fondamentales est que, bien que l'importance artistique des sculptures de Seokguram soit évidente, la complexité et la subtilité de l'ingénierie qui ont présidé à la construction originale de la grotte ont souvent été mal appréciées. Ceux qui s'intéressent particulièrement à ces questions peuvent visiter le musée d'histoire des sciences de Silla, situé dans le village d'artisanat folklorique de Kyongju, où la conception et la réparation de Seokguram sont expliquées plus en détail au moyen d'une série d'expositions et de modèles en coupe.

Entre 1913 et 1915, la grotte a été démantelée dans le cadre de l'effort de réparation initial entrepris par les autorités japonaises. Au cours de ce processus, une infrastructure complexe de pierre a été trouvée sous les sculptures visibles. Cette conception avait permis la circulation de l'air, régulant la température de la chambre intérieure. Un manque d'appréciation des raisons de cette conception, cependant, a conduit à la décision de réparer la chambre en utilisant du ciment. En conséquence, la circulation de l'air a été bloquée et les pierres ont commencé à transpirer, entraînant un grave problème de fuite d'eau qui menaçait l'intégrité des sculptures. Un deuxième effort de reconstruction en 1920, axé sur l'imperméabilisation, a permis d'atténuer la menace immédiate mais n'a pas résolu le problème sous-jacent. Enfin, entre 1961 et 1964, un nouvel effort a été fait sous l'égide de l'UNESCO. La climatisation et le chauffage ont été installés à cet endroit pour réguler précisément la température de la chambre. Bien que ce programme de restauration ait stabilisé la situation, il ne s'agit pas d'une amélioration par rapport à la conception d'origine et est loin d'être idéal pour d'autres raisons : la fenêtre en verre qui sépare désormais les visiteurs de la chambre intérieure est en partie justifiée par la nécessité de contrôler la température de l'air de la chambre .


S'AVENTURER DANS L'HISTOIRE ET LA NATURE CORÉENNES

Lever du soleil à Gyeongju
2004 AventureK

Il est 6 heures du matin. Les premiers rayons du soleil se brisent à l'horizon alors qu'un tas d'occidentaux aux yeux endormis trébuchent d'un bus pour saluer l'aube au sommet du mont Toham, dans la région historique de Gyeongju en Corée, au sud de la Corée. pays.

Le ciel est d'une impressionnante couleur rose saumon et jaune doré, mais le vent éclabousse le belvédère comme de l'eau glacée. Les Occidentaux fatigués de la route restent rigides par le froid, sachant qu'ils sont au milieu d'une expérience incroyable mais souhaitant secrètement pouvoir être sous les couvertures d'un lit chaud.

Park Seok Jin, fondateur du club de voyage Adventure Korea et organisateur de ce week-end à Gyeongju, ne se laisse pas impressionner par l'air glacial et ne semble pas affecté par une nuit de sommeil à l'étroit dans un bus.

De construction athlétique et ne portant guère plus qu'un coupe-vent, Park se tient aux côtés de l'équipage hétéroclite de Canadiens, d'Américains, d'Australiens et de Britanniques, les laissant patiemment s'imprégner du paysage et s'adapter aux températures d'une fin de matinée d'automne.

Les membres d'Adventure Korea apprécient les couleurs de la fin de l'automne.
2004 AventureK

Park’s style décontracté, parle de son expérience en tant que guide touristique. Il y a quatre ans, Park était un salarié moyen travaillant pour Samsung. Le week-end, il visitait ses amis américains en Corée, visitant des sites touristiques incontournables ainsi que les joyaux moins connus de la belle campagne coréenne.

Au cours des trois dernières années, le passe-temps de Park s'est transformé en une entreprise à part entière qui organise des excursions d'une journée, des aventures de week-end et des vacances prolongées pour les étrangers vivant en Corée.

La pagode Sokkat’ap (pagode sans reflet) figure sur la pièce de 10 won coréen.
2004 KMacDonald

Comme de nombreux groupes de touristes avant eux, Park sait que ce groupe de Gyeongju sera reconnaissant pour leur trajet en bus de nuit et leur lever tôt une fois qu'ils auront vu les incroyables sites historiques et naturels à venir.

Le mandat du parc pour tout voyage qu'il planifie est simple.

"Je veux organiser des voyages qui donnent aux gens la possibilité de voir une belle vue", dit-il, et un lever de soleil au sommet d'une montagne dans l'une des régions les plus historiques de la Corée est certainement à la hauteur de cet objectif.

L'aube se transforme rapidement en matin et Park a conduit son groupe jusqu'à la montagne vers un deuxième site à couper le souffle.

(En haut) Grotte de Seokguram, (en bas) un petit sanctuaire
2004 AventureK

Au sommet du mont Toham, se trouve l'un des trésors historiques les plus prisés de Corée, la grotte de Seokguram.

Chef-d'œuvre de la dynastie Silla (668 – 935), la grotte est un témoignage de l'ingéniosité et du talent artistique de cette ancienne culture coréenne.

Soigneusement préservée derrière un mur de verre, la grotte artificielle vieille de 1 500 ans est une myriade de sculptures complexes d'anciennes images bouddhistes, y compris la sacheonwang ou « Four Heavenly Kings ». Les braves rois guerriers se dressent fièrement le long du mur, encadrant la chambre principale de la caverne, qui abrite un magnifique Bouddha sculpté dans une pierre blanche pure.

Assis dans une posture de paix et de contemplation, la stature sereine du gigantesque Bouddha inspire un sentiment de crainte tranquille. Sans tenir compte du panneau « Pas de photographie », un certain nombre de touristes se faufilent dans quelques clichés de choix de ce trésor artistique. La religieuse bouddhiste vendant des cartes postales dans le coin de la minuscule grotte ne proteste pas.

“C'est fantastique !” dit une jeune Canadienne alors qu'elle sort de la caverne ténébreuse. “Si c'est ce qui reste, je ne peux qu'imaginer ce qui a été perdu.”

Ayant enduré le temps, le temps, la guerre et l'occupation étrangère, des sites comme la grotte, bien que magnifiques, ne sont que l'ombre de la puissante dynastie Silla, qui a progressé dans les facettes de la science, de l'art et de l'architecture.

Mariage parfait entre l'art et la beauté de la nature, le temple Tohamsan devient encore plus spectaculaire à l'automne, lorsque les couleurs sont les plus éclatantes.
2004 KMacDonald

Le soleil brille maintenant de mille feux et, comme Park s'y attendait, l'air frais de l'automne revigore le groupe Adventure Korea. Ils sont reconnaissants de leur réveil précoce et de l'exploration sans foule de ce monument bouddhiste unique.

Il n'est pas encore 9 heures du matin et Park conduit ses aventuriers enthousiastes vers le troisième site de la journée, le parc du temple Pulguksa. Construit en 528 après JC, le temple a subi un certain nombre d'attaques par les Japonais. Il a subi une restauration complète à la fin des années 1960.

Conservant son intégrité historique, le temple est un exemple étonnant de la maçonnerie et des boiseries de Silla. Les peintures murales élaborées et les motifs colorés qui décorent chaque poutre, porte et rebord de fenêtre de cette structure phénoménale ont une touche coréenne unique.

La grandeur de l'architecture du temple est agréablement compensée par son cadre rustique à flanc de montagne. C'est un spectacle particulièrement agréable à la fin de l'automne, lorsque les feuilles des érables sont leurs couleurs les plus riches de rouge rubis et d'orange rustique.

Park laisse son groupe se promener librement dans les jardins de ce lieu magique, les laissant explorer à leur rythme. Le parc est disponible pour répondre à toutes vos questions ou pour mettre en évidence les points d'intérêt les moins visibles, comme la ligne de toilettes vieille de 1 500 ans, située juste à l'extérieur de la cour principale du temple.

Après que tout le monde ait profité de l'occasion de prendre des photos amusantes devant un ancien squatter, Park ramène son groupe à la descente de la montagne, laissant son groupe dévaler la montagne à son rythme.

Un rapide trajet en bus et Park amène le groupe Adventure Korea à la base du mont Nam. À ne pas confondre avec la montagne du même nom au centre de Séoul, cette montagne du grand Gyeongju offre une randonnée rigoureuse vers plusieurs anciens sites de culte bouddhiste.

Les bouddhas décapités sont un exemple clair du passé mouvementé de la Corée.
2004 AventureK

Près de la base de la montagne se trouve une grande statue de Bouddha qui a été décapitée par les Japonais pendant leur occupation dans la première moitié du 20e siècle.

Park explique qu'en décapitant le Bouddha, les Japonais annulaient toutes les prières qui lui avaient été faites, détruisant ainsi les esprits de ceux qui l'avaient adoré. À ne pas confondre avec une violation symbolique, la décapitation des statues de Bouddha était une attaque directe contre le peuple coréen et sa foi.

Une gravure bouddhiste au sommet du mont Nam.
2004 KMacDonald

Debout là, sous le soleil radieux du milieu de la matinée, un groupe d'Occidentaux prend douloureusement conscience du passé tumultueux de la Corée. Pourtant, le fait que Park les conduise sur la montagne avec une telle énergie et un tel esprit rappelle à ces Occidentaux la résilience remarquable et la fierté nationale incroyable du peuple coréen.

Plus haut sur la montagne se trouvent de nombreuses autres sculptures bouddhistes, façonnées à partir des rainures naturelles du flanc de la montagne. Près du sommet, un Bouddha de 10 pieds de haut repose contre le mur du mont, se prélassant sous les rayons d'un soleil d'est, surplombant un panorama fantastique sur la campagne de Gyeongju.

Et c'est ce qui fait de Gyeongju un si bon week-end - un mélange parfait d'aventure en plein air et d'étude historique. Chaque ascension d'une montagne recèle un trésor secret. C'est là où la beauté naturelle rencontre l'art humain, mettant en lumière une culture ancienne et donnant un aperçu des racines de la société coréenne actuelle.

Une journée bien remplie et ce n'est pas encore l'heure du déjeuner ! Park et le groupe Adventure Korea redescendent la montagne et partent pour un déjeuner de riz et de légumes bien mérité appelé Bibimbap. Après un déjeuner tranquille et un repos bien mérité, Park remballe son groupe et reprend la route vers le parc Tumuli, au cœur de la ville de Gyeongju.

Abritant 23 tombes datant de la période des Trois Royaumes (57 av.

Paysage surréaliste en l'honneur d'une ancienne dynastie, ces monticules illustrent le mariage entre l'ingéniosité humaine et la beauté simpliste de la nature. Les collines sont parfaitement symétriques et couvertes du riche vert velouté de l'herbe tondue de près. De jeunes familles sillonnent le parc en veillant à ce que leurs enfants ne foulent pas les monuments sacrés.

L'excavation des monticules s'est poursuivie ces dernières années, et bien que la préservation de cette zone historique et le respect de son caractère sacré soient de la plus haute importance pour les érudits coréens, certains des lieux de sépulture organisent des expositions ouvertes au public, montrant certains des d'étonnants trésors d'or et de jade qui se trouvent enfouis sous la surface de ces structures gigantesques.

L'auteur cherche de l'eau fraîche de la montagne.
2004 KMacDonald

Les monticules commencent à obscurcir le soleil, le soir tombe et un groupe d'étrangers fatigués remonte dans le bus, se dirigeant vers leur logement de nuit. Ce n'est que la fin du premier jour et Park a encore une autre journée complète de randonnée prévue pour dimanche.

Dimanche matin à huit heures du matin, Park rassemble son groupe pour une escapade dans le parc national du mont Juwang. L'air est plus chaud et la soi-disant randonnée ressemble plus à une marche rigoureuse.

La facilité de ce trek permet au groupe Adventure Korea de discuter et de mieux se connaître. Principalement composé de professeurs d'anglais, Adventure Korea attire de nombreuses personnes intéressées à explorer la Corée au maximum lors de leurs séjours relativement courts dans le pays.

« J'ai rencontré tellement d'amis grâce à Adventure Korea », déclare un Américain qui travaille en Corée depuis près d'un an. C'est un groupe de personnes partageant les mêmes idées, qui préfèrent passer leur temps et leur argent à découvrir ce pays et faire un peu d'activité physique

Adventure Korea propose une variété de voyages, allant de week-ends bien remplis à des destinations touristiques renommées comme Gyeongju, à des excursions de rafting en eau vive, des aventures d'escalade en montagne et du camping sauvage.

Park organise la plupart de ces voyages et est toujours à la recherche des points chauds moins connus que le jeune aventurier apprécierait. Passant 10 jours par mois à parcourir la Corée à la recherche d'endroits parfaits, Park planifie des voyages qui, selon lui, permettront de cultiver des expériences uniques pour ses participants.

Park espère que ses aventures uniques favoriseront l'adhésion des étrangers et des Coréens. "En plus d'être un club de voyage, je veux faire d'Adventure Korea un lieu d'échange culturel", a-t-il expliqué, et avec le succès comme ce voyage à Gyeongju, cet objectif est certain d'être atteint.

Un dimanche en fin d'après-midi, Park rassemble son équipage et retourne à Séoul. L'esprit haut et le manque d'énergie, ce groupe d'aventuriers s'endort, alors que les décors de ce week-end fantastique.

« C'est un groupe de personnes partageant les mêmes idées qui préfèrent passer leur temps et leur argent à découvrir ce pays. »
2004 AventureK


Statue de Bouddha, Grotte de Seokguram - Histoire

Comme lundi était le jour de la libération (célébration de la libération du Japon) et un jour férié national, nous avons passé le long week-end avec un ami de Matt’s à Gyeongju. Nous avons vu de nombreuses reliques de la dynastie Silla (57BC-935AD) en visitant des temples bouddhistes, des musées, des sites historiques et la montagne Namsan. Les parents de l'ami nous ont également nourri beaucoup de nourriture.

Il y avait de nombreuses tombes tout autour de Gyeongju, mais une seule dans laquelle vous pouviez entrer. Ces tombes ont été créées en enfermant la personne dans une grande pièce en pierre avec de nombreux objets à utiliser dans son au-delà. Les bijoux et les vêtements étaient souvent créés uniquement dans le but d'être portés par le défunt.

Les chercheurs pensent que cette relique était un observatoire, mais comme il n'y avait pas de forme de grossissement, personne n'en est vraiment sûr. Il est difficile de croire que la vue serait tellement meilleure à 10 mètres du sol.

Le musée national de Gyeongju avait de nombreux trésors récupérés dans les tombeaux des rois. La richesse de Silla est évidente par les grandes quantités d'objets en or trouvés et restaurés.

Nous avons participé à une dégustation de thé après avoir écouté cette femme jouer. Cet événement avait peut-être une autre signification, mais je ne comprenais pas assez bien le coréen pour faire plus qu'accepter le thé.

Nous avons fait une balade à vélo le soir autour du lac Bomun et avons admiré la (presque) pleine lune. La pleine lune a une signification dans le bouddhisme, et donc le lendemain de nombreux événements se sont produits dans les temples bouddhistes que nous avons visités. Le lac Bomun a été créé dans les années 1970 en tant que complexe touristique sans aucune valeur historique, mais c'était un endroit agréable pour faire du vélo.

Ces escaliers menant à ce temple bouddhiste ont été construits pendant la dynastie Silla. On nous a dit de prendre une photo devant eux car c'est un endroit très populaire pour une photo en Corée.

Cette pagode Silla se trouve dans le même temple bouddhiste. Le panneau sur le site indiquait qu'il était différent des pagodes d'autres pays bouddhistes, qu'il avait été construit en 751 et qu'il portait le nom d'une personne qui vérifiait/était toujours en train de vérifier la vérité du bouddhisme. (Les détails sont un peu sommaires pour moi.)

De nombreux Coréens visitaient ce temple en raison de l'événement bouddhique de la pleine lune. Aucune photo n'a été autorisée plus près par respect pour les fidèles. Le chant des moines à l'intérieur était très émouvant. On m'a dit que c'était un chant de lectures spécifiques. Je n'ai pas compris les paroles, mais la musique m'a presque fait monter les larmes aux yeux.

Alors que nous visitions un temple bouddhiste, il y avait de nombreux endroits remplis de roches équilibrées. Celui-ci avec un Bouddha équilibré était le plus intéressant.

La grotte de Seokguram, construite en 751, contient ce qui est considéré comme le meilleur ouvrage bouddhiste oriental. Aucune caméra n'était autorisée à l'intérieur, mais la statue de Bouddha était très impressionnante. (Cependant, je ne sais pas quelles qualités en font le meilleur.) La personne qui a construit cette grotte et Bouddha a dédié l'art aux parents de sa vie précédente. La grotte avait été perdue pendant de nombreuses années jusqu'à ce qu'une coulée de boue au début des années 1900 (je crois) lui permette d'être redécouverte.

Alors que nous quittions l'enceinte du temple et avec le don d'un dollar, nous avons sonné la cloche pour la miséricorde. Je ne sais toujours pas à qui s'adressait la miséricorde.

Nous avons passé le reste de la journée à gravir Namsan, un sommet de 494 mètres dans le parc national de Gyeongju. Il y a des centaines de sculptures, pagodes, statues et autres reliques de Silla dispersées dans toute la montagne. Nous avons mis environ 4 heures à monter puis à descendre et nous nous sommes à peine retournés sans voir quelque chose. La vue sur la vallée et les montagnes environnantes était également incroyable!

Nous avons atteint le sommet et fait une pause pour une photo près du monument.

La vue était fantastique ! Vous remarquerez que je ne porte que des chaussettes. Il y a une statue de Bouddha et un sanctuaire derrière moi. Avant de marcher sur ce rebord, il est poli de retirer vos chaussures.

Nous avons emprunté un chemin différent qui nécessitait une corde nouée à plusieurs endroits différents. J'étais extrêmement reconnaissant que nous n'ayons pas emprunté ce sentier.

L'histoire vieille de 1500 ans était très intéressante, mais le point culminant du voyage a été de rencontrer les parents d'un ami de Matt. Dans leurs 70 ans et travaillant toujours dans leur ferme tous les jours, leur hospitalité était généreuse, nous nourrissant tellement qu'il a fallu plus de 24 heures avant que nous ressentions que le besoin de manger pourrait à nouveau être un problème. Bien que nous parlions des langues différentes, la gentillesse et la générosité sont universelles. J'espère que j'ai pu communiquer le respect et la gratitude de la même manière.


Seokguram

Seokguram a été fondée en 774 dans une magnifique montagne, la montagne Tohamsan. Il possède une fantastique statue de Bouddha en très bon état de conservation. Le chemin vers le Bouddha est cool, facile. Cela peut prendre 10 minutes pour arriver au Bouddha. Vous devez payer un billet. Vous ne pouvez pas prendre de photos. L'endroit est très reposant et le paysage est magnifique.

Avec le temple de Bulguksa, le Seokguram est un site de l'UNESCO. Notre hôtel était à Gyeongju. Nous avons pris un bus a Bulguksa (

40-50 minutes), nous avons visité le temple puis nous avons pris un bus pour Seokguram (

30 minutes). Le transport est très facile, toujours à l'heure, bon marché et confortable. Pour rentrer, il faut s'arrêter à Bulguksa et chercher l'arrêt de bus pour Gyeongju de l'autre côté de la rue. Nous étions tellement excités que nous continuons notre visite jusque tard dans la nuit à Gyeongju.

C'était une belle journée de septembre. Oui, je suggère de visiter cet endroit pendant l'automne. Les couleurs sont incroyables ! Nous avons de merveilleux souvenirs !

Mon mari et moi avons pris le bus local à côté de Starbucks, en face de la gare routière principale de Gyeongju. Rendez-vous au kiosque d'information à côté de la gare routière pour obtenir des informations à jour et un horaire. Il n'a coûté que quelques wons pour prendre le bus jusqu'au temple Bulguska et changer pour monter à la grotte. Nous avons également utilisé notre Tcard pour que vous n'ayez pas besoin de petite monnaie.

Le trajet en bus jusqu'aux sites était super car vous traversiez la campagne et montiez dans les collines. Je dois admettre que la conduite dans la montagne était un peu poilue car le chauffeur de bus a parcouru les courbes de la montagne assez près, mais nous l'avons fait en un seul morceau.

Il y avait des dames vendant leurs marchandises à l'entrée du site - nourriture habituelle, etc.

La promenade jusqu'à la grotte était magnifique avec des lanternes en tête. C'était un jour de semaine et il n'y avait pas trop de monde. Marcher dans les collines était une belle façon d'atteindre notre destination.

Nous sommes entrés dans le bâtiment protégeant la statue mais n'avons pas pu prendre de photos. Juste magnifique.

Il y avait un temple et des moines chantaient, ce qui ne faisait qu'ajouter à l'expérience.

J'ai payé 1000 won pour sonner la cloche du temple. Trop cool.

Nous le recommandons vivement et ne le ferions pas lors d'une visite car il est très facile de s'y retrouver.


Faits intéressants sur Gyeongju

  • Gyeongju fut la capitale du royaume Silla de l'ancienne Corée pendant mille ans (57 av. J.-C. - 935 ap. J.-C.).
  • Silla unifia les Trois Royaumes au milieu du VIIe siècle en conquérant Baekje et Goguryeo.
  • Après l'unification, Gyeongju est devenu le centre de l'économie, de la culture, des arts et de la science. Le commerce extérieur par terre et par mer avec la Chine, le Japon et les Arabes a conduit à l'essor économique de Silla.
  • Une économie prospère et des interactions culturelles ont encouragé Silla à apprendre et à faire progresser son artisanat avec des métaux précieux tels que l'or, l'argent et le verre de Perse.
  • À son apogée, la Silla unifiée compterait près d'un million d'habitants.
  • bouddhisme a été introduit pour la première fois par les routes de la soie au 5ème siècle. La reine Seondeok l'a déclaré la religion nationale.
  • A l'époque de Silla, la capitale s'appelait Séorabéol ou Gyerim. Lorsque Goryeo a absorbé le Silla unifié en 935 après JC, il a été renommé Gyeongju pour célébrer sa victoire sans saigner une seule goutte de sang.
  • Silla est le seul royaume de Corée dirigé par trois reines.
  • En 1995, Grotte de Seokguram et Temple Bulguksa est devenu le premier Sites classés au patrimoine de l'UNESCO à la campagne.
  • En 2000, Zones historiques de Gyeongju a été classé par l'UNESCO comme site du patrimoine mondial.
  • En 2010, Village folklorique de Yangdong, ainsi que le village folklorique de Hahoe (à Andong), ont été désignés par l'UNESCO comme site du patrimoine mondial.

Ne laissez pas Asia vous passer.

Qu'il s'agisse de parcourir l'Himalaya à vélo, de rencontrer les mudmen Asaro de Papouasie-Nouvelle-Guinée, ou simplement de s'abandonner à la beauté et au luxe à couper le souffle sur une île idyllique des Maldives, un voyage serein et sans couture vous donnera l'espace pour vivre un voyage non seulement du corps et de l'esprit, mais aussi de l'âme, imprégnée d'une profonde compréhension des peuples et des cultures asiatiques.

C'est un immense musée en plein air, dispersé sur une étendue de terres luxuriantes dans le sud-est de la Corée. Des centaines de vestiges historiques, des mausolées impériaux aux temples, pagodes, sites de châteaux, statues et lanternes en pierre racontent ensemble l'histoire de Gyeongju. Pendant près de 1 000 ans, cette ville a été la capitale du royaume de Silla, un royaume de pouvoir majestueux et de puissance politique. Ce règne a peut-être pris fin au 10ème siècle, mais ses vestiges impressionnants subsistent, faisant de Gyeongju l'un des sites historiques et culturels les plus importants d'Asie de l'Est.

EXPLORE PLUS

Gyeongju est aujourd'hui une petite ville selon les normes asiatiques, qui n'abrite qu'environ 280 000 habitants. Contrairement aux imposantes métropoles sud-coréennes de Séoul (10 millions d'habitants) et de Busan (3,5 millions), Gyeongju n'est pas parsemée de dizaines de gratte-ciel étincelants. C'est une ville relativement modeste, de faible hauteur avec un rythme de vie beaucoup plus lent. Pourtant, il y a 1 100 ans, c'était l'une des plus grandes villes que le monde ait jamais connues. À son apogée, au début du Xe siècle, on pense qu'elle abritait près d'un million de personnes.

À l'époque, Gyeongju s'appelait Sorabol, ce qui en coréen signifie "capitale", le centre du royaume de Silla qui a duré près d'un millénaire de 57 avant notre ère à 935 de notre ère. Initialement pas plus qu'une ville, Gyeongju a commencé à devenir un grand centre urbain au 7ème siècle, avec des efforts déployés pour reproduire l'urbanisme sophistiqué de Chang'an (maintenant connu sous le nom de Xi'an), qui était alors la plus grande ville du monde . Lorsque la Corée a été unifiée par le royaume de Silla en 668 de notre ère, Gyeongju a reçu un élan majeur pour son économie et sa population. Le commerce affluait vers Gyeongju en provenance du Japon, de la Chine et du Moyen-Orient.

DESSUS: Lanternes ornementales et sculptures à Gyeongju.

Local artisans learned from the techniques used to create the then luxury products coming from overseas, leading to a boom in religious art. Buddhism arrived in Gyeongju in the 5th century and the city, to this day, is one of the richest troves of ancient Buddhist art and architecture on the planet – so much so that in 2000 the Gyeongju Historic Areas were listed as a UNESCO World Heritage site. These areas together boast 52 designated cultural assets including the commanding Bulguksa, a revered Buddhist temple, and the Seokguram Grotto, a Buddhist shrine in a hillside cave.

Dating back more than 1,200 years, Bulguksa has been damaged and rebuilt many times over and is now in an immaculately-restored condition. Spread across a large, landscaped site embellished by dense forest, stone arched bridges, and decorative ponds, the temple boasts picturesque grounds. This cluster of colorful wooden buildings, built atop raised stone terraces, include the Vairocana Buddha Hall, the Hall of Great Enlightenment, and the Hall of Supreme Bliss.

ABOVE: Gyeongju fall foliage.

They blend into this natural setting and visitors are free to wander throughout most of this gorgeous complex. Within the grounds of Bulguksa are no less than eight National Treasures of Korea, including Seokgatap Pagoda, Dabotap Pagoda, Chilbo-gyo, Yeonhwa-gyo, Cheongun-gyo and Baegun-gyo bridges, the Golden Seated Vairocana Buddhist figure, and Seokguram Grotto.

The latter of these treasures is just as extraordinary as Bulguksa. Built into the slope of Mount Toham in the 8th century, Seokguram is a cave shrine which contains some of the most unique pieces of Buddhist art in Korea. Dominating this shrine is a 3.5-metre tall stone carved statue of the Sakyamuni Buddha sitting looking out to sea. Surrounding it on the walls of the grotto are sculptures of more than 40 Buddhist gods and disciples, carved with a remarkable degree of detail.

ABOVE: Roof architecture in Gyeongju.

EXPLORE MORE

The two biggest attractions of Gyeongju, Bulguksa and Seokguram are located in Gyeongju National Park, about 15km south-east of the city center. There also are a host of ancient sites closer to the downtown area. In Namsan, in the city’s south, are the remains of Poseokjeong Pavilion, Cheollyongsaji Three-story Stone Pagoda, Chilbulam Maae Stone Buddha and Bulgok Seated Stone Buddha, each of which date back to the Silla Kingdom.

Not far from there, in the Wolseong area, is the site of a palace from the Silla era. The most significant remnants there are Cheomseongdae, a stone observatory from the 7th century, and the site of Donggung Palace, which once was one of the most magnificent structures in all of Asia.

Scattered across the rest of Gyeongju are many Royal tombs, and remains of fortresses, temples and pagodas. There are so many historic sites in this city form the Silla era that to attempt to list them all would be folly. Trying to visit them all, meanwhile, would take weeks. Fortunately, the tale of the Silla Kingdom is told with great detail at Gyeongju’s wonderful National Museum. This well-organized facility is home to hundreds of cultural artefacts from the Silla Kingdom. It is a great place to start your visit to Gyeongju. Once you have an overview of the phenomenal backstory of this city you will be better placed to decide just which of its endless ancient sites to visit. Gyeongju is dense with history.


Ancient Korean history is still alive in Gyeongju

King Munmu, the 30th king of Silla
He succeeded King Taejong Muyeol, and unified the three kingdoms. He defeated the Tang forces, and laid a foundation for the prosperity of the unified Silla.

“When I die, take my ashes to the East Sea. I will become a dragon and protect Silla against Japanese raiders!”
- King Munmu’s will

According to his will, an internationally unprecedented underwater royal tomb came to existence in the waters off Gampo, Gyeongju. It is ‘the Underwater Tomb of King Munmu.’

The country whose king wished to protect it even after his death

Silla was ‘a millennium kingdom’ that achieved the cultural unification of the three kingdoms, Goguryeo, Baekje, and Silla. Gyeongju is a historic city that has preserved Silla’s culture, relics, and soul.

It is a rare city that has 1000 years of history as a capital of a country. The entire city is like an ancient history museum of Korea.

Gyeongju
Named as one of the 10 most important historic sites by UNESCO in 1979
Introduced in UNESCO’s World Heritage Series
The entire city is registered as a UNESCO World Cultural Heritage with 5 main areas.

Gyeongju fascinates its visitors with its rich cultural and historical assets.


The pinnacle of Eastern Buddhist art

There is no comparison to this masterpiece in the East.
- Sekino Tadashi, Japanese art historian and architect

Common materials used in the world’s famous architectures:
Soft and more amenable limestone or soil

However, the Seokguram Grotto used something different that surprised the world:
‘Granite’ Silla’s sculptors created this soft and exquisite artwork by finely cutting tough granite. The Buddha statue in Seokguram has attracted high praise internationally.

“The niches were created like weaving silk with stone.”

Ideal proportions and symmetry
Face: chest: shoulder: knee = 1:2:3:4

There is a round dot in the middle of his forehead. This dot was sculpted multi-dimensionally in order to reflect sunlight to the foreheads of the eleven-faced Avalokitesvara Bodhisattva, the Bodhisattva of Compassion, in the rear.

Such design maximizes lighting effects in the grotto, which attests to Silla’s advanced technology. It reveals the height of Silla’s technology that even modern technology cannot reproduce. Seokguram is evidence of the level of Silla’s technology and the essence of its art.

The zenith of an outstanding combination of science, art, and religion
Designated as a UNESCO World Cultural Heritage in 1995

There is no other temple in the East that reveals better techniques in carving stone and interlocking wood than this one. – Memorabilia of the Three Kingdoms

Bulguksa has preserved Korea’s rich Buddhist cultural heritage until today.

Delicate and magnificent temple
‘Bulguksa Temple’

There are two pagodas that represent the Bulguksa Temple.

Perfect proportion and balance
Simple and dignified grace

The perfect symmetry and stability were the result of careful calculations. It was designed to create an ascending optical illusion.

Dabotap pagoda
Individual stones were assembled perfectly with no use of adhesive. Exact symmetrical balance and exquisite decorations. Seokgatap and Dabotap pagodas are the products of the combination of Silla’s Buddhism, technology, and artistic soul. The world cultural heritage of Bulguksa hosts both of these two pagodas.

Cheomseongdae,the world’s oldest observatory

Cheomseongdae presents a great harmony of straight lines and curves.

It is composed of 362 stone pieces, representing the days of a lunar year, and a square-shaped upper stone that points to the directions of east, west, south and north. Cheomseongdae reflects the wisdom of the Silla people, who attempted to use the knowledge gained from observing astronomical changes. Silla’s advanced scientific knowledge was integrated into the construction of Cheomseongdae.

Silla tombs
The treasure houses of Silla’s millennium history

Geumgwanchong, Geumnyeongchong, Seobongchong,
Cheonmachong, and Hwangnamdaechong tombs

23 tombs of Silla’s kings, queens and nobility

The tombs contained invaluable artifacts that show life during Silla.
Golden crowns, Cheonmado (painting of a heavenly horse), glasses, and pottery

Old tomb parks are like time capsules that bring visitors into the glorious Silla culture.
A golden crown of Silla, a country of golden artwork
The Silk Road started in Europe and ended here.

Around 70% of the unearthed golden crowns in the world are concentrated in Korea. Korea is highly praised as a country of golden crowns.

Among all of them, Silla’s golden crowns are the most exquisite.

Beyond China, across Qansu, there is a country with many mountains and an abundant of gold, called Shilla. Muslims who happen to go there are fascinated by the good environment and tend to settle there for good and do not think of leaving the place.
- Kitabu’l Masalik wa’l Mamalik (Ibn Khurdadhibah, Arabic geographer)

The reputation of Silla’s golden culture spread even to the Arab world. The result of the advanced golden culture was the golden crowns of Silla.

Namsan Mountain
The place to experience Silla’s spirits
Namsan Mountain was the realization of Buddha’s land that the Silla people had longed for.

147 temple sits
13 royal tombs
118 Buddha statues
96 pagodas

13 national treasures
13 historical sites
Namsan Mountain in Gyeongju is called the outdoor museum of Silla.

Throughout Gyeongju, there remain many Buddha statues from Silla’s 1000 years of history.

Na-eul Shrine and Namsanseong Fortress
The historic sites where many important events occurred during Silla
Mt. Namsan in Gyeongju witnessed everything throughout Silla history.

Manpasikjeok Flute
A legendary flute that reflected Silla’s wishes for peace
According to a legend, the sound of this flute would resolve all the worries and concerns of the country and the people.

The legend shows what the Silla people desired the most.
‘Peace’

This flute delivers the Silla people’s old wish to us.

Can you hear this flute’s sound?

The country whose king wished to protect it even after his death
Silla

The beginning and the end of Silla’s millennium history
The Eastern end of the Silk Road

Long live Silla
Home of the millennium kingdom, Gyeongju

Gyeongju holds a collection of Silla’s history, science, culture and art.
Gyeongju is a time-honored fascinating city with over 200 cultural assets.
This city will take you to the glorious past of Silla.

Are you interested in a trip to Gyeongju?
VANK members are here for you.
We will take you through the culture and history of Silla.

The flute of hope, Manpasikjeok
In Gyeongju, you will hear the resonant sound of Manpasikjeok.


Contenu

India began a tradition of carving the image of Buddha in stone, holy images, and stupas into the cliff walls and natural caves. This practice was transferred to China and then Korea. The geology of the Korean Peninsula, which contains an abundance of hard granite, is not conducive to carving stone images into cliff walls. Seokguram is an artificial grotto made from granite and is unique in design. The small size of the grotto indicates that it was probably used exclusively by the Silla royalty.

The grotto is symbolic of a spiritual journey into Nirvana. Pilgrims were to start at Bulguksa or at the foot Mt. Tohamsan, a holy mountain to the Silla. There was a fountain at the entrance of the shrine where pilgrims could refresh themselves. Inside the grotto, the antechamber and corridor represented the earth while the rotunda represented heaven.

The basic layout of the grotto includes an arched entrance which leads into a rectangular antechamber and then a narrow corridor, which is lined with bas-reliefs, and then finally leads into the main rotunda. The centerpiece of the granite sanctuary is a Buddha statue seated in the main chamber. The identity of the Buddha is still debated. The Buddha is seated on a lotus throne with legs crossed. The Buddha has a serene expression of meditation. The Buddha is surrounded by fifteen panels of bodhisattvas, arhats and ancient Indian gods in the rotunda and is accompanied by ten statues in niches along the rotunda wall. The main hall of Seokguram houses a Bojon statue Bodhisattva and his disciples. Forty different figures representing Buddhist principles and teachings are in the grotto. The grotto was built around these statues in order to protect them from weathering. The ceiling of the Seokguram grotto is decorated with half moons, the top is decorated with a lotus flower. Silla architects used symmetry and apparently employed the concept of the golden rectangle.

The grotto is shaped by hundreds of different granite stones. There was no mortar used and the structure was held together by stone rivets. The construction of the grotto also utilized natural ventilation. The dome of the rotunda is 6.84 meters to 6.58 meters in diameter.

Sculpture within the grotto

The main Buddha is a highly regarded piece of Buddhist art. It is 3.5 meters in height and sits on a 1.34 meter tall lotus pedestal. The Buddha is realistic in form and probably represents the Seokgamoni Buddha, the historic Buddha at the moment of enlightenment. The position of the Buddha's hands symbolizes witnessing the enlightenment. The Buddha has an usnisa, a symbol of the wisdom of the Buddha. The drapery on the Buddha, such as the fan-shaped folds at the crossed-legs of the Buddha, exemplifies Korean interpretations of Indian prototypes. Unlike other Buddhas that have a halo attached to the back of the head, the Buddha at Seokguram creates the illusion of a halo by placing a granite roundel carved with lotus petals at the back wall of the rotunda. The pedestal is made of three parts the top and bottom are carved with lotus petals while the central shaft consists of eight pillars.

Accompanying the main Buddha, in relief, are three bodhisattvas, ten disciples, and two Hindu gods along the wall of the rotunda. Ten statues of bodhisattvas, saints, and the faithful are located in niches above the bas-reliefs. The ten disciples were disciples of Seokgamoni and are lined five on each side of the Avalokitesvara. Their features suggest a Greek influence. The two bodhisattvas are of Manjusri and Samantabhadra. The two Hindu gods are Brahma and Indra.

The Four Heavenly Kings guard the corridor. There are also images of Vajrapanis, which are guardian figures and they are on the walls of the entrance to the corridor, in the antechamber. Eight Guardian Deities adorn the antechamber.

Another notable figure is the Eleven-faced Avalokitesvara, the Bodhisattva of Compassion. It is on the back wall of the rotunda and stands 2.18 meters in height. This figure is the only one of the bas-reliefs facing forward, the others face the side. The Avalokitesvara wears a crown, is dressed in robes and jewelry and holds a vase containing a lotus blossom.

Two statues from the niches and a marble pagoda that was believed to have stood in front of the Avalokitesvara are missing from the grotto and are believed to have been looted by the Japanese.


Gyeongju, South Korea

My first visit to Gyeongju, South Korea was in September 2003 when I first came to South Korea. The Korean head teacher of my elementary and middle school academy took my co-worker David Miretti (who I still keep in contact with) and myself to the two most famous places in Gyeongju: Bulguksa (Bulguk Temple) and Seokguram. Seokguram is a grotto that is a part of the Bulguksa complex, that holds a stone Buddha statue.

Bulguksa is located on the slopes of Mt. Toham in North Gyeongsang province in the city of Gyeongju. It's considered to be the masterpiece of Buddhist art in the Silla Kingdom. The history is a long one. In 528, King Beopheung built a small temple on this site. However, according to Samguk Yusa records, the current temple began to be built under King Gyeongdeok in 751. The prime minister at the time was led by Kim Daeseong in order to pacify his parents. The temple was completed in 774 after Kim's death and was later named Bulguksa (The Temple of the Buddha Land).

I loved the bridge leading to the temple. It's called Sokgyemun.

The temple went through renovations during two Dynasty periods (Goryeo and Joseon). During the Imjin Wars (1592-1598 Japanese invasions of Korea), the wooden buildings were burned to the ground. After 1604, reconstruction and expansion of Bulguksa started, followed by 40 renovations until 1805.

After World War II and the Korean War, a partial restoration was conducted in 1966. President Park Chung Hee ordered a major restoration of Bulguksa between 1969 and 1973 after an extensive archeological investigation.

Bulguksa and Seokguram were added to the UNESCO World Heritage List in 1995.

My second visit came this month as I went to Gyeongju to do a project for the Hotel Hyundai in Gyeongju to help promote their hotel on my blog as well as on Instagram. I also wrote a review for them on Trip Advisor. My wife's brother-in-law drove and thankfully he did. Gyeongju is not easy to get around without a car. You can get a bus to Bulguksa with no problem and you can take the bus to Seokguram but that task might be a bit more difficult. This will be mentioned later.

Bulguksa Temple

Comparing my first visit to Gyeongju in 2003, I didn't see any major differences except for a lot more cafes as we were driving along the way to our hotel. There were a few more restaurants but not a whole lot. I'm happy to see that Korea hasn't done anything to ruin Gyeongju's charm. Of course back then there wasn't an amusement park but overall Bulguksa and Seokguram look exactly the same as when I saw them in 2003 and that's a great thing!

The two towers that haven't changed at all are Dabotap and Seokatap. They are structures that were both created in the Silla Dynasty. Despite them having a different appearance from each other, they have relatively the same height and are both made of stylobate to create a proportional and balanced look of the temple. You can see them here.

Dabotap
Seokatap
We then drove to Seokguram, which was a bit of a challenge as I alluded to earlier. The road to Seokguram is winding and I couldn't imagine experiencing that on a crowded bus if I had to stand. Just beware of this if you make a trip to Seokguram. I had some motion sickness because of the crazy winding roads, so I made sure to get some fresh air and keep looking out the window! But once we got there, it was worth it. At least I thought so. My wife's brother-in-law expected much more, so don't set your expectations too high!

As you walk along this quiet path for about 10 minutes you might encounter at least three squirrels along the way as I did! It was nice to just enjoy the nature and the true feel of real Korea.

Then you arrive at the main complex of Seokguram. However, you need to climb up some stairs to get there now. I especially loved the lanterns during the season of Buddha's Birthday (May 3rd).

Here's my wife with her sister and brother-in-law as we start to make the climb up to the Seokguram Grotto..

My lovely wife with her sister and brother-in-law a few steps ahead of us

Once you get to the top, you find the grotto that holds the Bonjonbul figure of Buddha which is 3.3 meters in height and 2.7 meters in width. You can't take pictures of it once you're inside unfortunately but here is a pic that I found from a tourism site of Korea. It is an artificial stone Buddha made of granite. As mentioned earlier, the construction started by King Dae-Seong in 751 and finished in 774 by King Hye Gong.

Not only will you see the Bonjun Statue as you walk into the grotto, but you'll also see the Bodhi-sattva, and his disciples. The statue has a generous smile and is engraved with a lotus flower design. The ceiling is half-moon shaped and has a lotus flower designed cover on it.


Voir la vidéo: Korean CultureSeokguram Grotto, One of the Greatest Pieces of Architecture in the World


Commentaires:

  1. Daira

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous admettez l'erreur. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi en MP.

  2. Faekazahn

    Je pense que vous n'avez pas raison. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.

  3. Kyland

    Confidentiel, mon avis est alors évident. Je vous recommande de trouver la réponse à votre question sur google.com

  4. Bek

    Je crois que vous vous trompez. Discutons.

  5. Kajijinn

    Et j'ai rencontré ça. Nous pouvons communiquer sur ce thème.



Écrire un message