29 juin 2015 Jour 160 de la Septième Année - Histoire

29 juin 2015 Jour 160 de la Septième Année - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le président Barack Obama s'entretient avec la présidente brésilienne Dilma Rousseff alors qu'ils visitent le mémorial Martin Luther King à Washington, D.C., le 29 juin 2015.


14 h 05 LE PRÉSIDENT signe la loi H.R. 2146 sur la défense de la retraite des employés de la sécurité publique et la loi H.R. 1295 sur l'extension des préférences commerciales de 2015
Chambre Est

18h00 LE PRESIDENT organise un dîner de travail avec le Président Rousseff du Brésil ; le VICE-PRÉSIDENT assiste également
Chambre Bleue


Une collection de nos ressources de réveil les plus populaires

Invitation à une journée de prière et de jeûne !

Le 3 juillet 2021 a été désigné comme l'un des quatre jours spéciaux de prière et de jeûne tout au long de l'année. S'il y a jamais eu un moment dans l'histoire où nous devrions prier d'urgence pour un cœur comme Jésus, c'est maintenant. Notre monde est en crise. La tension, la colère, la douleur et la souffrance abondent de tous côtés. Des gens meurent sans connaître l'amour du Sauveur. Nous avons besoin de son amour et de la puissance du Saint-Esprit pour partager la bonne nouvelle du salut avec les autres, les préparant au retour prochain de Jésus. Cette journée sera consacrée à la prière pour un cœur comme Jésus afin que nous puissions atteindre le monde dans le besoin.

Réveil MAINTENANT !

Réveil MAINTENANT ! est un "must à lire" pour tous ceux qui ont soif de réveil ! Ce livret populaire, compilé par Dan Augsburger, a déjà été imprimé à plus de 15 000 exemplaires et a été partagé dans le monde entier. Les sujets abordés incluent : le merveilleux don de Dieu de pardon et de justice, être transformé, adopter le style de vie d'obéissance et de service du Christ, quelle était/est la condition du peuple de Dieu, le remède de Dieu et le chemin du réveil, et bien plus encore ! (Les 64 pages sont de l'or pur !)

Révélation pour les enfants avec Gabrielle

Vous recherchez des outils adventistes dignes de confiance pour enseigner l'Apocalypse à vos enfants. Suivez Gabrielle dans son voyage. Apprenez chaque jour un peu plus de la Bible à travers des vidéos, des jeux et des chants. Regardez, écoutez et participez ! Et partagez avec vos jeunes amis.


Histoire de la peine de mort

Dès les anciennes lois de la Chine, la peine de mort a été établie comme punition pour les crimes. Au 18ème siècle avant JC, le Code du roi Hammurabi de Babylone a codifié la peine de mort pour vingt-cinq crimes différents, bien que le meurtre n'en fasse pas partie. La première condamnation à mort historiquement enregistrée s'est produite en Égypte au XVIe siècle av. Au cours de cette période, la non-noblesse était généralement tuée à la hache.

Au 14ème siècle avant JC, le code hittite prescrivait également la peine de mort. Le Code draconien d'Athènes du VIIe siècle av. Au 5ème siècle avant JC, la loi romaine des douze tablettes a codifié la peine de mort. Encore une fois, la peine de mort était différente pour la noblesse, les hommes libres et les esclaves et était une punition pour des crimes tels que la publication de diffamations et de chansons insultantes, la coupe ou le pâturage des récoltes plantées par un agriculteur, l'incendie [d'] une maison ou d'un tas de maïs près d'une maison, tricherie par un patron de son client, parjure, faire des troubles la nuit dans la ville, meurtre volontaire d'un homme libre ou d'un parent, ou vol par un esclave. La mort était souvent cruelle et comprenait la crucifixion, la noyade en mer, l'enterrement vivant, les coups à mort et l'empalement (souvent utilisé par Néron). Les Romains avaient une curieuse punition pour les parricides (meurtre d'un parent) : le condamné était immergé dans l'eau dans un sac, qui contenait également un chien, un coq, une vipère et un singe. [1] L'exécution de mort la plus notoire en Colombie-Britannique était d'environ 399 avant JC lorsque le philosophe grec Socrate a été obligé de boire du poison pour l'hérésie et la corruption de la jeunesse. [2]

La loi mosaïque a codifié de nombreux crimes capitaux. En fait, il existe des preuves que les Juifs ont utilisé de nombreuses techniques différentes, notamment la lapidation, la pendaison, la décapitation, la crucifixion (copié des Romains), le lancement du criminel d'un rocher et le sciage en morceaux. L'exécution la plus infâme de l'histoire s'est produite vers 29 après JC avec la crucifixion de Jésus-Christ à l'extérieur de Jérusalem. Environ 300 ans plus tard, l'empereur Constantin, après s'être converti au christianisme, a aboli la crucifixion et d'autres peines de mort cruelles dans l'Empire romain. En 438, le Code de Théodose rendit plus de 80 crimes passibles de la peine de mort. [3]

La Grande-Bretagne a influencé les colonies plus que tout autre pays et a une longue histoire de punition par la mort. Vers 450 avant JC, la peine de mort était souvent appliquée en jetant les condamnés dans un bourbier. Au 10ème siècle, la pendaison à la potence était la méthode d'exécution la plus fréquente. Guillaume le Conquérant s'est opposé à prendre la vie sauf en temps de guerre, et a ordonné que personne ne soit pendu ou exécuté pour quelque délit que ce soit. Cependant, il a permis que des criminels soient mutilés pour leurs crimes. Au moyen-âge, la peine capitale s'accompagnait de torture. La plupart des barons avaient une fosse de noyade ainsi qu'une potence et ils étaient utilisés pour des crimes majeurs et mineurs. Par exemple, en 1279, deux cent quatre-vingt-neuf Juifs ont été pendus pour avoir coupé de la monnaie. Sous Edward I, deux gardiens ont été tués parce que la porte de la ville n'avait pas été fermée à temps pour empêcher l'évasion d'un meurtrier accusé. Brûler était la punition pour la haute trahison des femmes et les hommes ont été pendus, traînés et écartelés. La décapitation était généralement acceptée pour les classes supérieures. On pouvait être brûlé pour avoir épousé un juif. Presser est devenu la peine pour ceux qui n'avouaient pas leurs crimes. Le bourreau a placé des poids lourds sur la poitrine de la victime. Le premier jour, il donna à la victime une petite quantité de pain, le deuxième jour un petit verre d'eau mauvaise, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il avoue ou meure. Sous le règne d'Henri VIII, le nombre de personnes mises à mort est estimé à 72 000. Faire bouillir à mort était une autre peine approuvée en 1531, et il existe des documents montrant que certaines personnes ont bouilli jusqu'à deux heures avant que la mort ne les prenne. Lorsqu'une femme était brûlée, le bourreau lui attachait une corde autour du cou lorsqu'elle était attachée au bûcher. Lorsque les flammes l'atteignaient, elle pouvait être étranglée depuis l'extérieur du cercle de feu. Cependant, cela a souvent échoué et beaucoup ont été littéralement brûlés vifs. [4]

En Grande-Bretagne, le nombre d'infractions passibles de la peine capitale n'a cessé d'augmenter jusqu'aux années 1700, lorsque deux cent vingt-deux crimes étaient passibles de la peine de mort. Ceux-ci comprenaient le vol dans une maison d'un montant de quarante shillings, le vol dans un magasin d'une valeur de cinq shillings, le vol d'un terrier de lapins, l'abattage d'un arbre et la contrefaçon de timbres fiscaux. Cependant, les jurys avaient tendance à ne pas condamner lorsque la peine était lourde et que le crime ne l'était pas. Des réformes ont commencé à avoir lieu. En 1823, cinq lois furent votées, exemptant une centaine de crimes de la peine de mort. Entre 1832 et 1837, de nombreuses infractions passibles de la peine capitale ont été balayées. En 1840, il y a eu une tentative infructueuse d'abolir toute peine capitale. Au cours des XIXe et XXe siècles, de plus en plus de peines capitales ont été abolies, non seulement en Grande-Bretagne, mais aussi dans toute l'Europe, jusqu'à aujourd'hui, seuls quelques pays européens maintiennent la peine de mort. [5]

La première exécution enregistrée dans les colonies anglo-américaines a eu lieu en 1608 lorsque des fonctionnaires ont exécuté George Kendall de Virginie pour avoir prétendument comploté pour trahir les Britanniques aux Espagnols. En 1612, le gouverneur de Virginie, Sir Thomas Dale, a mis en œuvre les lois divines, morales et martiales qui faisaient de la peine de mort même des infractions mineures telles que voler des raisins, tuer des poulets, tuer des chiens ou des chevaux sans autorisation ou faire du commerce avec les Indiens. Sept ans plus tard, ces lois ont été assouplies car Virginia craignait que personne ne s'y installe. [6]

En 1622, la première exécution légale d'un criminel, Daniel Frank, eut lieu en Virginie pour délit de vol. [7] Certaines colonies étaient très strictes dans leur utilisation de la peine de mort, tandis que d'autres l'étaient moins. Dans la colonie de la baie du Massachusetts, la première exécution a eu lieu en 1630, mais les premiers statuts de la capitale n'apparaissent que plus tard. En vertu des lois de la capitale de la Nouvelle-Angleterre qui sont entrées en vigueur entre 1636 et 1647, la peine de mort était infligée pour meurtre prémédité, sodomie, sorcellerie, adultère, idolâtrie, blasphème, agression avec colère, viol, viol statutaire, vol d'homme, parjure. dans un procès capital, rébellion, homicide involontaire, empoisonnement et bestialité. Les premières lois étaient accompagnées d'une écriture de l'Ancien Testament. En 1780, le Commonwealth du Massachusetts ne reconnaissait que sept crimes capitaux : meurtre, sodomie, cambriolage, sodomie, incendie criminel, viol et trahison. [8]

La colonie de New York a institué les soi-disant lois duc de 1665. Celles-ci prévoyaient la peine de mort pour le déni du vrai Dieu, le meurtre prémédité, le meurtre de quelqu'un qui n'avait pas d'arme de défense, le meurtre en guettant ou par empoisonnement. , sodomie, sodomie, enlèvement, parjure dans un procès capital, déni traître des droits du roi ou lever les armes pour résister à son autorité, complot pour envahir des villes ou des forts de la colonie et frapper sa mère ou son père (sur plainte de les deux). Les deux colonies les plus clémentes concernant la peine capitale étaient South Jersey et la Pennsylvanie. Dans le sud de Jersey, il n'y avait pas de peine de mort pour aucun crime et il n'y avait que deux crimes, le meurtre et la trahison, passibles de la peine de mort. [9]

Cependant, sous la direction de la Couronne, des codes pénaux plus sévères y furent exécutés jusqu'en 1691 [sic]. En Pennsylvanie, le Great Act de William Penn (1682) a été adopté dans les colonies [sic]. En 1776, la plupart des colonies avaient des statuts de mort à peu près comparables qui couvraient l'incendie criminel, la piraterie, la trahison, le meurtre, la sodomie, le cambriolage, le vol, le viol, le vol de chevaux, la rébellion d'esclaves et souvent la contrefaçon. La pendaison était la phrase habituelle. Rhode Island était probablement la seule colonie qui a diminué le nombre de crimes capitaux à la fin des années 1700–8217.

Certains états étaient plus sévères. Par exemple, en 1837, la Caroline du Nord exigeait la mort pour les crimes de meurtre, viol, viol statutaire, vol d'esclave, vol de billets de banque, vol de grand chemin, cambriolage, incendie criminel, castration, sodomie, sodomie, bestialité, duel où la mort survient, cachette un esclave avec l'intention de le libérer, sortir un nègre libre de l'État pour le vendre, bigamie, inciter les esclaves à se rebeller, faire circuler de la littérature séditieuse parmi les esclaves, complice de meurtre, vol, cambriolage, incendie criminel ou mutilation et autres. Cependant, la Caroline du Nord n'avait pas de pénitencier d'État et, selon beaucoup, aucune alternative appropriée à la peine capitale. [dix]

Les premières réformes de la peine de mort ont eu lieu entre 1776-1800. Thomas Jefferson et quatre autres, autorisés à entreprendre une révision complète des lois de Virginie, proposèrent une loi qui recommandait la peine de mort uniquement pour trahison et meurtre. Après un débat houleux, la législature a rejeté le projet de loi par une voix. Les écrits de théoriciens européens tels que Montesquieu, Voltaire et Bentham ont eu un grand effet sur les intellectuels américains, tout comme les réformateurs anglais des prisons quakers John Bellers et John Howard. [11]

Sur les crimes et les châtiments, publié en anglais en 1767 par le juriste italien Cesare Beccaria, dont l'exposition sur l'abolition de la peine capitale fut la plus influente de l'époque, eut un impact particulièrement fort. Il a théorisé qu'il n'y avait aucune justification pour la prise de vie par l'État. Il a dit que la peine de mort était "une guerre de toute une nation contre un citoyen, dont ils considèrent la destruction comme nécessaire ou utile au bien général". ou utile ? Son essai concédait que la seule fois où une mort était nécessaire, c'était quand une seule mort pouvait assurer la sécurité d'une nation - ce qui serait rare et seulement en cas d'anarchie absolue ou lorsqu'une nation était sur le point de perdre son liberté. Il a dit que l'histoire de l'utilisation de la peine de mort (par exemple, les Romains, 20 ans de la tsaresse Elizabeth) n'avait pas empêché les hommes déterminés de nuire à la société et que la mort n'était qu'un spectacle momentané, et donc une méthode moins efficace pour dissuader les autres. , que l'exemple continu d'un homme privé de sa liberté….” [12]

Des organisations se sont formées dans différentes colonies pour l'abolition de la peine de mort et pour soulager les mauvaises conditions carcérales. Le Dr Benjamin Rush, un célèbre citoyen de Philadelphie, a proposé l'abolition complète de la peine capitale. William Bradford, procureur général de Pennsylvanie, a reçu l'ordre d'enquêter sur la peine capitale. En 1793, il publie Une enquête dans quelle mesure la peine de mort est nécessaire en Pennsylvanie. Il a fortement insisté pour que la peine de mort soit maintenue, mais a admis qu'elle était inutile pour prévenir certains crimes. En fait, il a déclaré que la peine de mort rendait les condamnations plus difficiles à obtenir, car en Pennsylvanie, et en fait dans tous les États, la peine de mort était obligatoire et les jurys ne rendaient souvent pas de verdict de culpabilité à cause de ce fait. En réponse, en 1794, la législature de Pennsylvanie a aboli la peine capitale pour tous les crimes sauf le meurtre "au premier degré", la première fois que le meurtre avait été décomposé en "degrés". À New York, en 1796, la législature autorisa la construction du premier pénitencier de l'État, abolit la flagellation et réduisit le nombre d'infractions passibles de la peine de mort de treize à deux. La Virginie et le Kentucky ont adopté des projets de loi de réforme similaires. Quatre autres États ont réduit leurs crimes capitaux : le Vermont en 1797, à trois dans le Maryland en 1810, à quatre dans le New Hampshire en 1812, à deux et l'Ohio en 1815, à deux. Chacun de ces États a construit des pénitenciers d'État. Quelques États sont allés dans la direction opposée. Rhode Island a rétabli la peine de mort pour le viol et l'incendie criminel Le Massachusetts, le New Jersey et le Connecticut ont porté les crimes de mort de six à dix, y compris la sodomie, la mutilation, le vol et la contrefaçon. De nombreux États du Sud ont fait plus de crimes capitaux, en particulier pour les esclaves. [13]

La première grande ère de réforme a eu lieu entre 1833-1853. Les exécutions publiques ont été qualifiées de cruelles. Parfois, des dizaines de milliers de téléspectateurs impatients se présentaient pour voir les tentures, les marchands locaux vendaient des souvenirs et de l'alcool. Les combats et les poussées éclataient souvent alors que les gens se bousculaient pour avoir la meilleure vue sur la pendaison ou le cadavre ! Les spectateurs maudissaient souvent la veuve ou la victime et essayaient de démolir l'échafaudage ou la corde pour des souvenirs. La violence et l'ivresse régnaient souvent dans les villes jusque tard dans la nuit après que « justice eut été rendue ». De nombreux États ont promulgué des lois prévoyant des pendaisons privées. Rhode Island (1833), Pennsylvanie (1834), New York (1835), Massachusetts (1835) et New Jersey (1835) ont tous aboli les pendaisons publiques. En 1849, quinze États tenaient des pendaisons privées. Cette décision a été opposée par de nombreux abolitionnistes de la peine de mort qui pensaient que les exécutions publiques finiraient par pousser les gens à crier contre l'exécution elle-même. Par exemple, en 1835, le Maine a décrété ce qui était en fait un moratoire sur la peine capitale après que plus de dix mille personnes qui assistaient à une pendaison aient dû être arrêtées par la police après qu'elles se soient indisciplinées et aient commencé à se battre. Tous les criminels condamnés à mort devraient rester en prison aux travaux forcés et ne pourraient pas être exécutés avant un an et seulement sur ordre du gouverneur. Aucun gouverneur n'a ordonné une exécution en vertu de la « loi du Maine » pendant vingt-sept ans. Bien que de nombreux États aient fait valoir les mérites de la peine de mort, aucun État n'est allé aussi loin que le Maine. Les réformateurs les plus influents étaient le clergé. Ironiquement, le petit mais puissant groupe qui s'opposait aux abolitionnistes était aussi le clergé. Ils étaient, presque pour une personne, membres du clergé calviniste, en particulier les congrégationalistes et les presbytériens que l'on pourrait appeler l'établissement religieux de l'époque. Ils étaient dirigés par George Cheever. [14]

Enfin, en 1846, le Michigan est devenu le premier État à abolir la peine de mort (sauf pour trahison contre l'État), principalement parce qu'il n'avait pas de longue tradition de peine capitale (il n'y avait pas eu de pendaison depuis 1830, avant la création d'un État) et parce que la frontière du Michigan avait peu de groupes religieux établis pour s'y opposer comme c'était le cas dans l'est. En 1852, Rhode Island a aboli la peine de mort dirigée par les unitariens, les universalistes et surtout les quakers. La même année, le Massachusetts a limité sa peine de mort au meurtre au premier degré. En 1853, le Wisconsin a aboli la peine de mort après une exécution horrible au cours de laquelle la victime s'est débattue pendant cinq minutes au bout de la corde, et dix-huit minutes se sont écoulées avant que son cœur ne s'arrête enfin. [15]

Au cours de la seconde moitié du siècle, le mouvement pour l'abolition de la peine de mort s'est réduit à la moitié, de nombreux membres se sont joints au mouvement pour l'abolition de l'esclavage. Dans le même temps, les États ont commencé à adopter des lois contre les condamnations à mort obligatoires. Les législateurs de dix-huit États sont passés de la peine capitale obligatoire à la peine capitale discrétionnaire en 1895, non pas pour sauver des vies, mais pour tenter d'augmenter les condamnations et les exécutions de meurtriers. Pourtant, les abolitionnistes ont remporté quelques victoires. Le Maine a aboli la peine de mort, l'a rétablie, puis l'a abolie à nouveau entre 1876-1887. L'Iowa a aboli la peine de mort pour six ans. Le Kansas a adopté une « loi du Maine » en 1872 qui a fonctionné comme une abolition de facto. [16]

L'électrocution comme méthode d'exécution est entrée en scène d'une manière improbable. Edison Company avec ses systèmes électriques à courant continu (courant continu) a commencé à attaquer Westinghouse Company et ses systèmes électriques à courant alternatif (courant alternatif) alors qu'ils faisaient pression pour une électrification nationale avec du courant alternatif. Pour montrer à quel point le courant alternatif pouvait être dangereux, la société Edison a commencé des démonstrations publiques en électrocutant des animaux. Les gens pensaient que si l'électricité pouvait tuer des animaux, elle pouvait tuer des gens. En 1888, New York a approuvé le démantèlement de sa potence et la construction de la première chaise électrique du pays. Il a tenu sa première victime, William Kemmler, en 1890, et même si la première électrocution a été au mieux maladroite, d'autres États ont rapidement suivi l'exemple. [17]

La deuxième ère de la Grande Réforme était 1895-1917. En 1897, le Congrès américain a adopté un projet de loi réduisant le nombre de crimes de mort fédéraux. En 1907, le Kansas a fait un pas de plus avec la « loi du Maine » et a aboli toutes les peines de mort. Entre 1911 et 1917, huit autres États ont aboli la peine capitale (Minnesota, Dakota du Nord, Dakota du Sud, Oregon, Arizona, Missouri et Tennessee – ce dernier dans tous les cas sauf le viol). Les votes dans d'autres États ont failli mettre fin à la peine de mort.

Cependant, entre 1917 et 1955, le mouvement pour l'abolition de la peine de mort ralentit à nouveau. Washington, Arizona et Oregon en 1919-20 ont rétabli la peine de mort. En 1924, la première exécution au gaz cyanuré a eu lieu au Nevada, lorsque le meurtrier du gang de guerre des Tong, Gee Jon, est devenu sa première victime. L'État voulait pomper secrètement du gaz cyanure dans la cellule de Jon la nuit pendant qu'il dormait comme moyen plus humanitaire d'exécuter la peine, mais des difficultés techniques l'ont interdit et une "chambre à gaz" spéciale a été construite à la hâte. D'autres préoccupations se sont développées lorsque des méthodes d'exécution moins "civilisées" ont échoué. En 1930, Mme Eva Dugan est devenue la première femme à être exécutée par l'Arizona. L'exécution a été bâclée lorsque le bourreau a mal évalué la chute et la tête de Mme Dugan a été arrachée de son corps. Plus d'états convertis en chaises électriques et chambres à gaz. Au cours de cette période, des organisations abolitionnistes ont surgi dans tout le pays, mais elles ont eu peu d'effet. Il y a eu un certain nombre de protestations orageuses contre l'exécution de certains criminels condamnés (par exemple, Julius et Ethel Rosenberg), mais peu d'opposition contre la peine de mort elle-même. En fait, pendant la période anticommuniste avec toutes ses peurs et son hystérie, le gouverneur du Texas, Allan Shivers, a sérieusement suggéré que la peine capitale soit la peine pour l'adhésion au Parti communiste. [18]

Le mouvement contre la peine capitale renaît entre 1955 et 1972.

L'Angleterre et le Canada ont réalisé des études exhaustives qui critiquaient largement la peine de mort et celles-ci ont été largement diffusées aux États-Unis. Le kidnappeur condamné Caryl Chessman publié Cellule 2455 Couloir de la mort et Procès par épreuve. L'histoire de Barbara Graham a été utilisée dans un livre et un film avec Je veux vivre! après son exécution. Des émissions de télévision ont été diffusées sur la peine de mort. Hawaï et l'Alaska ont mis fin à la peine capitale en 1957, et le Delaware l'a fait l'année suivante. La controverse sur la peine de mort a saisi la nation, forçant les politiciens à prendre parti. Le Delaware a rétabli la peine de mort en 1961. Le Michigan a aboli la peine capitale pour trahison en 1963. En 1964, les électeurs ont aboli la peine de mort dans l'Oregon. En 1965, l'Iowa, New York, la Virginie-Occidentale et le Vermont ont mis fin à la peine de mort. Le Nouveau-Mexique a aboli la peine de mort en 1969. [19]

Essayer de mettre fin à la peine de mort État par État était au mieux difficile, de sorte que les abolitionnistes de la peine de mort ont tourné une grande partie de leurs efforts vers les tribunaux. Ils ont finalement réussi le 29 juin 1972 dans l'affaire Furman c. Géorgie. Dans neuf opinions séparées, mais avec une majorité de 5-4, la Cour suprême des États-Unis a statué que la façon dont les lois sur la peine capitale étaient rédigées, y compris les directives discriminatoires en matière de peine, la peine capitale était cruelle et inhabituelle et violait les huitième et quatorzième amendements. Cela a effectivement mis fin à la peine capitale aux États-Unis. Les partisans de la peine capitale ont commencé à proposer de nouvelles lois sur la peine capitale qui, selon eux, mettraient fin à la discrimination dans la peine capitale, satisfaisant ainsi une majorité de la Cour. Au début de 1975, trente États avaient à nouveau adopté des lois sur la peine de mort et près de deux cents prisonniers étaient dans le couloir de la mort. Dans Gregg c. Géorgie (1976), la Cour suprême a confirmé la peine de mort récemment prononcée en Géorgie et a déclaré que la peine de mort n'était pas toujours un châtiment cruel et inusité. Les exécutions dans les couloirs de la mort pourraient recommencer. Une autre forme d'exécution fut bientôt trouvée. L'Oklahoma a adopté la première loi sur la mort par injection létale, pour des raisons économiques autant qu'humanitaires. La vieille chaise électrique qui n'avait pas été utilisée depuis onze ans nécessiterait des réparations coûteuses. Des estimations de plus de 200 000 $ ont été données pour construire une chambre à gaz, tandis que l'injection létale ne coûterait pas plus de dix à quinze dollars par événement.

La polémique sur la peine de mort se poursuit aujourd'hui. Il y a un fort mouvement contre l'anarchie propulsé par les craintes des citoyens pour leur sécurité. Les politiciens aux niveaux national et étatique prennent la parole devant les législatures et demandent des peines de mort plus fréquentes, des peines de mort [sic] pour plus de crimes et des peines de prison plus longues. Ceux qui s'opposent à ces mesures ripostent en affirmant que des peines plus sévères ne ralentissent pas la criminalité et que la criminalité est peu ou pas pire que par le passé. En fait, les statistiques du FBI montrent que les meurtres sont maintenant en hausse. (Par exemple, 9,3 personnes pour 100 000 habitants ont été assassinées en 1973 et 9,4 personnes pour 100 000 habitants ont été assassinées en 1992). Les lignes de bataille sont toujours tracées et le combat sera probablement toujours livré. [21]

Un certain nombre de décisions importantes concernant la peine capitale ont été rendues par la Cour suprême. Ce qui suit est une liste des plus importantes avec leurs citations légales :

Wilkerson c. Utah 99 US 130 (1878) — Le tribunal a confirmé l'exécution par peloton d'exécution, mais a déclaré que d'autres types de torture tels que “dessinage et écartèlement, éviscération vivante, décapitation, dissection publique, et burinage vivant et tous les autres dans le même ordre d'idées& #8230cruauté, sont interdits.”

Weems c. États-Unis 217 U.S. 349 (1910) — Cour a jugé que ce qui constitue une peine cruelle et inusitée n'avait pas été décidé, mais qu'il ne devrait pas être limité aux “formes de mal” que les rédacteurs de la Déclaration des droits avaient subies. Par conséquent, les définitions « cruelles et inhabituelles » sont sujettes à des interprétations changeantes.

Louisiane ex rel. François c. Resweber 329 U.S. 459 (1947) — Le 3 mai 1946, Willie Francis, un criminel de dix-sept ans condamné, a été placé sur la chaise électrique et l'interrupteur a été actionné. En raison d'un équipement défectueux, il a survécu (même s'il a été gravement choqué), a été retiré de la chaise et est retourné dans sa cellule. Un nouvel arrêt de mort a été émis six jours plus tard. La Cour a statué 5-4 qu'il n'était pas "cruel et inhabituel" de terminer l'exécution de la peine puisque l'État a agi de bonne foi lors de la première tentative. "La cruauté contre laquelle la Constitution protège un homme condamné est la cruauté inhérente à la méthode de punition", a déclaré la Cour, "pas la souffrance nécessaire impliquée dans toute méthode employée pour éteindre la vie humainement". réalisé.

Tropp contre Dulles 356 US 86 (1958) — La Cour a statué que la punition serait considérée comme “cruelle et inhabituelle” si elle était d'une “sévérité tourmentante,”cruelle dans son excès ou inhabituelle dans la sanction “doit tirer son sens de l'évolution des normes de décence qui marquent le progrès d'une société en maturation.”

Furman c. Géorgie 408 US 238 (1972) — La Cour a examiné trois affaires qui ont invalidé la peine de mort dans de nombreux États et a établi la norme selon laquelle la peine serait considérée comme “cruelle et inhabituelle” si l'un des éléments suivants était présent : 1) c'était trop sévère pour le crime 2) c'était arbitraire (certains sont punis et d'autres pas, sans directives) 3) cela offense le sens de la justice de la société 4) ce n'était pas plus efficace qu'une peine moins sévère.

Gregg c. Géorgie 428 U.S. 153 (1976) — [La] Cour a confirmé la peine de mort récemment prononcée en Géorgie et a déclaré que la peine de mort n'était pas toujours un châtiment cruel et inusité.

Tison c. Arizona 481 U.S. 137 (1987) — [La] Cour a confirmé la peine de mort de l'Arizona pour une participation majeure à un crime avec “l'indifférence imprudente à la vie humaine.”

Thompson c. Oklahoma 108 S. Ct. 2687 (1987) — La Cour a examiné la question de l'exécution de mineurs de moins de 16 ans au moment du meurtre. La victime était le beau-frère, qu'il accusait d'avoir battu sa sœur. Lui et trois autres personnes ont battu la victime, lui ont tiré dessus à deux reprises, lui ont coupé la gorge, la poitrine et l'abdomen, l'ont enchaîné à un bloc de béton et ont jeté le corps dans une rivière où il est resté pendant quatre semaines. Chacun des quatre participants a été jugé séparément et tous ont été condamnés à mort. Dans une décision 5-3, quatre juges ont statué que la condamnation à mort de Thompson était cruelle et inhabituelle. La cinquième, O’Connor, a souscrit à cet avis mais a noté qu'un État doit fixer un âge minimum et a laissé entendre que si un État abaissait, par la loi, l'âge minimum de la peine de mort en dessous de seize ans, il pourrait le soutenir. Elle a déclaré : « Bien que je pense qu'un consensus national interdisant l'exécution de toute personne pour un crime commis avant l'âge de 16 ans existe très probablement, je suis réticent à adopter cette conclusion en tant que question de droit constitutionnel sans une meilleure preuve que [sic] nous possédons maintenant.” Les États sans âge minimum se sont empressés de spécifier un âge légal.

Penry contre Lynaugh 492 U.S. [sic] (1989) — [La] Cour a statué que les personnes considérées comme arriérées, mais juridiquement saines d'esprit, pouvaient être condamnées à la peine de mort. Ce n'était pas une punition cruelle et inhabituelle en vertu du huitième amendement si les jurés avaient la possibilité d'envisager des circonstances atténuantes. Dans cette affaire, le défendeur avait l'âge mental d'environ un enfant de six ans.

[1] Jean Laurence, Une histoire de la peine capitale (N.Y. : La Citadelle
Press, 1960), 1-3.

[2] Michael Kronenwetter, Peine capitale : Manuel de référence (Père Noël
Barbara, Californie : ABC-CLIO, Inc., 1993), 71.

[4] Ibid., p.72 Laurence, op.cit., 4-9.

[7] Hugo Adam Bedau, La peine de mort en Amérique (N.Y. : Oxford
Presses universitaires, 1982).

[9] Phillip English Mackey, Voix contre la mort : l'opposition américaine à
Peine capitale, 1787-1975
(N.Y. : Burt Franklin & Co., Inc., 1976),
xi-xii.

[12] Cesare Beccaria, Sur les crimes et les châtiments, trans. Henri Paolucci
(Indianapolis : Bobbs-Merrill, 1963).


Calculateur de phase de lune

Lors de la nouvelle phase de la Lune, la Lune est si proche du Soleil dans le ciel qu'aucune des faces tournées vers la Terre n'est éclairée (position 1 dans l'illustration). En d'autres termes, la Lune est entre la Terre et le Soleil. Au premier quartier, la Lune à moitié éclairée est la plus élevée dans le ciel au coucher du soleil, puis se couche environ six heures plus tard (3). A la pleine Lune, la Lune est derrière la Terre dans l'espace par rapport au Soleil. Au coucher du soleil, la Lune se lève avec le côté qui fait face à la Terre entièrement exposé à la lumière du soleil (5). La Lune a des phases car elle orbite autour de la Terre, ce qui fait que la partie que nous voyons illuminée change. La Lune met 27,3 jours pour orbiter autour de la Terre, mais le cycle de phase lunaire (de la nouvelle Lune à la nouvelle Lune) est de 29,5 jours. La Lune passe les 2,2 jours supplémentaires à "rattraper" parce que la Terre parcourt environ 45 millions de kilomètres autour du Soleil pendant que la Lune termine une orbite autour de la Terre.

Lors de la nouvelle phase de la Lune, la Lune est si proche du Soleil dans le ciel qu'aucune des faces tournées vers la Terre n'est éclairée (position 1 dans l'illustration). En d'autres termes, la Lune est entre la Terre et le Soleil. Au premier quartier, la Lune à moitié éclairée est la plus élevée dans le ciel au coucher du soleil, puis se couche environ six heures plus tard (3). A la pleine Lune, la Lune est derrière la Terre dans l'espace par rapport au Soleil. Au coucher du soleil, la Lune se lève avec le côté qui fait face à la Terre entièrement exposé à la lumière du soleil (5).

Vous pouvez créer une maquette de la relation entre le Soleil, la Terre et la Lune à l'aide d'une lampe lumineuse, d'un ballon de basket et d'une balle de baseball. Marquez un endroit sur le ballon de basket, qui vous représente en tant qu'observateur sur Terre, puis jouez avec divers alignements de la Terre et de la Lune à la lumière de votre Soleil imaginaire.

Quand est la lune des moissons ?

La pleine lune qui se produit le plus près de l'équinoxe d'automne est communément appelée la "lune des récoltes", car sa présence lumineuse dans le ciel nocturne permet aux agriculteurs de travailler plus longtemps dans la nuit d'automne, récoltant les fruits de leurs travaux printaniers et estivaux. Parce que l'équinoxe tombe toujours fin septembre, c'est généralement une pleine lune en septembre qui porte ce nom, bien que certaines années la pleine lune du début octobre gagne la désignation de "récolte".

En fait, chaque pleine lune de l'année a son propre nom, dont la plupart sont associés à la météo ou à l'agriculture. Les noms les plus couramment utilisés en Amérique du Nord comprennent :

  • Janvier -- Lune après Noël
  • Février -- Lune des neiges
  • Mars -- Lune de Sève
  • Avril -- Herbe Lune
  • Mai -- Lune de plantation
  • Juin -- Lune de miel
  • Juillet -- Lune du tonnerre
  • Août -- Grain Moon
  • Septembre -- Fruit Moon (ou Harvest Moon)
  • Octobre -- Hunter's Moon (ou Harvest Moon)
  • Novembre -- Lune givrée
  • Décembre -- Lune avant Noël

Qu'est-ce qu'une Lune Bleue et quand est la prochaine ?

Parce que le temps entre deux pleines lunes n'est pas tout à fait égal à un mois entier, environ tous les trois ans, il y a deux pleines lunes dans un mois calendaire. Au cours des dernières décennies, la deuxième pleine lune est connue sous le nom de "lune bleue". La prochaine fois que deux pleines lunes se produiront le même mois (vu des États-Unis) sera en juillet 2015. La "lune bleue" la plus récente s'est produite en août 2012.

En moyenne, il y a une Lune Bleue environ tous les 33 mois. Les lunes bleues sont rares parce que la lune est pleine tous les 29 jours et demi, donc le moment doit être juste pour presser deux pleines lunes dans un mois civil. The timing has to be really precise to fit two Blue Moons into a single year. It can only happen on either side of February, whose 28-day span is short enough time span to have NO full Moons during the month.

The term "blue Moon" has not always been used this way, however. While the exact origin of the phrase remains unclear, it does in fact refer to a rare blue coloring of the Moon caused by high-altitude dust particles. Most sources credit this unusual event, occurring only "once in a blue moon," as the true progenitor of the colorful phrase.

Why do we always see the same side of the Moon from Earth?

The Moon always shows us the same face because Earth's gravity has slowed down the Moon's rotational speed. The Moon takes as much time to rotate once on its axis as it takes to complete one orbit of Earth. (Both are about 27.3 Earth days.) In other words, the Moon rotates enough each day to compensate for the angle it sweeps out in its orbit around Earth.

Gravitational forces between Earth and the Moon drain the pair of their rotational energy. We see the effect of the Moon in the ocean tides. Likewise, Earth's gravity creates a detectable bulge -- a 60-foot land tide -- on the Moon. Eons from now, the same sides of Earth and Moon may forever face each other, as if dancing hand in hand, though the Sun may balloon into a red giant, destroying Earth and the Moon, before this happens.

When does the young Moon first become visible in the evening sky?

There is no real formula for determining the visibility of the young Moon. It depends on several factors: the angle of the ecliptic (the Moon's path across the sky) with respect to the horizon, the clarity of the sky (how much dust and pollution gunks it up), and even the keenness of the observer's eyesight.

The young Moon becomes visible to the unaided eye much earlier at times when the ecliptic is perpendicular to the horizon, and the Moon pops straight up into the sky. In these cases, it may be possible to see the Moon as little as 24 hours after it was new, although every hour beyond that greatly increases the chances of spotting it. When the ecliptic is at a low angle to the horizon, and the Moon moves almost parallel to the horizon as it rises, the Moon probably doesn't become visible until at least 36 hours past new.

The record for the earliest claimed sighting of the young crescent Moon is around 19 hours, although most experts are suspicious of any claims of times less than about 24 hours.


Développez votre vocabulaire de manière amusante !

2000-2019Sandbox Networks, Inc. Tous droits réservés.

FactMonster.com est certifié par le kidSAFE Seal Program. Pour en savoir plus, cliquez sur le sceau ou rendez-vous sur www.kidsafeseal.com.

Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies et nos politiques d'utilisation, veuillez visiter notre POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ.


How Did the Months Get Their Names?

How did the months of the year get their names? The months’ names reflect a mix of gods and goddesses, rulers, and numbers. Discover how our calendar developed into what it is today.

How Our Calendar Came to Be

The Ancient Roman Calendar

Today, we follow the Gregorian calendar, but it’s based on the ancient Roman calendar, believed to be invented by Romulus, who served as the first king of Rome around 753 BC .

Les Roman calendar, a complicated lunar calendar, had 12 months like our current calendar, but only 10 of the months had formal names. Basically, winter was a “dead” period of time when the government and military wasn’t active, so they only had names for the time period we think of as March through December.

March (Martius) was named for Mars, the god of war, because this was the month when active military campaigns resumed. May (Maius) and June (Junius) were also named for goddesses: Maia and Juno. April (Aprilis) is thought to stem from Latin aperio, meaning “to open”—a reference to the opening buds of springtime. The rest of the months were simply numbered their original names in Latin meant the fifth (Quintilis), sixth (Sextilis), seventh (September), eighth (October), ninth (November), and tenth (December) month.

Eventually, January (Januarius) and February (Februarius) were added to the end of the year, giving all 12 months proper names. January was named after Janus, the Roman god of beginnings and transitions, while February’s name is believed to stem from Februa, an ancient festival dedicated to ritual springtime cleaning and washing.

Julian Calendar Updates

When Julius Caesar became pontifex maximus, he reformed the Roman calendar so that the 12 months were based on Earth’s revolutions around the Sun. It was a solar calendar as we have today. January and February were moved to the front of the year, and leap years were introduced to keep the calendar year lined up with the solar year.

The winter months (January and February) remained a time of reflection, peace, new beginnings, and purification. After Caesar’s death, the month Quintilis was renamed July in honor of Julius Caesar in 44 BC and, later, Sextilis was renamed August in honor of Roman Emperor Augustus in 8 BC .

Of course, all the renaming and reorganizing meant that some of the months’ names no longer agreed with their position in the calendar (September to December, for example). Later emperors tried to name various months after themselves, but those changes did not outlive them!

Today’s Gregorian Calendar

Quite a bit later, in 1582, Pope Gregory XIII introduced a number of reforms to the Julian calendar, as there were still some inaccuracies and adjustments to be made. Mainly, the Julian calendar had overestimated the amount of time it took the Earth to orbit the Sun, so the Gregorian calendar shortened the calendar year from 365.25 days to 365.2425 days. This meant that the calendar could be more easily corrected by leap years and that the dates of the equinoxes and solstices—and thus, the date of Easter—once again lined up with their observed dates.

Origins of the Months’ Names

JANVIER

Named for the Roman god Janus, protector of gates and doorways. Janus is depicted with two faces, one looking into the past, the other into the future. In ancient Roman times, the gates of the temple of Janus were open in times of war and closed in times of peace.

FÉVRIER

From the Latin word février, “to cleanse.” The Roman calendar month of Februarius was named for Februalia, a festival of purification and atonement that took place during this period.

MARS

Named for the Roman god of war, Mars. This was the time of year to resume military campaigns that had been interrupted by winter. March was also a time of many festivals, presumably in preparation for the campaigning season.

AVRIL

From the Latin word aperio, “to open (bud),” because plants begin to grow in this month. In essence, this month was viewed as spring’s renewal.

PEUT

Named for the Roman goddess Maia, who oversaw the growth of plants. Also from the Latin word maiores, “elders,” who were celebrated during this month. Maia was considered a nurturer and an earth goddess, which may explain the connection with this springtime month.

JUIN

Named for the Roman goddess Juno, patroness of marriage and the well-being of women. Also from the Latin word juvenis, “young people.”

JUILLET

Named to honor Roman dictator Julius Caesar (100 B.C.– 44 B.C. ) after his death. In 46 B.C., Julius Caesar made one of his greatest contributions to history: With the help of Sosigenes, he developed the Julian calendar, the precursor to the Gregorian calendar we use today.

AOÛT

Named to honor the first Roman emperor (and grandnephew of Julius Caesar), Augustus Caesar (63 B.C.– A.D. 14). Augustus (the first Roman emperor) comes from the Latin word “augustus,” meaning venerable, noble, and majestic.

SEPTEMBRE

September comes from the Latin word septem, meaning “seven,” because it was the seventh month of the early Roman calendar.

OCTOBRE

In the ancient Roman calendar, October was the name of the eighth month of the year. Its name comes from octo, the Latin word for “eight.” When the Romans converted to a 12-month calendar, they tried to rename this month after various Roman emperors, but the name October stuck!

In Old England, the month was called Winmonath, which means “wine month,” for this was the time of year when wine was made. The English also called it Winterfylleth, or “Winter Full Moon.” They considered this full Moon to be the start of winter. In weather lore, we note, “If October brings heavy frosts and winds, then will January and February be mild.”

NOVEMBER

From the Latin word novem, “nine,” because this had been the ninth month of the early Roman calendar.

DECEMBER

From the Latin word decem, “ten,” because this had been the tenth month of the early Roman calendar.

Now that you know more about our month’s names, how about the day’s names—Monday, Tuesday, etc.? For the truly curious calendar lovers, check out the origin of day names.


August 2015 Calendar

View or download the 2015 calendar.
Go to 2015 Calendar.

Datelever du soleilCoucher de soleilLength of day
August 1, 20155:5220:1214h 20m
August 2, 20155:5320:1114h 18m
August 3, 20155:5420:0914h 15m
August 4, 20155:5520:0814h 13m
August 5, 20155:5620:0714h 11m
6 août 20155:5720:0614h 9m
7 août 20155:5820:0514h 7m
August 8, 20155:5920:0414h 5m
9 août 20156:0020:0214h 2m
August 10, 20156:0120:0114h 0m
August 11, 20156:0220:0013h 58m
12 août 20156:0319:5813h 55m
August 13, 20156:0419:5713h 53m
August 14, 20156:0519:5613h 51m
August 15, 20156:0619:5413h 48m
August 16, 20156:0719:5313h 46m
August 17, 20156:0819:5213h 44m
August 18, 20156:0919:5013h 41m
August 19, 20156:1019:4913h 39m
August 20, 20156:1119:4713h 36m
August 21, 20156:1219:4613h 34m
22 août 20156:1319:4413h 31m
August 23, 20156:1419:4313h 29m
August 24, 20156:1519:4113h 26m
August 25, 20156:1619:4013h 24m
August 26, 20156:1719:3813h 21m
August 27, 20156:1819:3713h 19m
August 28, 20156:1919:3513h 16m
August 29, 20156:2019:3313h 13m
August 30, 20156:2119:3213h 11m
August 31, 20156:2219:3013h 8m

The sunrise and sunset are calculated from New York. All the times in the August 2015 calendar may differ when you eg live east or west in the United States. To see the sunrise and sunset in your region select a city above this list.


Marvin Antonio Romero-Romero, a 17-year-old Latino male, died Saturday, May 29, after being shot near 3141 E. Olympic Blvd. in Boyle Heights, according to Los Angeles County Medical Examiner-Coroner's records.

Do you have information to share about the life of Marvin Antonio Romero-Romero? The Homicide Report needs your help. Please fill out this form.


Today In Mormon History

The church's storage vaults in the granite mountains of Little Cottonwood Canyon are dedicated, which vaults are intended to withstand nuclear explosions in the event of war.

[The Mormon Hierarchy - Extensions of Power by D. Michael Quinn, [New Mormon History database (http://bit.ly/NMHdatabase)]]

60 years ago today - Jun 22, 1961

". President McKay also submitted the same of Hugh B. Brown as a counselor in the Presidency to help the Presidency now that President Clark is almost incapacitated. President Clark remains as first counselor and President Moyle as second counselor and Hugh B. Brown as a counselor in the Presidency. I stood with the Presidency and the Twelve while he was set apart to this position."

[The Diaries of J. Reuben Clark, 1933-1961, Abridged, Digital Edition, Salt Lake City, Utah, 2015, Appendix 2, The Diaries of Marion G. Romney, 1941-1961, Abridged]

60 years ago today - Jun 22,1961

First Presidency supports plan to persuade U.S. Army to send its "colored contingents" to California rather than to Utah. At its same meeting Presidency agrees to allow baptism of Nigerians seeking membership in church.

[Quinn, D. Michael, The Mormon Hierarchy: Extensions of Power, Appendix 5, Selected Chronology of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 1848-1996, http://amzn.to/extensions-power]

100 years ago today - Jun 22, 1921

115 years ago today - Jun 22, 1906

160 years ago today - Jun 22, 1861 (Afternoon)

'When br. woodruff remarked that just so long as the devil lives he will oppose the saints, the question came to my mind '"how long will he live?'" I tell you the time is coming when he will not live.'

[The Complete Discourses of Brigham Young, Ed. Richard S. Van Wagoner, Smith-Pettit Foundation, Salt Lake City (2009), http://bit.ly/BY-discourses]

165 years ago today - Jun 22, 1856 (Council Meeting)

"When the sermon is published it will be then revelation. This earth was created expressly for the people come dwell on it - The spirits were all pure when they came here - the one third of the spirits were cast down to the earth never to get tabernacles - that is their curse - the fallen spirits are devils - When our persecutors die they become angels of the devils - those who left the first state will have a resurrection - when the bodies and spirits are reunited the second death has power which is dissolution - after all the righteous are redeemed then satan is let loose - All are in uproar again then a warfare again - then Jesus followers wipe them out - put them back to native element - then they can organized again - We have the promise we shall retain our identity both body and spirit - the mobocrats become angels of the devil or his perfect servants having sinned against light and knowledge - it will go on until every individual can preserve his identity - The Jews wont be as well off as the soldiers, for they will do as they were commanded - Jesus agony was not of the body but was greater for the sins of the world which were on him. -- Evening."

[The Complete Discourses of Brigham Young, Ed. Richard S. Van Wagoner, Smith-Pettit Foundation, Salt Lake City (2009), http://bit.ly/BY-discourses]

165 years ago today - Jun 22, 1856 (Afternoon)

". Take, for instance, the gift of tongues years ago in this Church you could find men of age, and seemingly of experience, who would preach and raise up Branches, and when quite young boys or girls would get up and speak in tongues, and others interpret, and perhaps that interpretation instructing the Elders who brought them into the Church, they would turn round and say, '"I know my duty, this is the word of the Lord to me and I must do as these boys or girls have spoken in tongues.'" You ask one of the Elders if they understand things so now, and they will say, '"No, the gifts are from the Lord, and we are agents to use them as we please.'" If a man is called to be a Prophet, and the gift of prophecy is poured upon him, though he afterwards actually defies the power of God and turns away from the holy commandments, that man will continue in his gift and will prophecy lies. He will make false prophecies, yet he will do it by the spirit of prophecy he will feel that he is a prophet and can prophecy, but he does it by another spirit and power than that which was given him of the Lord. He uses the gift as much as you and I use ours. The gift of seeing with the natural eyes is just as much a gift as the gift of tongues."

[Journal of Discourses. Liverpool, England, 1853-86. 3:362-375, in The Complete Discourses of Brigham Young, Ed. Richard S. Van Wagoner, Smith-Pettit Foundation, Salt Lake City (2009), http://bit.ly/BY-discourses]

170 years ago today - Jun 22, 1851

"I have seen a prophet and apostles who are perfect in their calling yet they are subject to all weaknesses of man, if the Prophet Joseph has been as perfect as this people wanted him to be they could not behold him, if he had been perfect he would have to wear a black veil over his face all the day long, the people could not behold the face of Moses, they begged for him to hide his face . "

[Thomas Bullock Minutes, in The Complete Discourses of Brigham Young, Ed. Richard S. Van Wagoner, Smith-Pettit Foundation, Salt Lake City (2009), http://bit.ly/BY-discourses]

55 years ago today - Jun 21, 1966

" . President Tanner mentioned that at the meeting of the Council referred to on June 9, the Brethren had mentioned that many of our young people who go through the Temples gain a wrong impression, that they do not obtain a proper understanding of the Temple work and sometimes lose their faith by reason of the Temple ceremonies. He explained that when companies of young men and young women going on missions have been through the Temple for the first time and received their endowments, it is customary to hold a meeting with these young people after the Temple session and explain to them the meaning of the Temple ceremonies and give them opportunity to ask questions. It was thought that it would be helpful if a meeting of this kind might be held with new converts, young couples and others who go through the Temples to receive their endowments so that they could ask questions and get enlightenment regarding the Temple ceremonies. . I also stated that the First Presidency would take the matter under consideration and appoint a committee of three to make a study of this problem."

[David O. McKay diary, June 21, 1966 emphasis in original, in Anderson, Devery The Development of LDS Temple Worship, 1846-2000: A Documentary History, http://amzn.to/TempleWorship]

75 years ago today - Jun 21, 1946

The first shipment of the Welfare Plan foodstuffs and essential commodities arrives in Geneva, Switzerland, for distribution to Mormons in war-devastated European cities. This aid totals eighty-five railroad freight cars. Eight months earlier the First Presidency reestablished proselytizing missions in Europe.

[The Mormon Hierarchy - Extensions of Power by D. Michael Quinn, [New Mormon History database (http://bit.ly/NMHdatabase)]]

80 years ago today - Jun 21, 1941

11:00'A. Richard Peterson regarding selling beer in grocery stores: by officers prominent in Church affairs. For example, the case of President A. Richard Peterson who purchased a grocery store and entered into business upon his return home from his Mission. With that purchase there went a license to sell beer. This license terminates June 30 and must be renewed July 1. President Peterson asks advice as to what course he should pursue regarding the renewal of his license.

If there is objection to his selling beer, what about tobacco, cigarettes, etc. which many of the Latter-day Saints are purchasing, even mothers.

[David O. McKay Diary, as quoted in Minutes of the Apostles of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 1910-1951, Privately Published, Salt Lake City, Utah 2010]

120 years ago today - Jun 21, 1901

'This evening from about 9-30 to 12 O.C[lock], my wife and I attended to the second part of the ordinance of second anointings. We besides the ordinance itself sang "We thank thee O God for a prophet," conversed concerning our duties to each other and children, read from John XII:1-8 verses, read the Rev[elation] on the Eternity of the Marriage Covenant, Section 132. We dedicated [the] room [in our house] for the purpose of this meeting [and] closed by singing: "Oh my father thou that dwellest." Anna was mouth in [the] preliminary prayer [and] I gave the dedicatory prayer and the benediction. The spirit of the Lord was with us and we felt nearer together than usual: were much encouraged in pressing onward in an endeavor to succeed in life. We fasted during the day and broke our fast together a little after 12 O.C[lock].'

[William Henry Smart diary, June 21, 1901, Marriott Library, in Anderson, Devery The Development of LDS Temple Worship, 1846-2000: A Documentary History, http://amzn.to/TempleWorship]

120 years ago today - Jun 21, 1901 Friday

President Lorenzo Snow promised Messrs. Taylor and Wagner, both colored, who are trying to build a church for the colored people that when said church is erected we will give them $70. dessus.

[First Presidency and Quorum of the Twelve minutes]

185 years ago today - Jun 21, 1836

Mormon missionaries are tried for preaching. Apostle David W. Patten and future apostle Wilford Woodruff (hereafter Woodruff), among the missionaries in the Tennessee court, are assessed court costs and released.

[Quinn, D. Michael, The Mormon Hierarchy: Origins of Power, Appendix 7: Selected Chronology of the Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 1830-47, http://amzn.to/origins-power]

120 years ago today - Thursday, Jun 20, 1901

Prés. [Lorenzo] Snow arose and said, I desire to bear my testimony. I know that Jesus lives. Many of you who are here tonight will see him, you will see that he is a noble looking man, and you will feel like going to him and shaking hands. When you return to Jackson County and engage in building the temple there, you will see Jesus and be associated with him. I bear this testimony for I know it is true.

[Stan Larson (editor), A Ministry of Meetings: The Apostolic diaries of Rudger Clawson, Signature Books in association with Smith Research Associates, Salt Lake City, 1993, http://bit.ly/rudgerclawson]

120 years ago today - June 20th, 1901

"I have been called or order for teaching that Priesthood is "Divine Authority" and when a Deacon is ordained, all the rights, keys, blessings, etc., are conferred pertaining to this office in the Aaronic Priesthood. Bro. Jos. contended that the whole Priesthood of Aaron was given in the Ordination. This view I cannot see now and take. Bro. Jos. was more than earnest and was brotherly and kindly reprimanded by Pres. Snow. Joined Presidency and Twelve at Pres. Jos. F. Good supper and excellent singing and music. Prés. Snow now spoke of Jesus coming to such gatherings and there were those there who would meet Him in this life and many other good things."

120 years ago today - Jun 20, 1901

Pres[iden]t. [Lorenzo] Snow after the singing of a hymn arose and said: 'He The Savior Lives and I know it! Many of you will live to see Him. He will be a grand gentleman and will be like a kind father to you. Many of you will live to go to Jackson Co[unty]. [Missouri] and you will see Him there.'

[Abraham Owen Woodruff, Diary, as quoted in Minutes of the Apostles of The Church of Jesus Christ of Latter-day Saints, 1835-1951, Electronic Edition, 2015]

145 years ago today - Jun 20, 1876

June 20, 1876 Glory Hallalulah for this days for in spite of the Devil through the Blessing of God I have had the privilege this day of going into the Endowment House and with my family have been Baptized for (949) Eight Hundred and Seventy Two of my dead Relatives & friends .

I Felt to rejoice that after Forty three years labor in the Church of Jesus Christ of Latter Day Saints that I had the privilege of going into a Baptismal font with my Eldest Brother Azmon Woodruff and my Children to redeem our dead.

[Wilford Woodruff's Journal: 1833-1898 Typescript, Volumes 1-9, Edited by Scott G. Kenney, Signature Books 1993, http://amzn.to/newmormonstudies]

175 years ago today - Saturday, Jun 20, 1846.

A lady from Fort Leavenworth told Brother Lewis that [former Missouri governor] Boggs started with a company of emigrants for Oregon, heard that 4,000 Mormons were on their way, and for fear they would find him and kill him he had returned home to Independence, Missouri.

[Apostle Willard Richards Journal]

185 years ago today - Jun 20, 1836

Patriarchal Blessing of Jacob Chamberlain given by Joseph Smith, Sr. . Thou shalt go to Zion and possess the things of this life: thou shalt have houses, lands and possessions. Thou shalt have power to help build up Zion and see her flourish upon the hills: Thou shalt see the hosts of God gathered there. Thou shalt have power to translate thyself like Enoch. Thou art a Son of Abraham, has a right to the priesthood and art called to it. Something whispers me that all will be well with thee

[Patriarchal Blessing Book 1:84 text from Patriarchal Blessing Book 2:143-144, in Early Patriarchal Blessings of the Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints, Joseph Smith Sr. (Author), H. Michael Marquardt (Editor), http://amzn.to/rCBHVe]

185 years ago today - Jun 20, 1836

Patriarchal Blessing of Lucia Louisa Leavitt given by Joseph Smith, Sr. . Thou shalt teach the daughters of the Lamanites and instruct them in our Language. . Thou shalt have children and be instrumental in peopling the new earth. for thou shalt live to behold the winding up scene of this generation when wickedness shall be swept off the face of the earth and thou shalt stand when Jesus Christ shall come in the clouds of heaven. By the authority of the holy priesthood I seal these blessings upon thee, and I seal thee up unto eternal life, even so Amen.

[Patriarchal Blessing Book 1:112, in Early Patriarchal Blessings of the Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints, Joseph Smith Sr. (Author), H. Michael Marquardt (Editor), http://amzn.to/rCBHVe]

185 years ago today - Jun 20, 1836

Patriarchal Blessing of Oliver Snow given by Joseph Smith, Sr. . Thou shalt live to see the tribes come in from the North . Thou salt see thy Redeemer and shalt converse with him face to face. while thou art in the flesh. This is thy portion and I seal these blessings upon thee by the authority of the holy priesthood. I seal thee up unto eternal life on condition of thy obedience, even so Amen.

[Early Patriarchal Patriarchal Blessing Book 1:111, in Blessings of the Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints, Joseph Smith Sr. (Author), H. Michael Marquardt (Editor), http://amzn.to/rCBHVe]

185 years ago today - (Mon) Jun 20, 1836

Joseph Smith was acquitted in a trial before the Court of Common Pleas at Chardon, on a charge of assault and battery brought by his brother-in-law, Calvin Stoddard.

[Painesville Telegraph, 1:26, June 26, 1835, quoted at Broadhurst, Dale R., Mormon Chronology, http://olivercowdery.com/history/morchrn2.htm]

70 years ago today - Jun 19, 1951

105 years ago today - Jun 19, 1916

To Bishoprics of Wards, Dear Brethren:

At the Stake Clerks' meeting, held during the late general conference, definite instructions were sought for in regard to making a record of cases of transgression of young people who make public confession of their wrongdoing and are forgiven.

No record should be made of this class of cases, nor of cases of the same character of a strictly private nature considered by a Bishop or Bishopric, but a record should be made and kept of cases of fornication or adultery tried in the regular way by the Bishop's court.

This question has also been asked:

At which of the meetings should persons guilty of unchastity be required to make confession, at the general meeting of the members of the ward, at the fast meeting, or at the monthly priesthood meeting?

Answer: The regulation of confessions should be left to the Bishopric of the ward in which the wrongdoing occurs, each case considered by them on its own merits, and disposed of according to the publicity already given to it. For instance, where people guilty of adultery or fornication confess their sin, and their transgression is known to themselves only, their confession should not be made public. But where publicity has been given to it their confession should be made before the priesthood of the ward at the regular monthly meeting or, if it be deemed advisable that a still more public confession be made, such a confession should be made at the monthly fast meeting, and not at the regular Sunday services. .

As a rule therefore where the transgression is known to but few, the confession (if required at all) should be made at the priesthood meeting, and only in cases where the offense has become a public scandal and reproach to the Church, should the more public confession be required. Your Brethren, JOSEPH F. SMITH, ANTHON H. LUND, CHARLES W. PENROSE, First Presidency.

[1916-June 19-Original letter. Church Historian's Library, in Clark, James R., Messages of the First Presidency (6 volumes)]


June 29, 2015 Day 160 of the Seventh Year - History

NEC English
Virtual Camp Meeting NEC English Virtual Camp Meeting will be June 26th and July 3rd, 2021. Teacher's Commissioning Service will be held on June 26th and Ordination Service will be held on July 3rd. Click here for more details.
Lire la suite

NEC Youth
Virtual Camp Meeting Join NEC Youth Ministries for Virtual Camp Meeting with Pastor Lola Moore-Johnston and Pastor Helvis Moody
Lire la suite

NEC
Teachers Commissioning The NEC Teacher's Commissioning will be June 26th at 4:00 pm
Lire la suite

Virtual Adventurer
Camporee NEC Adventurer Virtual Camporee, June 25-27th. Visit www.necyouth.org/events to register.
Lire la suite

Vénération
Hymne NEC presents Worship Hymn - A Camp Meeting Vibe with dynamic speakers and musical artists, June 26th at 5:00 pm
Lire la suite

NEC ACS
Dedicates New Truck NEC Adventist Community Services, joined by Atlantic Union Officials, dedicate a brand new Adventist Community Services Truck
Lire la suite

NEC ABC Opens
Juice4Life The NEC ABC Store opens Juice4Life. A fresh fruit and vegetable juice bar.
Lire la suite


Voir la vidéo: Demain, quel système de santé? - Guy Vallancien - Jean-Paul Hamon - France Gestion - le 29-11-2015