Président de la Fédération de Russie - Histoire

Président de la Fédération de Russie - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Boris Eltsine a été élu président de la Fédération de Russie. L'élection a fait d'Eltsine le plus haut fonctionnaire directement élu par le peuple russe et l'a ainsi placé sur un statut égal à celui de Gorbatchev qui n'avait jamais été élu.

Biographie de Vladimir Poutine : d'agent du KGB à président russe

Vladimir Poutine est un homme politique russe et ancien officier du renseignement du KGB, actuellement président de la Russie. Élu pour son actuel et quatrième mandat présidentiel en mai 2018, Poutine a dirigé la Fédération de Russie en tant que Premier ministre, président par intérim ou président depuis 1999. Longtemps considéré comme l'égal du président des États-Unis en détenant l'un des plus grands fonctions publiques puissantes, Poutine a exercé agressivement l'influence et la politique politique de la Russie dans le monde.

Faits saillants : Vladimir Pouton

  • Nom complet : Vladimir Vladimirovitch Poutine
  • Né : 7 octobre 1952, Leningrad, Union soviétique (aujourd'hui Saint-Pétersbourg, Russie)
  • Noms des parents : Maria Ivanovna Shelomova et Vladimir Spiridonovich Poutine
  • Conjoint : Lyudmila Poutina (mariée en 1983, divorcée en 2014)
  • Enfants : Deux filles Mariya Putina et Yekaterina Putina
  • Éducation : Université d'État de Léningrad
  • Connu pour : Premier ministre russe et président par intérim de la Russie, 1999 à 2000 Président de la Russie 2000 à 2008 et 2012 à l'actuel Premier ministre russe 2008 à 2012.

Début de carrière

Poutine a étudié le droit à l'Université d'État de Leningrad, où son tuteur était Anatoly Sobchak, plus tard l'un des principaux politiciens réformateurs de la période de la perestroïka. Poutine a servi 15 ans en tant qu'officier du renseignement étranger pour le KGB (Comité pour la sécurité de l'État), dont six ans à Dresde, en Allemagne de l'Est. En 1990, il a pris sa retraite du service actif du KGB avec le grade de lieutenant-colonel et est retourné en Russie pour devenir prorecteur de l'Université d'État de Leningrad avec la responsabilité des relations extérieures de l'institution. Peu de temps après, Poutine est devenu conseiller de Sobchak, le premier maire démocratiquement élu de Saint-Pétersbourg. Il a rapidement gagné la confiance de Sobchak et est devenu connu pour sa capacité à faire avancer les choses en 1994, il était devenu premier adjoint au maire.

En 1996, Poutine s'installe à Moscou, où il rejoint l'état-major présidentiel en tant qu'adjoint de Pavel Borodine, l'administrateur en chef du Kremlin. Poutine s'est rapproché de son compatriote Leningrader Anatoly Chubais et a gravi les échelons dans des postes administratifs. En juillet 1998 Prés. Boris Eltsine a nommé Poutine directeur du Service fédéral de sécurité (FSB, successeur national du KGB), et peu de temps après, il est devenu secrétaire de l'influent Conseil de sécurité. Eltsine, qui cherchait un héritier pour assumer son rôle, a nommé Poutine Premier ministre en 1999.

Bien qu'il soit pratiquement inconnu, les cotes d'approbation publique de Poutine ont grimpé en flèche lorsqu'il a lancé une opération militaire bien organisée contre les rebelles sécessionnistes en Tchétchénie. Fatigué par des années de comportement erratique d'Eltsine, le public russe a apprécié le sang-froid et la détermination de Poutine sous pression. Le soutien de Poutine à un nouveau bloc électoral, l'Unité, a assuré son succès aux élections législatives de décembre.


Boris Eltsine&# x2019s retour politique et l'effondrement de l'Union soviétique

Après avoir été exilé à un poste relativement obscur dans la bureaucratie de la construction, Eltsine a commencé son retour politique en 1989 en remportant l'élection d'un nouveau parlement soviétique avec près de 90 % des voix. L'année suivante, il a remporté une victoire écrasante similaire dans une course pour la Russie&# x2019s parlement, est devenu son président et a ensuite renoncé à son adhésion au Parti communiste. Avec son élan, Eltsine a commencé à appeler à la démission de Gorbatchev&# x2019. Il s'est également soumis aux élections présidentielles russes, remportant 59 % des voix en juin 1991, contre seulement 18 % pour son plus proche concurrent.

Eltsine&# x2019s la stature a encore augmenté en août 1991 lorsqu'il a grimpé au sommet d'un réservoir pour dénoncer une tentative de coup d'État contre son rival Gorbatchev. Le coup d'État, dirigé par des responsables soviétiques conservateurs, a échoué au bout de trois jours. Immédiatement après, Eltsine a entrepris de démanteler le Parti communiste, et les 15 républiques de l'Union soviétique&# x2019 ont décidé de garantir leur indépendance. Gorbatchev, qui avec son programme &# x201Cperestroïka&# x201D et &# x201Cglasnost&# x201D avait espéré changer mais pas détruire l'Union soviétique, a démissionné le 25 décembre 1991. Six jours plus tard, l'Union soviétique a été officiellement dissoute et remplacée par un pays politiquement faible. Communauté d'États indépendants qu'Eltsine avait établie avec ses homologues en Ukraine et en Biélorussie.


Troisième mandat à la présidence

Le 4 mars 2012, Vladimir Poutine a été réélu pour son troisième mandat en tant que président. Après de nombreuses protestations et allégations de fraude électorale, il a été investi le 7 mai 2012 et peu de temps après son entrée en fonction, il a nommé Medvedev Premier ministre. Une fois de plus à la barre, Poutine a continué d'apporter des changements controversés aux affaires intérieures et à la politique étrangère de la Russie.  

En décembre 2012, Poutine a signé une loi interdisant l'adoption américaine d'enfants russes. Selon Poutine, la législation qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2013 visait à faciliter l'adoption par les Russes d'orphelins autochtones. Cependant, l'interdiction de l'adoption a suscité une controverse internationale, laissant près de 50 enfants russes — qui étaient en phase finale d'adoption avec des citoyens américains au moment où Poutine a signé la loi — dans les limbes juridiques.

Poutine a encore tendu les relations avec les États-Unis l'année suivante lorsqu'il a accordé l'asile à Edward Snowden, qui est recherché par les États-Unis pour avoir divulgué des informations classifiées de la National Security Agency. En réponse aux actions de Poutine&aposs, U.S. Le président Barack Obama a annulé une réunion prévue avec Poutine en août.  

À cette époque, Poutine a également bouleversé de nombreuses personnes avec ses nouvelles lois anti-gays. Il a interdit aux couples homosexuels d'adopter en Russie et a interdit la propagande des relations sexuelles « non traditionnelles » auprès des mineurs. La législation a conduit à une protestation internationale généralisée.


Contenu

Le nom Russie est dérivé de Rus', un état médiéval peuplé principalement par les Slaves de l'Est. Cependant, ce nom propre est devenu plus important dans l'histoire ultérieure, et le pays était généralement appelé par ses habitants "Русская земля" (Russkaïa zemlya), qui peut être traduit par « terre russe » ou « terre de Rus ». Afin de distinguer cet état des autres états qui en dérivent, il est noté Rus de Kiev par l'historiographie moderne. Le nom Rus' lui-même vient des premiers habitants de la Rus médiévale et des marchands et guerriers suédois [12] [13] qui ont déménagé de l'autre côté de la mer Baltique et ont fondé un État centré sur Novgorod qui est devenu plus tard la Russie de Kiev.

Une ancienne version latine du nom Rus' était Ruthénie, principalement appliquée aux régions occidentales et méridionales de Rus' qui étaient adjacentes à l'Europe catholique. Le nom actuel du pays, Россия (Rossiya), vient de la désignation grecque byzantine de la Rus', Ρωσσία Rossia— épelé Ρωσία (Rosia prononcé [roˈsia] ) en grec moderne. [14]

La façon standard de se référer aux citoyens de la Russie est "Russes" en anglais. [15] Il y a deux mots en russe qui sont communément traduits en anglais par " Russes " - l'un est " русские " (russkie), qui se réfère le plus souvent aux Russes ethniques—et l'autre est « россияне » (rossiyane), qui fait référence aux citoyens de la Russie, quelle que soit leur origine ethnique. [16]

Histoire ancienne

L'un des premiers ossements humains modernes de plus de 40 000 ans a été trouvé dans le sud de la Russie, dans les villages de Kostyonki et Borshchyovo situés sur les rives de la rivière Don. [17] [18]

Le pastoralisme nomade s'est développé dans la steppe pontique-caspienne à partir du Chalcolithique. [19] Les vestiges de ces civilisations de steppe ont été découverts dans des endroits tels qu'Ipatovo, [19] Sintashta, [20] Arkaim, [21] et Pazyryk, [22] qui portent les premières traces connues de chevaux en guerre. Dans l'antiquité classique, la steppe pontique-caspienne était connue sous le nom de Scythie. [23]

À partir du VIIIe siècle av. [24]

Aux IIIe et IVe siècles de notre ère, le royaume gothique d'Oium existait dans le sud de la Russie, qui fut plus tard envahi par les Huns. Entre le IIIe et le VIe siècle de notre ère, le royaume du Bosphore, qui était un régime hellénistique qui a succédé aux colonies grecques, [25] a également été submergé par des invasions nomades dirigées par des tribus guerrières telles que les Huns et les Avars eurasiens. [26] Les Khazars, d'origine turque, ont régné sur les steppes du bassin inférieur de la Volga entre la mer Caspienne et la mer Noire jusqu'au 10ème siècle. [27]

Les ancêtres des Russes modernes sont les tribus slaves, dont certains érudits pensent que le foyer d'origine était les zones boisées des marais de Pinsk, l'une des plus grandes zones humides d'Europe. [28] Les Slaves de l'Est s'installèrent progressivement en Russie occidentale en deux vagues : l'une se déplaçant de Kiev vers Suzdal et Mourom d'aujourd'hui et une autre de Polotsk vers Novgorod et Rostov. À partir du VIIe siècle, les Slaves de l'Est constituaient l'essentiel de la population de la Russie occidentale [29] et assimilaient lentement mais pacifiquement les peuples finno-ougriens indigènes, y compris les Merya, [30] les Mouromians, [31] et les Meshchera . [32]

Rus de Kiev

L'établissement des premiers États slaves de l'Est au IXe siècle a coïncidé avec l'arrivée de Varègues, les Vikings qui s'aventuraient le long des voies navigables s'étendant de la Baltique orientale à la mer Noire et à la mer Caspienne. [33] Selon le Chronique primaire, un Varègue du peuple Rus, nommé Rurik, fut élu souverain de Novgorod en 862. En 882, son successeur Oleg s'aventura vers le sud et conquit Kiev, [34] qui payait auparavant tribut aux Khazars. Oleg, le fils de Rurik, Igor et le fils d'Igor, Sviatoslav, soumettent ensuite toutes les tribus slaves orientales locales à la domination de Kiev, détruisent le Khazar Khaganate et lancent plusieurs expéditions militaires à Byzance et en Perse.

Du Xe au XIe siècle, la Russie kiévienne est devenue l'un des États les plus grands et les plus prospères d'Europe. [35] Les règnes de Vladimir le Grand (980-1015) et de son fils Yaroslav le Sage (1019-1054) constituent l'âge d'or de Kiev, qui a vu l'acceptation du christianisme orthodoxe de Byzance et la création du premier écrit slave oriental. code juridique, le Russkaïa Pravda.

Aux XIe et XIIe siècles, les incursions constantes des tribus turques nomades, telles que les Kipchaks et les Pechenegs, ont provoqué une migration massive des populations slaves orientales vers les régions plus sûres et densément boisées du nord, en particulier vers la zone connue sous le nom de Zalesye [ 36] qui a conduit à se mêler aux tribus finnoises indigènes de la Volga. [37] [38]

L'ère du féodalisme et de la décentralisation était arrivée, marquée par des luttes internes constantes entre les membres de la dynastie Rurikid qui gouvernaient collectivement la Kievan Rus. La domination de Kiev s'est affaiblie, au profit de Vladimir-Suzdal au nord-est, de la République de Novgorod au nord-ouest et de la Galicie-Volhynie au sud-ouest.

Finalement, Kievan Rus s'est désintégré, le coup final étant l'invasion mongole de 1237-1240, [39] qui a entraîné la destruction de Kiev, [40] et la mort d'environ la moitié de la population de Rus'. [41] Les envahisseurs, plus tard connus sous le nom de Tatars, formèrent l'état de la Horde d'Or, qui pilla les principautés russes et régna sur les étendues méridionales et centrales de la Russie pendant plus de deux siècles. [42]

La Galicie-Volhynie a finalement été assimilée par le Royaume de Pologne, tandis que la République de Novgorod et Vladimir-Suzdal, dominé par les Mongols, deux régions à la périphérie de Kiev, ont jeté les bases de la nation russe moderne. [38] La République de Novgorod a échappé à l'occupation mongole et, avec Pskov, a conservé un certain degré d'autonomie à l'époque du joug mongol, ils ont été largement épargnés des atrocités qui ont affecté le reste du pays. Dirigés par le prince Alexandre Nevski, les Novgorodiens ont repoussé les envahisseurs suédois lors de la bataille de la Neva en 1240, ainsi que les croisés germaniques lors de la bataille de la glace en 1242.

Grand-Duché de Moscou

L'État le plus puissant à avoir finalement surgi après la destruction de la Russie kiévienne était le Grand-Duché de Moscou, initialement une partie de Vladimir-Suzdal. Alors qu'elle était encore sous le domaine des Mongols-Tatars et avec leur connivence, Moscou a commencé à affirmer son influence dans la Rus' centrale au début du 14ème siècle, devenant progressivement la force motrice dans le processus de réunification et d'expansion des terres de la Rus' Russie. [43] Le dernier rival de Moscou, la République de Novgorod, a prospéré en tant que centre principal du commerce des fourrures et port le plus à l'est de la Ligue hanséatique.

Les temps sont restés difficiles, avec de fréquents raids mongols-tatares. L'agriculture a souffert dès le début du petit âge glaciaire. Comme dans le reste de l'Europe, la peste était fréquente entre 1350 et 1490. [44] Cependant, en raison de la faible densité de population et d'une meilleure hygiène - pratique répandue du banya, un bain de vapeur humide - le taux de mortalité par peste n'était pas aussi élevé. sévère comme en Europe occidentale, [45] et les nombres de population récupérés par 1500. [44]

Dirigée par le prince Dmitri Donskoï de Moscou et aidée par l'Église orthodoxe russe, l'armée unie des principautés russes a infligé une défaite décisive aux Mongols-Tatars lors de la bataille de Koulikovo en 1380. [46] Moscou a progressivement absorbé les principautés environnantes, y compris autrefois de puissants rivaux tels que Tver et Novgorod.

Ivan III ("le Grand") se débarrassa finalement du contrôle de la Horde d'Or et consolida l'ensemble de la Russie centrale et septentrionale sous la domination de Moscou. [47] Il fut aussi le premier à prendre le titre de « Grand-duc de toutes les Russies ». Après la chute de Constantinople en 1453, Moscou revendique la succession à l'héritage de l'Empire romain d'Orient. Ivan III a épousé Sophia Palaiologina, la nièce du dernier empereur byzantin Constantin XI, et a fait de l'aigle à deux têtes byzantin son propre blason, puis celui de la Russie. [48]

Tsarisme de Russie

Dans le développement des idées de la Troisième Rome, le Grand-Duc Ivan IV (le "Terrible") a été officiellement couronné premier Tsar de Russie en 1547. [47] Le Tsar promulgua un nouveau code de lois (Sudebnik de 1550), institua le premier organe représentatif féodal russe (Zemsky Sobor) et introduisit l'autogestion locale dans les régions rurales. [49]

Au cours de son long règne, Ivan le Terrible a presque doublé le territoire russe déjà vaste en annexant les trois khanats tatars (parties de la Horde d'or désintégrée) : Kazan et Astrakhan le long de la Volga, et le khanat de Sibérie dans le sud-ouest de la Sibérie. [47] Ainsi, à la fin du XVIe siècle, la Russie s'est étendue en Asie et s'est transformée en un État transcontinental. [50]

Cependant, le tsarisme a été affaibli par la longue et infructueuse guerre de Livonie contre la coalition de la Pologne, de la Lituanie et de la Suède pour l'accès à la côte baltique et le commerce maritime. [51] En même temps, les Tatars du Khanat de Crimée, le seul successeur restant de la Horde d'Or, ont continué à attaquer la Russie du Sud. [52] Dans un effort pour restaurer les khanats de la Volga, les Criméens et leurs alliés ottomans ont envahi la Russie centrale et ont même pu brûler des parties de Moscou en 1571. [53] Mais l'année suivante, la grande armée d'invasion a été complètement vaincue par les Russes dans la bataille de Molodi, éliminant à jamais la menace d'une expansion ottomane-criminelle en Russie. [54] Les raids d'esclaves de Crimée, cependant, n'ont pas cessé jusqu'à la fin du 17ème siècle bien que la construction de nouvelles lignes de fortification à travers la Russie du Sud, comme la Grande Ligne Abatis, ait constamment rétréci la zone accessible aux incursions. [55]

La mort des fils d'Ivan a marqué la fin de l'ancienne dynastie Rurik en 1598 et, combinée à la famine de 1601-1603, a entraîné une guerre civile, le règne des prétendants et une intervention étrangère pendant la période des troubles au début du 17e siècle. [56] Le Commonwealth polono-lituanien a occupé des parties de la Russie, s'étendant même jusqu'à Moscou. [57] En 1612, les Polonais ont été contraints de battre en retraite par le corps de volontaires russes, dirigé par deux héros nationaux, le marchand Kuzma Minin et le prince Dmitry Pozharsky. [58] La dynastie Romanov accéda au trône en 1613 par décision de Zemsky Sobor et le pays commença sa récupération progressive de la crise. [59]

La Russie a poursuivi sa croissance territoriale jusqu'au 17ème siècle, qui était l'âge des Cosaques. En 1648, les paysans d'Ukraine rejoignirent les Cosaques zaporojies en rébellion contre la Pologne-Lituanie lors du soulèvement de Khmelnytsky en réaction à l'oppression sociale et religieuse qu'ils subissaient sous la domination polonaise. [60] En 1654, le leader ukrainien, Bohdan Khmelnytsky, a proposé de placer l'Ukraine sous la protection du tsar russe, Alexeï I. [61] L'acceptation par Aleksey de cette offre a conduit à une autre guerre russo-polonaise. Enfin, l'Ukraine s'est scindée le long du fleuve Dniepr, laissant la partie occidentale, la rive droite de l'Ukraine, sous domination polonaise et la partie orientale (Ukraine rive gauche et Kiev) sous domination russe. Plus tard, en 1670-1671, les Cosaques du Don dirigés par Stenka Razin ont lancé un soulèvement majeur dans la région de la Volga, mais les troupes du tsar ont réussi à vaincre les rebelles. [62]

À l'est, l'exploration et la colonisation rapides des vastes territoires de la Sibérie par les Russes ont été menées principalement par les Cosaques chassant les fourrures et l'ivoire de valeur. Les explorateurs russes ont poussé vers l'est principalement le long des routes fluviales sibériennes, et au milieu du XVIIe siècle, il y avait des colonies russes en Sibérie orientale, sur la péninsule de Chukchi, le long du fleuve Amour et sur la côte du Pacifique. En 1648, Fedot Popov et Semyon Dezhnyov, deux explorateurs russes, découvrirent le détroit de Béring et devinrent les premiers Européens à naviguer vers l'Amérique du Nord. [63]

Russie impériale

Sous Pierre le Grand, la Russie fut proclamée Empire en 1721 et devint l'une des grandes puissances européennes. 64 L'accès de la Russie à la mer et au commerce maritime. [65] En 1703, sur la mer Baltique, Pierre fonde Saint-Pétersbourg comme nouvelle capitale de la Russie. [66] Tout au long de son règne, des réformes radicales ont été faites, qui ont apporté d'importantes influences culturelles d'Europe occidentale à la Russie. [67]

Le règne d'Elizabeth, la fille de Pierre Ier, en 1741-1762, vit la Russie participer à la guerre de Sept Ans (1756-1763).Au cours de ce conflit, la Russie a annexé la Prusse orientale pendant un certain temps et a même pris Berlin. Cependant, à la mort d'Elizabeth, toutes ces conquêtes ont été rendues au royaume de Prusse par le pro-prussien Pierre III de Russie. [68]

Catherine II (« la Grande »), qui a régné en 1762-1796, a présidé le siècle des Lumières russes. [69] Elle a étendu le contrôle politique russe sur le Commonwealth polono-lituanien et a incorporé la plupart de ses territoires à la Russie pendant les Partitions de la Pologne, poussant la frontière russe vers l'ouest en Europe centrale. [69] Dans le sud, après les guerres russo-turques réussies contre l'Empire ottoman, Catherine a avancé la frontière de la Russie jusqu'à la mer Noire, en battant le Khanat de Crimée. [69] À la suite des victoires sur l'Iran Qajar à travers les guerres russo-persanes, d'ici la première moitié du XIXe siècle, la Russie a également réalisé des gains territoriaux importants en Transcaucasie et dans le Caucase du Nord. [70] [71] Le successeur de Catherine, son fils Paul, était instable et s'est concentré principalement sur les questions domestiques. Après son court règne, la stratégie de Catherine s'est poursuivie avec la conquête de la Finlande par Alexandre Ier (1801-1825) de la Suède affaiblie en 1809, [72] et de la Bessarabie aux Ottomans en 1812. [73] En Amérique du Nord, les Russes sont devenus les premiers Européens à atteindre et à coloniser l'Alaska. [74]

En 1803-1806, la première circumnavigation russe a été effectuée, suivie plus tard par d'autres voyages d'exploration maritime russes notables. En 1820, une expédition russe découvre le continent Antarctique. [75]

Dans des alliances avec divers autres pays européens, la Russie a combattu la France de Napoléon. L'invasion française de la Russie à l'apogée de la puissance de Napoléon en 1812 a atteint Moscou, mais a finalement échoué lamentablement car la résistance obstinée combinée à l'hiver russe extrêmement froid a conduit à une défaite désastreuse des envahisseurs, au cours de laquelle plus de 95% de la population La Grande Armée européenne périt. [76] Dirigée par Mikhail Kutuzov et Barclay de Tolly, l'armée impériale russe a chassé Napoléon du pays et a conduit à travers l'Europe dans la guerre de la Sixième Coalition, entrant finalement dans Paris. [77] Alexandre Ier contrôlait la délégation de la Russie au Congrès de Vienne, qui a défini la carte de l'Europe post-napoléonienne. [78]

Les officiers des guerres napoléoniennes ramènent avec eux les idées du libéralisme en Russie et tentent de restreindre les pouvoirs du tsar lors de l'échec de la révolte des décembristes de 1825. À la fin du règne conservateur de Nicolas I (1825-1855), une période d'apogée de La puissance et l'influence de la Russie en Europe ont été perturbées par la défaite de la guerre de Crimée. [79] Entre 1847 et 1851, environ un million de personnes sont mortes à travers le pays à cause du choléra asiatique. [80]

Le successeur de Nicolas Alexandre II (1855-1881) a promulgué des changements importants dans tout le pays, y compris la réforme d'émancipation de 1861. Ces réformes ont stimulé l'industrialisation et modernisé l'armée impériale russe, qui a libéré une grande partie des Balkans de la domination ottomane à la suite du 1877 –78 Guerre russo-turque. [81]

La fin du 19ème siècle a vu la montée de divers mouvements socialistes en Russie. Alexandre II est tué en 1881 par des terroristes révolutionnaires [82] et le règne de son fils Alexandre III (1881-1894) est moins libéral mais plus pacifique. Le dernier empereur russe, Nicolas II (1894-1917), n'a pas pu empêcher les événements de la révolution russe de 1905, déclenchés par l'échec de la guerre russo-japonaise et l'incident de démonstration connu sous le nom de Bloody Sunday. Le soulèvement a été réprimé, mais le gouvernement a été contraint de concéder des réformes majeures (Constitution russe de 1906), notamment l'octroi des libertés d'expression et de réunion, la légalisation des partis politiques et la création d'un organe législatif élu, la Douma d'État de l'Empire russe. La réforme agraire de Stolypine a entraîné une migration et une installation massives de paysans en Sibérie, et plus de quatre millions de colons sont arrivés dans la région entre 1906 et 1914. [83]

Révolution de février et République russe

En 1914, la Russie est entrée dans la Première Guerre mondiale en réponse à la déclaration de guerre de l'Autriche-Hongrie à l'alliée de la Russie, la Serbie [84] et a combattu sur plusieurs fronts tout en étant isolée de ses alliés de la Triple Entente. [85] En 1916, l'offensive Brusilov de l'armée impériale russe a presque complètement détruit l'armée austro-hongroise. [86] Cependant, la méfiance publique déjà existante à l'égard du régime a été aggravée par les coûts croissants de la guerre, les pertes élevées et les rumeurs de corruption et de trahison. Tout cela a formé le climat de la Révolution russe de 1917, réalisée en deux actes majeurs.

La révolution de février a forcé Nicolas II à abdiquer lui et sa famille ont été emprisonnés puis exécutés à Ekaterinbourg pendant la guerre civile russe. [87] La ​​monarchie a été remplacée par une coalition fragile de partis politiques qui s'est déclarée le gouvernement provisoire. [88] Le 1er septembre (14), 1917, sur un décret du gouvernement provisoire, la République russe a été proclamée. [89] Le 6 janvier (19) 1918, l'Assemblée constituante russe a déclaré la Russie une république fédérale démocratique (en ratifiant ainsi la décision du gouvernement provisoire). Le lendemain, l'Assemblée constituante a été dissoute par le Comité exécutif central panrusse.

Guerre civile russe

Un établissement socialiste alternatif coexistait, le Soviet de Petrograd, exerçant le pouvoir par l'intermédiaire de conseils démocratiquement élus d'ouvriers et de paysans, appelés Soviétiques. Le règne des nouvelles autorités n'a fait qu'aggraver la crise du pays au lieu de la résoudre. Finalement, la Révolution d'Octobre, dirigée par le leader bolchevique Vladimir Lénine, a renversé le gouvernement provisoire et a donné le plein pouvoir aux Soviétiques, conduisant à la création du premier État socialiste du monde.

Après la Révolution d'Octobre, la guerre civile russe a éclaté entre le mouvement blanc anticommuniste et le nouveau régime soviétique avec son Armée rouge. La Russie bolcheviste a perdu ses territoires ukrainiens, polonais, baltes et finlandais en signant le traité de Brest-Litovsk qui a conclu les hostilités avec les puissances centrales de la Première Guerre mondiale. Les puissances alliées ont lancé une intervention militaire infructueuse en soutien aux forces anticommunistes. Pendant ce temps, les bolcheviks et le mouvement blanc ont mené des campagnes de déportations et d'exécutions les uns contre les autres, connues respectivement sous le nom de terreur rouge et de terreur blanche. À la fin de la guerre civile, l'économie et les infrastructures de la Russie ont été lourdement endommagées. Il y a eu environ 7 à 12 millions de victimes pendant la guerre, principalement des civils. [90] Des millions sont devenus des émigrés blancs, [91] et la famine russe de 1921-22 a fait jusqu'à cinq millions de victimes. [92]

Union soviétique

Le 30 décembre 1922, Lénine et ses collaborateurs ont formé l'Union soviétique, en fusionnant la SFSR russe avec la SFSR ukrainienne, biélorusse et transcaucasienne. Sur les 15 républiques de l'Union soviétique, la plus grande en taille et en population était la SFSR russe, qui a dominé l'union pendant toute son histoire politiquement, culturellement et économiquement.

Après la mort de Lénine en 1924, une troïka a été désignée pour prendre en charge. Finalement, Joseph Staline, le secrétaire général du Parti communiste, a réussi à supprimer toutes les factions de l'opposition et à consolider le pouvoir entre ses mains pour devenir le dictateur du pays dans les années 1930. Léon Trotsky, le principal partisan de la révolution mondiale, a été exilé de l'Union soviétique en 1929, et l'idée de Staline du socialisme dans un seul pays est devenue la ligne officielle. La lutte interne continue dans le parti bolchevique a culminé avec la Grande Purge, une période de répression de masse en 1937-1938, au cours de laquelle des centaines de milliers de personnes ont été exécutées, y compris des membres originaux du parti et des chefs militaires forcés d'avouer des complots inexistants. [93]

Sous la direction de Staline, le gouvernement a lancé une économie dirigée, l'industrialisation du pays en grande partie rural et la collectivisation de son agriculture. Au cours de cette période de changement économique et social rapide, des millions de personnes ont été envoyées dans des camps de travail pénitentiaire, [94] y compris de nombreux condamnés politiques pour leur opposition présumée ou réelle au régime de Staline, des millions ont été déportés et exilés dans des régions reculées de l'Union soviétique. [94] La désorganisation transitoire de l'agriculture du pays, combinée aux politiques sévères de l'État et à une sécheresse, a conduit à la famine soviétique de 1932-1933, [95] qui a tué entre 2 et 3 millions de personnes dans la SFSR russe. [96] L'Union soviétique a fait la transformation coûteuse d'une économie en grande partie agraire à une grande puissance industrielle dans un court laps de temps. [97]

La Seconde Guerre mondiale

Le 22 juin 1941, l'Allemagne nazie a rompu son traité de non-agression et a envahi l'Union soviétique mal préparée avec la force d'invasion la plus grande et la plus puissante de l'histoire de l'humanité, [98] ouvrant le plus grand théâtre de la Seconde Guerre mondiale. Le plan nazi contre la faim prévoyait "l'extinction de l'industrie ainsi que d'une grande partie de la population". [99] Près de 3 millions de prisonniers de guerre soviétiques en captivité allemande ont été assassinés en seulement huit mois de 1941-1942. [100] Bien que la Wehrmacht ait connu un succès précoce considérable, son attaque a été interrompue lors de la bataille de Moscou. Par la suite, les Allemands ont subi des défaites majeures d'abord à la bataille de Stalingrad à l'hiver 1942-1943, [101] puis à la bataille de Koursk à l'été 1943. [102] Un autre échec allemand a été le siège de Leningrad, dans laquelle la ville a été entièrement bloquée sur terre entre 1941 et 1944 par les forces allemandes et finlandaises, et a souffert de la famine et de plus d'un million de morts, mais ne s'est jamais rendue. [103] Sous l'administration de Staline et la direction de commandants tels que Georgy Zhukov et Konstantin Rokossovsky, les forces soviétiques ont déferlé sur l'Europe orientale et centrale en 1944-1945 et ont capturé Berlin en mai 1945. [104] En août 1945, l'armée soviétique a renversé le Japonais du Mandchoukouo et de la Corée du Nord, contribuant à la victoire des Alliés sur le Japon. [105]

La période 1941-1945 de la Seconde Guerre mondiale est connue en Russie comme la Grande Guerre patriotique. [107] L'Union soviétique avec les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine ont été considérés comme les quatre grands des puissances alliées pendant la Seconde Guerre mondiale, [108] et sont devenus plus tard les quatre policiers qui ont été à la base du Conseil de sécurité des Nations Unies. . [109] Au cours de cette guerre, qui comprenait bon nombre des opérations de combat les plus meurtrières de l'histoire de l'humanité, la mort de civils et de militaires soviétiques était d'environ 26 à 27 millions, représentant environ un tiers de toutes les victimes de la Seconde Guerre mondiale. [110] La perte démographique totale des citoyens soviétiques était encore plus grande. [111] L'économie et l'infrastructure soviétiques ont subi une dévastation massive, qui a provoqué la famine soviétique de 1946-1947. [112] Néanmoins, l'Union soviétique a émergé comme une superpuissance mondiale dans la foulée. [113]

Guerre froide

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe orientale et centrale, y compris l'Allemagne de l'Est et les régions orientales de l'Autriche, ont été occupées par l'Armée rouge selon la Conférence de Potsdam. Des gouvernements communistes dépendants ont été installés dans les États satellites du bloc de l'Est. Après être devenue la deuxième puissance nucléaire du monde, l'Union soviétique a établi l'alliance du Pacte de Varsovie et est entrée dans une lutte pour la domination mondiale, connue sous le nom de guerre froide, avec les États-Unis et l'OTAN rivaux. [114]

Après la mort de Staline en 1953 et une courte période de régime collectif, le nouveau dirigeant Nikita Khrouchtchev a dénoncé les nombreux crimes et atrocités de Staline et a lancé la politique de déstalinisation. [115] Le système de travail pénal extrêmement dur a été réformé et de nombreux prisonniers politiques ont été libérés et réhabilités (dont beaucoup à titre posthume). [116] L'assouplissement général des politiques répressives est devenu connu plus tard sous le nom de Khrouchtchev Thaw. [117] Dans le même temps, les tensions de la guerre froide atteignirent leur paroxysme lorsque les deux rivaux s'affrontèrent au sujet du déploiement des missiles Jupiter des États-Unis en Turquie et des missiles soviétiques à Cuba. [118]

En 1957, l'Union soviétique a lancé le premier satellite artificiel au monde, Spoutnik 1, commençant ainsi l'ère spatiale. [119] Le cosmonaute russe Youri Gagarine est devenu le premier humain à orbiter autour de la Terre, à bord du Vostok 1 vaisseau spatial habité le 12 avril 1961. [120] Après l'éviction de Khrouchtchev en 1964, une autre période de domination collective s'ensuivit, jusqu'à ce que Leonid Brejnev devienne le leader. L'ère des années 1970 et du début des années 1980 a ensuite été désignée comme l'ère de la stagnation, une période au cours de laquelle la croissance économique a ralenti et les politiques sociales sont devenues statiques. La réforme Kossyguine de 1965 visait à une décentralisation partielle de l'économie soviétique et a déplacé l'accent de l'industrie lourde et des armes vers l'industrie légère et les biens de consommation, mais a été étouffée par la direction communiste conservatrice. En 1979, après une révolution dirigée par les communistes en Afghanistan, les forces soviétiques ont envahi le pays, déclenchant finalement la guerre soviéto-afghane. [121] L'occupation a drainé les ressources économiques et s'est prolongée sans obtenir de résultats politiques significatifs. En fin de compte, les Soviétiques se sont retirés d'Afghanistan en 1989 en raison de l'opposition internationale, de la persistance de la guérilla anti-soviétique et du manque de soutien des citoyens soviétiques. [122]

À partir de 1985, le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, qui cherchait à mettre en œuvre des réformes libérales dans le système soviétique, a introduit les politiques de glasnost (ouverture) et perestroïka (restructuration) pour tenter de mettre fin à la période de stagnation économique et de démocratiser le gouvernement. [123] Ceci, cependant, a conduit à la montée de puissants mouvements nationalistes et séparatistes. Avant 1991, l'économie soviétique était la deuxième plus grande du monde [124], mais au cours de ses dernières années, elle a été affligée par des pénuries de produits dans les épiceries, d'énormes déficits budgétaires et une croissance explosive de la masse monétaire conduisant à l'inflation. [125]

En 1991, les troubles économiques et politiques ont commencé à déborder lorsque les États baltes ont choisi de se séparer de l'Union soviétique. [126] Le 17 mars, un référendum a eu lieu, au cours duquel la grande majorité des citoyens participants ont voté en faveur de la transformation de l'Union soviétique en une fédération renouvelée. [127] En août 1991, une tentative de coup d'État des membres du gouvernement de Gorbatchev, dirigée contre Gorbatchev et visant à préserver l'Union soviétique, a plutôt conduit à la fin du Parti communiste de l'Union soviétique. [128] Le 25 décembre 1991, suite à la dissolution de l'Union soviétique, avec la Russie contemporaine, quatorze autres États post-soviétiques ont émergé. [129]

Russie post-soviétique (1991-présent)

En juin 1991, Boris Eltsine est devenu le premier président directement élu de l'histoire de la Russie lorsqu'il a été élu président de la SFSR russe, [130] qui est devenue la Fédération de Russie indépendante en décembre de la même année. [131] L'effondrement économique et politique de l'Union soviétique a conduit à une dépression profonde et prolongée, caractérisée par une baisse de 50 % du PIB et de la production industrielle entre 1990 et 1995, bien que certaines des baisses enregistrées puissent avoir été le résultat d'un biais à la hausse dans les données économiques de l'ère soviétique. [132] [133] Pendant et après la désintégration de l'Union soviétique, des réformes de grande envergure, y compris la privatisation et la libéralisation du marché et du commerce, ont été entreprises, [132] y compris des changements radicaux dans le sens de la « thérapie de choc » recommandée par les États-Unis. et le Fonds monétaire international. [134]

La privatisation a largement déplacé le contrôle des entreprises des agences d'État vers des individus ayant des liens internes au gouvernement [135], ce qui a conduit à la montée des infâmes oligarques russes. [136] Beaucoup de nouveaux riches ont déplacé des milliards d'argent et d'actifs à l'extérieur du pays dans le cadre d'une énorme fuite de capitaux. [137] La ​​dépression de l'économie a conduit à l'effondrement des services sociaux, le taux de natalité a chuté tandis que le taux de mortalité montait en flèche. [138] Des millions de personnes ont plongé dans la pauvreté, passant d'un niveau de 1,5% à la fin de l'ère soviétique à 39-49% à la mi-1993. [139] Les années 1990 ont vu une corruption et un anarchie extrêmes, la montée des gangs criminels et des crimes violents. [140]

Fin 1993, les tensions entre Eltsine et le parlement russe ont culminé dans une crise constitutionnelle qui a pris fin après la force militaire. [141] Pendant la crise, Eltsine a été soutenu par les gouvernements occidentaux et plus de 100 personnes ont été tuées. [141] En décembre, un référendum a été organisé et approuvé, qui a introduit une nouvelle constitution, donnant au président d'énormes pouvoirs. [141]

Les années 1990 ont été en proie à des conflits armés dans le Caucase du Nord, à la fois des escarmouches ethniques locales et des insurrections islamistes séparatistes. [142] À partir du moment où les séparatistes tchétchènes ont déclaré l'indépendance au début des années 1990, une guerre de guérilla intermittente a été menée entre les groupes rebelles et les forces russes. [143] Les attaques terroristes contre des civils menées par des séparatistes, notamment la crise des otages du théâtre de Moscou et le siège de l'école de Beslan, ont fait des centaines de morts. [144] [145]

La Russie a assumé la responsabilité du règlement des dettes extérieures de l'Union soviétique, même si sa population n'en représentait que la moitié au moment de sa dissolution. [140] En 1992, la plupart des contrôles des prix à la consommation ont été supprimés, provoquant une inflation extrême et une dévaluation significative du rouble. [146] Avec un rouble dévalué, le gouvernement russe a eu du mal à rembourser ses dettes envers les débiteurs internes, ainsi que les institutions internationales comme le Fonds monétaire international. [147] Malgré d'importantes tentatives de restructuration économique, la dette de la Russie a dépassé la croissance du PIB. Des déficits budgétaires élevés associés à une fuite croissante des capitaux et à une incapacité à rembourser les dettes [148] ont provoqué la crise financière russe de 1998 [146] et ont entraîné une nouvelle baisse du PIB. [125]

L'ère Poutine

Le 31 décembre 1999, le président Eltsine a démissionné de manière inattendue, cédant le poste au Premier ministre récemment nommé, Vladimir Poutine. [149] Eltsine a quitté ses fonctions largement impopulaire, avec un taux d'approbation aussi bas que 2% selon certaines estimations. [150] Poutine a ensuite remporté l'élection présidentielle de 2000, [151] et a réprimé l'insurrection tchétchène. [152] En raison des prix élevés du pétrole, d'une augmentation des investissements étrangers et de politiques économiques et fiscales prudentes, l'économie russe s'est considérablement développée, améliorant considérablement le niveau de vie de la Russie et augmentant son influence dans la politique mondiale. [153] Poutine a remporté un deuxième mandat présidentiel en 2004. [154]

Le 2 mars 2008, Dmitri Medvedev a été élu président tandis que Poutine est devenu Premier ministre [155], la constitution interdisant à Poutine de remplir un troisième mandat présidentiel consécutif. [155] Poutine est revenu à la présidence après les élections présidentielles de 2012, [156] et Medvedev a été nommé Premier ministre. [157] Cette direction conjointe de quatre ans par les deux a été qualifiée de « tandémocratie » par les médias extérieurs. [158] [159]

En 2014, après la fuite du président ukrainien Viktor Ianoukovitch à la suite d'une révolution, Poutine a demandé et obtenu du parlement russe l'autorisation de déployer des troupes russes en Ukraine, ce qui a conduit à la prise de contrôle de la Crimée. [160] Suite à un référendum de Crimée dans lequel la séparation a été favorisée par une large majorité d'électeurs, [161] les dirigeants russes ont annoncé l'adhésion de la Crimée à la Russie, bien que cela et le référendum qui l'a précédé n'aient pas été acceptés au niveau international. [162] L'annexion de la Crimée a entraîné des sanctions par les pays occidentaux, après quoi le gouvernement russe a répondu par des contre-sanctions contre un certain nombre de pays. [163]

En septembre 2015, la Russie a lancé une intervention militaire dans la guerre civile syrienne en soutien au gouvernement syrien, consistant en des frappes aériennes contre des groupes militants de l'État islamique, du Front al-Nosra (al-Qaïda au Levant), de l'Armée de conquête et d'autres groupes rebelles. [164] En mars 2018, Poutine a été élu pour un quatrième mandat présidentiel au total. [165]

En janvier 2020, des amendements substantiels à la constitution ont été proposés et sont entrés en vigueur en juillet à la suite d'un vote national, permettant à Poutine de briguer deux autres mandats présidentiels de six ans après la fin de son mandat actuel. [166] En avril 2021, Poutine a signé le changement constitutionnel dans la loi. [167]

Selon la Constitution de la Russie, le pays est une fédération asymétrique et une république semi-présidentielle, dans laquelle le président est le chef de l'État [168] et le Premier ministre est le chef du gouvernement. La Fédération de Russie est fondamentalement structurée comme une démocratie représentative multipartite, avec un gouvernement fédéral composé de trois branches : [169]

  • Législatif : L'Assemblée fédérale bicamérale de Russie, composée de la Douma d'État de 450 membres et du Conseil de la Fédération de 170 membres, adopte la loi fédérale, déclare la guerre, approuve les traités, a le pouvoir de la bourse et le pouvoir de destitution du président.
  • Exécutif : Le président est le commandant en chef des forces armées, peut opposer son veto aux projets de loi avant qu'ils ne deviennent loi et nomme le gouvernement de la Russie (Cabinet) et d'autres officiers, qui administrent et appliquent les lois et politiques fédérales. : La Cour constitutionnelle, la Cour suprême et les tribunaux fédéraux inférieurs, dont les juges sont nommés par le Conseil de la Fédération sur proposition du Président, interprètent les lois et peuvent annuler les lois qu'ils jugent inconstitutionnelles.

Le président est élu au suffrage universel pour un mandat de six ans (éligible pour un deuxième mandat, mais pas pour un troisième mandat consécutif). [170] Les ministères du gouvernement sont composés du Premier ministre et de ses adjoints, des ministres et d'autres personnes sélectionnées, tous nommés par le Président sur recommandation du Premier ministre (alors que la nomination de ce dernier nécessite le consentement de la Douma d'État) .

Divisions politiques

Selon la constitution, la Fédération de Russie est composée de 85 sujets fédéraux. [d] En 1993, lorsque la nouvelle constitution a été adoptée, il y avait 89 sujets fédéraux répertoriés, mais plus tard certains d'entre eux ont été fusionnés. Ces sujets ont une représentation égale—deux délégués chacun—au Conseil de la Fédération. [171] Les sujets fédéraux ont une représentation égale—deux délégués chacun—au Conseil de la Fédération, la chambre haute de l'Assemblée fédérale. Ils diffèrent cependant par le degré d'autonomie dont ils jouissent.

Les sujets fédéraux sont regroupés en huit districts fédéraux, chacun administré par un émissaire nommé par le président de la Russie. [174] Contrairement aux sujets fédéraux, les districts fédéraux ne sont pas un niveau de gouvernement infranational mais sont un niveau d'administration du gouvernement fédéral. Les envoyés des districts fédéraux servent de liaison entre les sujets fédéraux et le gouvernement fédéral et sont principalement chargés de surveiller la conformité des sujets fédéraux avec les lois fédérales.

Relations étrangères

En 2019 [mise à jour], la Russie possède le cinquième plus grand réseau diplomatique au monde entretenant des relations diplomatiques avec 190 États membres des Nations Unies, deux États partiellement reconnus et trois États observateurs des Nations Unies avec 144 ambassades. [175] Elle est considérée comme une superpuissance potentielle et est l'un des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. La Russie est membre du G20, du Conseil de l'Europe, de l'OSCE et de l'APEC, et joue un rôle de premier plan dans des organisations telles que la CEI, l'EAEU, l'OTSC, l'OCS et les BRICS.

La Russie entretient des relations positives avec d'autres pays de l'OCS, [176] EAEU, [177] et BRICS, [178] notamment avec la Biélorussie voisine, qui est dans l'État de l'Union, une confédération supranationale de cette dernière avec la Russie. [179] La Serbie est un allié historiquement proche de la Russie depuis des siècles, car les deux pays partagent une forte affinité culturelle, ethnique et religieuse mutuelle. [180] Au 21ème siècle, les relations sino-russes se sont considérablement renforcées bilatéralement et économiquement - le Traité d'amitié, et la construction de l'oléoduc ESPO et du gazoduc Power of Siberia ont formé une relation spéciale entre les deux. [181] L'Inde est le plus gros client d'équipements militaires russes, et les deux pays partagent une relation stratégique et diplomatique historiquement forte. [182]

Militaire

Les forces armées russes sont divisées en forces terrestres, marines et aérospatiales. Il existe également deux bras de service indépendants : les troupes de missiles stratégiques et les troupes aéroportées. En 2019 [mise à jour] , l'armée comptait près d'un million de personnes en service actif, ce qui est le quatrième au monde. [183] ​​De plus, il y a plus de 2,5 millions de réservistes, le nombre total de troupes de réserve pouvant atteindre 20 millions. [184] Il est obligatoire pour tous les citoyens de sexe masculin âgés de 18 à 27 ans d'être enrôlés pour une année de service dans les forces armées. [185]

La Russie possède la deuxième armée la plus puissante au monde [186] et fait partie des cinq États dotés d'armes nucléaires reconnus [187] avec le plus grand stock d'armes nucléaires au monde. [187] Plus de la moitié des 13 500 armes nucléaires du monde appartiennent à la Russie. [187] Le pays possède la deuxième plus grande flotte de sous-marins lance-missiles, [188] et est l'un des trois seuls États à exploiter des bombardiers stratégiques, [189] avec la force terrestre la plus puissante du monde, [190] la deuxième plus puissante l'armée de l'air [191] et la troisième flotte navale la plus puissante. [192] La Russie a la quatrième dépense militaire la plus élevée au monde, dépensant 65,1 milliards de dollars en 2019. [193] Elle possède une industrie d'armement importante et entièrement indigène, produisant la plupart de son propre équipement militaire, et est le deuxième exportateur mondial d'armes , derrière seulement les États-Unis. [185]

Droits de l'homme et corruption

La gestion des droits de l'homme en Russie est de plus en plus critiquée par les principaux organismes de surveillance de la démocratie et des droits de l'homme. En particulier, des organisations telles qu'Amnesty International et Human Rights Watch considèrent que la Russie n'a pas assez d'attributs démocratiques et n'accorde que peu de droits politiques et de libertés civiles à ses citoyens. [194] [195] Depuis 2004, Freedom House a classé la Russie comme « non libre » dans son Liberté dans le monde enquête. [196] Depuis 2011, l'Economist Intelligence Unit a classé la Russie comme un « régime autoritaire » dans son Indice de démocratie, la classant 124e sur 167 pays pour 2020. [197] La ​​Russie était classée 149e sur 180 pays dans Reporters sans frontières. Classement de la liberté de la presse pour 2020. [198]

La Russie était le pays européen le moins bien noté dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International pour 2020, se classant 129e sur 180 pays. [199] La corruption est perçue comme un problème important en Russie, [200] ayant un impact sur divers aspects de la vie, y compris l'économie, [201] les affaires, [202] l'administration publique, [203] [204] l'application de la loi, [205] les soins de santé , [206] et l'éducation. [207] Le phénomène de la corruption est fortement ancré dans le modèle historique de gouvernance publique et attribué à la faiblesse générale de l'État de droit en Russie. [200]

La Russie est un pays transcontinental qui s'étend à la fois sur l'Europe et l'Asie. Il s'étend sur le coin le plus septentrional de l'Eurasie et possède le quatrième littoral le plus long du monde, à 37 653 km (23 396 mi). [e] La Russie se situe entre les latitudes 41° et 82° N, et les longitudes 19° E et 169° W, et est plus grande que trois continents : l'Océanie, l'Europe et l'Antarctique, tout en étant légèrement plus petite que Pluton en superficie. [208]

Les deux points les plus éloignés de la Russie sont distants d'environ 8 000 km (4 971 mi) le long d'une ligne géodésique. [f] Les chaînes de montagnes du pays se trouvent le long des régions du sud, qui partagent une partie importante des montagnes du Caucase, des montagnes de l'Altaï en Sibérie et dans la chaîne de Verkhoyansk et la péninsule du Kamtchatka dans l'Extrême-Orient russe. Les montagnes de l'Oural, qui s'étendent du nord au sud à travers l'ouest du pays, sont riches en ressources minérales et forment la frontière traditionnelle entre l'Europe et l'Asie. [209]

La Russie, avec le Canada, est l'un des deux seuls pays au monde à avoir une côte le long de trois océans, [210] grâce à laquelle elle a des liens avec 12 mers. [g] Les principales îles et archipels de la Russie comprennent Novaya Zemlya, Franz Josef Land, Severnaya Zemlya, les îles de Nouvelle-Sibérie, l'île Wrangel, les îles Kouriles et Sakhaline. Les îles Diomède ne sont distantes que de 3 km (1,9 mi) et l'île de Kunashir est à seulement 20 km (12,4 mi) d'Hokkaido, au Japon.

La Russie, qui abrite plus de 100 000 rivières, [210] possède l'une des plus grandes ressources en eau de surface au monde, avec ses lacs contenant environ un quart de l'eau douce liquide du monde. [211] Le lac Baïkal, le plus grand et le plus important des plans d'eau douce de Russie, est le lac d'eau douce le plus profond, le plus pur, le plus ancien et le plus vaste du monde, [212] contenant plus d'un cinquième de l'eau douce de surface du monde. [211] Ladoga et Onega dans le nord-ouest de la Russie sont deux des plus grands lacs d'Europe. [210] La Russie est juste derrière le Brésil pour le total des ressources en eau renouvelables. [213] La Volga, largement considérée comme le fleuve national de la Russie en raison de son importance historique, est le plus long fleuve d'Europe. [214] Les fleuves sibériens de l'Ob, de l'Ienisseï, de la Léna et de l'Amour sont parmi les plus longs fleuves du monde. [214]

Climat

La taille énorme de la Russie et l'éloignement de nombreuses régions de la mer entraînent la prédominance du climat continental humide, qui prévaut dans toutes les régions du pays, à l'exception de la toundra et de l'extrême sud-ouest. Les montagnes du sud obstruent l'écoulement des masses d'air chaud de l'océan Indien, tandis que la plaine de l'ouest et du nord rend le pays ouvert aux influences arctiques et atlantiques. [215] La majeure partie du nord-ouest de la Russie et de la Sibérie a un climat subarctique, avec des hivers extrêmement rigoureux dans les régions intérieures du nord-est de la Sibérie (principalement Sakha, où se situe le pôle nord du froid avec une température record de −71,2 °C ou −96,2 °F), et des hivers plus modérés ailleurs. La bande de terre le long du rivage de l'océan Arctique et les îles russes de l'Arctique ont un climat polaire.

La partie côtière du Krasnodar Krai sur la mer Noire, notamment à Sotchi, possède un climat subtropical humide avec des hivers doux et humides. Dans de nombreuses régions de la Sibérie orientale et de l'Extrême-Orient, l'hiver est sec par rapport à l'été, d'autres régions du pays connaissent des précipitations plus uniformes d'une saison à l'autre. Les précipitations hivernales dans la plupart des régions du pays tombent généralement sous forme de neige. La région le long de la côte de la Basse Volga et de la mer Caspienne, ainsi que certaines zones de la Sibérie la plus méridionale, possède un climat semi-aride.

Sur une grande partie du territoire, il n'y a que deux saisons distinctes - l'hiver et l'été - car le printemps et l'automne sont généralement de brèves périodes de changement entre des températures extrêmement basses et extrêmement élevées. [215] Le mois le plus froid est janvier (février sur le littoral) le plus chaud est généralement juillet. De grands écarts de température sont caractéristiques. En hiver, les températures deviennent plus froides du sud au nord et d'ouest en est. Les étés peuvent être assez chauds, même en Sibérie. [216]

Biodiversité

Du nord au sud, la plaine d'Europe de l'Est est recouverte séquentiellement de toundra arctique, de taïga, de forêts mixtes et feuillues, de steppes et de semi-déserts (bordant la mer Caspienne), car les changements de végétation reflètent les changements climatiques. La Sibérie supporte une séquence similaire mais est en grande partie la taïga. Environ la moitié du territoire total de la Russie est boisée [185] et possède les plus grandes réserves forestières du monde, connues sous le nom de « poumons de l'Europe », [217] qui n'est dépassée que par la forêt amazonienne pour la quantité de dioxyde de carbone qu'elle absorbe. [217]

Il y a 266 espèces de mammifères et 780 espèces d'oiseaux en Russie. Au total, 415 espèces animales ont été inscrites dans le Livre rouge russe en 1997 et sont désormais protégées. [218] Il existe 45 réserves de biosphère de l'UNESCO, [219] 64 parcs nationaux et 101 réserves naturelles. La Russie possède encore de nombreux écosystèmes qui ne sont toujours pas touchés par l'homme, principalement dans les régions du nord de la taïga et dans la toundra subarctique de la Sibérie. Au fil du temps, la Russie a amélioré et appliqué la législation environnementale, élaboré et mis en œuvre diverses stratégies et programmes fédéraux et régionaux, et étudié, inventorié et protégé les plantes, animaux et autres organismes rares et menacés, et les a inclus dans la Fédération de Russie. Livre de données. [220]

La Russie a une économie mixte et en transition à revenu moyen-supérieur, [221] avec d'énormes ressources naturelles, en particulier le pétrole et le gaz naturel. Elle possède la onzième économie mondiale en termes de PIB nominal et la sixième en termes de PPA. En 2017, le grand secteur des services a contribué à 62 % du PIB total, le secteur industriel à 32 % et le petit secteur agricole à environ 5 %. [185] La Russie a un faible taux de chômage de 4,5%, [222] et un taux de pauvreté relativement faible de 12,6%. [223] Plus de 70 % de sa population est officiellement classée dans la classe moyenne, [224] ce qui a été contesté par certains experts. [225] [226] Fin décembre 2019, le chiffre d'affaires du commerce extérieur russe atteignait 666,6 milliards de dollars. Les exportations de la Russie ont totalisé plus de 422,8 milliards de dollars, tandis que ses marchandises importées valaient plus de 243,8 milliards de dollars. [227] En décembre 2020 [mise à jour] , les réserves de change en Russie s'élevaient à 444 milliards de dollars. [228] La main-d'œuvre russe d'environ 70 millions de personnes est la sixième au monde. [229] Il possède une importante industrie automobile, qui se classe au dixième rang mondial en termes de production. [230]

La Russie est le quatorzième exportateur mondial [231] et le pétrole, le gaz naturel, les métaux et le bois représentent plus de 80 % de ses exportations à l'étranger. [185] En 2016, le secteur pétrolier et gazier représentait 36 ​​% des recettes du budget fédéral. [232] En 2019, le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement a estimé la valeur des ressources naturelles à 60 % du PIB du pays. [233] La Russie a l'une des dettes étrangères les plus faibles parmi les pays développés, [234] et s'est classée 28e sur 190 pays dans l'indice 2019 de la facilité de faire des affaires. Il a un taux d'imposition forfaitaire de 13% et dispose du deuxième système d'imposition des particuliers le plus attractif au monde pour les dirigeants célibataires après les Émirats arabes unis. [235] Cependant, une inégalité extrême des revenus et de la richesse des ménages dans le pays a également été notée. [236] [237]

Infrastructure

Le transport ferroviaire en Russie est principalement sous le contrôle des chemins de fer russes gérés par l'État. [238] La longueur totale des voies ferrées d'usage courant est la troisième plus longue du monde et dépasse 87 157 km (54 157 mi). [239] En 2016 [mise à jour] , la Russie compte 1 452,2 milliers de km de routes [240] et sa densité routière est parmi les plus faibles au monde. [241] Les voies navigables russes sont les deuxièmes plus longues du monde et totalisent 102 000 km (63 380 mi). [242] Parmi les 1 218 aéroports de la Russie, [243] le plus fréquenté est l'aéroport international Sheremetyevo à Moscou. [244]

Le plus grand poste de Russie est le port de Novorossiysk à Krasnodar Krai. [246] C'est le seul pays au monde à exploiter des brise-glaces à propulsion nucléaire, qui font progresser l'exploitation économique du plateau continental arctique de la Russie et le développement du commerce maritime par la route maritime du Nord. [247]

La Russie est décrite comme une superpuissance énergétique, [248] avec les plus grandes réserves de gaz naturel du monde, [249] les deuxièmes plus grandes réserves de charbon, [250] les huitièmes plus grandes réserves de pétrole, [251] et les plus grandes réserves de schiste bitumineux en Europe . [252] C'est le premier exportateur mondial de gaz naturel, [253] le deuxième plus grand producteur de gaz naturel, [254] le deuxième plus grand exportateur de pétrole, [255] et le troisième plus grand producteur de pétrole. [256] Les combustibles fossiles sont à l'origine de la plupart des émissions de gaz à effet de serre de la Russie. [257] Le pays est le quatrième producteur mondial d'électricité [258] et le neuvième producteur d'énergie renouvelable en 2019. [259] La Russie a également été le premier pays au monde à développer l'énergie nucléaire civile et à construire le premier centrale nucléaire. [260] En 2019, elle était le quatrième producteur mondial d'énergie nucléaire. [261]

Agriculture et pêche

La Russie possède la quatrième plus grande superficie cultivée au monde, avec 1 265 267 kilomètres carrés (488 522 milles carrés). Cependant, seulement 7,4 % de ses terres sont arables. [262] C'est le plus grand exportateur mondial de blé, [263] et est le premier producteur d'orge, de sarrasin et d'avoine, et l'un des plus grands producteurs et exportateurs de seigle et de graines de tournesol. Les analyses géopolitiques de l'adaptation au changement climatique prévoient de grandes opportunités pour l'agriculture russe pendant le reste du 21e siècle alors que l'arabilité augmente en Sibérie. [264] La gestion des flux migratoires, internes et internationaux, devrait être un aspect central du processus. [264]

Alors que les grandes exploitations se concentrent principalement sur la production céréalière et l'élevage, les petites parcelles familiales privées produisent la plupart des pommes de terre, des légumes et des fruits du pays. [265] La Russie abrite le meilleur caviar du monde [266] et possède l'une des plus grandes flottes de pêche au monde, se classant au sixième rang mondial pour le tonnage de poisson capturé, capturant 4 773 413 tonnes de poisson en 2018. [267]

Science et technologie

Le budget de recherche et développement de la Russie est le neuvième au monde, avec une dépense d'environ 422 milliards de roubles pour la recherche et le développement nationaux. [268] En 2019, la Russie se classait au dixième rang mondial pour le nombre de publications scientifiques. [269] Depuis 1904, le prix Nobel a été décerné à vingt-six Russes et Soviétiques en physique, chimie, médecine, économie, littérature et paix. [270]

Mikhail Lomonosov a proposé la loi de conservation de la matière précédant la loi de conservation de l'énergie. [271] Depuis l'époque de Nikolay Lobachevsky (le « Copernic de la géométrie » qui a été le pionnier de la géométrie non euclidienne) et d'un éminent tuteur Pafnuty Chebyshev, l'école mathématique russe est devenue l'une des plus influentes au monde. [272] Dmitry Mendeleev a inventé le tableau périodique, le cadre principal de la chimie moderne. [271] Neuf mathématiciens soviétiques/russes ont reçu la médaille Fields.[273] Grigori Perelman s'est vu offrir le tout premier Clay Millennium Prize Problems Award pour sa preuve finale de la conjecture de Poincaré en 2002. [274] Les découvertes et inventions russes incluent le transformateur, la lampe à incandescence électrique, l'avion, le parachute de sécurité, le récepteur radio , microscope électrique, photos couleur, [275] chenilles, tableau périodique, assemblage de chenilles, wagons de chemin de fer électriques, magnétoscope, hélicoptère, cellule solaire, yaourt, télévision, craquage du pétrole, caoutchouc synthétique et moissonneuse-batteuse. [276]

Roscosmos est l'agence spatiale nationale de la Russie, tandis que les réalisations russes dans le domaine de la technologie spatiale et de l'exploration spatiale remontent à Konstantin Tsiolkovsky, le père de l'astronautique théorique. Ses travaux avaient inspiré les principaux ingénieurs de fusées soviétiques, tels que Sergey Korolyov, Valentin Glushko et bien d'autres qui ont contribué au succès du programme spatial soviétique dans les premiers stades de la course à l'espace et au-delà.

En 1957, le premier satellite artificiel en orbite terrestre, Spoutnik 1, A été lancé. [119] En 1961, le premier voyage humain dans l'espace a été réalisé avec succès par Youri Gagarine. [120] De nombreux autres records d'exploration spatiale soviétique et russe ont suivi, y compris la première sortie dans l'espace réalisée par Alexei Leonov. [278] Vostok 6 a été le premier vol spatial habité à transporter une femme dans l'espace (Valentina Terechkova). [279] Luna 9 a été le premier vaisseau spatial à atterrir sur la Lune, [280] Spoutnik 2 a été le premier vaisseau spatial à transporter un animal (Laika), [281] Zond 5 a amené les premiers Terriens (deux tortues et d'autres formes de vie) à faire le tour de la Lune, [282] Venera 7 a été le premier vaisseau spatial à atterrir sur une autre planète (Vénus), [283] et Mars 3 a été le premier vaisseau spatial à atterrir sur Mars. [284] Lunokhod 1 était le premier rover d'exploration spatiale, [285] et Salout 1 était la première station spatiale au monde. [286]

La Russie fait partie des plus grands lanceurs de satellites au monde [287] et a achevé le système de navigation par satellite GLONASS. Elle développe son propre chasseur à réaction de cinquième génération et construit la première centrale nucléaire mobile en série au monde. Les fusées Soyouz sont le seul fournisseur de transport pour les astronautes de la Station spatiale internationale. Luna-Glob est un programme d'exploration de la Lune russe, avec un premier lancement de mission prévu en 2021. Roscosmos développe également le vaisseau spatial Orel, pour remplacer le Soyouz vieillissant, il pourrait également mener une mission en orbite lunaire dès 2026. [288] En février 2019, il a été annoncé que la Russie avait l'intention de mener sa première mission en équipage à atterrir sur la Lune en 2031. [289]

Tourisme

Selon l'Organisation mondiale du tourisme, la Russie était le seizième pays le plus visité au monde et le dixième pays le plus visité d'Europe, en 2018, avec plus de 24,6 millions de visites. [290] La Russie était classée 39e dans le Travel and Tourism Competitiveness Report 2019. [291] Selon l'Agence fédérale du tourisme, le nombre de voyages entrants de citoyens étrangers en Russie s'élevait à 24,4 millions en 2019. [292] Recettes du tourisme international de la Russie en 2018, s'élevait à 11,6 milliards de dollars. [290] En 2020, le tourisme représentait environ 4 % du PIB du pays. [293] Les principaux itinéraires touristiques en Russie comprennent un voyage autour de l'Anneau d'or de la Russie, un itinéraire thématique des anciennes villes russes, des croisières sur de grands fleuves comme la Volga et des voyages sur le célèbre chemin de fer transsibérien. [294] Les monuments les plus visités et les plus populaires de Russie comprennent la Place Rouge, le Palais de Peterhof, le Kremlin de Kazan, la Laure de la Trinité de Saint-Serge et le lac Baïkal. [295]

La Russie est l'un des pays les moins peuplés et urbanisés du monde [185] et comptait 142,8 millions d'habitants selon le recensement de 2010 [296] qui est passé à 146,2 millions en 2021. [8] C'est le pays le plus peuplé en Europe, [297] et le neuvième pays le plus peuplé du monde, [298] avec une densité de population de 9 habitants par kilomètre carré (23 par mile carré). [299]

Depuis les années 1990, le taux de mortalité en Russie a dépassé son taux de natalité. [300] En 2018, l'indice synthétique de fécondité en Russie était estimé à 1,6 enfant par femme, ce qui est inférieur au taux de remplacement de 2,1 et constitue l'un des taux de fécondité les plus bas au monde. [301] Par la suite, la nation compte l'une des populations les plus âgées au monde, avec un âge médian de 40,3 ans. [302] En 2009, elle a enregistré une croissance démographique annuelle pour la première fois en quinze ans et depuis les années 2010, la Russie a connu une croissance démographique accrue en raison de la baisse des taux de mortalité, de l'augmentation des taux de natalité et de l'augmentation de l'immigration. [303]

La Russie est un État multinational, qui abrite plus de 193 groupes ethniques dans tout le pays. [304] Dans le recensement de 2010, environ 81% de la population étaient des Russes ethniques, [304] et le reste des 19% de la population étaient des peuples d'origines diverses, [3] tandis qu'environ 85% de la population russe était d'origine européenne , [3] dont la grande majorité étaient des Slaves, avec une minorité substantielle de peuples finno-ougriens, germaniques et autres. Il y a 22 républiques en Russie, désignées pour avoir leurs propres ethnies, cultures et langues. Dans 13 d'entre eux, les Russes ethniques constituent une minorité. Selon les Nations Unies, la population immigrée de la Russie est la troisième au monde, avec plus de 11,6 millions [305] dont la plupart viennent d'États post-soviétiques, principalement des Ukrainiens. [306]

Langue

Le russe est la langue officielle et la langue majoritairement parlée en Russie. [2] C'est la langue maternelle la plus parlée en Europe, [320] la langue la plus répandue géographiquement d'Eurasie, [321] ainsi que la langue slave la plus parlée dans le monde. [321] Le russe est la deuxième langue la plus utilisée sur Internet après l'anglais, [322] et est l'une des deux langues officielles à bord de la Station spatiale internationale, [323] ainsi que l'une des six langues officielles des Nations Unies. [324]

Outre le russe, plus de 100 langues minoritaires sont parlées dans toute la Russie. [325] Selon le recensement de 2002, 142,6 millions de personnes à travers le pays parlaient russe, 5,3 millions parlaient le tatar et 1,8 million parlaient l'ukrainien. [326] La constitution donne aux républiques individuelles du pays le droit d'établir leurs propres langues d'État en plus du russe. [327]

Religion

La Russie est un État laïc par constitution, et sa plus grande religion est le christianisme. Il a la plus grande population orthodoxe du monde, [329] [330] et selon différentes enquêtes sociologiques sur l'adhésion religieuse, entre 41% à plus de 80% de la population russe adhère à l'Église orthodoxe russe. [331] [332] [333]

En 2017, une enquête réalisée par le Pew Research Center a montré que 73% des Russes se déclaraient chrétiens, dont 71% étaient orthodoxes, 1% étaient catholiques et 2% étaient d'autres chrétiens, tandis que 15% n'étaient pas affiliés, 10% étaient musulmans et 1% suivaient d'autres religions. [4] Selon divers rapports, la proportion d'athées en Russie se situe entre 16% et 48% de la population. [334]

L'islam est la deuxième religion en importance en Russie, et c'est la religion traditionnelle parmi les peuples du Caucase du Nord et parmi certains peuples turcs dispersés le long de la région Volga-Oural. [335] Les bouddhistes abritent une population importante dans quatre républiques de Russie : la Bouriatie, la Touva, le Kraï de Zabaykalski et la Kalmoukie, la seule région d'Europe où le bouddhisme est la religion la plus pratiquée. [336] Le judaïsme a été une religion minoritaire en Russie, car le pays abrite une population juive historique, qui est parmi les plus importantes d'Europe. [337] Ces dernières années, l'hindouisme a également connu une augmentation du nombre d'adeptes en Russie. [338]

Éducation

En Russie, l'État fournit la plupart des services d'éducation réglementant l'éducation par l'intermédiaire du ministère de l'Éducation et des Sciences. Les autorités régionales réglementent l'éducation au sein de leurs juridictions dans le cadre des lois fédérales en vigueur. Le pays compte les diplômés universitaires ou supérieurs les plus élevés au monde en termes de pourcentage de la population, à 54%. [339]

Il dispose d'un système d'éducation gratuit, qui est garanti à tous les citoyens par la constitution. [340] Depuis 1990, l'enseignement scolaire de 11 ans a été introduit. L'enseignement dans les écoles secondaires publiques est gratuit. L'enseignement universitaire est gratuit, à quelques exceptions près. Une part substantielle des étudiants sont inscrits pour un salaire complet (de nombreux établissements publics ont commencé à ouvrir des postes commerciaux au cours des dernières années). [341] Les universités les plus anciennes et les plus importantes de Russie sont l'Université d'État de Moscou et l'Université d'État de Saint-Pétersbourg. Selon un rapport de l'UNESCO de 2014, la Russie est la sixième destination mondiale pour les étudiants internationaux. [342]

Santé

La Russie, par constitution, garantit des soins de santé gratuits et universels pour tous les citoyens russes, [343] par le biais d'un programme d'assurance maladie obligatoire de l'État. [344] Le ministère de la Santé de la Fédération de Russie supervise le système de santé public russe et le secteur emploie plus de deux millions de personnes. [344] Les régions fédérales ont également leurs propres départements de la santé qui supervisent l'administration locale. [344] Un régime d'assurance maladie privé distinct est nécessaire pour accéder aux soins de santé privés en Russie. [344]

Selon la Banque mondiale, la Russie a consacré 5,32 % de son PIB aux soins de santé en 2018. [345] Elle a l'un des sex-ratios les plus favorables aux femmes au monde, avec 0,859 hommes pour chaque femme. [185] En 2019, l'espérance de vie globale en Russie à la naissance est de 73,2 ans (68,2 ans pour les hommes et 78,0 ans pour les femmes), [346] et le taux de mortalité infantile était très faible (5 pour 1 000 naissances vivantes). [347] L'obésité est un problème de santé répandu en Russie. En 2016, 61,1% des adultes russes étaient en surpoids ou obèses. [348] Cependant, le taux de consommation d'alcool historiquement élevé de la Russie reste le plus grand problème de santé dans le pays, [349] car il est l'un des plus élevés au monde, malgré une forte diminution au cours de la dernière décennie. [350]

Art et architecture

La peinture russe ancienne est représentée par des icônes et des fresques vibrantes. Alors que Moscou accédait au pouvoir, Théophane le Grec, Dionisius et Andrei Rublev sont devenus des noms essentiels de l'art russe. L'Académie russe des arts a été créée en 1757. Au XVIIIe siècle, les académiciens Ivan Argunov, Dmitry Levitzky, Vladimir Borovikovsky sont devenus influents. Le début du 19ème siècle a vu de nombreuses peintures importantes de Karl Briullov et Alexander Ivanov. Au milieu du XIXe siècle, le groupe des réalistes pour la plupart Peredvijniki rompu avec l'Académie. Les principaux réalistes russes incluent Ivan Shishkin, Arkhip Kuindzhi, Ivan Kramskoi, Vasily Polenov, Isaac Levitan, Vasily Surikov, Viktor Vasnetsov, Ilya Repin et Boris Kustodiev. Le tournant du 20e siècle a vu la montée du symbolisme représenté par Mikhail Vroubel, Kuzma Petrov-Vodkin et Nicholas Roerich. L'avant-garde russe a prospéré d'environ 1890 à 1930. Les artistes notables de cette époque étaient El Lissitzky, Kazimir Malevich, Wassily Kandinsky et Marc Chagall. Certaines sculptures soviétiques influentes étaient Vera Mukhina, Yevgeny Vuchetich et Ernst Neizvestny.

En commençant par les bâtiments en bois des anciens Slaves depuis la christianisation de la Russie kiévienne, pendant plusieurs siècles, l'architecture russe a été principalement influencée par l'architecture byzantine. Aristote Fioravanti et d'autres architectes italiens ont introduit les tendances de la Renaissance en Russie. Le 16ème siècle a vu le développement des églises uniques en forme de tente et la conception du dôme en bulbe. Au XVIIe siècle, le « style fougueux » de l'ornementation s'épanouit à Moscou et à Iaroslavl, ouvrant progressivement la voie au baroque Narychkine des années 1690. Après les réformes de Pierre le Grand, l'architecture du pays a été influencée par l'Europe occidentale. Le goût du XVIIIe siècle pour l'architecture rococo a conduit aux splendides œuvres de Bartolomeo Rastrelli et de ses disciples. Sous le règne de Catherine la Grande et de son petit-fils Alexandre Ier, la ville de Saint-Pétersbourg a été transformée en musée en plein air d'architecture néoclassique. La seconde moitié du XIXe siècle est dominée par le style néo-byzantin et russe. Les styles dominants du 20e siècle étaient l'Art nouveau (Fiodor Shekhtel), le constructivisme (Moisei Ginzburg et Victor Vesnin) et le classicisme socialiste (Boris Iofan).

Musique

La musique dans la Russie du XIXe siècle a été définie par la tension entre le compositeur classique Mikhail Glinka et d'autres membres de The Mighty Handful, et la Société musicale russe dirigée par les compositeurs Anton et Nikolay Rubinstein. La tradition ultérieure de Piotr Ilitch Tchaïkovski, l'un des plus grands compositeurs de l'ère romantique, a été poursuivie au XXe siècle par Sergueï Rachmaninov, l'un des derniers grands champions du style romantique de la musique classique européenne. [351] Les compositeurs de renommée mondiale du 20ème siècle incluent Alexander Scriabin, Igor Stravinsky, Sergei Prokofiev, Dmitri Shostakovich, Georgy Sviridov et Alfred Schnittke.

La musique rock russe moderne prend ses racines à la fois dans le rock and roll et le heavy metal occidentaux, et dans les traditions des bardes russes de l'ère soviétique, tels que Vladimir Vysotsky et Bulat Okudzhava. [353] La musique pop russe s'est développée à partir de ce que l'on appelait à l'époque soviétique estrada dans une industrie à part entière.

Littérature et philosophie

La littérature russe est considérée comme l'une des plus influentes et des plus développées au monde. Il remonte au Moyen Âge, lorsque des épopées et des chroniques en vieux slave oriental ont été composées. Au XVIIIe siècle, au siècle des Lumières, les œuvres de Mikhail Lomonosov et Denis Fonvizin ont stimulé la littérature russe. Le début du 19ème siècle a commencé avec Vasily Zhukovsky et Alexander Pushkin qui est considéré par beaucoup comme le plus grand poète russe. [354] Il s'est poursuivi avec la poésie de Mikhail Lermontov et Nikolay Nekrasov, les drames d'Alexandre Ostrovsky et Anton Chekhov, et la prose de Nikolai Gogol, Ivan Turgenev, Mikhail Saltykov-Shchedrin, Ivan Gontcharov, Aleksey Pisemsky et Nikolai Leskov. Léon Tolstoï et Fiodor Dostoïevski ont été décrits par les plus grands romanciers de tous les temps. [355] [356] Les décennies suivantes ont eu des auteurs de premier plan tels que Konstantin Balmont, Valery Bryusov, Vyacheslav Ivanov, Alexander Blok, Nikolay Gumilyov, Dmitry Merezhkovsky, Anna Akhmatova et Boris Pasternak et les romanciers Leonid Andreyev, Ivan Bunin et Maxim Gorky .

Après la révolution de 1917 et la guerre civile qui a suivi, de nombreux écrivains et philosophes éminents ont quitté le pays tandis qu'une nouvelle génération d'auteurs s'est réunie dans le but de créer une culture ouvrière distinctive appropriée au nouvel État soviétique. Les principaux auteurs de l'ère soviétique comprennent les romanciers Yevgeny Zamiatin, Isaac Babel, Vladimir Mayakovsky, Ilf et Petrov, Yury Olesha, Mikhail Bulgakov, Mikhail Sholokhov, Aleksandr Solzhenitsyn, Yevgeny Yevtushenko et Andrei Voznesensky. [358]

Cuisine

La cuisine russe a été formée par le climat, les traditions culturelles et religieuses et la vaste géographie de la nation. [359] Il partage de nombreuses similitudes avec les cuisines de ses pays voisins et utilise largement des légumes, du poisson, de la farine, des céréales, du pain, [360] et des baies. [361]

Les cultures de seigle, de blé, d'orge et de millet fournissent les ingrédients pour divers pains, crêpes et céréales, ainsi que pour de nombreuses boissons. Le pain noir est très populaire en Russie. [360] Les soupes et les ragoûts savoureux comprennent le shchi, le bortsch, l'ukha, la solyanka et l'okroshka. [361] Smetana (une crème sure épaisse) est souvent ajoutée aux soupes et aux salades. [362] Le pirozhki, le blini et le syrniki sont des types de crêpes indigènes. [361] Le bœuf Stroganoff, le poulet à la Kiev, le pelmeni et le shashlyk sont des plats de viande populaires. [363] Les autres plats de viande comprennent les rouleaux de chou farcis (golubsy) généralement rempli de viande. [364] Les salades comprennent la salade Olivier, le vinaigre et le hareng habillé. [363]

La boisson non alcoolisée nationale de la Russie est le Kvass, [365] et la boisson alcoolisée nationale est la vodka [366] sa création dans la nation remonte au 14ème siècle. [367] Le pays a la consommation de vodka la plus élevée au monde, [368] mais la bière est la boisson alcoolisée la plus populaire en Russie. [369] Le vin est devenu populaire en Russie au cours de la dernière décennie, [370] [371] et le pays devient l'un des plus grands producteurs de vin au monde. [369] [372]

Médias

Les plus grandes agences de presse internationales en Russie sont TASS, RIA Novosti et Interfax. [373] La télévision est le média le plus populaire en Russie, avec 74% de la population regardant régulièrement les chaînes de télévision nationales et 59% regardant régulièrement les chaînes régionales. [374] Il existe trois principales stations de radio nationales en Russie : Radio Russia, Radio Mayak et Radio Yunost. La Russie possède le plus grand marché du jeu vidéo en Europe, avec plus de 65 millions de joueurs dans tout le pays. [375]

Le cinéma russe et plus tard soviétique était un foyer d'invention, résultant en des films de renommée mondiale tels que Le cuirassé Potemkine. [376] Les cinéastes de l'ère soviétique, notamment Sergei Eisenstein et Andrei Tarkovsky, deviendraient certains des réalisateurs les plus innovants et les plus influents du monde. [377] [378] Lev Kuleshov a développé la théorie du montage soviétique et a été l'un des fondateurs de l'École de cinéma de Moscou, la première école de cinéma au monde. La théorie du « film-œil » de Dziga Vertov a eu un impact énorme sur le développement de la réalisation de films documentaires et du réalisme cinématographique. De nombreux films soviétiques de réalisme socialiste ont connu un succès artistique, notamment Chapaev, Les grues volent, et Ballade d'un soldat.

Les années 1960 et 1970 ont vu une plus grande variété de styles artistiques dans le cinéma soviétique. Les comédies d'Eldar Ryazanov et de Leonid Gaidai de cette époque étaient immensément populaires, avec de nombreux slogans encore utilisés aujourd'hui. [379] [380] En 1961-1968, Sergey Bondarchuk a réalisé une adaptation cinématographique primée aux Oscars de l'épopée de Léon Tolstoï Guerre et Paix, qui était le film le plus cher réalisé en Union soviétique. [381] En 1969, Vladimir Motyl Soleil blanc du désert est sorti, un film très populaire dans un genre d'ostern le film est traditionnellement regardé par les cosmonautes avant tout voyage dans l'espace. [382] En 2002, Arche russe a été le premier long métrage à être tourné en une seule prise. [383] Aujourd'hui, l'industrie cinématographique russe continue de se développer. [384]

Des sports

Le football est le sport le plus populaire en Russie. [386] L'équipe nationale de football de l'Union soviétique est devenue la première championne d'Europe en remportant l'Euro 1960, [387] et a atteint la finale de l'Euro 1988. [388] En 1956 et 1988, l'Union soviétique a remporté l'or au tournoi olympique de football. Les clubs russes CSKA Moscou et Zenit Saint-Pétersbourg ont remporté la Coupe UEFA en 2005 et 2008. [389] [390] L'équipe nationale russe de football a atteint les demi-finales de l'Euro 2008. [391] La Russie était le pays hôte des confédérations de la FIFA 2017 Coupe, [392] et la Coupe du monde de football 2018. [393]

Le hockey sur glace est très populaire en Russie. [394] L'équipe nationale soviétique de hockey sur glace a dominé le sport au niveau international tout au long de son existence, remportant l'or à sept des neuf Jeux olympiques et 19 des 30 championnats du monde qu'ils ont disputés entre 1954 et 1991.L'équipe nationale masculine de hockey sur glace de Russie a remporté les championnats du monde de l'IIHF en 1993, 2008, 2009, 2012 et 2014. Le bandy est un autre sport de glace traditionnellement populaire dans le pays. L'Union soviétique a remporté tous les championnats du monde de Bandy chez les hommes entre 1957 et 1979, [395] et certains aussi par la suite. L'équipe nationale russe de bandy a remporté le championnat du monde de bandy en 1999, 2001, 2006, 2007, 2008, 2011 et est championne du monde en titre depuis 2013. L'équipe nationale russe de basket-ball a remporté l'EuroBasket 2007, [396] et la Russie. le club de basket-ball PBC CSKA Moscou a remporté l'Euroligue en 2006 et 2008. Le Grand Prix de Russie de Formule 1 se déroule chaque année au Sochi Autodrom dans le parc olympique de Sotchi. [397]

Historiquement, les athlètes russes ont été l'un des prétendants les plus titrés aux Jeux Olympiques, [398] se classant deuxième dans le nombre de médailles des Jeux Olympiques de tous les temps. [399] La Russie est la nation leader en gymnastique rythmique et la natation synchronisée russe est considérée comme la meilleure au monde. [400] Le patinage artistique est un autre sport populaire en Russie, en particulier le patinage en couple et la danse sur glace. La Russie a produit un certain nombre de joueurs de tennis célèbres. [401] Les échecs sont également un passe-temps très populaire dans le pays, plusieurs des meilleurs joueurs d'échecs du monde étant russes depuis des décennies. [402] Les Jeux olympiques d'été de 1980 ont eu lieu à Moscou, [403] et les Jeux olympiques d'hiver de 2014 et les Jeux paralympiques d'hiver de 2014 ont été organisés à Sotchi. [404] [405]


Premiers ministres de la Fédération de Russie

Boris Nikolaïevitch Eltsine

Boris Nikolaïevitch Eltsine (1931-2007) a été le premier Premier ministre de la Fédération de Russie (6 novembre 1991-15 juin 1992). Eltsine est né à Butka, Sverdlovsk, URSS. Après son mandat, il est devenu président de la Fédération de Russie jusqu'en 1999. Il s'est spécialisé dans la construction à l'Institut polytechnique de l'Oural. Il est devenu membre à part entière du Parti communiste et a reçu l'Ordre de Lénine en 1981 et est devenu le premier secrétaire du Comité du PCUS de l'oblast de Sverdlovsk en 1985. Eltsine a démoli le socialisme et a lancé l'économie de marché de la Fédération de Russie.

Yegor Timurovich Gaïdar

Yegor Timurovich Gaidar (1956-2009) était le deuxième Premier ministre de la Fédération de Russie (15 juin 1992-14 décembre 1992). Gaidar est né à Moscou, en URSS. C'était un écrivain et économiste diplômé de l'Université d'État de Moscou. Il était membre du Parti communiste et rédacteur en chef du Journal communiste. Il rejoint Eltsine après la dissolution de l'URSS et devient conseiller. Il était célèbre comme le sauveur de l'économie russe mais critiqué pour ses réformes économiques impitoyables. En tant que Premier ministre par intérim d'Eltsine, il a ensuite été remplacé par Viktor Tchernomyrdine.

Viktor Stepanovich Tchernomyrdine

Viktor Stepanovich Tchernomyrdine (1938-2010) a été deux fois Premier ministre de la Fédération de Russie (le troisième du 14 décembre 1992 au 23 mars 1998) (le cinquième le 23 août 1998 au 11 septembre 1998). Il est diplômé de l'Université technique d'État de Samara et de l'Université ouverte d'État de Moscou. Plus tard, il est devenu membre du Parti communiste et est devenu homme politique et président de la Gazprom Energy Company. Il a laissé un héritage de diplomatie et de dictons humoristiques qui font désormais partie du jargon russe.

Sergueï Vladilenovitch Kiriyenko

Sergey Vladilenovich Kiriyenko (1962) a été le quatrième Premier ministre de la Fédération de Russie (23 mars 1998-23 août 1998). Il était un homme politique et maintenant à la tête de Rosatom, la société nationale d'énergie nucléaire. Il est né à Soukhoumi mais a passé son enfance à Sotchi, dans le sud de l'URSS. Il est diplômé de l'Institut des ingénieurs du transport par eau de Nijni Novgorod (Gorki). Il était connu comme l'un des nouveaux réformistes qui n'ont pas réussi à améliorer l'économie du pays. Il a démissionné après la crise financière russe de 1998.

Evgueni Maximovitch Primakov

Yevgeny Maximovich Primakov (1929-2015) était le sixième Premier ministre de la Fédération de Russie (11 septembre 1998-12 mai 1999). Il a été premier ministre, ministre des Affaires étrangères, chef des services de renseignement et président du Soviet suprême de l'URSS. Il est né à Kiev, en RSS d'Ukraine. Il a étudié à l'Institut d'études orientales de Moscou et à l'Université d'État de Moscou. Il a également été journaliste et correspondant de la Pravda (1956-1970). Il a également occupé plusieurs postes de direction dans des académies des sciences du pays. Il a laissé un héritage de diplomatie, de multilatéralisme et d'une réforme fiscale réussie qui ont tous été accueillis démocratiquement par le peuple.

Sergueï Vadimovitch Stepachine

Sergey Vadimovich Stepashin (1952) était le septième Premier ministre de la Fédération de Russie (12 mai 1999-9 août 1999). Homme politique et actuel président de la Chambre des comptes de Russie. Il est né à Lüshunkou, en Chine. Il a étudié à l'École politique supérieure du ministère de l'Intérieur de l'URSS et à l'Académie militaire et politique. Il est docteur en droit et conseiller d'Etat. Il a également été ministre de la Justice et ministre de l'Intérieur à un moment donné. Il a reçu de nombreux honneurs et médailles au cours de sa longue carrière au gouvernement.

Vladimir Vladimirovitch Poutine

Vladimir Vladimirovitch Poutine (1952) a été deux fois Premier ministre de la Fédération de Russie (huitième - 9 août 1999-8 mai 2000) (douzième - 8 mai 2008-7 mai 2012). Il est né à Leningrad, en URSS. Il a étudié le droit des affaires à l'Université d'État de Saint-Pétersbourg. Il parle allemand et pratique le judo. Il a été membre du Parti communiste jusqu'en 1991. Il a ensuite rejoint le KGB et a été affecté en Allemagne. Il est surtout connu pour ses huit premières années en tant que président, lorsque l'économie russe a atteint de nouveaux sommets pendant huit années consécutives. Il continue de recueillir l'approbation de ses compatriotes et de la communauté internationale.


Président de la Fédération de Russie - Histoire

1. Le Président de la Fédération de Russie est le chef de l'État.

2. Le Président de la Fédération de Russie est garant de la Constitution de la Fédération de Russie, des droits et libertés de l'homme et du citoyen. Conformément aux règles fixées par la Constitution de la Fédération de Russie, il adopte des mesures pour protéger la souveraineté de la Fédération de Russie, son indépendance et l'intégrité de l'État, assurer le fonctionnement et l'interaction coordonnés de tous les organes du pouvoir de l'État.

3. Conformément à la Constitution de la Fédération de Russie et aux lois fédérales, le Président de la Fédération de Russie détermine les orientations de la politique intérieure et extérieure de l'État.

4. En tant que chef de l'Etat, le Président de la Fédération de Russie représente la Fédération de Russie dans le pays et dans les relations internationales.

1. Le Président de la Fédération de Russie est élu pour six ans par les citoyens de la Fédération de Russie au suffrage universel, égal et direct au scrutin secret.

2. Tout citoyen de la Fédération de Russie âgé d'au moins 35 ans et ayant un dossier de résidence permanente dans la Fédération de Russie d'au moins 10 ans peut être élu Président de la Fédération de Russie.

3. Une même personne ne peut être élue Président de la Fédération de Russie plus de deux mandats consécutifs.

4. Les règles d'élection du Président de la Fédération de Russie sont déterminées par la loi fédérale.

1. Lors de son entrée en fonction, le Président de la Fédération de Russie prête le serment de fidélité suivant au peuple :

"Je jure dans l'exercice des pouvoirs du Président de la Fédération de Russie de respecter et de sauvegarder les droits et libertés de l'homme et du citoyen, d'observer et de protéger la Constitution de la Fédération de Russie, de protéger la souveraineté et l'indépendance, la sécurité et l'intégrité de l'État , pour servir fidèlement le peuple".

2. Le serment est prêté dans une atmosphère solennelle en présence des membres du Conseil de la Fédération, des députés de la Douma d'Etat et des juges de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie.

Le Président de la Fédération de Russie :

  1. nommer par accord avec la Douma d'Etat le Président du Gouvernement de la Fédération de Russie
  2. avoir le droit de présider les réunions du gouvernement de la Fédération de Russie adopter une décision sur l'enregistrement du gouvernement de la Fédération de Russie
  3. présenter à la Douma d'État un candidat à la nomination au poste de président de la Banque centrale de la Fédération de Russie, soulever devant la Douma d'État la question de la révocation du président de la Banque centrale de la Fédération de Russie sur proposition du président du Gouvernement de la Fédération de Russie nomme et révoque les vice-présidents du Gouvernement de la Fédération de Russie et les ministres fédéraux
  4. présenter au Conseil de la Fédération des candidats à la nomination comme juges de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie, de la Cour suprême de la Fédération de Russie, de la Haute Cour d'arbitrage de la Fédération de Russie, ainsi qu'un candidat au poste de procureur -Le général de la Fédération de Russie nomme les juges des autres tribunaux fédéraux
  5. former et diriger le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, dont le statut est déterminé par la loi fédérale
  6. approuver la doctrine militaire de la Fédération de Russie
  7. former l'Administration du Président de la Fédération de Russie nommer et révoquer les représentants plénipotentiaires du Président de la Fédération de Russie
  8. nommer et révoquer le commandement suprême des forces armées de la Fédération de Russie
  9. après consultation des comités et commissions correspondants des chambres de l'Assemblée fédérale, nomme et révoque les représentants diplomatiques de la Fédération de Russie dans les États étrangers et les organisations internationales.

Le Président de la Fédération de Russie :

  1. annoncer les élections à la Douma d'État conformément à la Constitution de la Fédération de Russie et à la loi fédérale
  2. dissoudre la Douma d'État dans les cas et selon les règles fixées par la Constitution de la Fédération de Russie
  3. annoncer un référendum selon les règles fixées par la loi constitutionnelle fédérale
  4. soumettre des factures à la Douma d'État
  5. signer et rendre publiques les lois fédérales
  6. s'adresser à l'Assemblée fédérale avec des messages annuels sur la situation dans le pays, sur les orientations de la politique intérieure et extérieure de l'État.

1. Le Président de la Fédération de Russie peut recourir à des procédures de conciliation pour résoudre les différends entre les organes de l'autorité de l'État de la Fédération de Russie et les organes de l'autorité de l'État des sujets de la Fédération de Russie, ainsi qu'entre les organes de l'autorité de l'État des sujets de La fédération Russe. Dans le cas où aucune décision convenue n'est atteinte, il a le droit de soumettre le différend à l'examen d'un tribunal correspondant.

2. Le Président de la Fédération de Russie a le droit de suspendre les actes des organes du pouvoir exécutif des sujets de la Fédération de Russie au cas où ces actes contredisent la Constitution de la Fédération de Russie et les lois fédérales, les engagements internationaux de la Fédération de Russie ou violer les droits et libertés de l'homme et du citoyen jusqu'à ce que le problème soit résolu par un tribunal correspondant.

Le Président de la Fédération de Russie :

  1. gouverner la politique étrangère de la Fédération de Russie
  2. mener des négociations et signer des traités et accords internationaux de la Fédération de Russie
  3. signer les instruments de ratification
  4. reçu les pouvoirs et lettres de rappel des représentants diplomatiques accrédités auprès de lui.

1. Le président de la Fédération de Russie est le commandant en chef suprême des forces armées de la Fédération de Russie.

2. En cas d'agression contre la Fédération de Russie ou de menace directe d'agression, le Président de la Fédération de Russie institue sur le territoire de la Fédération de Russie ou dans certaines de ses parties une loi martiale et en informe immédiatement le Conseil de la Fédération et la Douma d'Etat à ce sujet.

3. Le régime de la loi martiale est défini par la loi constitutionnelle fédérale.

Le Président de la Fédération de Russie, dans les circonstances et selon les règles prévues par la loi constitutionnelle fédérale, institue l'état d'urgence sur le territoire de la Fédération de Russie ou dans certaines de ses parties et informe immédiatement le Conseil de la Fédération et l'Etat Douma à ce sujet.

Le Président de la Fédération de Russie :

  1. résoudre les problèmes de citoyenneté de la Fédération de Russie et d'octroi de l'asile politique
  2. décorer avec des récompenses d'État de la Fédération de Russie, décerner des titres honorifiques de la Fédération de Russie, des grades militaires supérieurs et spéciaux supérieurs
  3. décider de pardonner.

1. Le Président de la Fédération de Russie émet des décrets et des arrêtés.

2. Les décrets et ordonnances du Président de la Fédération de Russie sont obligatoires pour être exécutés sur tout le territoire de la Fédération de Russie.

3. Les décrets et ordonnances du Président de la Fédération de Russie ne sont pas contraires à la Constitution de la Fédération de Russie et aux lois fédérales.

Le Président de la Fédération de Russie jouit de l'immunité.

1. Le Président de la Fédération de Russie prend ses pouvoirs à partir du moment où il prête le serment de fidélité et cesse de les remplir à l'expiration du mandat et à partir du moment où un président nouvellement élu prête serment.

2. Le Président de la Fédération de Russie cesse d'exercer ses pouvoirs à court terme en cas de démission, d'incapacité stable pour des raisons de santé d'exercer les pouvoirs qui lui sont conférés ou en cas de destitution. Dans ce cas, l'élection du Président de la Fédération de Russie aura lieu au plus tard trois mois après la fin des pouvoirs à court terme.

3. Dans tous les cas où le Président de la Fédération de Russie est incapable de remplir ses fonctions, celles-ci sont temporairement remplies par le Président du Gouvernement de la Fédération de Russie. Le Président par intérim de la Fédération de Russie n'a pas le droit de dissoudre la Douma d'État, de procéder à un référendum, ainsi que les dispositions de la Constitution de la Fédération de Russie.

1. Le Président de la Fédération de Russie ne peut être mis en accusation par le Conseil de la Fédération que sur la base d'accusations de haute trahison ou d'un autre crime grave, avancées par la Douma d'État et confirmées par la conclusion de la Cour suprême de la Fédération de Russie sur la présence d'éléments constitutifs du crime dans les actes du Président de la Fédération de Russie et par la conclusion de la Cour constitutionnelle de la Fédération de Russie confirmant que les règles de présentation des charges étaient respectées.

2. La décision de la Douma d'État sur l'avance des charges et la décision du Conseil de la fédération sur la destitution du président sont adoptées aux deux tiers des voix du nombre total des membres de chaque chambre et à l'initiative d'au moins un tiers des députés de la Douma d'Etat et avec la conclusion d'une commission spéciale mise en place par la Douma d'Etat.

3. La décision du Conseil de la Fédération de destituer le Président de la Fédération de Russie est adoptée au plus tard trois mois après que la Douma d'Etat a porté les accusations contre le Président. Si une décision du Conseil de la Fédération n'est pas adoptée dans ce délai, les charges retenues contre le Président sont considérées comme rejetées.


Mikhaïl Gorbatchev démissionne de la présidence de l'URSS

Mikhaïl Gorbatchev annonce qu'il démissionne de son poste de président de l'Union soviétique. En vérité, il n'y avait pas grand-chose d'une Union soviétique à partir de laquelle démissionner&# x2014 à peine quatre jours plus tôt, 11 des anciennes républiques soviétiques avaient créé la Communauté des États indépendants (CEI), démembreant efficacement l'URSS. L'Union soviétique, à toutes fins utiles, avait déjà cessé d'exister.

Dans son discours d'adieu à la nation, Gorbatchev a indiqué que la création récente de la CEI était le principal motif de sa démission, affirmant qu'il était préoccupé par le fait que les habitants de ce pays cessent de devenir citoyens d'une grande puissance et les conséquences peuvent être très difficiles à gérer pour nous tous. Avec des mots parfois orgueilleux, parfois pleins de ressentiment, Gorbatchev a déclaré qu'il se tenait sur son palmarès. Il avait, a-t-il affirmé, supervisé le voyage de l'Union soviétique sur la "route de la démocratie". Ses réformes ont orienté l'économie communiste vers l'économie de marché. Il a déclaré que le peuple russe étaient &# x201Cliving dans un nouveau monde&# x201D dans lequel un &# x201Cend a été mis à la guerre froide et à la course aux armements.&# x201D Admettant &# x201Cil y a eu des erreurs,&# x201D Gorbatchev est resté catégorique qu'il &# x201Cn'a jamais eu de regrets” au sujet des politiques qu'il a suivies.

En réalité, Gorbatchev avait perdu une grande partie de son pouvoir et de son prestige en Union soviétique avant même la création de la CEI. L'économie était instable. Personne ne semblait satisfait de Gorbatchev - certains opposants réclamaient encore plus de liberté politique tandis que les partisans de la ligne dure de son gouvernement s'opposaient à tout mouvement vers la réforme. En août 1991, il n'a survécu à une tentative de coup d'État que grâce à l'aide du président de la Fédération de Russie Boris Eltsine. Après l'échec de la tentative, Eltsine est devenu un critique virulent de la lenteur des réformes économiques et politiques dans le pays. Alors que le pouvoir de Gorbatchev s'évanouissait, Eltsine a repris le Kremlin et d'autres installations du gouvernement soviétique et a remplacé le drapeau soviétique par le drapeau de la Russie. Après plus de 70 ans d'existence, l'Union soviétique&# x2014America&# x2019s ennemi juré de la guerre froide&# x2014a disparu.


Succession à la présidence[modifier | modifier la source]

Les lois concernant la succession au président existent pour assurer la stabilité continue du gouvernement.

Président par intérim[modifier | modifier la source]

En cas de décès, de démission ou de destitution du Président, le Président du Gouvernement (le Premier ministre) devient président par intérim jusqu'à de nouvelles élections présidentielles, qui doivent avoir lieu dans les 90 jours.

Le Premier ministre agissant en qualité de président ne peut dissoudre la Douma d'Etat, annoncer un référendum ou proposer des amendements à la Constitution.

Lorsque le président du gouvernement prend ses fonctions de président par intérim, il ou elle doit démissionner de son poste de président du gouvernement, ce qui signifie que dans des circonstances exceptionnelles, le premier vice-premier ministre devient chef du gouvernement, il ou elle occupera ce poste jusqu'à ce que un nouveau président (élu) entre en fonction. Le premier vice-Premier ministre dirigera un gouvernement provisoire, jusqu'à ce qu'un nouveau président soit élu. Le nouveau président nommera alors un nouveau président du gouvernement qui formera un nouveau gouvernement.

Si toutefois le Président du Gouvernement ne peut prendre ses fonctions en raison de circonstances extraordinaires, la succession à la présidence de la Fédération de Russie se déroule comme suit :


Voir la vidéo: André Giraud président de la fédération française dathlétisme