Général Pike - Histoire

Général Pike - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Général Pike

Zebulon Montgomery Pike, né en 1779 à Lamberton (maintenant partie de Trenton), New Jersey, était le fils de Zebulon Pike, capitaine de l'armée continentale. En 1794, le jeune Pike entra dans la compagnie de son père en tant que cadet pour être nommé sous-lieutenant le 3 mars 1799. En 1805, le président Jefferson choisit Pike pour commander une expédition dans la région du haut Mississippi du territoire de la Louisiane. À son retour à Saint-Louis en avril 1806, il est envoyé explorer les sources de l'Arkansas et de la rivière Rouge. Au cours de cette expédition, il découvre le sommet de la montagne du Colorado qui porte désormais son nom. Pike fut capturé par les Espagnols le 26 février 1807 mais fut relâché quelques mois plus tard. Au cours des années suivantes, il gravit rapidement les échelons, atteignant le général de brigade le 12 mars 1813. Il servit comme adjudant et inspecteur général dans la campagne contre York (aujourd'hui Toronto), au Canada. Il commanda les troupes américaines envoyées à terre lors d'un assaut réussi le 27 avril 1813, mais fut tué par l'explosion d'un magazine britannique, qui fut déclenchée par les troupes en retraite alors que les forces américaines prenaient d'assaut la garnison.

(Navire : t. 875 ; Ibp. 145' ; b. 37' ; dph. 15' ; cpl. 300 ; a. 26
24 livres )
Le général Pike a été posé par Henry Eckford, un constructeur naval de New York qui a supervisé la construction de navires de guerre sur le lac Ontario, à Sackett's Harbour g avril 1813. Incendié le 29 mai lors d'une attaque britannique sur Sackett's Harbour, le navire inachevé a été sauvé et lancé le 12 juin 1813, commandé par le Master Commandant Arthur Sinclair. Elle a été préparée à partir en juillet et le 21 juillet, elle a rejoint l'escadre du commodore Isaac Chauncey. Elle a navigué à la tête du lac Ontario, arrivant de Niagara le 27 juillet. En croisant le lac, elle a engagé des navires britanniques sous Commodore Yeo dans une bataille indécise les 10 et 11 août.

Le général Pike retourna à Sackett's Harbour le 13 août et s'approvisionna avant de retourner à la tête du lac pour rechercher des navires britanniques. Après presque un mois de manœuvres et de traque pour prendre l'avantage sur les Britanniques, il rejoint les navires de Chauncey lors d'une brève rencontre contre les Britanniques au large de l'embouchure de la rivière Genesee le 1er septembre. Le 28 septembre, les deux forces se rencontrent à nouveau à York Bay, en Ontario, et se livrent une bataille féroce, mais toujours indécise. Au cours d'échanges houleux de coups de feu entre les navires américains et britanniques, le général Pike a combattu dans une action intense contre le navire britannique Royal George et a rendu de vaillants services tout au long de la rencontre.

Après son retour à Sackett's Harbour au début d'octobre, le général Pike soutient les mouvements de troupes contre les Britanniques à l'extrémité inférieure du lac Ontario jusqu'à la mi-novembre, date à laquelle il retourne dans la péninsule du Niagara pour couvrir le transfert des troupes américaines de Fort Niagara à Sackett's Harbour. Elle est restée à Sackett's Harbour pendant les mois d'hiver.

Pendant le reste de la guerre de 1812, le général Pike a continué à opérer avec l'escadron de Chauncey. Après que les Britanniques eurent retiré les navires bloquant le port de Sackett au début de juin 1814, il se joignit à d'autres navires américains dans un blocus de navires britanniques à Kingston, en Ontario. Les forces américaines ont gardé les navires de Yeo dans le port de Kingston, et le général Pike a navigué librement sur le lac Ontario de la tête du Saint-Laurent à Sackett's Harbour. Après la fin de la guerre, il est désarmé à Sacket's Harbour et vendu en 1825.


L'explorateur Zebulon Pike tué au combat

Après avoir survécu à deux dangereuses expéditions d'exploration dans des régions inexplorées de l'Ouest, Zebulon Pike meurt au cours d'une bataille de la guerre de 1812.

Lorsqu'il devint général en 1812, Pike avait déjà fait face à de nombreuses situations périlleuses. Il s'engage dans l'armée à l'âge de 15 ans et finit par occuper divers postes militaires à la frontière américaine. En 1805, le général James Wilkinson ordonna à Pike de diriger 20 soldats lors d'une reconnaissance du cours supérieur du Mississippi. S'attendant à revenir avant le gel des rivières, Pike et sa petite bande ont remonté le Mississippi à bord d'un quillard de 70 pieds au début du mois d'août. La lenteur des progrès, cependant, signifiait que Pike et ses hommes passèrent un hiver rigoureux près de l'actuelle Little Falls, dans le Minnesota, avant de revenir le printemps suivant.

Moins de trois mois plus tard, Wilkinson a ordonné à Pike de se diriger à nouveau vers l'ouest. Cette fois, Pike et ses hommes ont exploré les sources de la rivière Arkansas, une route qui les a conduits dans le Colorado. Là, Pike a vu le pic imposant qui porte maintenant son nom, et il a fait une tentative malavisée de l'escalader. Sous-estimant grossièrement la hauteur de la montagne et vêtus uniquement d'uniformes en coton fin, Pike et ses hommes ont lutté contre la neige profonde et des températures inférieures à zéro avant d'abandonner finalement l'ascension.


Général Pike - Histoire

Né à Boston, Massachusetts, le 29 décembre 1809, Albert Pike a été commissaire des Indiens confédérés et commandant militaire du territoire indien pendant la guerre civile. Sa famille a déménagé à Newburyport, dans le Massachusetts, en 1814, et il y a fréquenté l'école. Manquant d'argent pour fréquenter Harvard, Pike a enseigné à l'école pour économiser de l'argent pour voyager dans l'Ouest. En 1831, il accompagna une partie commerciale du Missouri à Santa Fe.

Pike a atteint Fort Smith, territoire de l'Arkansas, le 10 décembre 1832. Il a enseigné l'école et a écrit de la poésie et de la prose pour le L'avocat du petit rocher et devint rédacteur en chef du journal en octobre 1833. Après avoir épousé Mary Ann Hamilton en 1834, Pike acheta le Avocat et est devenu avocat.

Avant de servir dans la guerre du Mexique, Pike a pratiqué le droit devant la Cour suprême des États-Unis. En 1852, il représenta la Creek Nation of Indian Territory dans une revendication de terres tribales cédées. Ses efforts ont attiré l'attention des Choctaw et des Chickasaw, qui l'ont engagé pour poursuivre une affaire similaire en 1854. Bien que Pike ait gagné les affaires, des réparations insuffisantes ont été accordées aux tribus en 1856 et 1857.

Pike retourna à Little Rock en 1861. À l'approche de la guerre de Sécession, il décida de servir la Confédération. Nommé commissaire confédéré des Affaires indiennes en mars 1861, Pike négocie des traités d'alliance entre le gouvernement confédéré et les Creek, les Choctaw et les Chickasaw, les Seminole, les Osage et les Seneca et Shawnee. Après de nombreuses négociations, le chef cherokee John Ross a signé un traité le 7 octobre 1861. Sept jours plus tard, Pike a été nommé brigadier général de l'armée provisoire du département du territoire indien, avec son quartier général à Fort Davis dans la nation cherokee. Après avoir participé à la bataille de Pea Ridge, Arkansas, en mars 1862, Pike retira ses troupes à Fort McCulloch dans la nation Choctaw.

En janvier 1862, le territoire indien avait été placé dans le district de Trans-Mississippi. Lorsque le commandant du district, le général Thomas C. Hindman, ordonna à Pike d'envoyer des troupes en Arkansas en mai 1862, Pike démissionna en signe de protestation. Il a fait valoir que son commandement devrait être séparé de celui de Hindman et que ses troupes ne devraient pas servir en dehors du territoire indien. Pike a exacerbé la situation en publiant son point de vue sur les lacunes militaires de Hindman et en proclamant ses griefs contre le prédécesseur de Hindman, le général Earl Van Dorn, pour avoir pris des provisions, de l'équipement et de l'argent du commandement de Pike pour une utilisation ailleurs.

La conduite de Pike a conduit à son arrestation en novembre 1862, mais les charges retenues contre lui ont été abandonnées. Après la guerre, il devint reclus et consacra sa vie à travailler pour le Rite écossais de la franc-maçonnerie à Washington, D.C., où il mourut le 2 avril 1891.

Bibliographie

Walter L. Brown, Une vie d'Albert Pike (Fayetteville : University of Arkansas Press, 1997).

Robert L. Duncan, Général réticent : la vie et l'époque d'Albert Pike (New York : E.P. Dutton, 1961).

Kenny A. Franks, « La mise en œuvre des traités confédérés avec les cinq tribus civilisées », Les Chroniques de l'Oklahoma 51 (printemps 1973).

Thomas W. Kremm et Diane Neal, "Crise of Command: The Hindman/Pike Controversy Over the Defense of the Trans-Mississippi District," Les Chroniques de l'Oklahoma 70 (printemps 1992).

Aucune partie de ce site ne peut être interprétée comme étant du domaine public.

Droits d'auteur sur tous les articles et autres contenus des versions en ligne et imprimées de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma est détenu par l'Oklahoma Historical Society (OHS). Cela inclut les articles individuels (droit d'auteur à OHS par attribution d'auteur) et collectivement (en tant que corpus complet), y compris la conception Web, les graphiques, les fonctions de recherche et les méthodes de liste/navigation. Le droit d'auteur sur tous ces documents est protégé par le droit américain et international.

Les utilisateurs acceptent de ne pas télécharger, copier, modifier, vendre, louer, réimprimer ou autrement distribuer ces documents, ou de créer des liens vers ces documents sur un autre site Web, sans l'autorisation de l'Oklahoma Historical Society. Les utilisateurs individuels doivent déterminer si leur utilisation du matériel relève des directives de la loi sur le droit d'auteur des États-Unis et n'enfreint pas les droits de propriété de l'Oklahoma Historical Society en tant que détenteur légal du droit d'auteur de L'Encyclopédie de l'histoire de l'Oklahoma et en partie ou en totalité.

Crédits photos : Toutes les photographies présentées dans les versions publiées et en ligne de L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma sont la propriété de l'Oklahoma Historical Society (sauf indication contraire).

Citation

Ce qui suit (selon Le manuel de style de Chicago, 17e édition) est la citation préférée pour les articles :
Ingrid P. Westmoreland, &ldquoPike, Albert,&rdquo L'Encyclopédie de l'histoire et de la culture de l'Oklahoma, https://www.okhistory.org/publications/enc/entry.php?entry=PI006.

© Société historique de l'Oklahoma.

Société historique de l'Oklahoma | 800 Nazih Zuhdi Drive, Oklahoma City, OK 73105 | 405-521-2491
Index du site | Contactez-nous | Confidentialité | Salle de presse | Demandes de site Web


Prise de York et mort du général Pike

Zebulon Montgomery Pike (1779-1813) était un soldat surtout connu pour son exploration du territoire de la Louisiane et son leadership dans la bataille d'York.

Cette pièce a été créée par un artiste inconnu en 1844 et représente la mort du brigadier-général américain Zebulon Pike à la bataille d'York près de York, aujourd'hui Toronto.

C'était la première victoire américaine dans la guerre de 1812, une guerre cruciale contre la Grande-Bretagne. Les Britanniques étaient déjà au milieu d'une guerre mondiale contre la France qui était l'une des causes de la guerre de 1812. Depuis que la guerre franco-britannique avait éclaté en 1793, les deux pays ont fait des efforts pour restreindre le commerce international. Cela a mis les États-Unis dans une position difficile car ils étaient incapables de commercer avec l'une des puissances mondiales sans faire face à la colère de l'autre. [1] Eland, Ivan. “La plupart des guerres de l'histoire américaine étaient inutiles et ont sapé le

Republic.” Mediterranean Quarterly, vol. 23 non. 3, 2012, p. 4-33. Après avoir tenté de décréter de nombreux embargos et actes infructueux contre les puissances européennes, les États-Unis sont tombés dans une dépression économique. En outre, les Britanniques ont continué à recruter de force des marins américains dans la Royal Navy par « impressionnement » et ont rejeté la prétention de l'Amérique à la neutralité dans la guerre mondiale, rejetant ainsi la légitimité nationale de l'ancienne colonie. [2] Un bref aperçu de la guerre de 1812. American Battlefield Trust. (2021, 25 mars).

https://www.battlefields.org/learn/articles/brief-overview-war-1812. Tous ces facteurs combinés ont conduit le président James Madison à demander au Congrès de se préparer à la guerre avec la Grande-Bretagne.

La bataille d'York a eu lieu en avril 1813 et a été une victoire facile pour les Américains qui ont mal tourné. Cette bataille était censée faire partie d'un plan américain beaucoup plus vaste visant à capturer la ville de Kingston, à détruire ses chantiers navals, à capturer ou à détruire l'escadron de la marine provinciale et à couper la ligne de ravitaillement de l'armée britannique dans les forts de l'ouest de Haut-Canada. Après avoir poussé les troupes britanniques hors de York, le général Pike et ses troupes sont entrés dans les forts et ont commencé à interroger les prisonniers britanniques pour des renseignements militaires. Cependant, pendant que cela se produisait, le Grand Magazine de York a explosé, en blessant 222 et en tuant 38, dont le général Pike. [3] Hurley, Michael. « La bataille et l'incendie d'York : première victoire des États-Unis dans la guerre de 1812 ».

UELAC, vol. 8, non. 11 décembre 2011 Étant donné que les soldats étaient privés de leur général de confiance, pendant les cinq jours où les détails de la reddition étaient en cours d'élaboration, la prise d'York est devenue l'incendie d'York. Les soldats ont reçu des ordres stricts de ne pas toucher à la propriété privée, mais de nombreux bâtiments publics et maisons privées ont été pillés et incendiés.

Cette bataille qui s'est transformée en tragédie a eu lieu sur le territoire canadien, mais elle est devenue un élément central de l'histoire américaine car elle a conduit directement à l'incendie de Washington un an plus tard. L'incendie de Washington était extrêmement important pour le peuple américain, car il montrait à quel point le nouveau pays était mal préparé par rapport aux puissances mondiales plus établies. La capitale a été dévastée, ce qui a été un grand revers pour le pays et a fait perdre confiance à de nombreuses personnes dans la nouvelle république. [4] Garrard, Graeme. « Washington brûle ». L'histoire aujourd'hui, vol. 64, non. 8, août 2014, p. 37-43. Alors que l'incendie de Washington n'était pas le moment le plus fier des États-Unis, l'incendie de York est l'histoire d'un héros fort menant les Américains à la victoire. Le message véhiculé ici est celui d'un grand succès américain. Les Américains voulaient se souvenir de la bataille réussie et du héros qu'était le général Zebulon Pike parce qu'il est un exemple de véritable héros américain. Le choix de décrire l'histoire dans laquelle les États-Unis ont été l'opprimé à succès reflète le nationalisme qui existait. Compte tenu de cela, il est logique que même des décennies plus tard, en 1844, cette bataille et la mort de ce général étaient encore si répandues dans la société américaine qu'elles continuaient à être un sujet de discussion et d'art.

La norme royale britannique de 1801-1816.

Le drapeau officiel des États-Unis de 1795 à 1818.

Le dessin est une excellente représentation de cet événement car les choix faits par les artistes aident les spectateurs à comprendre l'ensemble de la situation. Un détail qui exprime le succès des États-Unis est le retrait du drapeau canadien britannique et celui des États-Unis au loin. Au premier plan de l'image, un soldat américain démonte le drapeau qui se dressait autrefois sur les forts de York, et à l'arrière-plan, le drapeau des États-Unis est fièrement érigé. Même s'il s'agissait d'un événement littéral pendant la bataille, l'accent mis sur le retrait du drapeau canadien britannique et l'inclusion du drapeau des États-Unis à l'arrière-plan de l'image, symbolise l'issue de la bataille et le transfert de pouvoir qui s'est avéré plus tard pour être bref. Un autre détail du premier plan est les décombres à côté du blessé. Le bâtiment détruit et l'homme au sol, connu pour être le général Pike, donnent au spectateur un aperçu des événements qui ont suivi la prise réussie de York par les États-Unis. À l'arrière-plan, un fort militaire intact à côté de ce qui semble être un bâtiment civil. La présentation de ces bâtiments encore intacts et la spécification que le général Pike est juste blessé plutôt que mort, permet au spectateur de déterminer quel jour cet artiste essayait de représenter. L'artiste a dessiné le temps directement après ce qu'on appelle la prise d'York, mais avant la violence et la destruction qui sont devenues connues sous le nom d'incendie d'York. Les détails inclus dans cette œuvre d'art donnent au spectateur un excellent aperçu de ce que l'on sait de ces événements.


Histoire du brochet

Tout a commencé dans la salle 47 West Range, lorsque Frederick Southgate Taylor s'est tourné vers Littleton Waller Tazewell, son cousin et colocataire, pour l'aider à fonder une nouvelle fraternité. Étaient également présents James Benjamin Sclater, Jr., un camarade de classe de Tazewell, et le colocataire de Sclater, Robertson Howard. Ces quatre hommes ont voté pour ajouter un cinquième à leur groupe et ont choisi Julian Edward Wood. Peu de temps après, William Alexander, que l'on croit être un ami de Sclater, a été proposé pour devenir membre et admis en tant que fondateur. Les Fondateurs ont très vite interdit le « jeu de chevaux » ou le bizutage de nouveaux membres - un trait souvent présent dans les fraternités existantes à l'époque - car ils pensaient que de telles pratiques allaient à l'encontre de leur mission de promotion. amour fraternel et bon sentiment.”

L'essence de la vision des fondateurs pour Pi Kappa Alpha se trouve dans son préambule. Un comité a d'abord été suggéré par le frère William Alexander pour rédiger une déclaration sur l'origine et l'organisation de la Fraternité. Le comité était composé des frères Robertson Howard et Littleton Waller Tazewell.

La déclaration résultante est maintenant appelée le préambule.

EXPANSION

Avant la fin du printemps 1868, les frères avaient décidé qu'ils voulaient plus qu'une société de Virginie, ils voulaient devenir une fraternité nationale. Les 21 années suivantes s'avéreront être l'une des périodes les plus difficiles, brisant presque les rêves de ces jeunes hommes. Avec les universités rendant presque impossible l'existence des fraternités en interdisant la présence de sociétés secrètes, la Fraternité était encore capable de s'étendre.

Pi Kappa Alpha s'est d'abord étendu au Davidson College, où Beta Chapter a été formé. Près de deux ans plus tard, le troisième chapitre, Gamma Chapter chez William & Mary, a été créé. Au cours des années qui suivirent, jusqu'en 1889, il y aura un total de dix chartes accordées cependant, seules cinq sont restées actives. C'était l'année d'une convention des plus importantes.

UN TOURNANT CRUCIAL

La Convention Hampden-Sydney de 1889 a amené des gens comme Theron Hall Rice, un transfert en Virginie du sud-ouest, qui représentait Alpha Howard Bell Arbuckle, un récent diplômé puis professeur à Hampden-Sydney, qui représentait Iota et John Shaw Foster, un délégué de Theta Chapter à Southwestern (maintenant Rhodes College). Lambda à la Citadelle aurait dû être représenté par Robert Adger Smythe, mais un télégramme de Charleston expliquait : « aucun jour férié ne nous a été accordé. Impossible de venir. Agissez pour nous en tout.” Cette convention est d'une importance majeure, car elle est considérée comme la renaissance de la Fraternité. Ensemble, Theron Hall Rice, Howard Bell Arbuckle, Robert Adger Smythe et John Shaw Foster ont réorganisé et dynamisé la fraternité, et sont ainsi devenus les fondateurs juniors.

Un autre événement charnière dans l'histoire de la Fraternité est la Convention Troutdale de 1933. Lors de cette réunion, l'organisation nationale a été restructurée. Les anciens titres d'officiers nationaux ont été remplacés par de simples, le nombre d'officiers nationaux a été augmenté et la Fraternité a établi le secrétaire exécutif (plus tard directeur exécutif, maintenant vice-président exécutif) en tant qu'administrateur professionnel rémunéré. L'année a marqué la fin du service régulier direct de deux fondateurs juniors, Arbuckle et Smythe. La période des Junior Founders était révolue et Pi Kappa Alpha attendait avec impatience une nouvelle génération de leaders.


Monuments confédérés : le général Albert Pike s'est joint à un effort pour expulser les Noirs libres de l'Arkansas

PROCHE

Alors que pour certains, les monuments confédérés sont des monuments aux morts, pour beaucoup d'autres, ce sont des glorifications de l'esclavage, du racisme et de l'oppression. Nashville Tennessee

Albert Pike est un nom bien connu dans l'histoire de l'Arkansas en tant que général de guerre de Sécession des troupes amérindiennes et rédacteur en chef de journal. lettres et écrits, qui incluent sa part dans un groupe qui a appelé à expulser les Noirs de l'État après la guerre civile.

Bien que Pike soit connu à l'échelle nationale après la guerre civile pour son implication avec les francs-maçons, il a de nouveau attiré l'attention nationale le 19 juin 2020, lorsqu'une statue qui lui est dédiée à Washington, D.C., a été renversée par un groupe de manifestants de Black Lives Matter. Le monument à Pike était le seul d'un général confédéré de la guerre civile dans le district de Columbia.

Pike était une transplantation de Boston en Arkansas qui a d'abord résisté à la sécession, mais a suivi l'exemple de ses compatriotes de l'Arkansas en soutenant pleinement la Confédération et a même été nommé brigadier général dans au moins une bataille en Arkansas.

L'Albert Pike School House sur la place du palais de justice du comté de Crawford à Van Buren, Arkansas. (Photo : Jamie Mitchell/Times Record)

À la fin de sa vie, Pike s'était hissé parmi les plus hauts rangs des francs-maçons.

Avant la guerre de Sécession, il avait déménagé de la région de Fort Smith à Little Rock pour poursuivre une carrière de journaliste. Il est finalement devenu rédacteur en chef et propriétaire de The Advocate où il a rendu compte de la Cour suprême de l'Arkansas.

Lorsque la guerre de Sécession éclate en 1861, Pike est appelé comme général de brigade au sein d'une troupe composée de plusieurs tribus amérindiennes. Il a été cité comme étant un défenseur des Amérindiens et des torts qu'ils ont subis de la part de l'homme blanc.

En ce qui concerne les Afro-Américains, cependant, le point de vue de Pike sur l'esclavage était celui qui prétendait qu'il s'agissait d'un "mal nécessaire". Il prétendait que les esclaves ne pourraient occuper aucun autre emploi et qu'ils étaient bien traités par leurs maîtres. Il a même admis avoir son propre esclave pour les travaux « nécessaires ».

La statue d'Albert Pike à Washington, D.C., a été démolie et vandalisée le 19 juin. (Photo : avec l'aimable autorisation de Long Nguyen)

Pike a d'abord hésité à faire sécession, mais a changé d'avis lorsque les dirigeants de l'Arkansas ont voté pour la sécession. À ce stade, Pike est devenu un partisan confédéré à part entière. Un auteur, Fred W. Allsopp, a déclaré : « Il [Pike] n'a jamais rien fait à moitié. Pike lui-même a dit à propos de l'Arkansas : « Vous devez sortir volontairement, ou être expulsé ou traîné dehors. »

La seule bataille à laquelle Pike était connu pendant la guerre civile était à Pea Ridge, également appelée Elkhorn en raison d'une taverne voisine, et elle s'est terminée dans le chaos. Les troupes amérindiennes de Pike se sont dispersées et étaient incontrôlables. La bataille a vu deux généraux tués et un autre capturé alors que Pike n'a été informé que la bataille avait été perdue que trois heures après sa fin.

À Pea Ridge, Pike a mené son bataillon dans le combat, mais certains des Amérindiens ont scalpé des soldats de l'Union alors qu'ils étaient encore en vie. En conséquence, Pike a été relevé de son poste.

Dans une lettre aux tribus amérindiennes, dont une copie a été envoyée au président confédéré Jefferson Davis, Pike a cité les traités qu'il avait conclus avec les Amérindiens que la Confédération aurait rompus. Pike a pris sa retraite de l'armée, mais pas avant qu'il y ait eu des appels à son arrestation de la part de ses collègues généraux pour ne pas contrôler ses troupes.

Plus tard, Pike a vendu son journal et a poursuivi une carrière d'avocat. Il a gravi les échelons jusqu'à couvrir la Cour suprême des États-Unis. Il s'est également battu pour les droits de diverses tribus amérindiennes.

L'intérêt de Pike pour diverses langues anciennes l'a finalement amené à découvrir l'ordre des francs-maçons, qu'il a rejoint en 1840 et a finalement obtenu le statut de souverain grand commandeur de la juridiction sud du rite écossais en tant que franc-maçon de 33e niveau.


Mémorial Albert Pike (1901-2020)

Le mémorial Albert Pike était la seule statue d'un général confédéré à Washington jusqu'à ce qu'il soit démoli par des manifestants en juin 2020.

Bien qu'il soit représenté dans cette statue piétonne en bronze comme un chef maçonnique en tenue civile plutôt que comme un militaire, Albert Pike était un officier supérieur de l'armée confédérée. Le mémorial Albert Pike, érigé par le Conseil suprême, juridiction sud du rite écossais de la franc-maçonnerie, était la seule sculpture publique à Washington DC à commémorer un général confédéré.

Alors que les maçons faisaient pression sur le Congrès pour obtenir des terres pour ériger leur monument prévu à Pike dans les années 1890, les vétérans de l'armée de l'Union de l'organisation de la Grande Armée de la République ont demandé à leurs membres du Congrès de refuser la demande en raison de l'allégeance de Pike à la Confédération. Cependant, le Congrès était satisfait de l'assurance des maçons que Pike serait dépeint comme un civil plutôt que comme un soldat. Le terrain pour le mémorial a été approuvé le 9 avril 1898. Conçu par Gaetano Trentanove, la statue a été consacrée le 23 octobre 1901. La figure de Pike se tenait onze pieds de haut sur un piédestal de granit, mettant en vedette la déesse allégorique de la maçonnerie, qui détient la bannière du rite écossais.

Le mémorial Albert Pike a une longue histoire en tant que site de protestation. Remontant aux efforts des vétérans de l'Union pour empêcher l'érection de la statue, beaucoup ont plaidé au fil des ans pour le retrait de la statue en raison du racisme de Pike et de son rôle dans la Confédération. En 1992, des membres du mouvement LaRouche ont lancé une série de manifestations exigeant le retrait du mémorial, citant les liens présumés de Pike avec le KKK. Au cours d'un de ces événements, les partisans de LaRouche ont drapé la statue de Pike avec un chapeau pointu et une robe KKK. En 2017, à la suite du rassemblement Unite the Right à Charlottesville, l'intérêt s'est répandu dans de nombreuses villes et États pour retirer les statues et les monuments commémoratifs confédérés des terres publiques. Le lendemain du rassemblement, des manifestants se sont rassemblés au mémorial de Pike et ont scandé « abattez-le ». Des représentants du gouvernement local, dont certains membres du conseil municipal de DC, le procureur général du district de Columbia Karl Racine et la déléguée Eleanor Holmes Norton, ont demandé au National Park Service de retirer le mémorial. En juillet 2019, Norton a présenté un projet de loi ordonnant le retrait de la statue.

Le mémorial Albert Pike a été renversé et incendié le 17 juin 2020, alors que les manifestations se poursuivaient à travers le pays en réponse au meurtre de George Floyd. Les manifestants ont utilisé de la corde et des chaînes pour renverser la statue de Pike, l'ont aspergée d'un liquide inflammable et l'ont enflammée. Le lendemain, le National Park Service a enlevé la statue. Couvert de graffitis, le socle reste en place.

Inventaire DC : 3 mars 1979
Registre national : 20 septembre 1978


Brigadier confédéré Albert Pike : 5 choses à savoir sur l'ancien défenseur des droits des Amérindiens

Statue d'Albert Pike (Wikimedia Commons)

Albert Pike a la rare distinction d'être le seul membre confédéré à avoir un monument à Washington DC. Sa statue a été démolie le 19 juin par des manifestants pour ses liens étroits avec les confédérés et sa prétendue sympathie pour l'esclavage. Bientôt, Internet a été divisé sur sa position sur l'esclavage et ses antécédents. Il semble y avoir beaucoup de confusion sur qui est Albert Pyke et le rôle qu'il a joué dans notre histoire. Voici donc cinq extraits intéressants sur le mystérieux savant maçonnique.

Années de croissance

Bien qu'Albert Pike soit le descendant de John Pike, le fondateur de Woodbridge, New Jersey, son enfance a été tout sauf facile. Pike est né en 1809, à Boston, Massachusetts, de Benjamin et Sarah Pike. Son père aurait été alcoolique, tandis que sa mère s'efforçait de le pousser dans le ministère. Il a passé son enfance à Newburyport et Framingham. En 1825, Pike fut envoyé chez son oncle. Son oncle a découvert la mémoire photographique de Pike et l'a aidé à apprendre plusieurs langues.

Diplômé d'une maîtrise honorifique en arts de Harvard

Albert Pike a réussi l'examen d'entrée à l'Université Harvard en 1825. Lorsque le collège lui a demandé de payer les frais de scolarité pour les deux premières années, le jeune universitaire a choisi de renoncer à étudier dans la prestigieuse université en raison de ses difficultés financières, et a plutôt opté pour auto-éducation. Il a continué à étudier le droit par lui-même et a écrit plusieurs sujets juridiques. En plus de ses travaux juridiques, Pike a également écrit de la poésie comme passe-temps. Beaucoup de ses poèmes ont été publiés à titre posthume par sa fille. En 1859, il a reçu un diplôme honorifique de l'Université Harvard.

Malgré la position pro-indigène, il a favorisé l'esclavage

En 1850, Pike était activement engagé en politique. Il a rejoint le Know-Nothing Party (Ordre des Américains Unis). L'idéologie politique du parti était anti-étrangers. Le parti croyait que l'esclavage était meilleur pour l'économie, plutôt que les agriculteurs important des ouvriers de l'étranger pour travailler dans leurs fermes. Malgré sa position sur l'esclavage, Pike était autrefois pro-Indien. Il a représenté plusieurs tribus amérindiennes contre le gouvernement fédéral et a remporté des règlements pour eux.

Pendant la guerre de Sécession, Pike a été nommé commissaire des Affaires indiennes pour la Confédération. Il a finalement été promu général de brigade. Il a organisé plusieurs régiments de tribus de l'Arkansas. Certains de ses soldats ont mutilé les soldats de l'Union pendant la bataille, ce qui lui a causé des ennuis. Il s'est battu avec ses supérieurs et a accusé la Confédération de négliger ses obligations conventionnelles envers les tribus. Il a été arrêté pour trahison, mais relâché peu de temps après.

Liens de Arkansas Ku Klux Klan

Le nom de Pike revient souvent comme l'un des premiers dirigeants du Ku Klux Klan. Selon l'historien Walter Fleming, Pike était « l'officier de justice en chef » du Klan en 1905. Ce sujet a été controversé car aucune preuve substantielle n'a été trouvée pour étayer ou réfuter l'implication de Pike avec le Klan.

Si vous avez un scoop ou une histoire intéressante pour nous, veuillez nous contacter au (323) 421-7514


Ижайшие родственники

À propos de Brigue. Le général Zebulon Montgomery Pike, Jr.

Zebulon Montgomery Pike Jr. était un soldat et explorateur américain qui a donné son nom à Pikes Peak dans le Colorado. Son expédition Pike a cartographié une grande partie de la partie sud de l'achat de la Louisiane.

Pike est né à Lamington, New Jersey, qui fait maintenant partie de Trenton. Son père, également nommé Zebulon Pike, était officier dans l'armée continentale du général George Washington et a servi dans l'armée des États-Unis après la fin de la guerre d'indépendance. Le jeune brochet a atteint l'âge adulte dans une série d'avant-postes du Midwest à la frontière des États-Unis à l'époque dans l'Ohio et l'Illinois. Il a rejoint le régiment de son père en tant que cadet en 1794, a obtenu une commission d'enseigne en 1799 et une première lieutenance plus tard cette année-là. Pike a épousé Clarissa Harlow Brown en 1801 et a poursuivi sa carrière militaire dans la logistique et la paie dans une série de postes frontaliers. Sa carrière a été reprise par le général James Wilkinson, qui avait été nommé gouverneur du territoire de la Haute-Louisiane. En 1805, Wilkinson ordonna à Zebulon Pike de trouver la source du fleuve Mississippi.

Presque immédiatement après son retour, Pike reçut à nouveau l'ordre de diriger une expédition d'exploration pour trouver les sources de la rivière Arkansas et de la rivière Rouge. Près de Saint-Louis le 15 juillet 1806, Pike a mené ce qui est maintenant connu sous le nom de « l'expédition Pike » à partir du fort Bellefontaine pour explorer le sud-ouest.

Pike n'a jamais réussi à atteindre le sommet du célèbre pic qui porte son nom (Pikes Peak.) Il l'a tenté en novembre 1806, a atteint le mont Rosa au sud-est de Pikes Peak et a abandonné l'ascension jusqu'à la taille. neige après avoir passé près de deux jours sans nourriture.

Ce voyage, dont on se souvient le plus, s'est terminé par sa capture le 26 février 1807 par les autorités espagnoles dans le nord du Nouveau-Mexique, qui fait maintenant partie du Colorado. Pike et ses hommes ont été emmenés à Santa Fe, puis à Chihuahua où il a comparu devant le commandant général Salcedo. Salcedo a hébergé Pike avec Juan Pedro Walker, un cartographe, qui a également agi comme interprète et comme transcripteur/traducteur pour les documents confisqués de Pike. C'est avec Walker que Pike a eu accès à diverses cartes du sud-ouest et a appris le mécontentement mexicain à l'égard de la domination espagnole. Pike et ses hommes ont été libérés, sous protestation, vers les États-Unis à la frontière de la Louisiane le 1er juillet 1807.

Pike was promoted to captain without his knowledge while on the southwestern expedition. In 1811, he was listed as Lt. Col. Zebulon M. Pike with the 4th Infantry Regiment at the Battle of Tippecanoe. He was promoted to colonel in 1812. He continued his role as a military functionary, serving as deputy quartermaster-general in New Orleans and inspector-general during the War of 1812.

Pike was promoted to brigadier general in 1813. Along with General Jacob Brown, Pike departed from a rural military outpost, Sackets Harbor, on the New York shore of Lake Ontario, for his last military campaign. On this expedition, Pike commanded combat troops in the successful attack on York, (now Toronto) on April 27, 1813. Pike was killed by flying rocks and other debris when the retreating British garrison blew up its ammunition without warning as the town's surrender negotiations were going on. His body was brought by ship back to Sacketts Harbor, where his remains were buried.

Although his actual journals were confiscated by the Spanish authorities, and not recovered from Mexico until the 1900s, Pike's account of his southwest expedition was published in 1810 as The expeditions of Zebulon Montgomery Pike to headwaters of the Mississippi River, through Louisiana Territory, and in New Spain, during the years 1805-6-7 and later published in French, German, and Dutch. His account became required reading for all American explorers that followed him in the 19th century. Pike's account had a dramatic effect on the exploration of the southwest. He described the politics in Chihuahua that led to the Mexican independence movement, as well as the trade conditions in New Mexico and Chihuahua, which descriptions helped promote the development of the Santa Fe Trail.

Named for Zebulon Pike Pikesville, Maryland Pike County, Alabama Pike County, Arkansas Pike County, Illinois Pike County, Kentucky Pike County, Mississippi Pike County, Missouri Pike County, Indiana Pike County, Ohio Pike County, Pennsylvania Pike County, Georgia and its county seat Zebulon USS General Pike Fort Pike Pikes Peak Pike National Forest Pikes Peak (Iowa) Piketon, Ohio Pikeville, Kentucky Pike Island in Fort Snelling State Park, Minnesota Pike Creek Township in Morrison County, Minnesota Pike Township, Marion County, Indiana Pike Township, Stark County, Ohio Pike Trail League, Kansas high school activities league Pike Valley School District, Kansas School District, U.S.D. 426 Liberty ship SS Zebulon Pike (appears in Episode 1 of Victory At Sea) General Zebulon Pike Lock and Dam No. 11 in Dubuque, Iowa

Pike is descended from John Pike, an early immigrant settler and founder of Woodbridge, New Jersey.

Zebulon married Clarissa Harlow Brown in 1801. Their daughter Clarissa Brown Pike married John Cleves Symmes Harrison, a son of President William Henry Harrison. Zebulon died without a son to carry on his family name, so there are no Pikes who are direct descendants. However there is an active DNA effort to document relatives and almost 20% of Pike surnames are related to Zebulon. He is also a relative of Albert Pike, a Confederate brigadier general and a prominent Freemason and of Lt. Colonel Emory Jenison Pike, a World War One Medal of Honor recipient. He is the sixth great grandfather of musician and producer Mike Skinner and the political theorist Daniel Skinner.

Zebulon Montgomery Pike Jr. (January 5, 1779 – April 27, 1813) was an American soldier and explorer for whom Pikes Peak in Colorado is named. His Pike expedition mapped much of the southern portion of the Louisiana Purchase.

Pike was born in Lamberton, New Jersey, now a part of Trenton. His father, also named Zebulon Pike, was an officer in the Continental Army under General George Washington and served in the United States Army after the end of the Revolutionary War. The younger Pike grew to adulthood in a series of Midwestern outposts—the frontier of the United States at the time—in Ohio and Illinois. He joined his father's regiment as a cadet in 1794, earned a commission as ensign in 1799 and a first lieutenancy later that year. Pike married Clarissa Harlow Brown in 1801 and continued his military career in logistics and payroll at a series of frontier posts. His career was taken up by General James Wilkinson, who had been appointed Governor of the Upper Louisiana Territory. In 1805, Wilkinson ordered Zebulon Pike to find the source of the Mississippi River.

Nearly immediately upon his return Pike was ordered out once again to lead an exploratory expedition to find the headwaters of the Arkansas River and Red River. Near St. Louis on July 15, 1806, Pike led what is now known as "the Pike expedition" from Fort Bellefontaine to explore the southwest.

Pike never successfully reached the summit of the famous peak that bears his name (Pikes Peak.) He attempted it in November 1806, made it as far as Mt. Rosa to the southeast of Pikes Peak, and gave up the ascent in waist-deep snow after having gone almost two days without food.

This journey, for which he is most remembered, ended with his capture on February 26, 1807 by Spanish authorities in northern New Mexico, now part of Colorado. Pike and his men were taken to Santa Fe, then to Chihuahua where he appeared before the Commandant General Salcedo. Salcedo housed Pike with Juan Pedro Walker, a cartographer, who also acted as an interpreter and as a transcriber/translator for Pike's confiscated documents. It was while with Walker that Pike had access to various maps of the southwest and learned of Mexican discontent with Spanish rule. Pike and his men were released, under protest, to the United States at the Louisiana border on July 1, 1807.

Pike was promoted to captain without his knowledge while on the southwestern expedition. In 1811, he was listed as Lt. Col. Zebulon M. Pike with the 4th Infantry Regiment at the Battle of Tippecanoe. He was promoted to colonel in 1812. He continued his role as a military functionary, serving as deputy quartermaster-general in New Orleans and inspector-general during the War of 1812.

Pike was promoted to brigadier general in 1813. Along with General Jacob Brown, Pike departed from a rural military outpost, Sackets Harbor, on the New York shore of Lake Ontario, for his last military campaign. On this expedition, Pike commanded combat troops in the successful attack on York, (now Toronto) on April 27, 1813. Pike was killed by flying rocks and other debris when the retreating British garrison blew up its ammunition without warning as the town's surrender negotiations were going on. His body was brought by ship back to Sackets Harbor, where his remains were buried.

Although his actual journals were confiscated by the Spanish authorities, and not recovered from Mexico until the 1900s, Pike's account of his southwest expedition was published in 1810 as The expeditions of Zebulon Montgomery Pike to headwaters of the Mississippi River, through Louisiana Territory, and in New Spain, during the years 1805-6-7 and later published in French, German, and Dutch. His account became required reading for all American explorers that followed him in the 19th century. Pike's account had a dramatic effect on the exploration of the southwest. He described the politics in Chihuahua that led to the Mexican independence movement, as well as the trade conditions in New Mexico and Chihuahua, which descriptions helped promote the development of the Santa Fe Trail.[citation needed]

Pikesville, Maryland Pike County, Alabama Pike County, Arkansas Pike County, Illinois Pike County, Kentucky Pike County, Mississippi Pike County, Missouri Pike County, Indiana Pike County, Ohio Pike County, Pennsylvania Pike County, Georgia and its county seat Zebulon USS General Pike Fort Pike Pikes Peak Pike National Forest Pikes Peak (Iowa) Piketon, Ohio Pikeville, Kentucky Pike Island in Fort Snelling State Park, Minnesota Pike Creek Township in Morrison County, Minnesota Pike Township, Marion County, Indiana Pike Township, Stark County, Ohio Pike Trail League, Kansas high school activities league Pike Valley School District, Kansas School District, U.S.D. 426 Liberty ship SS Zebulon Pike (appears in Episode 1 of Victory At Sea) General Zebulon Pike Lock and Dam No. 11 in Dubuque, Iowa

Pike is descended from John Pike, an early immigrant settler and founder of Woodbridge, New Jersey.

Zebulon married Clarissa Harlow Brown in 1801. Their daughter Clarissa Brown Pike married John Cleves Symmes Harrison, a son of President William Henry Harrison. Zebulon died without a son to carry on his family name, so there are no Pikes who are direct descendants. However there is an active DNA effort to document relatives and almost 20% of Pike surnames are related to Zebulon. He is also a relative of Albert Pike, a Confederate brigadier general and a prominent Freemason and of Lt. Colonel Emory Jenison Pike, a World War One Medal of Honor recipient. He is the sixth great grandfather of musician and producer Mike Skinner and the political theorist Daniel Skinner.

Zebulon Montgomery Pike Jr. (b:January 5, 1778 d:April 27, 1813) was an American soldier and explorer for whom Pikes Peak in Colorado is named. His Pike expedition, often compared to the Lewis and Clark Expedition, mapped much of the southern portion of the Louisiana Purchase.

Pike was born in Lamberton, New Jersey, now a part of Trenton. His father, also named Zebulon Pike, was an officer in the Continental Army under General George Washington and served in the United States Army after the end of the Revolutionary War. The younger Pike grew to adulthood in a series of Midwestern outposts. The frontier of the United States at the time was in Ohio and Illinois. He joined his father's regiment as a cadet in 1794, earned a commission as ensign in 1799 and a first lieutenancy later that year.

Pike married Clarissa Harlow Brown in 1801 and continued an unremarkable military career in logistics and payroll at a series of frontier posts. His career was taken up by General James Wilkinson, who had been appointed Governor of the Upper Louisiana Territory. In 1805, Wilkinson ordered Pike to find the source of the Mississippi River.

Nearly immediately upon his return Pike was ordered out once again to lead an exploratory expedition to find the headwaters of the Arkansas River and Red River. Near St. Louis on July 15, 1806, Pike led what is now known as "the Pike expedition" from Fort Bellefontaine to explore the southwest.

Pike never successfully reached the summit of the famous peak that bears his name. He attempted it in November 1806, made it as far as Mt. Rosa to the southeast of Pikes Peak, and gave up the ascent in waist-deep snow after having gone almost two days without food.

This journey, which he is most remembered for, ended with his capture on February 26, 1807 by Spanish authorities in northern New Mexico, now part of Colorado. Pike and his men were taken to Santa Fe, then to Chihuahua where he appeared before the Commandant General Salcedo. Salcedo housed Pike with Juan Pedro Walker, a cartographer, who also acted as an interpreter and as a transcriber/translator for Pike's confiscated documents. It was while with Walker that Pike had access to various maps of the southwest and learned of Mexican discontent with Spanish rule. Pike and his men were released, under protest, to the United States at the Louisiana border on July 1, 1807.

Pike was promoted to captain without his knowledge while on the southwestern expedition. In 1811, he was listed as Lt. Col. Zebulon M. Pike with the 4th Infantry Regiment at the Battle of Tippecanoe. He was promoted to colonel in 1812. He continued his role as a military functionary, serving as deputy quartermaster-general in New Orleans and inspector-general during the War of 1812.

Pike was promoted to brigadier general in 1813.Along with General Jacob Brown, Pike departed from a rural military outpost, Sackets Harbor, on the New York shore of Lake Ontario, for his last military campaign. On this expedition, Pike commanded combat troops in the successful attack on York, Ontario (now Toronto) on April 27, 1813. Pike was killed by flying rocks and other debris when the retreating British garrison blew up its ammunition without warning as the town's surrender negotiations were going on. His body was brought by ship back to Sackets Harbor, where his remains were buried.

Although his actual journals were confiscated by the Spanish authorities, and not recovered from Mexico until the 1900s, Pike's account of his southwest expedition was published in 1810 as The expeditions of Zebulon Montgomery Pike to headwaters of the Mississippi River, through Louisiana Territory, and in New Spain, during the years 1805-6-7 and later published in French, German, and Dutch. His account became required reading for all American explorers that followed him in the 19th century. Pike's account had a dramatic effect on the exploration of the southwest. He described the politics in Chihuahua that led to the Mexican independence movement, as well as the trade conditions in New Mexico and Chihuahua, which descriptions helped promote the development of the Santa Fe Trail.


Forged metal on wooden shaft.

As a boy of five, John Brown witnessed a slave his own age being beaten with a fire shovel. He vowed to become a foe of slavery. By the mid-1800s, Brown was fulfilling his vow. The Kansas-Nebraska Act of 1854 allowed the two territories to decide the issue of slavery by a popular ballot. The fight in Kansas was so intense that the state earned the nickname of Bleeding Kansas. As Missouri pro-slavery, Ruffians flocked to Kansas, New England abolitionists bankrolled Free-Soilers to move to the settlement of Lawrence, Kansas. Henry Ward Beecher raised money to purchase Sharp's rifles for use by antislavery forces in Kansas. Rifles, said Beecher, are a greater moral agency than the Bible in the fight against slavery. The guns were packed in crates labeled "Bibles" so they would not arouse suspicion. Soon the Sharps rifles sent to Kansas were referred to as Beecher s Bibles. In 1856, after abolitionists were attacked in Lawrence, John Brown led a raid on scattered cabins along the Pottawatomie Creek, killing five people. Kansas would not become a state until 1861, after the Confederate states seceded. John Brown had another plan to bring about an end to slavery, a slave uprising. Brown contracted with Charles Blair, a forge master in Collinsville, Connecticut, to make 950 pikes for a dollar a piece. Brown would issue the pike to the slaves as they revolted. On 16 October 1859, Brown led his group to Harpers Ferry where he took over the arsenal and waited for the slaves to revolt. The revolt never came. Two days later Robert E. Lee and his troops overran the raiders and captured John Brown. Brown was found guilty of murder, treason, and of inciting slave insurrection and On 2 December 1859, he was hanged.


Voir la vidéo: HISTÓRIA DE PYKE, O ESTRIPADOR DAS ÁGUAS SANGRENTAS RESUMIDA - League of Legends


Commentaires:

  1. Mu'tasim

    Je ne peux pas participer à la discussion pour le moment - je suis très occupé. Je serai libre - j'exprimerai certainement mon opinion.

  2. Kitaxe

    Vous faites une erreur. Je peux le prouver. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  3. Gunris

    Agree, your idea is simply excellent

  4. Kaphiri

    La très bonne idée

  5. Sanford

    J'ai trouvé la réponse à votre question dans google.com

  6. Aesclin

    Message merveilleux et utile

  7. Penrod

    Je n'aime pas ça.

  8. Hanbal

    Simplement la brillance



Écrire un message