Panzer V ausf D/ Panther I

Panzer V ausf D/ Panther I


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char moyen Panther, 1942-45, Stephen A. Hart, Osprey New Vanguard 67. Ce regard sur ce qui fut probablement le meilleur char allemand de la Seconde Guerre mondiale se concentre sur le développement technique du Panther. Le texte est divisé en chapitres sur chacune des versions majeures du Panther, examinant leur développement, leur production, leur déploiement et leur carrière au combat. En conséquence, le texte coule bien et chaque nouveau développement est correctement placé dans son contexte. [voir plus]


Panzer V Panther (Famille)

Le Panzer V Ausf. D était la première version de production du Panther. C'est étrange et peut-être déroutant car la plupart des véhicules allemands ont progressé dans l'ordre alphabétique des désignations.

Le Panther avait un équipage de 5 hommes. L'opérateur radio/mitrailleur était assis à l'avant, côté droit de la coque, et le conducteur était assis à l'avant, côté gauche de la coque. Le tireur était assis directement à gauche de la culasse du canon dans la tourelle, le commandant était assis à l'arrière gauche de la tourelle et le chargeur était assis derrière et à droite de la culasse du canon.

L'armement principal consistait en un canon de 7,5 cm Kampfwagenkanone (KwK) 42 L/70 installé dans la tourelle. Ce canon pouvait tirer des obus perforants à grande vitesse et détruire la plupart des chars alliés à longue portée. La portée effective était de 1,1 à 1,3 kilomètres, et six coups pouvaient être tirés par minute. Le canon pouvait abaisser de 8 degrés et s'élever de 20 degrés par rapport à l'horizontale. 79 obus de 75 mm pouvaient être transportés et le char était équipé d'un viseur binoculaire Turmzielfernrohr 12 pour viser le canon.

L'armement secondaire se composait d'une mitrailleuse coaxiale MG34 de 7,62 mm et d'une mitrailleuse de caisse actionnée par l'opérateur radio. La mitrailleuse de la coque a été tirée à travers une ouverture "boîte aux lettres", qui était essentiellement un trou rectangulaire dans le glacis. Lorsque la mitrailleuse de caisse n'était pas utilisée, la fente de la boîte aux lettres était couverte par une porte blindée. À partir d'août 1943, une mitrailleuse supplémentaire de 7,62 mm a été ajoutée à la coupole du commandant, pour une utilisation dans le rôle anti-aérien.

Le glacis supérieur de l'Ausf. D consistait en une plaque de blindage de 80 mm inclinée à 55 degrés et le glacis inférieur avait 60 mm d'épaisseur, incliné à 55 degrés. Les côtés inférieurs de la coque avaient 40 mm d'épaisseur et n'étaient pas inclinés. Les côtés supérieurs de la coque avaient 40 mm d'épaisseur et étaient inclinés à 40 degrés. Le blindage supérieur de la coque avait 16 mm d'épaisseur, et le blindage ventral avait également 16 mm d'épaisseur. Au cours de la production de l'Ausf. D l'armure de ventre a été augmentée à deux feuilles d'armure de 16 mm d'épaisseur, et plus tard à 3 feuilles. L'arrière de la coque avait 40 mm d'épaisseur et était incliné.

L'avant de la tourelle avait 100 mm d'épaisseur et une pente de 12 degrés, et le masque avait également 100 mm d'épaisseur. Le masque arrondi était connu pour créer un piège à balles, où une coquille perforante déviait du masque et traversait le toit de la coque. Les côtés et l'arrière de la tourelle avaient 45 mm d'épaisseur et étaient inclinés à 25 degrés. Le toit de la tourelle avait 16 mm d'épaisseur, tout comme le toit de la coupole du commandant. La coupole du commandant était en forme de tambour et avait six hublots en verre de 90 mm d'épaisseur. La coupole du commandant avait 110 mm de blindage tout autour, sans pente. Toute l'armure a été durcie à la face et utilisait un joint à tenon, afin d'augmenter la résistance des soudures.

On pensait que les fusils antichars soviétiques seraient capables de pénétrer le blindage latéral inférieur plat de 40 mm, donc en avril 1943, un blindage latéral Schuerzen a commencé à être ajouté. Il s'agissait de panneaux de blindage minces, de 4 à 5 mm, qui ont été ajoutés sur les côtés du char pour à la fois cacher le blindage latéral inférieur et ajouter une couche protectrice.

Les mines antichars magnétiques ont été créées pour être utilisées par l'infanterie de la Wehrmacht, on pensait donc que l'Armée rouge pourrait créer et utiliser quelque chose de similaire. En tant que tel, le zimmerit a commencé à être appliqué sur les Panthers en août et septembre 1943. Le zimmerit était une pâte qui serait appliquée sur le blindage du char comme de la peinture, et il était ondulé, lui donnant un aspect physique unique.

Les 250 premiers Panther Ausf. D étaient propulsés par un moteur Maybach HL 210 P30 essence V12 refroidi par eau de 650 ch. Le reste était propulsé par un moteur essence Maybach HL 230 V12 refroidi par eau de 700 ch, plus puissant. La transmission était une ZF A.K.7/200, fabriquée par ZF Friedrichshafen. La transmission avait 7 vitesses avant et une marche arrière. Le char ne pouvait aller qu'à 4 km/h en marche arrière, mais pouvait aller à 54,9 km/h en avant, sur route.

Le système de suspension utilisé était un système à barre de torsion. Il avait une roue motrice avant, une roue folle arrière et huit roues de route entrelacées de chaque côté du châssis. Les roues entrelacées offraient une meilleure protection aux côtés de la coque et permettaient une meilleure mobilité car des pistes plus larges pouvaient être utilisées, mais elles rendaient le remplacement d'une roue endommagée beaucoup plus difficile. Plusieurs roues ont dû être enlevées pour arriver à la roue qui était cassée, ce qui prenait beaucoup de temps. De plus, les roues entrelacées pouvaient geler ensemble par temps froid. La Bundeswehr a cependant accepté cela, car les roues entrelacées permettaient une pression au sol plus faible et donc une mobilité plus élevée. Les roues de route avaient à l'origine 16 boulons, mais plus tard dans la production de l'Ausf. D, ceux-ci ont été remplacés par des roues à 24 boulons. Les chenilles larges ont permis une meilleure traction ainsi qu'une pression au sol plus faible, aidant le Panther à être si rapide pour un véhicule de sa taille et de son poids.

Le Pz. V Ausf. La tourelle D avait trois ports pistolet, un de chaque côté et un à l'arrière. Il y avait aussi une trappe circulaire sur le côté de la tourelle, pour le chargement ou l'éjection des munitions en cas de besoin. À l'arrière de la tourelle, il y avait une trappe d'évacuation circulaire pour l'équipage. Il y avait un couvercle circulaire à l'avant du toit de la tourelle qui servait à protéger le ventilateur d'évacuation des gaz. Il y avait des supports pour fixer les lance-grenades fumigènes Nebelwurfgerät à l'avant de la tourelle, mais en 1943, ceux-ci ont cessé d'être ajoutés aux Panthers, car on a vu qu'ils pouvaient exploser prématurément s'ils étaient touchés par des tirs d'armes légères, aveuglant l'équipage et les forçant à évacuer le véhicule. Lorsque les supports ont été retirés, un pare-pluie a été ajouté aux deux ouvertures de visée binoculaires. De plus, des protections contre la pluie pour les ports de pistolet, la trappe d'évacuation et la trappe de communication ont été ajoutées plus tard dans la production.

La radio utilisée sur le Pz. V Ausf. D était le FuG 5, FuG signifiant Funkgerät, ce qui signifie « appareil radio ». Le FuG 5 fonctionnait entre 27 000 et 33 300 kHz en fréquence et avait une puissance d'émission de 10 watts. Il s'agissait d'un émetteur-récepteur VHF à bande haute/bande basse, et il pouvait utiliser 125 canaux avec un espacement de 50 KHz. Sa portée était de 2-3 km avec la fréquence AM et de 3-4 km avec la fréquence CW. Il était destiné à être utilisé pour communiquer avec les autres chars du peloton ou de la compagnie.

Une deuxième radio a été ajoutée au char s'il était utilisé par un commandant de compagnie, et c'était une radio FuG 2. Le FuG 2 était un récepteur HF bande haute/bande basse VHF, et il fonctionnait entre 27 000 et 33 300 KHz en fréquence. Ce récepteur permettait au commandant de la compagnie d'écouter les ordres du commandement, tout en communiquant avec les autres chars de la compagnie.

Port de vision du conducteur et phares

A l'origine, un hublot rectangulaire pour le conducteur était découpé dans le glacis supérieur. En combat ou non utilisé, il pouvait être fermé par un couvercle blindé. Afin de rendre la production plus simple et plus facile, ainsi que de supprimer ce qui était considéré comme un point faible, cette fonctionnalité a été supprimée pendant le Pz. V Ausf. D fabrication. Le conducteur devait alors voir à travers deux périscopes, qui ont ensuite été remplacés par un périscope pouvant pivoter.

Deux phares Bosch Tarnlampe ont été montés sur les premiers Pz. V Ausf. D, un de chaque côté du réservoir, au-dessus du garde-voie. En juillet 1943, cela a été changé en un seul phare sur le côté gauche.

Les Panthers ont été peints en Dunkelgrau (gris foncé) à l'usine jusqu'en février 1943, date à laquelle les usines ont reçu l'ordre de peindre tous les véhicules en Dunkelgelb (un havane jaune). Les unités qui ont reçu les véhicules ont ensuite appliqué un camouflage sur le terrain en utilisant Olivegruen (vert olive) et Rotbraun (brun rougeâtre). Pour le camouflage d'hiver, un badigeon a été appliqué.

Panzerkampfwagen V Ausf. UNE

Ausf précoce. Un Panther avait le même port de mitrailleuse de coque "boîte aux lettres" rectangulaire, mais cela a été changé en une monture à boule, connue sous le nom de kugelblende, en novembre 1943. La kugelblende était une monture blindée sphérique, qui permettait à l'opérateur radio de regarder vers le bas mire de la mitrailleuse et a donné une meilleure protection. Le périscope orienté vers l'avant de l'opérateur radio a été retiré et le périscope orienté vers la droite a été déplacé de 2,5 cm vers la droite.

L'armure ventrale de l'Ausf. Une panthère n'était pas cohérente, mais il y avait trois variantes différentes. Certains avaient un blindage ventral d'une tôle d'acier de 16 mm d'épaisseur, un autre avait une tôle avant de blindage de 30 mm d'épaisseur et une tôle arrière de blindage de 16 mm d'épaisseur - afin de mieux se protéger contre les mines, et le dernier avait trois plaques blindées, le les deux avant ont 30 mm d'épaisseur et le dernier 16 mm d'épaisseur. De plus, le blindage du pont n'était pas non plus cohérent, certains ayant une feuille de blindage de 16 mm d'épaisseur, et d'autres ayant un blindage de 16 mm d'épaisseur mais en trois parties.

Le manteau du Pz. V Ausf. A était plus large que celui de l'Ausf. D. L'extracteur de gaz utilisé sur l'Ausf. D a été amélioré sur l'Ausf. Un modèle. La tourelle de l'Ausf. D était équipé d'un système à vitesse unique pour traverser la tourelle, tandis que l'Ausf. A a reçu un système à vitesse variable, augmentant la vitesse de rotation de la tourelle. De plus, un anneau d'étanchéité à ressort a été ajouté à l'anneau de la tourelle afin d'empêcher l'eau de pénétrer dans le réservoir pendant le passage à gué.

Ausf précoce. Une tourelle avait la même coupole de commandant en forme de tambour que l'Ausf. D, mais plus tard Ausf. Une tourelle avait une nouvelle coupole de commandant en forme de dôme. La coupole en forme de dôme avait sept périscopes avec des revêtements blindés. La tourelle était équipée d'un anneau indicateur d'azimut de 1 heure à 12 heures, ce qui permettait au commandant d'appeler la direction des chars ennemis et le mitrailleur saurait de quelle direction il parlait. À partir d'août 1943, un anneau et une mitrailleuse antiaérienne de 7,62 mm ont été ajoutés à la coupole du commandant.

Les premiers Ausf. Une tourelle retenait les trois sabords pistolets de l'Ausf. D, mais les tourelles de production ultérieures n'avaient pas de ports de pistolet, afin d'augmenter la résistance de l'armure et de simplifier la production. Afin de compenser le manque de ports pistolet, un Nahverteidgungswaffe a été ajouté à droite de la coupole du commandant. Le Nahverteidgungswaffe ressemblait à un pistolet lance-fusées et pouvait tirer une grenade hautement explosive, une grenade fumigène ou une fusée éclairante. Si le char était attaqué par l'infanterie ennemie, une grenade explosive pouvait être tirée, tuant l'infanterie ennemie mais pas l'équipage du char.

Ausf précoce. Un Panther avait le même viseur binoculaire T.Z.F.12 que l'Ausf. D, avec deux lentilles dans le masque. En novembre 1943, cela a été changé pour le viseur monoculaire T.Z.F.12a, qui n'avait qu'une seule lentille. Par conséquent, le masque a dû être changé, il n'y avait donc qu'un seul trou dans le masque pour la lentille de visée du pistolet. De plus, un pare-pluie semi-circulaire a été ajouté.

En août 1943, les roues à 16 boulons ont été remplacées par des roues à 24 boulons, mais même en mars 1944, les Panthers recevaient toujours des roues à 16 boulons. De plus, les chantiers de maintenance avaient encore des magasins de roues à 16 boulons, donc si un Panther devait faire remplacer les roues de route, il y avait une chance qu'il reçoive des roues de route à 16 boulons. D'autres changements mineurs de suspension sont apparus sur Ausf. Un Panthers, tel qu'un enjoliveur blindé différent pour le pignon d'entraînement.

Ausf précoce. Un Panther avait encore les deux tuyaux d'échappement à l'arrière de la coque qui dépassaient verticalement des enveloppes blindées incurvées. Le feu de convoi rouge était situé au-dessus de la voie de gauche mais en dessous de la sacoche. Pendant la production, la disposition des gaz d'échappement a été modifiée. Le tuyau d'échappement droit est resté le même, mais le tuyau d'échappement gauche a été modifié - deux tuyaux de refroidissement ont été ajoutés de sorte que trois tuyaux dépassent du boîtier blindé gauche. Le feu du convoi a été déplacé du dessus des rails de gauche directement à gauche du tuyau d'échappement le plus à gauche.

Panzerkampfwagen V Ausf. g

L'homme. La société a décidé de créer un nouveau châssis Panther le 4 mai 1944. Un nouveau châssis blindé était déjà en cours de conception sous le nom de Panther II, mais il était loin d'être terminé, un nouveau projet a donc été lancé. Ce projet deviendrait le Panzer V Ausf. G, qui présentait une coque redessinée, mais gardait l'Ausf. Une tourelle avec seulement des modifications mineures. L'objectif principal était d'augmenter la protection latérale et de simplifier la production.

Le changement de blindage le plus important sur l'Ausf. G était l'armure latérale supérieure. L'épaisseur a été augmentée de 40 mm à 50 mm, et elle était inclinée à 29 degrés au lieu de 40 degrés. Cela a considérablement augmenté la protection latérale, mais a également augmenté le poids de 305 kg. Afin de maintenir la même mobilité, le poids a dû être réduit ailleurs. Le glacis inférieur a été réduit de 60 mm à 50 mm, réduisant le poids de 150 kg. L'armure ventrale de l'Ausf. G a utilisé le même modèle qu'une version de l'Ausf. A, avec trois plaques, les deux avant ayant 30 mm d'épaisseur et la dernière 16 mm d'épaisseur. Sur l'Ausf. G cela a été changé pour les deux avant étant de 25 mm d'épaisseur, et le dernier restant 16 mm d'épaisseur. Cela a réduit le poids de 100 kg. En raison de ces réductions de poids dans des zones moins importantes, la Panther Ausf. G a conservé un poids similaire à celui des Panthers précédents.

Afin d'empêcher les débris d'empêcher l'élévation du canon, une bande métallique a été soudée à travers l'espace entre le haut du masque du canon et l'avant de la tourelle. De plus, la protection contre la pluie au-dessus de l'ouverture du viseur a été allongée. Une nouvelle conception de masque a été introduite, afin d'éviter l'effet piège à balles des obus frappant la partie inférieure incurvée du masque. Le nouveau masque comportait un protège-menton, de sorte que la partie inférieure du masque n'était plus incurvée. Cinq boucles métalliques ont été ajoutées sur les côtés de la tourelle à partir de 1945, afin de permettre une application plus facile du camouflage en utilisant des cordes enfilées entre les boucles pour tenir sur les branches et le feuillage.

Poste de conduite, phare, port de mitrailleuse et rangement de munitions

Le port de vision du conducteur trouvé sur l'Ausf. D et Ausf. Un Panthers a été enlevé sur l'Ausf. G. Il était considéré comme un point faible, et le retirer a également simplifié la construction. Le conducteur ne recevait plus qu'un seul périscope rotatif, au lieu des deux périscopes statiques orientés vers l'avant et latéraux des modèles précédents.

Le phare de l'Ausf. Une Panthère a été retrouvée sur le glacis supérieur, côté gauche. Sur l'Ausf. G cela a été déplacé vers le haut de l'aile gauche.

Deux portes coulissantes ont été ajoutées pour fermer les zones de stockage des munitions de sponson, mais en septembre 1944, elles ont été supprimées, car elles interféraient avec le processus de chargement des munitions. Le rangement des munitions a également été modifié pour permettre au Panther de transporter 82 cartouches pour le canon principal.

Le port de la mitrailleuse à boule a été changé sur l'Ausf. G, avec une "étape". Les tirs d'armes légères de l'ennemi ciblaient souvent le port de la mitrailleuse, et les balles pouvaient rebondir sur le glacis et pénétrer dans le char par l'ouverture de la mitrailleuse. Le "pas" a aidé à empêcher les balles de faire cela.

Projecteur infrarouge et portée

Le projecteur infrarouge et la lunette de visée F.G.1250 Ziel und Kommandanten-Optic fuer Panther ont commencé à être ajoutés à Pz. V Ausf. G Panthers en septembre 1944. Le système était attaché à la coupole des commandants. Lorsque le commandant déplaçait la lunette vers le haut ou vers le bas, une bande passant par le toit de la tourelle montrait au tireur à quelle élévation le canon devait être pour atteindre la cible. Le commandant pouvait également voir dans l'infrarouge, ce qui lui permettait de repérer les chars ennemis la nuit. Le système infrarouge fonctionnait jusqu'à 600 m par temps clair. Cette technologie était inconnue à l'époque, et seuls les Allemands l'utilisaient. Le Panther était le seul char à être équipé de cet équipement, bien qu'il y ait eu des half-tracks qui en étaient équipés. On ne sait pas combien de Panthers ont été équipés de ce système.

Ausf précoce. Les G Panthers ont été peints en Dunkelgelb (un bronzage jaune) à l'usine et ont été recouverts d'un revêtement de mine antimagnétique Zimmerit. L'unité de panzer qui a reçu les Panthers appliquerait alors un camouflage en fonction des conditions de leur emplacement. Les usines ont été chargées en août 1944 d'appliquer un nouveau motif de camouflage "Embuscade". Il mettait en vedette Rotbraun (un brun rougeâtre) et Olivgruen (un vert olive) peints sur le Dunkelgelb en taches. Vers la fin de la guerre, les forces alliées contrôlaient le ciel, de sorte que les équipages des Panther se garaient souvent sous les arbres pour éviter d'être détectés par les avions ennemis. En tant que tels, des points de Dunkelgelb ont été appliqués au motif Ambush pour ressembler à de la lumière traversant l'arbre. Des points plus gros et plus foncés ont également été appliqués sur la couche de base Dunkelgelb.

Il a été rapporté que le revêtement Zimmerit pouvait provoquer des incendies dans les chars, et les Alliés n'utilisaient pas de mines antichars magnétiques en grande quantité, donc en septembre 1944, Zimmerit n'était plus appliqué sur les chars Panther. L'Ausf. G Panthers a ensuite commencé à être peint avec une couche de base d'apprêt d'oxyde rouge. Le seul camouflage appliqué par les unités blindées était des taches de Dunkelgelb sur la couche de base, car la Wehrmacht manquait de peinture et les chars devaient entrer dans l'action dès que possible.

En octobre 1944, les usines ont reçu l'ordre de peindre l'intérieur du réservoir en oxyde rouge au lieu de blanc. Cela a fait que le char est devenu un environnement de travail très sombre, peu apprécié des équipages, mais cela a permis de gagner du temps, permettant aux chars d'atteindre les lignes de front plus rapidement. L'extérieur du réservoir a été peint en taches de Rotbraun, Dunkelgelb et Olivgruen. Les usines étaient autorisées à utiliser Dunkelgrau (un gris foncé) si elles manquaient de Rotbraun. En février 1945, les usines furent autorisées à repeindre l'intérieur des tourelles Elfenbein (de couleur blanc ivoire).

Production

Les chiffres de production des chars Panther sont difficiles à passer au crible, la production revendiquée par les usines ne correspond pas à celle des données dont nous disposons en examinant les numéros de châssis, connus Fgst.Nr. ou fahrgestellnummer en allemand. Les Panthers ont été produits par Daimler-Benz, M.A.N., Henschel, MNH et certains par Demag.

Total produit par version utilisant Fgst.Nr. -

Panzer V Panther Ausf. RÉ: 842

Panzer V Panther Ausf. UNE: 2,200

Panzer V Panther Ausf. G: Environ 2 961

Total produit par année en utilisant les données d'usine -

Bergepanther

En 1943, il a été constaté que les véhicules de dépannage en service à l'époque, tels que le Sd.Kfz. 9 étaient incapables de récupérer les chars plus lourds, comme les Panthers et les Tigres. Le châssis Tiger a été testé pour être utilisé comme véhicule de dépannage, mais sans succès. La Panther est alors choisie pour devenir la base du nouveau véhicule de dépannage, qui s'appellera la Bergepanther. Les premiers Bergepanther étaient basés sur le Pz. V Ausf. D, mais en 1944, ils étaient basés sur l'Ausf. G.Ils ont fait retirer leur tourelle et la remplacer par une tour - une structure carrée en bois et en métal qui abritait deux membres d'équipage et le dispositif de remorquage, utilisé pour récupérer les véhicules. À l'arrière du châssis se trouvait une pelle à terre, utilisée pour stabiliser le véhicule et assurer la traction lors de l'utilisation de la grue, qui avait une capacité de 1,5 tonne. Le Bergepanther pouvait être équipé d'un armement défensif d'une mitrailleuse 7,62 mm MG34 ou MG42, ou d'une Buglafette pour un canon de 20 mm. Le Bergepanther était un véhicule de récupération efficace, et il pouvait récupérer la plupart des chars en service à l'époque, même les Tigres. Environ 339 Bergepanthers de tous types ont été produits de 1943 à 1945 par M.A.N., Henschel, Daimler-Benz et Demag.

Panzer V Panther Ausf. D avec Panzer IV Ausf. Tourelle H

En tant que conversion de champ de bataille, un Ausf. Le châssis D Panther était équipé d'un Panzer IV Ausf. tourelle H. La tourelle ne pouvait pas tourner, car les anneaux de la tourelle étaient de tailles différentes et la tourelle était simplement boulonnée sur le châssis. Ce véhicule faisait probablement partie du 635 schw.Pz.Jg.abt. (635 bataillon de chasseurs de chars lourds), mais on ne le sait pas avec certitude.

Panthère II

Le Panther II était la conception d'un char Panther blindé. Le projet a commencé en avril 1943, car il a été prouvé que le blindage latéral de 40 mm du Panther était insuffisant contre les fusils antichars soviétiques de 14,5 mm. La coque utilisée était une coque Panther standard, mais avec un glacis supérieur de 100 mm, un blindage latéral de 60 mm et un blindage de pont de 30 mm sur le toit du char. La tourelle aurait été une nouvelle tourelle versuchs (tourelle expérimentale), avec le même canon KwK 72 de 75 mm L/70 que celui utilisé sur les Panthers de production. HOMME. a demandé d'avoir un prototype prêt en août 1943, équipé d'un moteur Maybach HL 234 à injection de carburant, produisant 900 ch, couplé à la turbine à gaz GT 101, mais à l'été 1943, l'accent du projet a été déplacé vers la production Panther, car des plaques de blindage Schürzen de 5 mm pourraient être utilisées pour protéger les côtés du Panther. Le tour des versuchs n'a jamais été terminé. Un seul prototype de coque Panther II a été créé, et les forces américaines l'ont capturé plus tard, équipé d'un Ausf. tourelle G.

Panther II mit 8.8 cm Kw.K 43 L/71 (Faux réservoir)

On pense à tort que le Panther II aurait monté un versuchs schmalturm (comme celui conçu pour le Panzer V Ausf. F) avec un canon de 8,8 cm Kw.K 43 L/71. Ce n'est pas vrai, le projet Panther II s'est terminé avant même que le design schmalturm mit 8.8 cm Kw.K 43 L/71 ait été pensé, et ces deux projets n'étaient pas liés. Il y avait des projets d'up-gun le Panther avec un schmalturm montage d'un 8.8 cm Kw.K 43 L/71, mais il était peu probable qu'ils fassent leurs débuts avant la fin de la guerre, et les conceptions pour la plupart n'ont pas réussi, et ont également étén pas lié au Panther II de toute façon. Un exemple de cette erreur est le Panther II dans War Thunder. Il utilise un schmalturm non modifié, ce qui signifie que le Kw.K 43 L/71 de 8,8 cm n'aurait pas pu être utilisé dans cette tourelle, ce qui était en partie la raison pour laquelle le Panther II a été retiré de l'arbre technologique allemand.


1. Facilité d'entretien / Fiabilité

Voici quelques indications sur les complexités impliquées dans le soutien des Panthers sur le terrain, du point de vue allemand ainsi que d'autres forces de capture.

Les Allemands ont dû développer un nouveau véhicule de dépannage, le Bergepanther basé sur la plateforme Panther Ausf.D, pour accompagner la récupération des Panthers et Tigres lourds sur le terrain :

L'idée d'un Bergepanthers est née en 1943 à cause de problèmes de récupération des chars lourds et mi-lourds. . Les véhicules semi-chenillés précédemment utilisés pour la récupération (par exemple Sd.Kfz. 9) étaient rarement capables de sauver avec succès un Panther ou un Tiger. Le remorquage avec un autre Tiger ou Panther était strictement interdit car cela pouvait entraîner la perte des deux chars.

Les Soviétiques ont capturé quelques Panthers pendant la guerre mais les ont trouvés difficiles à soutenir :

Pendant la guerre, l'Armée rouge a employé un certain nombre de Panthers capturés. . Contrairement aux Panzer IV et aux StuG capturés, les Soviétiques n'utilisaient généralement que des Panthers et des Tigres qui avaient été capturés intacts et les utilisaient jusqu'à ce qu'ils tombent en panne, car ils étaient trop complexes et difficiles à transporter pour réparation. Les Panzer IV et les StuG, en revanche, étaient si nombreux en termes de pièces détachées et faciles à réparer qu'ils pouvaient être utilisés sur une période beaucoup plus longue dans des conditions de combat.

Aussi, Char et AFV News a un article intéressant sur Panther Reliability qui est compilé à partir de plusieurs livres dont Le char Panther allemand par Thomas Jentz, Panther : la quête de l'Allemagne pour la domination au combat par Michael et Gladys Green, Panthère et ses variantes par Walther Speilberger, Panzers en guerre par Michael et Gladys Green, Panther vs T-34 : Ukraine 1943 par Robert Forczyk, et Panther vs Sherman : Bataille des Ardennes 1944 par Steven Zaloga.

2. Disponibilité

Le nombre de chars Panther disponibles pour une utilisation utilisable après la Seconde Guerre mondiale n'était pas un grand nombre [Source ci-dessous : Wikipédia]:

De mars à avril 1945, la Bulgarie a reçu 15 Panthers de différentes marques (variantes D, A et G) provenant de stocks soviétiques capturés et révisés, ils n'ont vu qu'une utilisation limitée du service (d'entraînement). Ils ont été creusés, avec des composants automobiles retirés, comme des casemates le long de la frontière bulgaro-turque dès la fin des années 1940. Le sort final de ces casemates Panthers est inconnu, mais des sources indiquent qu'ils ont été remplacés et mis au rebut dans les années 1950.

En mai 1946, la Roumanie a reçu 13 chars Panther de l'URSS. Ils ont été initialement utilisés par la 1re brigade blindée, mais en 1947, l'équipement a été cédé à la "Division Tudor Vladimirescu" organisée par les Soviétiques, qui est passée d'une division d'infanterie volontaire à une division blindée. Le char Panther était officiellement connu sous le nom de T-V (T-5) dans l'inventaire de l'armée. Ces chars étaient en mauvais état et restèrent en service jusqu'en 1950 environ, date à laquelle l'armée roumaine avait reçu des chars T-34-85. Tous les chars ont été mis au rebut en 1954.

En 1946, la Suède a envoyé une délégation en France pour examiner des spécimens survivants de véhicules militaires allemands. Au cours de leur visite, les délégués ont trouvé quelques Panthers survivants et en ont envoyé un en Suède pour des tests et une évaluation plus poussés, qui se sont poursuivis jusqu'en 1961.

Après la guerre, la France a pu récupérer suffisamment de véhicules et de composants opérationnels pour équiper le 503e Régiment de Chars de Combat de l'armée française d'une force de 50 Panthers de 1944 à 1947, dans les 501e et 503e Régiment de chars.

Armure syrienne de la Seconde Guerre mondiale

Il n'y a pas beaucoup d'informations fiables sur le sort de la majeure partie des Panthers survivants après la Seconde Guerre mondiale au-delà

1947-1950 à part les quelques pièces de musée et de collectionneurs ici et là. Alors à quoi ressemblait le marché de la Syrie parmi leurs principales sources d'armes, la France, la Tchécoslovaquie et l'Espagne ? Les Panzer IV avec toutes leurs pièces détachées et moins de complexité, étaient toujours disponibles. Ce ci-dessous est de Le Panzer IV de Wikipédia article:

Alors que leur nombre reste incertain, la Syrie a reçu environ 60 [Panzer IV] qui ont été remis à neuf en France au cours de 1950-1952, suivis de 50 autres achetés à la Tchécoslovaquie en 1954. Une mitrailleuse soviétique DShK sur un support anti-aérien a été modernisée sur la coupole . Ceux-ci ont été utilisés pour bombarder les colonies israéliennes sous les hauteurs du Golan et ont été la cible de tirs en 1965 pendant la guerre de l'eau par les chars israéliens Centurion. La Syrie a reçu 17 Panzer IV d'Espagne qui ont combattu pendant la guerre des Six Jours en 1967.

Ainsi, nous voyons qu'il ne semble pas y avoir eu une quantité appréciable de Panthers survivants disponibles pour la Syrie. Cependant, comme indiqué dans la source citée dans la Question, en plus des Panzer IV de France, de Tchécoslovaquie et d'Espagne, la Syrie a également acquis :


Spécifications Panther Ausf.A

Le char Panzer V Panther a reçu la désignation de version Ausf.G pour indiquer que cette série de chars utilisait un châssis redessiné différent. La tourelle et le canon de 7,5 cm Kw.K L/70 étaient les mêmes que ceux utilisés sur le premier Ausf.A.
Le 4 mai 1944, lors d'une réunion au M.A.N. entreprise, il a été décidé de concevoir un nouveau châssis de char Panther. Le travail avait déjà commencé sur le développement d'une nouvelle version du char Panther appelé Panther II, mais c'était loin d'être terminé. Certaines des leçons tirées de ce processus de conception ont été utilisées pour formuler les plans du châssis du char Ausf.G.
Le blindage de la sacoche latérale qui couvrait le haut des chenilles des deux côtés du char était incliné à 40 degrés sur les châssis des chars Ausf.D et Ausf.A. Le nouveau blindage latéral de la sacoche du châssis était incliné à 29 degrés. L'épaisseur de l'armure a été augmentée de 40 mm à 50 mm. Cela a augmenté le poids du réservoir de 305 kg.
Pour compenser cette augmentation de poids, les concepteurs ont recherché des zones où l'épaisseur du blindage pouvait être réduite. Ils ont choisi d'utiliser une plaque de blindage de 50 mm sur la partie inférieure de la coque avant au lieu des 60 mm normaux. Cela a permis d'économiser 150 kg. Les plaques ventrales avant ont été réduites de 30 mm à 25 mm. Les deux plaques ventrales avant avaient une épaisseur de 25 mm et la plaque arrière avait une épaisseur de 16 mm. Cela a permis d'économiser 100 kg supplémentaires. Les cales de blindage latérales arrière à l'extrémité de la superstructure ne faisaient pas partie de la nouvelle conception. Le plancher de la sacoche était maintenant une ligne droite. Ces changements de réduction de poids signifiaient que l'augmentation de l'épaisseur du blindage latéral n'avait pas entraîné d'augmentation du poids du châssis du char Ausf.G par rapport à l'ancien châssis.
Comme le bas de la sacoche était maintenant 50 mm plus proche du haut de la voie, aucun cordon de soudure ni aucune sangle de rangement n'y étaient fixés. Cela devait les empêcher d'entrer en contact avec la piste alors que le char roulait rapidement sur un terrain vallonné. Au lieu de cela, les sangles d'arrimage ont été soudées sur le côté de l'armure de sacoche.
Il y a eu de nombreux autres changements mineurs, mais l'idée générale derrière la conception était de simplifier le processus de construction pour permettre de construire plus de réservoirs aussi rapidement que possible. Par exemple, les systèmes de ventilation de la transmission, des freins, du moteur et de l'échappement ont été repensés. Cela signifiait que les deux tuyaux verticaux parallèles supplémentaires qui sortaient du couvercle d'échappement blindé gauche à l'arrière du char sur le châssis de char Ausf.A de production tardive n'étaient plus nécessaires. À partir de mai 1944, les protections d'échappement à armure moulée remplacent progressivement les protections soudées. Pour aider à réduire la lueur rouge émise par les tuyaux d'échappement la nuit, comme solution temporaire, des couvercles en tôle ont été progressivement introduits à partir de juin 1944. À partir d'octobre 1944, ils ont été remplacés progressivement par des silencieux d'échappement à suppresseur de flamme Flammenvernichter. Lorsque des fournitures supplémentaires sont devenues disponibles, elles ont été rééquipées sur d'autres chars Panther.
Une autre simplification du processus de production consistait à introduire des trappes à charnières moins compliquées au-dessus de la tête du conducteur et de l'opérateur radio. Il a été constaté lors des essais que les performances de la conduite tout-terrain du char avec ou sans l'amortisseur arrière étaient pratiquement les mêmes. À partir du 7 octobre 1944, les usines ont reçu l'ordre de cesser de les installer pour aider à simplifier la production.
Maschinenfabrik-Augsburg-Nuernberg (M.A.N.) a commencé à produire des chars Panzer V Ausf.G Panther à partir du numéro de châssis Fahrgestell-Nummer Serie 120301 : Daimler-Benz à partir du numéro de châssis 124301 et Maschinenfabrik Neidersachsen Hannover (M.N.H.) à partir du numéro de châssis 128301.

La position du conducteur

Un point faible perçu était le port de vision blindé du conducteur coupé dans la plaque de glacis avant. Cela a été supprimé dans la conception du châssis Ausf.G. Le conducteur disposait d'un seul périscope traversable pivotant qui était monté dans le toit du châssis recouvert d'un pare-pluie blindé. (À partir d'août 1944, il était recouvert d'un pare-pluie plus grand.) Ce changement de conception a contribué à simplifier la construction. Lors de la construction de l'ancien châssis Ausf.A, trois caractéristiques ont dû être construites : le port de vision blindé du conducteur ainsi que les périscopes avant et latéraux. Désormais, un seul périscope devait être installé.

Armure de jupe latérale et phare Schuerzen

Lorsque l'on regarde le côté du châssis du Panther Ausf.G, il semble que le protège-chenilles dépasse du blindage latéral de la sacoche inclinée plus raide sur toute la longueur du char. C'est une illusion d'optique. Il s'agit d'un garde-boue, introduit sur ce châssis, pour permettre aux plaques de blindage des jupes latérales Schuerzen d'être accrochées dans la bonne position. Ils ont été conçus pour protéger le blindage latéral plus fin de la coque du châssis de 40 mm, visible au-dessus du haut des roues et sous la sacoche, des fusils antichars soviétiques. Il rencontre le garde-boue avant. Le phare unique du châssis Ausf.A était monté sur le côté gauche de la plaque de glacis supérieure. Pour faciliter le montage du phare, il a été déplacé en haut de l'aile gauche sur le châssis Ausf.G.

Rangement de munitions et support de boule de mitrailleuse

Deux portes coulissantes pare-poussière de 4 mm d'épaisseur ont été introduites pour fermer les râteliers à munitions sponson. À partir de septembre 1944, ceux-ci n'étaient plus installés car il a été constaté qu'ils gênaient la manipulation des munitions. La zone de stockage des munitions a été modifiée afin que le char puisse désormais transporter quatre-vingt-deux cartouches de canon principal de 7,5 cm. Il y avait maintenant une "étape" distincte autour du support de boule de mitrailleuse MG34 de 7,92 mm. Cela visait à réduire les éclaboussures de balles ennemies entrant dans l'ouverture de la monture. Le support de boule de mitrailleuse était considéré comme un point faible par l'infanterie ennemie et était souvent ciblé. Si une balle touchait la plaque de glacis inclinée sous la monture, elle ricochait vers le haut. La « marche » a permis de réduire les dommages qu'ils pourraient faire.

Radio

La plupart des chars Panther Ausf.G étaient équipés d'un poste radio Fug 5 et d'un interphone interne. Il avait une portée utilisable d'environ 4 km à 6 km selon les conditions atmosphériques et l'emplacement du réservoir. Hills a réduit la portée de la radio. Les chefs de peloton et les chars du QG de la compagnie ont été équipés d'une radio FuG 2 supplémentaire pour un canal de commandement.

Production

Le 3 avril 1944, M.A.N. a indiqué qu'il avait terminé avec succès les essais de production du nouveau châssis Ausf.G. HOMME. construit environ 1143 chars Panther Ausf.G entre mars 1944 et avril 1945. Entre juillet 1944 et mars 1945 M.N.H. construit 806 chars Panther Ausf.G. Daimler-Benz a terminé 1004 chars Panther Ausf.G entre mai 1944 et avril 1945.
Il y avait quelques différences mineures entre les réservoirs construits en usine. M.N.H. équipé de patins Gleitschuh en acier moulé au lieu d'un rouleau de retour de pneu en caoutchouc derrière le pignon d'entraînement de la chenille avant. Les deux autres usines ont continué à installer des rouleaux de retour à rebord en caoutchouc.
À partir de septembre 1944, M.A.N. remplacé les roues de route sur quelques chars Panther Ausf.G, avec un pneu en acier plus petit de 800 mm de diamètre, coussiné en caoutchouc, roues de route similaires à celles utilisées sur tous les chars Tiger II et certains chars Tiger I. Bien que cela ait permis d'économiser sur la quantité de caoutchouc nécessaire pour construire un nouveau char Panther, cela avait l'inconvénient de réduire la garde au sol du véhicule de 30 mm. Les pneus à jante en caoutchouc légèrement plus gros étaient des roues de 860 mm de diamètre. Quelques chars construits en avril 1945 avaient des roues à jantes en caoutchouc, à l'exception de celle située à côté de la roue folle à l'arrière de la tourelle. C'était un équipé d'une roue de route à pneus en acier plus petite. On ne sait pas pourquoi.
À partir d'octobre 1944, une roue libre autonettoyante de plus grand diamètre a été installée. Cette nouvelle roue folle a été introduite pour réduire les problèmes causés par l'accumulation de boue et de glace.
Pendant le cycle de production, certains composants du système de suspension ont changé, comme les bras oscillants et les butées de suspension.

Camouflage

Les premiers Panther Ausf.G de production ont été livrés à la ligne de front peints en jaune sable foncé Dunkelgelb sur le revêtement antimagnétique de la mine Zimmerit. Chaque unité Panzer individuelle a ensuite appliqué son propre design de camouflage. Le 19 août 1944, un ordre fut donné aux usines que les chars devaient être peints avec un nouveau motif de camouflage connu sous le nom d'« Embuscade ». Des taches de Rotbraun, de couleur brun rougeâtre et de vert olive Olivgruen ont été peintes à la bombe sur la couche de base Dunkelgelb. En raison de la suprématie aérienne alliée et soviétique dans la dernière partie de la guerre, les équipages des chars Panther ont essayé de cacher leurs chars sous les arbres lorsque cela était possible. Des points de Dunkelgelb ont été appliqués sur les taches vert olive et brun rougeâtre pour simuler la lumière traversant la canopée des arbres. Des points plus foncés ont été appliqués sur la couche de base Dunkelgelb.
Le 9 septembre 1944, en raison d'informations selon lesquelles Zimmerit avait provoqué des incendies de chars et du manque de preuves de l'utilisation de mines magnétiques par les Soviétiques et les Alliés, les usines reçurent l'ordre de cesser d'appliquer Zimmerit. Les réservoirs Panther Ausf.G quittaient maintenant l'usine peints d'une couche de base d'apprêt à l'oxyde rouge. Ils n'étaient peints qu'avec parcimonie dans des motifs de camouflage en utilisant Dunkelgelb en patchs. Les fournitures de peinture diminuaient et le besoin d'amener autant de chars sur la ligne de front le plus rapidement possible était urgent.
Le 31 octobre, des instructions supplémentaires sont reçues dans les usines. L'intérieur des chars Panther Ausf.G ne devait plus être peint d'une couleur claire. Ils ont juste été peints en apprêt oxyde rouge pour gagner du temps. Cela ferait de l'intérieur du réservoir un environnement de travail très sombre. L'extérieur pourrait être peint avec parcimonie en taches de Rotbraun rouge-brun, de Dunkelgrau jaune sable foncé et d'Olivgruen vert olive. Si les stocks de Dunkelgrau étaient épuisés, les usines étaient autorisées à utiliser à la place du gris foncé Dunkelgrau. Le 15 février 1945, les usines reçurent l'ordre de repeindre l'intérieur des tourelles d'Elfenbein en blanc ivoire.

La tourelle

Quelques modifications mineures ont été apportées à la tourelle pendant le cycle de production. Le plus visible était l'introduction d'une poignée sur la trappe circulaire à l'arrière de la tourelle et une au-dessus. Une fine tôle rectangulaire a été soudée à travers l'espace entre l'avant de la tourelle et le haut du manteau du canon pour aider à empêcher les débris de pénétrer dans l'espace et de bloquer l'élévation du canon. Une protection contre la pluie allongée sur l'ouverture du viseur du canon a été ajoutée à partir de septembre 1944.

Un obus perforant a ricoché sur le bas du manteau et pénétrant le toit du châssis et tuant le conducteur ou l'opérateur radio
Dans le même temps, un nouveau manteau de canon a été progressivement introduit. Il avait une mentonnière pour empêcher les obus perforants ennemis de ricocher sur le bas du manteau et de pénétrer le toit du châssis et de tuer le conducteur ou l'opérateur radio. Lorsque les troupes alliées ont inspecté le M.N.H. Usine de production de Panther à la fin de la guerre, ils ont trouvé des tourelles toujours produites avec l'ancien manteau de canon incurvé sans la mentonnière.

Manteau de canon Panther Ausf.G avec mentonnière, protection contre la pluie allongée sur le viseur du canon et pare-débris au-dessus de l'espace entre le manteau du canon et l'avant de la tourelle.
À partir de janvier 1945, cinq boucles métalliques ont été soudées de chaque côté de la tourelle. Une corde ou un fil était passé entre ces boucles pour aider à maintenir en place les branches des arbres et des buissons utilisés comme camouflage.

Le projecteur infrarouge et la portée.

Pouvoir voir l'ennemi la nuit était le rêve d'un commandant de char. Pouvoir pointer le canon du char sur une cible avec la bonne élévation était également une technologie de pointe à la fin de 1944.
À partir de septembre 1944, quelques chars Panzer V Ausf.G Panther avaient un projecteur infrarouge F.G.1250 Ziel und Kommandanten-Optic fuer Panther et un Scope montés sur la coupole du commandant. Lorsqu'il a déplacé la lunette de haut en bas, une bande d'acier attachée, qui avait été introduite dans un trou dans le toit de la tourelle, était reliée à un nouvel indicateur qui montrait au tireur la bonne élévation. La lumière infrarouge blindée de 200 watts et l'optique de visée du pistolet récepteur avaient une portée de 600 m par temps clair.
On ne sait pas exactement combien de chars Panther étaient équipés de cet appareil ou utilisés sur le champ de bataille. Le 5 octobre 1944, M.N.H. a signalé qu'il avait équipé vingt chars Panther du nouvel équipement infrarouge en septembre. Trente autres devaient être achevés en octobre et trente autres en décembre 1944. Le 15 janvier 1945, M.N.H. ont reçu l'ordre de les adapter à toutes leurs commandes en cours pour les chars Panther Ausf.G. Il ne peut pas être confirmé si cela a été fait.


25 faits sur le char Panther, les connaissez-vous tous ?

Panthère Ausf. Chars D, 1943. Le modèle D se reconnaît mieux à la coupole en forme de tambour. Via Wikipedia / Bundesarchiv

1) Plus de 6000 Panthers ont été construits par les Allemands mais plus surprenant, 9 ont été construits par l'armée britannique en 1945-1946.

2) Le nom complet était le Panzerkampfwagen V Panther et avait la désignation d'inventaire de munitions de Sd.Kfz. 171. Mais le 27 février 1944, Hitler ordonna que le chiffre romain " 8220V " soit supprimé de la désignation.

3) Le Panther était le troisième véhicule de combat blindé allemand le plus produit, après le canon d'assaut/destructeur de chars Sturmgeschütz III à 9 408 unités et le char Panzer IV à 8 298 unités

4) Il y avait 3 versions principales du Panther, les versions D, A et G, chaque nouvelle version intégrant des améliorations significatives. Il y avait aussi les versions observateur d'artillerie, récupération et commandant.

5) Le char était conçu pour peser 30 tonnes, mais Hitler a demandé un blindage supplémentaire et un canon plus lourd, il a donc fini par peser près de 50 tonnes.

6) Les derniers modèles avaient une vitesse de pointe de 46 km/h, à peu près aussi rapide que le Tiger et légèrement plus rapide que le char Sherman.

Les chars Panther de la division Großdeutschland avancent dans la région de Iaşi, en Roumanie en 1944, via Wikipedia / Bundesarchiv

7) Le char Panther utilise le même moteur très similaire à celui utilisé dans le char Tigre, il avait une durée de vie moyenne de 1500 heures.

8) Avec un réservoir plein de 720 litres (190 gallons), une Panther pouvait parcourir entre 97 et 130 km sur route ou 64 à 84 km en cross country. En comparaison, un Sherman Tank pouvait parcourir jusqu'à 193 km avec 660 litres de carburant.

9) Le char Panther est entré en service APRÈS le char Tigre, le Panther ayant été utilisé pour la première fois au combat en juillet 1943 à Koursk où le Tigre a été utilisé pour la première fois à Leningrad en décembre 1942.

Char Panther avec camouflage de brousse dans le nord de la France, 1944 via Wikipedia / Bundesarchiv

10) Hitler a commandé un Panther II qui comporterait plus de blindage mais le même canon, dont un prototype a été capturé par les Américains. Le projet a été discrètement annulé à la mi 1943.

11) Le projet Panther II a abouti au Jagdpanther, le Panzerjäger V Panther qui utilisait le fameux canon de 88mm dont 418 furent construits pendant la guerre.

12) Les chars Panther ont été utilisés par les Russes jusqu'à ce qu'ils tombent en panne, étant trop compliqués et donc difficiles à réparer.

13) L'armée française a utilisé plus de 50 chars Panther de 1945 à 1950 dans leur 503e Régiment de Chars de Combat.

14) Le Panther avait un canon principal de 7,5 cm pouvant transporter 40 cartouches antichars et 39 obus explosifs. Il avait également deux mitrailleuses MG 34 avec 5100 cartouches.

Un équipage Panther, via Wikipedia / Bundesarchiv

15) Le Panther avait un équipage de 5 commandants, chauffeur, mitrailleur, chargeur, radio/mitrailleur.

14) Les Sherman, même s'ils pesaient environ 15 tonnes de moins que les Panthers, avaient une mobilité tout-terrain moins bonne en raison de leurs voies plus étroites

16) À partir de 1943, les tourelles Panther étaient montées dans des fortifications fixes. Certaines étaient des modèles de production normaux, mais la plupart étaient spécialement conçues pour cette tâche, avec un blindage de toit supplémentaire pour résister aux tirs d'artillerie.

17) Lorsque 184 Panthers ont été déployés pour la première fois pendant la bataille de Koursk, ils ont revendiqué 267 chars détruits, mais après 5 jours de combat, il ne restait plus que 10 Panthers sur la ligne de front.

18) À leur apogée en septembre 1944, il y avait 552 Panthers opérationnels sur le front de l'Est sur un total de 728.

19) Le dernier rapport opérationnel en date du 15 mars 1945 liste 361 chars opérationnels sur 740 Panther.

20) Au moins 2 Panthers ont été capturés par la résistance polonaise au début du soulèvement de Warshaw, ils ont été immobilisés après plusieurs jours en raison du manque de carburant et de batteries et ont été incendiés.

Panther déguisé en chasseur de chars M10

21) Pendant la bataille des Ardennes, les Allemands ont utilisé 400 chars Panther, dont 5 étaient déguisés pour ressembler à des chasseurs de chars américains M10 en soudant des plaques supplémentaires, en appliquant une peinture et des marquages ​​de camouflage de style américain.

22) Après la bataille des Ardennes et à cause des chars Panther, seuls des M4 Sherman armés de 76 mm furent expédiés en Europe pour le reste de la guerre.

23) En février 1945, huit divisions Panzer avec un total de 271 Panthers ont été transférées de l'Ouest vers le Front de l'Est. Seuls cinq bataillons Panther sont restés dans l'ouest

24) L'un des principaux commandants des Panthers allemands était le SS-Oberscharführer Ernst Barkmann du 2e régiment SS-Panzer “Das Reich”. À la fin de la guerre, il avait revendiqué quelque 80 chars tués.

25) On pense qu'il y a 5 Panthers survivants en ordre de marche, dont deux ont été construits par l'armée britannique. Il y a beaucoup plus de Panthers non-coureurs dans les musées, en tant que monuments ou entre les mains de collectionneurs privés.


Panzer V ausf D/ Panther I - Histoire

Bonjour à tous, je vais sauter l'introduction ici. Ceux qui ne l'ont pas lu et ne veulent rien manquer devraient probablement lire la partie 1 de cet article - sur le Panzer IV en service tchécoslovaque.


Il n'y a pas beaucoup de photos de panthères tchécoslovaques disponibles. Pas les Panthers directement en tout cas. Leur histoire ancienne est similaire à celle du Panzer IV. Fondamentalement, l'armée tchécoslovaque a mis en service les véhicules allemands capturés. Parmi ceux-ci se trouvaient (à part les plus nombreux Panzer IV) également des Panthers. Le premier lot de 50 Panthers (de version inconnue) a été obtenu du dépôt de véhicules capturés par l'armée soviétique à Michalovce. En parallèle, comme mentionné dans l'article Panzer IV, un programme a été lancé pour récupérer des véhicules mis hors de combat et endommagés, retrouvés dans toute la Tchécoslovaquie. L'effort a duré jusqu'à l'été 1947, lorsque 80 autres Panthers (65 d'entre eux jugés réparables) ont été amenés à Milovice près de Přelouč sur le terrain de rassemblement des chars détachés pour la société 1. Automobilová Zbrojovka Přelouč (1AZ) à remettre en état.

À la fin de 1947, le premier Panther a été réparé par 1AZ et transféré à l'école de conduite de chars locale. Cependant, le Panther était alors considéré comme très difficile à réparer et le contrat de réparation a été transféré à d'autres sociétés ayant l'expérience et la capacité nécessaires.

Fondamentalement, à ce moment-là, le ministère de la Défense (MNO) a décidé de prendre les 40 meilleures pièces et de les réparer. Cependant, l'ensemble du processus s'est déroulé très lentement, en partie pour des raisons bureaucratiques et en partie pour des raisons techniques (alors que le Panzer IV était assez simple, le Panther était une bête complètement différente). Au début de 1949, les réparations étaient enfin en cours, avec la coopération de ČKD et Škoda. Les 39 pièces originales de Panther Ausf.G ont ensuite été rejointes par 5 autres. À la fin de 1949, des réparations étaient en cours sur 22 véhicules. 5 d'entre eux ont été transférés à l'armée cette année-là, mais les 17 autres sont restés dans les usines de réparation de chars dans divers états de réparation. A l'origine, tous les véhicules étaient censés être finis jusqu'à la fin de 1949, mais les entreprises ont été chargées de travailler sur d'autres projets également, le véhicule s'est également avéré difficile à réparer et un nouveau plan a donc été accepté : les 22 premières pièces devaient être prêt en 1950 et les 22 autres en 1951/1952. Cependant, en 1952, la production du T-34/85 était déjà en cours et à la fin, seuls 32 véhicules ont été complètement réparés avant que l'ensemble du contrat ne soit annulé au début de 1952.

Les Panthers n'ont jamais vraiment été acceptés en service actif, ils sont allés directement dans les "réserves intouchables" de dernier recours. Ces réserves ne devaient être ouvertes que si la république était directement attaquée. Lors du stockage, les véhicules ont apparemment été redésignés en T-42/75 N (bien qu'une certaine controverse concernant cette redésignation demeure). Au 1.4.1952, 17 Panthers étaient entreposés à Dědice près de Vyškov avec les autres véhicules entreposés à d'autres endroits. En 1955, 15 Panthers ont été retirés de la réserve et transformés en chars VT-42 (tentative indigène tchécoslovaque de créer un Bergepanther).
En fin de compte, la plupart des Panthers ont été progressivement convertis de cette façon. En 1958, 7 véhicules VT-42 et 15 tracteurs lourds (apparemment des Panthers avec tourelles mais armement retiré), basés sur la coque Panther étaient toujours en service actif. Ils ont été progressivement supprimés en 1959. Certains d'entre eux ont été vendus aux chemins de fer tchécoslovaques, où ils ont servi de chasse-neige/tracteurs.
L'un aurait été converti en bulldozer et utilisé dans une ferme. Ce Panther particulier a également eu son moteur Maybach retiré et remplacé par le V-2 soviétique du char T-34.
Il convient de noter que quelques vraies Panthers ont été utilisées dans le film tchèque de 1955 intitulé "Tanková brigáda" (c'est de là que vient l'image initiale). Certains ont également été utilisés comme cibles d'entraînement pour les tests d'armes à feu et au moins un a été complètement détruit lors des tirs d'essai de FlaK allemands capturés de 128 mm.


Panthères à Koursk 1943

Le Panzerkampfwagen (Pz.Kpfw.) V Sd.Kfz 171 Panther armé d'un canon de 75 mm KwK 42 L/70 était considéré comme l'un des meilleurs chars moyens allemands de la Seconde Guerre mondiale. Les Allemands (Hilter) ont commis l'erreur de précipiter le nouveau Panther en service avant que de nombreux problèmes de démarrage ne soient résolus et que les équipages ne soient correctement préparés. Ses débuts au combat lors de l'opération Zitadelle (alias la bataille de Koursk) en 1943 sont devenus un désastre ignominieux.


Au cours de l'opération Barbarossa en 1941, les Allemands envahirent l'Union soviétique et rencontrèrent le nouveau char soviétique T-34. Avec son blindage incliné, il s'est avéré supérieur au blindage des panzers allemands de l'époque. Le 25 novembre 1941, les constructeurs allemands reçurent des directives de conception pour développer un nouveau panzer moyen qui serait une réponse aux chars soviétiques KV-1 et T-34 et remplacerait le Pz.Kpfw. III et IV. Le 13 mai 1942, Maschinenfabrik Augsburg-Nürnberg AG (MAN) et Daimler-Benz ont soumis leurs propositions de conception au ministère de l'Armement et de la Production de guerre. La conception MAN a été privilégiée et sélectionnée pour la production.

Il s'agit d'un modèle en bois de la proposition de conception Daimler-Benz qui ressemble à un T-34 avec des "ailes".


Des recherches et des prototypes ont été effectués tout au long de l'été et de l'automne, et à la fin de 1942, MAN a livré son prototype pour les essais d'acceptation. Le nouveau panzer a été désigné Pz.Kpfw. V Sd.Kfz 171 Panther Ausf D (‘Ausf’ est l'abréviation de Ausführung qui signifie littéralement ‘exécution’ mais signifie généralement la marque, le modèle ou la version) et la production en série a commencé en janvier 1943. Les prototypes et les 20 premiers Les Panthers de production construits étaient armés d'un canon de 75 mm avec un seul frein de bouche à chicane (le même canon utilisé sur le Pz.Kpfw. IV Ausf F2) et avaient un renflement sur le côté gauche de la tourelle pour la coupole du commandant. Tous ces premiers Panther ont été utilisés pour des essais ou envoyés dans des unités d'entraînement. Aucun n'a été utilisé au combat.

Il s'agit d'une des premières Panther Ausf D sur les terrains d'essai. A noter que le panneau intégrant les trappes de coque avant n'est pas installé.

En février 1943, la production a commencé sur un Panther Ausf D modifié avec une rupture de bouche à double déflecteur et le renflement sur le côté gauche de la tourelle a été éliminé. Tous les Panther produits au début de 1943 étaient équipés d'engins leur permettant de passer à gué des rivières similaires aux chars Tigre. Le 12 mai 1943, 250 Panther devaient être livrés à l'armée et Hitler insista pour que le nouveau Panther soit disponible pour la prochaine opération Zitadelle. Mais il y a eu des difficultés technologiques lors de la fabrication et de l'acceptation des nouvelles Panthers. Le télescope à tourelle binoculaire compliqué (TZF) 12 a présenté des difficultés de fabrication. La date de lancement de l'opération Zitadelle est reportée du 15 mai au 25 juin puis finalement au 5 juillet 1943.

Les premières unités à recevoir les nouvelles Panthers furent les Panzer-Abteilung 51 et 52. La 51e fut formée avec des éléments du II. Abteilung, Panzer-Regiment 33, 9th Panzer-Division et la 52nd a été formé avec des éléments de I. Abteilung, Panzer-Regiment 15, 11th Panzer-Division. Le Panzer-Regiment 39 a été assemblé à la hâte, composé de Panzer-Abteilung 51 et Panzer-Abteilung 52. Les équipages étaient composés de très peu de vétérans ayant une expérience du combat et les éléments de commandement étaient principalement composés d'officiers de réserve non expérimentés. Les équipages Panther ont été formés au centre Grafenwohr en utilisant initialement Pz.Kpfw. IVs et plus tard, ils ont reçu les Panthers ainsi que les ingénieurs et les concepteurs de MAN pour le soutien. Les équipages ne recevaient une formation qu'au niveau zug (peloton). La coopération avec les sous-unités au niveau kompanie et abteilung n'a pas été couverte et seuls quelques exercices de combat réels ont été organisés. Pendant l'entraînement, les équipages ont reçu l'ordre de garder le secret sur les nouveaux Panthers sur lesquels ils s'entraînaient. Il leur était interdit de se prendre en photo avec la Panthère en arrière-plan et ils ne pouvaient pas garder de notes écrites - ils devaient tout mémoriser. Après la formation rapide, le régiment a été envoyé à la hâte par chemin de fer à l'est sans commandant.


Panthers transportés sur des wagons plats vers Panzer-Abteilung 51 et 52. Notez que les deux premiers Panthers ont des couvercles sur les canons des armes à feu pour la protection.

Toutes les Panthers ont été peintes dans le camouflage standard Dunkelgelb.

Opération Zitadelle

Le Panzer-Regiment 39 était sous le commandement de la Panzer-Brigade 10. La Panzer-Brigade 10 était rattachée à la Großdeutschland Panzergrenadier-Division.

Chaque Kompanie avait 4 Zugs (pelotons) avec 5 Panthers chacun et 2 Stab Panthers totalisant 22. Les Stabskompanies du Panzer-Regiment 39, Panzer-Abteilung 51 et Panzer-Abteilung 51 avaient chacun 8 Panthers. Il y avait aussi 4 Bergepanthers soit un total de 204 Panthers de divers types dans le Panzer-Regiment 39.

L'insigne du Panzer-Regiment 39 était une tête de panthère rugissante peinte sur les côtés de la tourelle et les plaques de blindage arrière. Ce n'était probablement pas un insigne officiel puisqu'il n'était pas peint sur les panthères du commandement régimentaire. Il était peint sur toutes les panthères de la Panzer-Abteilung 52. La 5e Kompanie était blanche, la 6e Kompanie était bleue, la 7e Kompanie était noire et la 8e Kompanie était brune. Aucun insigne n'a été peint sur les panthères de Panzer-Abteilung 51 à l'exception des numéros 121 (tête rouge), 144 (tête blanche) et 434 (tête noire).


En raison du nombre élevé de pannes techniques et d'incendies de moteurs, deux Panthers ont brûlé en route entre la gare et les lignes de front. Le mélange de carburant ne brûlait pas toujours complètement dans les cylindres et se retrouvait dans le collecteur d'échappement chauffé et l'échappement. Le mélange de carburant explosait souvent et parfois des fils électriques prenaient feu à cause de cela. Outre les défauts de conception, le fait de faire tourner le moteur à des régimes élevés a surchauffé le moteur et a endommagé l'arbre de transmission. Un mauvais défaut des premiers Panthers était les flammes qui sortaient des tuyaux d'échappement des Panthers. Des signes d'un possible sabotage ont également été trouvés. Des vis et des écrous ont été trouvés dans les réservoirs de carburant de quelques Panthers et des morceaux de métal ont été trouvés dans les transmissions. Des ordres ont été donnés pour transférer les ruches russes (volontaires au service de la Wehrmacht) du régiment vers d'autres sous-unités.


Panther 121 avançant vers l'avant. Remarquez le commandant qui scrute le ciel avec des jumelles. Le numéro à l'arrière de la tourelle a un contour blanc tandis que le numéro du côté de la tourelle n'a pas de contour.

Panther 143 avançant vers l'avant.

4 juillet:
Le Panzer-Regiment 39 est arrivé trop tard au front pour bien préparer les équipages à l'action. Les commandants et les équipages n'ont pas été en mesure de se familiariser avec les détails de la carte et d'effectuer une reconnaissance sur le terrain ou de vérifier les communications avec les unités adjacentes. Le silence radio était strict et le réglage radio ne pouvait commencer qu'après le début de l'assaut. Les unités panthères n'avaient pas de procédures élaborées pour travailler au sein de l'Abteilung et les communications radio entre les panthères individuelles n'étaient pas vérifiées.

Panther 3 ?1 en formation d'être ravitaillé.


5 juillet :
Tôt le matin, les unités allemandes ont lancé l'assaut sur tout le front – Opération Zitadelle. A 08h30, après avoir reconstitué les stocks de munitions et fait le plein, le Panzer-Regiment 39 passe à l'assaut. Le Großdeutschland Panzer Regiment a attaqué en premier suivi du Panther-Regiment 39. Un total de 268 panzers ont pris part au combat initial (4 Pz.Kpfw. II, 12 Pz.Kpfw. III, 51 Pz.Kpfw. IV, 3 Tigers, 12 Flammpanzer III et 184 Panthers). Deux bataillons Panther ont avancé au nord de leur zone de rassemblement vers l'objectif du premier jour de la division, Tscherkasskoje. Les Panthers ont rencontré un obstacle majeur étant le ravin Berezovyi de 80 m de large. Le ravin situé à 1,5 km au nord de Gertsevka était un impressionnant fossé antichar, rempli d'eau de 8 à 10 m de large et de 3 à 4 m de profondeur. Le ravin lui-même et les environs étaient couverts de barbelés et de mines. La division Großdeutschland a décidé de chercher un autre site de passage mais n'a pas informé les unités Panther. Vers 9h00, le Panzer-Abteilung 51 s'approche du ravin et, après une certaine confusion, tente de le traverser. Immédiatement, les Panthers se sont enlisés sur les rives boueuses du ravin et certains ont été neutralisés par des mines antichars. Les deux compagnies de tête sont immobilisées au bord du ravin puis l'artillerie soviétique inonde la zone. La transmission du Panther était trop faible pour naviguer dans la boue et des fuites de pompes à carburant ont causé de nombreux incendies de moteur. Finalement, les Pionières allemands ont réussi à nettoyer les mines et à établir un gué, mais il était difficile de faire passer les Panthers de 45 tonnes.

Après avoir lutté à travers le ravin, les Panthers ont repoussé une contre-attaque soviétique. Ironiquement, les premiers chars soviétiques engagés par les nouveaux Panthers n'étaient pas des T-34. Le 245e régiment de chars séparé soviétique a attaqué le régiment avec des chars M3 Lee construits par les États-Unis. Les M3 Lees n'étaient pas à la hauteur des Panthers et 6 d'entre eux ont été éliminés avant que les autres ne se retirent.

Les Soviétiques n'étaient pas favorables au M3 Lee et il était sinistrement surnommé « la tombe des sept frères » (en russe).

Les Allemands ont pris le village de Tscherkasskoje dans la soirée avec le Panzer-Regiment 39 perdant 18 Panthers. La colline 232.4 située au nord-est de Tscherkasskoje devait être prise ensuite mais était impossible en raison des nombreux creusés dans les chars soviétiques entourant la colline. Les Panthers s'arrêtèrent et attendirent.Le décompte de la Panzer-Brigade 10 pour la journée était de 6 chars soviétiques, 3 canons lourds AT détruits et un avion d'attaque au sol abattu.

Un vol d'Ilyushin IL-2 “Sturmovik” survolant le champ de bataille.


6 juillet :
Tôt le matin, les panzers de la Panzer-Brigade 10 (4 Pz.Kpfw. II, 9 Pz.Kpfw. III, 21 Pz.Kpfw. IV, 3 Tigres, 12 Flammpanzer III et 166 Panthers) se sont rassemblés en formations de combat et ont commencé le assaut en direction de Lukhanino. Les Panthers étaient sur la gauche avec le Großdeutschland Panzer Regiment sur le flanc droit. Au cours de l'attaque, les panzers ont surmonté une tranchée antichar et un grand champ de mines. plus tard, ils ont frappé une ligne défensive où ils ont été arrêtés par l'artillerie soviétique et des pièges cachés avec des chars du 3e corps mécanisé soviétique. Les pertes au combat étaient de 37 Panthers. Un Panther qui est devenu désorienté a été identifié à tort comme un char soviétique et a été assommé par un Pz.Kfw. IV du régiment Panzer 15, 11e Panzer-Division. L'équipage n'a pas pu sortir et a péri dans leur Panther.


Panther 143 a été assommé par des tirs d'artillerie. Notez que le canon du canon a été pénétré par un obus soviétique de 45 mm AT.


Panther 101 a été assommé par des mines. Lorsque le Panther se tenait sur une pente, l'ouverture de la trappe de la coupole du commandant était entravée. C'est pourquoi la trappe était souvent laissée ouverte.


7 juillet :
L'assaut s'est poursuivi en direction du nord. Malgré une puissante défensive soviétique, des tirs nourris provenant de chars et de canons AT soviétiques creusés, à la fin de la journée, les unités du Panzer-Regiment 39 et de la division Großdeutschland ont atteint le village de Gremychiy.


Près du village de Gremuchiy se trouvent deux Panzer-Regiment 39 panthères. Panther 432 est à gauche et la légende indique que Panther 101 est à droite en arrière-plan.


C'est mon gros plan du soi-disant Panther 101 sur la photo ci-dessus. Notez la différence de position des Panthers qui ne semblent pas être les mêmes. Peut-être que cette Panther est le numéro I01.


Derrière le Panther 432 se trouve un PzBeobWg III Ausf G/H avec un long canon de 50 mm portant probablement le numéro I02 ou R02.

Voici la vue du Panther 432 le long du côté droit de la coque.


La journée entière a été consacrée à repousser les contre-attaques furieuses des 1ères gardes soviétiques, des 192e et 200e brigades de chars. Les Panthers et les grenadiers du Großdeutschland qui les accompagnent subissent de lourdes pertes. De plus, au cours de la matinée précédant l'assaut, 6 Panthers ont été perdus à cause d'incendies de moteur. Trois autres ont été assommés par des canons AT et un par des avions d'attaque au sol. Dans la soirée, il restait 20 Panthers opérationnels.

8 juillet :
De violents combats font rage alors que le régiment attaque en direction d'Oboyan, au sud de Koursk où la résistance soviétique est exceptionnellement forte. Un Panther a été touché dans la coupole du commandant par un canon antichar et le commandant a heureusement survécu. Le Panther a poursuivi l'attaque avec la coupole du commandant endommagée avec la trappe ouverte. Une autre Panther a été détruite par un SU-152 ‘Zveroboy’ (“Beast Slayer”) où l'armure de la Panther a été percée et tout l'équipage a été tué. Encore une fois, les Panthers ont rencontré plus de M3 Lees soviétiques. À une distance d'environ 2000 mètres (1,2 mille), ils ont pu toucher quelques chars T-34.

9-11 juillet :
Lors des combats des 9 et 10 juillet, l'efficacité au combat du Panzer-Regiment 39 déclina rapidement. Dix Panthers sont restés opérationnels dans la soirée du 10. Vingt-cinq panzers ont été totalement détruits, 65 panzers étaient en réparation et 100 autres en attente de réparation (dont 56 ont été touchés ou ont été endommagés par les mines et 44 ont eu des problèmes mécaniques). Au soir du 11, il y avait 38 Panthers opérationnels, 31 détruits et les 131 restants nécessitant diverses réparations.

12 juillet :
Des unités de la Panzer-Brigade 10 ont été retirées du combat et concentrées dans la zone autour de la colline 260.8 pour être réaménagées. Au cours de la soirée, après avoir été informé de l'invasion alliée de la Sicile (opération Husky) et craignant de nouveaux débarquements en Italie et dans le sud de la France, Hitler a donné l'ordre à ses généraux de mettre fin à l'opération Zitadelle mais les combats ont continué.

13 juillet :
Les Panthers devaient attaquer en direction de Bienozhovka pour sécuriser le flanc de l'attaque de la division Großdeutschland, mais le terrain accidenté et les averses soudaines ont entravé le mouvement et le réapprovisionnement en carburant et en munitions.

Panther en train d'être réarmé à partir d'une Ford Maultier “Mule”.


14 juillet :
A 05h00, un assaut a commencé en utilisant 6 Pz.Kpfw. III, 24 Pz.Kpfw. IV et 36 Panthères. Au cours de la journée, les Allemands ont fait peu de gains en avant en raison des tirs AT et d'une contre-attaque des chars soviétiques. En raison de pertes considérables, le Panzer-Regiment 3 a été subordonné à la Panzer-Brigade 10 mais n'a pas pu se joindre à cause du chaos opérationnel. Il était impossible de poursuivre l'assaut en raison d'un manque total de munitions. Dans la soirée, la brigade avait un Pz.Kpfw. I, 23 Pz.Kpfw. IV et 20 Panthers. Trois Pz.Kpfw. IV et 6 Panthers ont été complètement détruits.
Les 39 sections de réparation du Panther-Regiment ont été efficaces et ont réussi à réparer jusqu'à 25 Panthers chaque jour. Les pièces de rechange posaient problème car elles devaient être acheminées directement d'Allemagne par les transports de la Luftwaffe. Dix-neuf demi-chenilles de 18 tonnes (Zgkw Sd.Kfz 9) ont été utilisées pour récupérer les Panthers endommagés sur le champ de bataille. Plus tard, le régiment a reçu 14 half-tracks supplémentaires. Trois half-tracks ont été nécessaires pour remorquer un Panther endommagé.

Un Panther endommagé en attente de récupération avec des barres de remorquage connectées à la coque avant.


7e Kompanie Panthers dans une base de réparation. Panther 742 recouvert de feuillage à l'avant a été récemment remorqué car il a encore des câbles de remorquage attachés.


Une Panther manquant son train de roulement dans une zone de maintenance. Il était probablement irréparable et a été dépouillé de pièces de rechange pour réparer d'autres Panthers moins endommagés.


18 juillet :
Le commandement de la Panzer-Brigade 10 et du Panzer-Regiment 39 étaient détachés de la division Großdeutschland et subordonnés directement au commandement du XLVIII Panzer-Korps.

19 juillet :
Panzer-Abteilung 51 a transféré ses Panthers survivants à Panzer-Abteilung 52 et a été retiré afin d'être réaménagé avec de nouveaux panzers. Les hommes, les voitures et les panzers de Panzer-Abteilung 51 ont été chargés dans des trains à Bogodukhowo et transportés à Briansk.

21 juillet :
Le quartier-maître de la 4e armée Panzer a signalé que le Panzer-Regiment 39 avait 41 Panthers opérationnels, 85 réparations nécessaires, 16 Panthers ont été envoyés en Allemagne pour une révision totale et 58 Panthers avaient été détruits (49 d'entre eux pendant la retraite).

21-31 juillet :
La Panzer-Abteilung 52 a continué à combattre dans le cadre du LII Armeekorps et est devenue plus tard une partie de la 19. Panzer-Division. L'Abteilung a reçu 12 nouveaux Panthers d'Allemagne et a subi de lourdes pertes dans le combat assurant. Les dernières Panthers ont été détruites lors des combats pour Kharkov.
Après son arrivée à Briansk, le Panzer-Abteilung 51 a reçu 96 nouvelles panthères du I. Abteilung, Panzer-Regiment 26. Vers la fin juillet, le I. Abteilung du Panzer Regiment Großdeutschland a été transféré en urgence, pour contrer un assaut soviétique. Panzer-Abteilung 51 a été fusionné dans le régiment de panzer de la division Großdeutschland. L'organisation des Abteilung n'a pas changé et le camouflage a continué à être utilisé. Les panthères de Dunkelgelb uniformément peintes ont été peintes avec des rayures vertes avec de la peinture Grün (RAL 6003). Les numéros de tourelle étaient plus petits et peints en noir sans contour blanc.

Toutes les panthères du Panzer Regiment Großdeutschland portaient cet insigne de panthère ambulante.

25 juillet :
Après le déchargement des Panthers des wagons plats, les sous-unités de la division Großdeutschland contre-attaquent les unités soviétiques qui avançaient au nord de Karatschew. L'assaut soviétique ne fut stoppé qu'après une bataille rangée et des pertes très élevées. Dans la soirée du 2 août, le Panzer Regiment Großdeutschland avait 26 Pz.Kpfw opérationnels. IV sur les 84 avec lesquels il a commencé alors qu'un tiers de ses 15 Tigres est resté. Les pertes de Panther étaient élevées et approchaient les 2/3 des machines dont au moins 20 % étaient des pertes irréparables.

3 août :
Des unités de la division Großdeutschland ont été transférées à l'arrière et après un bref repos à Briansk, ont été envoyées à Akhtyrka.

8 août :
Des unités de la division Großdeutschland (y compris Panzer-Abteilung 51) sont retournées directement au combat.


Après le début de la contre-offensive soviétique en direction de Biélogrod, des officiers de l'Institut de recherche scientifique des forces blindées de l'Armée rouge ont mené des recherches et des analyses sur les Panthers assommés lors des combats défensifs sur le front de Voronej. Les revues ont été menées entre le 20 et le 28 juillet 1943 dans la section du front le long de la route entre Biélogrod et Oboyan dans une zone de 30 km de large et 35 km de profondeur où 31 Panthers détruits ont été étudiés. Un certain nombre de photos proviennent de ces études.

Après avoir été inspectés, les Panthers 521 et 745 ont été expédiés à Moscou pour être exposés à l'exposition d'équipement capturé dans le parc culturel et récréatif Gorky. Le Panther 824 a été expédié à l'usine expérimentale n° 100 à Tschelabynsk tandis que les Panthers 535 et 732 ont été expédiés au terrain d'essai de Kubinka. Le Panther 433 a ensuite été présenté à l'armée britannique et expédié en Grande-Bretagne. Le Panther 441 a été soumis à des essais de tir réel à l'aide d'un char T-34.

Le Panther 434 a subi trois obus de 76 mm du côté de la coque.


La trappe d'évacuation de la tourelle a été soufflée par une explosion interne. Cette vue latérale montre les premières roues de route à 16 boulons.

À l'arrière de la tourelle, il y a trois obus soviétiques de 45 mm AT.


Sur la coque arrière se trouve la signature “Iliyn” suivie de la date 󈬊/7.” C'est probablement le nom du technicien soviétique de l'Institut de Recherche Scientifique des Forces Blindées de l'Armée Rouge qui a étudié cette Panthère détruite .

Voici la vue de face gauche du Panther 434.

Il semble qu'il y ait eu deux Panthers numérotés 445. Ce Panther 445 de Panzer-Abteilung 51 a été endommagé par les mines et a été abandonné. Remarquez la jante endommagée à côté des membres d'équipage. Le Panther 445 endommagé par les mines était l'un des 31 Panthers étudiés par les Soviétiques.


Ce Panther 445 pourrait être l'un des Panther réparés et a été renuméroté 445 lorsqu'il a été transféré au Panzer Regiment Großdeutschland. Il a combattu et a été détruit dans la bataille autour de Karatschev et plus tard photographié en août 1943.


Ceci est mon gros plan montrant qu'il a été détruit par deux obus du côté de la tourelle et que le couvercle du port côté tourelle (utilisé pour éjecter les obus usés) a été soufflé par une explosion interne. À peine visible sur le bord inférieur de la tourelle se trouve l'insigne de panthère ambulante du Panzer Regiment Großdeutschland. Notez la différence du motif de camouflage sur le Schürzen (« Tabliers » ou jupes latérales).


Voici la vue de face du Panther 445 montrant un Tiger I numéroté 11 garé derrière lui. Cette Panther possède deux phares sur la coque avant et possède encore un de ses lance-grenades fumigènes sur la tourelle.

Panther 521 peu après capturé. Notez que les phares ont été retirés des supports.

L'arrière du Panther 521. À gauche se trouve l'arrière d'un char soviétique M3A1 Stuart.


Panther 521 à l'exposition des trophées de guerre à Moscou, août 1943. Un Ferdinand est garé à l'arrière-plan. Notez les positions du trou d'obus sur le bord inférieur de la tourelle et le marquage de l'explosion sous les numéros. Cela indique que la tourelle a été traversée vers la gauche lorsque l'obus a touché. Le marquage de l'explosion serait aligné avec le trou d'obus.


Voici mon gros plan du trou d'obus sur le côté de la coque du Panther 521 après sa capture.


Panther 521 exposé dans le parc central de culture et de loisirs Gorki à Moscou, hiver 1943-44.

L'arrière du Panther 521 exposé. L'insigne de la tête de panthère blanche est à peine visible à l'arrière de la tourelle.

Panther 632 avec caissons supplémentaires montés sur le pont moteur.


Panther 632 escaladant une pente. Notez le Flugabwehrkanone (Flak) 38 de 2 cm en arrière-plan.

Panther 745 abandonné par les Allemands lors de la retraite.


Panther 745 à l'exposition des trophées de guerre à Moscou, août 1943. Remarquez le Stug III en arrière-plan.


C'est le côté gauche du Panther 745. Un Ferdinand est à l'arrière-plan et un Tiger I est garé de l'autre côté du Panther 745.

Panther 824 a été assommé par le tir soviétique AT. Soi-disant un obus de 45 mm a pénétré le viseur du canon sur le masque.


Côté gauche du Panther 824. Notez le câble de remorquage attaché à l'avant et le Panther semble être garé sur les rails du T-34.

Ceci est un gros plan des numéros de tourelle et de l'insigne de la tête de Panther.


Panther 824 à l'usine n° 100 à Tschelabynsk. L'unité soviétique qui l'a capturé a écrit son inscription sur les numéros de tourelle.

Côté droit du Panther 824 manque son Schürzen.

Numéros tactiques du Panzer-Regiment 39 Stabskompanie :
• Nachrichtenzug (peloton de commandement) : R01, R02 et R03 – 3 Befehlswagen (PzBfWg) Panthers
• Aufklärungzug (peloton de reconnaissance) : R04, R05, R06, R07 et R08 – 5 Panthers

Panther R04 au début de l'assaut. A noter qu'aucun badge tête de panthère n'est peint sur la tourelle.


Panther R04 plus tard assommé par des tirs d'artillerie. Remarquez le moulin à vent en arrière-plan. Il manque son Schürzen et a une échelle appuyée sur la coque arrière indiquant les réparations ont probablement été tentés avant d'être abandonnés.

L'arrière de la Panther R04. Notez que le compartiment de rangement arrière droit est manquant.


Numéros tactiques Panzer-Abteilung 51 Stabskompanie :
• Nachrichtenzug : I01, I02 et I03 – 3 PzBfWg Panthers
• Aufklärungzug : I04, I05, I06, I07 et I08 – 5 Panthers

Panther I01 en plus d'un PzBeobWg III codé R01.

Le Panther I03 a été endommagé par les mines et a été abandonné. Notez les roues manquantes.

Panther I07 sur un wagon plat.


Numéros tactiques standard de la Panzer-Abteilung 52 Stabskompanie :
• Nachrichtenzug : II01, II02 et II03 – 3 PzBfWg Panthers
• Aufklärungzug : II04, II05, II06, II07 et II08 – 5 Panthers
Il n'y a aucune preuve photographique.

Certaines sources affirment que le Panzer-Abteilung 52 Stabskompanie n'a probablement pas suivi le schéma de code tactique standard et pensent que le Panther 914 appartenait au Panzer Abteilung 52 Aufklärungzug. Cela aurait pu être un stratagème pour déguiser les panzers Stabskompanie. Les numéros tactiques contenant un 𔄘”, “I” ou “R” indiqueraient un panzer de commandement à l'ennemi.

Panzer-Abteilung 52 Stabskompanie numéros tactiques possibles :
• Nachrichtenzug : 911, 912 et 913 – 3 PzBfWg Panthers
• Aufklärungzug : 914, 915, 916, 917 et 918 – 5 Panthers

Une Panther abandonnée dans la région de Kharkov, août 1943. Remarque en arrière-plan
est un porteur de munitions Munitionspanzer auf Fgst Sturmgeschutz Ausf G.

Dragon 6164 Sd.Kfz. 171 Panthère D – 2002
(Autocollants : 445 , 521 )

ICM 35361 Pz.Kpfw. V Panther, Ausf. D – 2005
(Autocollants : 212, 512)

Dragon 6299 Sd.Kfz.171 Panthère D – 2006
(Autocollants : R04 , 124, 745 )

Italeri 6473 Pz.kpfw. V Panther Ausf.D – 2009
(Autocollants : 745 )

Revell 03095 Pz.Kpfw. V Panthère Ausf. D – 2013
(Autocollants : 501, 824)

Tamiya 35345 Pz.Kpfw. Panthère Ausf. D (Sd.Kfz.171) – 2015
(Autocollants : 432, 445 , 745 )

Académie 13503 Pz.Kpfw.V Panther Ausf.D – 2016
(Autocollants : 521 , 745 , 824 )

Meng Modèle TS-038 Sd.Kfz.171 Panther Ausf.D – 2018
(Autocollants : 121 , 632 )

Tamiya 25182 Pz.Kpfw.V Ausf.D Panther – 2018
(Autocollants : 432 , 445 , 745 )

Tamiya 32597 Char allemand Panther Ausf. D – 2019
(Autocollants : 432 , 445 )


Ausf. G GT 101[modifier | modifier la source]

Panthère Ausf. G avec GT 101
Informations historiques générales
Lieu d'origine Allemagne
Catégorie Char moyen
La vitesse Inconnu (possible 100 km/h)
Armement principal 7,5 cm KwK 42 L/70
79 coquillages
Arme coaxiale  7,92 mm MG34
17 x 150 coups
Informations générales sur le jeu
Utilisé par Allemagne
Équipage dans le jeu 4
Siègeق 7,92 mm MG34
8 x 250 cartouches
Siègeك 7,92 mm MG34
8 x 250 cartouches
Siègeل Nahverteidigungswaffe
10 grenades HE
Siègeم Siège passager
Siègeن Siège passager
Image historique
[[Déposer:|300px]]


Cette Panther expérimentale était une Panther avec un moteur à turbine à gaz nommé GT 101 qui double presque la vitesse ! La division de développement de l'armée allemande, le Heereswaffenamt (Army Ordnance Board), a étudié un certain nombre de moteurs à turbine à gaz destinés à être utilisés dans des chars à partir de la mi-1944. Bien qu'aucun d'entre eux n'ait été installé de manière opérationnelle, le GT 101 (GT pour « Turbine à gaz ») a atteint un stade de développement de qualité de production et a été envisagé pour l'installation dans le réservoir Panther. Plusieurs modèles ont été produits au cours de la durée de vie du programme, dont les GT 102 et GT 103. En termes de performances, la GT 101 aurait été étonnamment efficace. Il aurait produit un total de 3 750 ch, utilisant 2 600 ch pour faire fonctionner le compresseur et laissant ainsi 1 150 ch pour alimenter la transmission. L'ensemble du moteur pesait 450 kg (922 lb), sans compter la transmission. En comparaison, le Maybach HL230 P30 existant qu'il a remplacé délivrait 620 ch tout en pesant un poids relativement énorme de 1 200 kg. Avec le Maybach, le Panther avait une puissance spécifique d'environ 13,5 ch/tonne, avec le GT 101, cela passerait à 25 ch/tonne, surpassant largement n'importe quel char de la Seconde Guerre mondiale (par exemple, le T-34 était de 19,23 ch/ tonne). Pour d'autres raisons, essentiellement l'usure, les vitesses seraient volontairement limitées à celles des Panthers à essence. Les seuls inconvénients étaient un faible couple à faible puissance et une consommation de carburant environ le double de celle de la Maybach, ce qui a posé des problèmes pour trouver suffisamment de place pour le réservoir de carburant. Vous pouvez le tester sur la carte Adak Race contre tous les autres grande vitesse Véhicules. Mais aussi sur l'Alpenfestung. Qui va faire un beignet ?


Kako se kombinacija tenkova Panzer III i Panzer IV pokazala dostatnom na bojištima u zapadnoj Europi i sjevernoj Africi Njemačka je još 1940. godine obustavila sav razvoj potencijalnih novih modela ne smatrajući da e e dobitio Neugodno iznenađenje borbenih susreta tih modela s T-34 i KV-1 u Sovjetskom Savezu je razbilo to uvjerenje i dovelo do toga da je u novembru 1941. Hitler izdao naredbu o proizvodnji novog ten Natvobitcanje novig ten Natvobitcanje nov nov. tenka između Škode, Daimler-Benza i MAN-a je dobio ovaj potonji u ljeto 1942. sa svojom unaprijeđenom kopijom sovjetskog T-34. Početak proizvodnje novoga tenka dogodio se tek u décembre 1942. godine. Po naređenju Hitlera ovaj tenk dobija 1944. godine ime Pantera (Panthère).

Vatreno krštenje ovaj tenk doživljava u juillet 1943. godine u Kurskoj bitki gdje je poslan bez testiranja po naredbi Hitlera.Taj pokus na borbenom polju bio je tek donekle uspješan jer se većina poslanih tenkova pokvarila prije dolaska do vatrene linije. Oni koji se nisu pokvarili uništili su velik broj protivničkih tenkova dokazujući uspjeh njegovog vojnog dizajna. Kada su početne mehaničke boljke ovog tenka bile djelomično ispravljene sur je postao strah i trepet protivnika.

Crvena armija ga je poštovala kao protivnika na bojnom polju, ali i smatrala preskupim tenkom koji se lako kvari, tako da je naredila uništenje svih zarobljenih modela kada se prvi mettre pokvare za razliku od. S druge strane, kada bi američke ili britanske vojne (oklopne ili pješadijske) trupe imale susret s Panzerom V nastupala bi opća panika s pozivom zrakoplovstvu za hitno bombardiranje. Zapadni saveznici su redovito koristili sve zarobljene tenkove Panzer V smatrajući ih daleko boljim od bilo kojeg svog tenka.

Po američkoj statistici za uništenje jednog Panzera V bilo je potrebno izgubiti 5 Shermana ili 9 sovjetskih T-34, a stvarni je omjer možda bio i veći pošto se u rujnu 1943. sedam Pantera sukobilo- sa 34 i tenik tenik bez gubitaka.

Iako prvobitno zamišljeno da ovaj tenk ulazi u borbu zajedno s svojim starijim i jačim bratom imena Panzer VI Tigar à se veoma rijetko ispunjavalo zbog stalnih nedostataka ovog drugog legendarnog tenka to je na kraju bio nedostatak koji se rijetko primjećivao zbog njegove vlastite kvalitete.

Za razliku od svojih prethodnika ovaj tenk nije tokom svog životnog vijeka imao značajnije preinake u cilju povećanja oklopa, topa i druge opreme. Tenk proizveden 1943. bio je identičan onome iz 1945. Prednji oklop iznosio je 100 mm, a osnovno naoružanje činio je top od 75 mm. Težina tenka bila je 45 tona što je dvostruko više od Panzera IV, a najveća brzina iznosila je 46 km/h. Ukupno je bilo proizvedeno manje od 6000 primjeraka ovog tenka.

Jedina praktična prenamjena ovog tenka bila je u protutenkovski Jagdpanther (Lovačka pantera) koja se proizvodila 1944. i 1945. godine. To je bio Panzer V bez kupole, ali s topom od 88 mm i jačim oklopom to ga je učinilo neuništivim u borbama sa savezničkim tenkovima. Proizvedeno ih je nešto manje od 400 Komada.

Najmasovnije je Panzer V poslije rata rabila Francuska koja ih imala u sastavu svoje vojske do početka pedesetih godina. U manjem broju koristile su ga i Bugarska, Čehoslovačka, Mađarska, Rumunija i Jugoslavija.


Voir la vidéo: IL-2 Tank Crew. V Panther Ausf. D Medium Tank


Commentaires:

  1. Teuthras

    Phrase très intéressante

  2. Fenrikree

    Absolument rien.

  3. Mosar

    Je suis désolé, mais je pense que vous vous trompez. Je suis sûr. Envoyez-moi un courriel à PM.

  4. Cadman

    Juste le bon montant.

  5. Ayaan

    Des informations plutôt précieuses

  6. Verel

    Ce n'est qu'une convention



Écrire un message